Les Fanfarons du Roi - Paul Féval (père) - ebook
Kategoria: Obyczajowe i romanse Język: francuski Rok wydania: 1843

Les Fanfarons du Roi darmowy ebook

Paul Féval (père)

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

e-czytniku EPUB
tablecie EPUB
smartfonie EPUB
komputerze EPUB
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Opis ebooka Les Fanfarons du Roi - Paul Féval (père)

Au Portugal, de 1662 a 1668, un grand seigneur, Vasconcellos y Souza jure fidélité au roi sur le lit de mort de son pere. Mais son frere jumeau, le comte de Castelmelhor, dresse un plan machiavélique pour prendre le pouvoir. Notre héros réussira-t-il a protéger le Portugal des dangers qui guettent le pays ?... Nous retrouvons dans ce roman tous les ingrédients chers a Paul Féval : intrigues, complots, déguisements, ruse, fidélité, etc.

Opinie o ebooku Les Fanfarons du Roi - Paul Féval (père)

Fragment ebooka Les Fanfarons du Roi - Paul Féval (père)

A Propos

I – L’ÉDIT
II – ANTOINE CONTI VINTIMILLE
III – LE COUVENT DA MAI DE DEOS

A Propos Féval (pere):

Paul Henry Corentin Féval, né le 29 septembre 1816 a Rennes, mort le 7 mars 1887 a Paris 7e, 19, rue Oudinot, est un écrivain français, dont l'ouvre composée de romans populaires édités en feuilletons, eut un succes considérable de son vivant. Au xixe siecle, sa notoriété égalait celle d’Honoré de Balzac et d’Alexandre Dumas.

Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

A M. L. DU MOLAY BACON.

Nous étions jeunes tous tes deux et tu m’aidais déja de ta science aussi bien que de ton gout si pur en fait d’art. Un soir, tu m’apportas un petit livre d’apparence respectable, au moins par l’âge, qui avait ce long titre :

RELATION des troubles arrivez dans la cour de PORTUGAL en l’année 1667 et en l’année 1668, ou l’on voit la renonciation d’Alfonse VI a la couronne, la dissolution de son mariage avec la princesse Marie-Françoise-Isabelle de Savoye et le mariage de la mesme princesse avec le prince Dom Pedro, régent du royaume.

A PARIS, François Clousier, l’aisné, a l’image Nostre-Dame et chez Pierre Auboüin, a la Fleur de lis, pres de l’hostel de monseigneur le Premier Président, MDCLXXIV, avec privilége du roy.

C’était l’histoire écrite au jour le jour et par un témoin oculaire de cette lamentable mascarade qui fut le regne du pauvre enfant, Alfonse de Bragance, premiere victime de l’empoisonnement systématique, pratiqué par la politique anglaise a l’égard de ce vaillant et malheureux pays, le Portugal.

J’avoue que j’hésitai a faire usage de ces documents si curieux, qui montraient jusqu’ou la royauté peut tomber quand la plaie du favoritisme est attachée a ses flancs. Mais d’autre part, il y avait dans ces pages naives une si jeune et belle figure de citoyen, dévoué a la royauté et a la patrie, que je pris la plume tout expres pour mettre en lumiere le dévouement douloureux du grand seigneur de tres-illustre nom que ses amis et ses ennemis appelaient Le Moine et qui épargna au Portugal l’alternative d’une furieuse révolution ou d’une absorption complete par l’Angleterre.

L’Angleterre, grand peuple qui vit du mal d’autrui et qui en mourra, ne se tint pas, il est vrai, pour battue, et moins de cent ans apres, on vit, sous un autre malheureux roi, le marquis de Pombal, autre favori d’hypocrite et sanglante mémoire, feindre la haine contre les Anglais tout en essayant d’introduire le protestantisme dans son pays catholique et tout en proposant a son roi pour héritier présomptif un prince du sang royal d’Angleterre.

Les ennemis du Portugal, a travers son histoire, furent les favoris d’abord, ensuite les Espagnols et enfin les Anglais, mais a bien considérer les choses, il faudrait retourner l’ordre et mettre les Anglais en premiere ligne par cette raison que les favoris, ces rongeurs de couronnes, furent toujours, en Portugal, soit ouvertement, soit sous le voile, des âmes damnées de l’Angleterre.

Le Portugal lui est commode : elle s’en sert, et si le Portugal dure encore, c’est qu’il a la vie brave et dure.

Apres tant d’années, bien cher ami, je te rends ce livre que tu m’avais preté. Puisse cette restitution etre pour toi comme pour moi un bon, un cordial souvenir.

P. F.

Paris, 15 février 1879.


I – L’ÉDIT

Vers la fin de mai de l’année 1662, a deux heures de relevée, un brillant cortege déboucha de la rue Neuve et envahit la place majeure de Ajuda qui était une des plus larges de la vieille ville de Lisbonne. C’étaient tous gens de guerre a cheval, splendidement empanachés, et faisant caracoler leurs montures au grand déplaisir des bourgeois qui se collaient a la muraille, en grommelant tout autre chose que des bénédictions.

Les gens du cortege ne s’inquiétaient guere de si peu. Ils avançaient toujours, et bientôt le dernier cavalier eut tourné l’encoignure de la rue Neuve. Alors, les trompettes sonnerent a grand fracas, et le cortege se rangea en cercle autour d’un seigneur de mine arrogante, lequel toucha négligemment son feutre, et déroula un parchemin scellé aux armes de Bragance.

– Trompettes, sonnez ! dit-il d’une voix rude qui contrastait fort avec son élégante façon de chevaucher, n’avez-vous plus d’haleine ? Par mes ancetres, qui étaient seigneurs suzerains de Vintimiglia, au beau pays d’Italie, sonnez mieux, ou je vous garde les étrivieres au retour !

Et, se tournant vers ses compagnons :

– Ces drôles pensent-ils que je vais lire l’ordre de Sa Majesté le roi pour quelques douzaines de manants effarés, auxquels la frayeur a ôté les oreilles ? ajouta-t-il. Hola ! sonnez, marauds ! sonnez jusqu’a ce que la place soit remplie, et qu’il y ait, pour chaque pavé, une tete obtuse de bourgeois.

– Bien dit, seigneur Conti de Vintimille, s’écrierent une douzaine de voix ; respect aux ordres de sa tres-redoutée Majesté dom Alfonse de Bragance, roi de Portugal.

– Et obéissance aux volontés de son premier ministre ! ajouterent quelques uns a voix basse.

Les trompettes redoublerent leurs étourdissants appels. De toutes les rues voisines une foule commença a déborder sur la place, et bientôt le souhait de Conti fut littéralement accompli : au lieu de pavés, on ne voyait plus qu’une moisson de tetes brunes et rasées sur le devant, suivant la coutume du peuple et des métiers de Lisbonne. Toutes ces figures exprimaient la terreur et la curiosité. En ce temps, un édit du malheureux roi Alfonse VI, proclamé a son de trompe par la bouche du seigneur Conti, son favori, ne pouvait etre qu’une calamité publique.

Il se faisait un silence de mort dans cette foule qui augmentait sans cesse. Pas un n’osait ouvrir la bouche, et ceux que le flot poussait jusqu’aux pieds des chevaux du cortege, courbaient la tete et tenaient leurs yeux clones au sol. De ce nombre était un jeune homme a peine sorti de l’enfance, qui portait un ceinturon et une épée, sur le costume d’un ouvrier drapier. Le hasard ou sa volonté l’avait placé tout pres de Conti, dont il n’était séparé que par un garde a cheval.

– Par mes ancetres ! cria Conti aux trompettes qui continuaient de sonner, ne comptez-vous point faire silence, coquins que vous etes.

Les malheureux, étourdis par leur propre vacarme, n’entendirent pas. Le front de Conti devint pourpre, il piqua des deux et frappa rudement l’un des trompettes au visage du pommeau de son épée. Le sang jaillit et les instruments se turent, mais un sourd murmure circula dans la foule.

– Seigneurs, dit Manuel Antunez, officier de la patrouille du roi, voila ce qui s’appelle une excellente plaisanterie, n’est-il pas vrai ?

– Excellente ! répondit le chour.

Le trompette, cependant, étanchait son sang avec ses mains. Il chancelait sur son cheval et était pret a défaillir. Le jeune ouvrier drapier, dont nous avons parlé déja, fit le tour du cortege et, s’approchant de lui, éleva au bout de son épée un mouchoir de fine toile, que le blessé saisit avidement. En dépliant le mouchoir, il vit au coin un écusson brodé ; mais, empressé d’appliquer la toile sur sa blessure, il n’y prit garde et se borna a tourner vers l’adolescent un regard de reconnaissance. Celui-ci regagna tranquillement sa place aux côtés de Conti.

– Écoutez ! écoutez ! dirent les deux hérauts de la couronne.

Conti se leva sur ses étriers et déploya lentement le parchemin ; avant de le lire, il jeta a la ronde sur la foule un regard de méprisante ironie.

– Écoutez, bourgeois… vilains… manants ! dit-il avec affectation. Ceci, par mes nobles ancetres ! ne regarde que vous : « Au nom et par la volonté du tres-haut et puissant prince Alfonse, sixieme du nom, roi de Portugal et des Algarves, en deça et au-dela de la mer, en Afrique, souverain de Guinée et des conquetes de la navigation, du commerce d’Éthiopie, d’Arabie, de Perse, des Indes et autres contrées, découvertes ou a découvrir, il a été et il est ordonné :

« 1° A tous bourgeois de la bonne ville de Lisbonne, d’ouvrir leurs portes apres le couvre-feu sonné : ceci par esprit de charité, et pour que les mendiants, voyageurs et pelerins puissent trouver a toute heure et partout un asile ;

« 2° A tous lesdits bourgeois de ladite ville, d’enlever les contrevents et jalousies qui défendent nuitamment leurs fenetres a l’extérieur, lesdits contrevents et jalousies étant des inventions de la méfiance, qui donneraient a penser qu’il existe dans la ville royale des malveillants et des larrons.

« Il a été et il est défendu :

« 1° A tous lesdits d’allumer ou de faire allumer comme c’est la coutume, des lanternes et des fanaux au-dessus de leurs portes : ceci par économie et pour ménager la bourse desdits bourgeois, qui sont les enfants du roi.

« 2° A tous lesdits de porter des torches par la ville, une fois la nuit venue, leur donnant licence d’en faire usage depuis le lever jusqu’au coucher du soleil ;

« 3° Enfin, a tous lesdits bourgeois de ladite ville de Lisbonne, de porter aucune arme de taille, ou d’estoc, ou a feu, leur permettant uniquement, pour leur défense et sureté personnelles, de porter des épées solidement rivées a leur fourreau.

« En foi de quoi, ledit tres-haut et puissant prince Alfonse, sixieme du nom, roi de Portugal et des Algarves, en deça et au-dela de la mer, en Afrique, etc., a signé les présentes qui, en outre, sont scellées de son sceau privé.

« Signé Moi, le roi.

« A tous ceux qui entendent : que Dieu vous garde ! »

Conti Vintimille se tut. Pas un mot ne fut prononcé dans la foule ; mais chacun n’en connut pas moins la profonde indignation de son voisin. L’outrage était aussi grand qu’inexcusable : on se servait de la formule antique et respectée de l’autorité royale pour insulter en plein soleil les sujets du roi. Lorsque Conti donna l’ordre du départ, le flot s’écarta avec une morne docilité.

– Allons ! s’écria le favori avec colere, j’avais espéré que les malotrus regimberaient. Vous verrez qu’ils ne nous donneront pas meme l’occasion de prendre avec nos fourreaux, la mesure de leurs épaules !

Comme il finissait ces mots, la tete de son cheval heurta contre un obstacle. C’était le jeune ouvrier au mouchoir brodé, qui plongé dans une reverie sans doute bien puissante, ne s’était point rangé comme les autres pour faire place au cortege ; un sourire narquois vint a la levre de Conti.

– Celui-ci payera pour tous, dit-il.

Et il frappa violemment l’adolescent du plat de son épée.

– Bien touché ! dit Manuel Antunez, l’officier de la patrouille.

– Je puis faire mieux, reprit en riant Conti, qui leva une seconde fois son arme.

Mais tandis que son bras était tendu, l’adolescent bondit en avant, et dégainant avec la promptitude de l’éclair, il étendit le cheval de Conti mort a ses pieds ; puis, frappant a son tour le favori en plein visage :

– A toi ! fils d’un boucher, dit-il, le peuple de Lisbonne !

Les gardes, ébahis, restaient immobiles de stupeur.

Quand Conti se releva écumant de rage, le jeune ouvrier s’était déja perdu dans la foule, et il n’était plus temps de le poursuivre.

– Il m’échappe ! murmura Conti ; puis s’adressant au cortege, il ajouta :

– Vous avez entendu cet homme, seigneurs ?

Tous s’inclinerent en silence.

– Il a dit fils d’un boucher, n’est-ce pas ?

– Seigneur, répondit un garde, c’est une calomnie insensée ; nous savons tous votre noble origine.

– A telles enseignes que j’ai bâtonné plus d’une fois son illustra pere, pensa Antunez, qui reprit tout haut : Seigneur, mieux que personne, je puis attester l’infamie de ce mensonge !

– N’importe ! vous avez entendu, vous et la foule ; et si parmi vous ou parmi la foule, il est quelqu’un d’assez hardi pour soutenir le dire de ce jeune vagabond, je lui offre le combat singulier.

Le cortege s’inclina de nouveau, et nul ne répondit dans la foule. Apres cette bravade inutile, Conti monta sur le cheval d’un garde et le cortege quitta la place ; mais avant de tourner l’angle de la rue Neuve, le favori se retourna, et, montrant le poing :

– Cache-toi bien ! dit-il a son ennemi devenu invisible, car, sur mon salut ! je te chercherai !

– Je me nomme, s’il plaît a Votre Excellence, murmura une voix a son oreille, Ascanio, Macarone, dell’Acquamonda…

Coati se retourna vivement. Un des hommes de la patrouille du roi, courbé au point de toucher du front la criniere de son cheval, était aupres de lui.

– Que me fait ton nom ? demandait-il brusquement.

– S’il plaît a votre seigneurie, mon nom est celui d’un honnete cavalier de Padoue, maltraité par la fortune, et…

– Cet homme est fou ! s’écria Conti.

Le cortege les avait devancés de quelques pas. L’Italien prit le cheval de Conti par la bride.

– Votre Excellence est bien pressée, dit-il : j’aurais pensé qu’elle eut aimé a connaître le nom de ce jeune impertinent…

– Tu le sais ? interrompit Conti. Cinquante ducats pour ce nom !

– Fi !…, de l’argent, a moi !

– Cinquante pistoles !…

– Votre Excellence me fait injure. Un cavalier de la noble cité de Padoue… cinquante pistoles !

– C’est juste, tu te dis gentilhomme : cent doublons !

– C’est moins léger. Tenez, doublez la somme, et nous nous entendrons.

– Soit ! dit avidement Conti, mais dépeche. Ce nom, il me faut ce nom !

– Eh bien, Excellence…

– Eh bien ?

– Je l’ignore.

– Misérable ! s’écria le favori, oserais-tu bien te jouer de moi ?

– A Dieu ne plaise ! J’ai voulu seulement me mettre en regle, et faire les choses avec méthode. On s’y prend ainsi a Padoue, et l’on a raison. Cela sauve les discussions. Maintenant, je baise les mains de Votre Excellence et me proclame le plus soumis de ses esclaves. Demain j’aurai le nom ; préparez les pistoles.

A ces mots, l’Italien s’éloigna et Conti rejoignit son cortege.

Apres le départ de Conti, la foule resta quelques minutes sur la place, muette et immobile. Puis chacun regarda timidement son voisin : on craignait la présence des agents secrets de Conti. Apres quelques hésitations, de rapides paroles s’échangerent de tous côtés, et ces paroles étaient partout les memes :

– Ce soir, a la taverne d’Alcantara. N’oubliez pas le mot de passe.

Notre jeune ouvrier drapier, qui s’était perdu dans la foule et non pas caché, entendait ces mots de tous côtés autour de lui. Il pretait l’oreille, espérant que quelque bourgeois moins discret prononcerait enfin le mot de passe.

C’était en vain, on s’encourageait mutuellement a ne point oublier : voila tout.

La foule, cependant, s’écoulait lentement. Il n’y avait plus sur la place que trois personnages : un vieillard, nommé Gaspard Orta Vaz, doyen de la corporation des tanneurs de Lisbonne ; notre connaissance, Ascanio Macarone dell’Acquamonda, cavalier de Padoue, et l’ouvrier drapier.

– Mon fils, lui dit mystérieusement le vieillard, ce soir a la taverne d’Alcantara. N’oublie pas le mot d’ordre.

– Je l’ai oublié, dit le jeune homme, payant d’audace.

– Nous l’avons oublié, mon excellent seigneur, ajouta Macarone en s’approchant.

Le vieillard jeta sur l’ouvrier un regard de méfiance.

– Si jeune !… murmura-t-il.

– Eh bien, mon cher seigneur ? dit Ascanio ; ce coquin de mot d’ordre, je l’ai sur le bout de la langue.

– J’ai vu le temps, murmura le vieillard, en montrant du doigt la longue rapiere et le feutre râpé du Padouan, ou brillait une petite étoile d’argent ; j’ai vu le temps ou le mot d’ordre était, dans Lisbonne : « La potence pour les espions et les spadassins. » Dieu vous garde, mon maître. Quant a toi, jeune homme, je te souhaite un plus honnete métier.

Le vieillard se retira. L’ouvrier avait croisé les bras sur sa poitrine et semblait rever profondément, l’Italien l’observait ; il songeait au moyen de gagner ses quatre cents pistolet.

– Mon jeune maître, dit-il enfin, ne nous sommes-nous déja point rencontrés quelque part ?

– Non.

– Peste ! il n’est pas bavard, grommela le Padouan. C’est égal, ils se nomment tous Hernan, Ruy ou Vasco. Je n’ai qu’a choisir entre les trois… Comment, non, seigneur Hernan ?

L’ouvrier s’éloigna sans tourner la tete.

– J’ai mal choisi, pensa Macarone ; c’était Ruy qu’il fallait dire. Hola, seigneur dom Ruy !… pas de réponse encore. Hé bien, donc, dom Vasco !… a la bonne heure ! il s’arrete.

Le jeune ouvrier s’était retourné en effet, et toisait le bravo d’un regard calme et fier.

– Tu as donc bien envie de connaître mon nom ? dit-il.

– Une envie désordonnée, mon jeune ami.

– On t’a promis de te le payer, n’est-ce pas ?

– Fi donc ! Ascanio Macarone dell’Acquamonda, – je me nomme ainsi, mon jeune maître, – cavalier de Padoue, – c’est mon pays natal, a, Dieu merci, le cour trop haut placé et la bourse trop bien garnie…

– Tais-toi ! je m’appelle Simon.

– C’est un joli nom ; Simon qui ?

– Tais-toi, te dis-je. Va porter ce nom a Conti ; dis-lui qu’il me trouvera sans me chercher, et qu’alors il saura ce que vaut le bras d’un… d’un bourgeois de Lisbonne. Maître, au revoir !

L’Italien le suivit des yeux, tandis qu’il tournait l’angle de la place et montait la vieille rue du Calvaire, qui conduisait au quartier noble.

– Simon… pensa-t-il, Simon ! A tout prendre, ce n’était ni Vasco, ni Hernan, ni Ruy. J’aurais parié pour Hernan. Mais que dire a ce plébéien parvenu de Conti ? Simon ! c’est la moitié du nom ; il me devrait en bonne conscience deux cents pistoles, mais il ne l’entendra pas comme cela… Allons, je me trouverai ce soir a la porte de la taverne d’Alcantara. Il y aura la des choses bonnes a voir, et je gagerais mon fameux manoir dell’Acquamonda contre un maravédis, que j’y rencontrerai mon jeune maître Simon, qui est, pour le moment, le plus clair de mon patrimoine.


II – ANTOINE CONTI VINTIMILLE

Dona Louise de Guzman, veuve de Jean IV de Bragance, roi de Portugal, tenait la régence, d’apres les lois du royaume et en vertu du testament de son époux. L’histoire de la restauration portugaise est trop connue pour qu’on ignore combien cette forte et noble femme encouragea et soutint le duc Jean dans sa lutte contée les Espagnols. Son fils aîné, dom Alfonse, avait dix-huit ans. C’était un de ces princes que la sévérité céleste impose parfois aux nations de la terre : il était idiot et méchant.

Son éducation avait été rigide, trop rigide peut-etre pour un esprit aussi débile. Son précepteur Azevedo, puis son gouverneur Odemira, deux hommes austeres l’avaient tenu, longtemps apres l’enfance, dans une étroite et continuelle sujétion. Il s’en dégageait, a l’aide de valets infideles, race abominable et toujours foisonnante autour des princes. Par leurs soins il sortait la nuit ; le jour, on amenait pres de sa personne des enfants de bas lieu, qui étaient vraiment ses égaux par leur brutalité et leur ignorance.

Ce fut ainsi que s’introduisirent au palais les deux freres Antoine et Jean Conti Vintimille. Leur pere, boucher de profession, était originaire de Vintimiglia (État de Genes), et demeurait a Campo Lido. Bien faits et robustes de corps, ils joutaient devant le roi et restaient le plus souvent vainqueurs dans les combats que se livrait cette populace enfantine, a laquelle des valets complaisants ouvraient les jardins du palais.

Alfonse les remarqua et se prit pour eux d’une affection folle. Le malheureux enfant admirait d’autant plus les exploits de force et d’adresse que lui-meme, paralysé a la suite d’une chute qu’il avait faite a l’âge de trois ans, était presque aussi impotent de corps que d’esprit. Il grandissait cependant ; bientôt il atteignit l’âge d’un homme. Ses divertissements changerent et prirent un caractere plus répréhensible ; mais loin d’oublier les Conti, il rapprocha de plus en plus Antoine de sa personne, jusqu’a en faire son premier gentilhomme et son favori-avoué. Quant a Jean, il le nomma archidiacre de Sobradella.

Jamais favori ne fut plus universellement redouté que cet Antoine Conti. Chacun le proclamait tout haut bon gentilhomme, bien qu’on connut du reste sa plébéienne origine ; chacun tremblait a son seul nom. S’il lui manquait quelque chose au monde, c’était l’appui de quelque véritable grand seigneur ; car, malgré tous ses efforts, il n’avait pu encore rallier a lui que les parvenus de la petite noblesse. Néanmoins il était tout-puissant, et il avait certes plus de courtisans a lui seul que l’infant dom Pierre, frere d’Alfonse, et leur mere dona Louise de Guzman, reine régente de Portugal.

L’infant était un bel adolescent de fort grande espérance ; il faisait en tout contraste avec le roi, et l’on disait volontiers dans le peuple que c’était pitié de voir un maniaque sur le trône, tandis que, tout pres de ce trône, croissait un héros de sang royal. Mais la régente était sévere, on le savait ; bien qu’elle eut pour dom Pedro beaucoup de tendresse, elle aimait davantage encore la loi de légitime héritage, force et sauvegarde des trônes : Elle serait devenue l’ennemie de dom Pedro le jour ou une pensée de trahison aurait pris place en son cour. L’infant Lui-meme d’ailleurs, bon frere et sujet loyal, était dévoué sincerement et du fond de l’âme au service de son aîné.

La reine avait, pendant les premieres années de la minorité d’Alfonse, dirigé l’État dune main ferme ; mais, a mesure que le roi approchait de sa majorité, elle s’était éloignée peu a peu des affaires, sans pourtant abdiquer l’autorité souveraine. Retirée au couvent de la Mere de Dieu, elle ne revenait aux choses de ce monde que quand la cour des Vingt-quatre, les ministres État, les chefs-d’ordre ou les titulaires requéraient instamment ses conseils.

Par respect pour son noble caractere, par amour pour sa personne, on lui cachait la plupart des déportements de son fils aîné, qui allaient sans cesse augmentant. Elle le regardait, dans son ignorance, comme un adolescent faible d’esprit et peu capable de commander ; mais elle ne savait pas que la nuit de son esprit et la perversité de son cour allaient jusqu’a la folie.

La proclamation insensée que nous avons vu faire sur la place, en plein jour, a son de trompe, n’était point, a cette époque, une chose extraordinaire. Chaque jour Lisbonne était témoin de quelque spectacle de ce genre, invention perfide de Conti, et divertissement du pauvre fou qui s’asseyait sur le trône. Mais c’était peu encore. Quand tombait la nuit, la ville devenait mille fois pire que la plus mal fréquentée des sierras de Caldeiraon.

Conti avait organisé une troupe nombreuse nommée la patrouille du roi, et divisée en deux corps qui se distinguaient par le costume. Le premier, qui portait la cotte rouge, avec taillades blanches, avait le nom de fermes (fixos). Il était composé de fantassins. Les soldats du second s’appelaient fanfarons (porradas) et portaient toque, surcot et haut-de-chausses bleu de ciel, parsemés d’étoiles d’argent. Au-dessus de leur toque brillait, en guise d’aigrette, un croissant aussi d’argent, tout comme s’ils eussent été des paiens, adorateurs de Termagant ou de Mahomet. On les nommait encore tes goinfres a cause de leurs habitudes, et les chevaliers du firmament, en vue de leur costume ; c’était ce dernier titre qu’ils s’appliquaient eux-memes. Ce corps de goinfres ou de fanfarons se recrutait parmi les gens sans aveu de toutes les nations. Il suffisait, pour y etre admis, de faire preuve de scélératesse endurcie.

Le jour, la patrouille du roi, fermes et fanfarons,portait l’uniforme des gardes du palais, avec une petite étoile d’argent a la toque pour seule marque distinctive. C’est dire assez que notre noble ami, Ascanio Macarone dell’Acquamonda, avait l’honneur de faire partie de ce recommandable corps, dont Conti s’était réservé le commandement supreme.

Or, grâce a cette patrouille, c’était souvent une étrange fete, la nuit, dans les rues de Lisbonne. A onze heures du soir, une heure apres le couvre-feu, commençait la chasse du roi. Chose incroyable, si l’histoire de Portugal ne faisait foi, Fermes et Fanfarons se relayaient dans les rues et carrefours, comme se postent les chasseurs en foret pour attendre le gibier ; et si quelque dame ou bourgeoise attardée rentrait au logis a cette heure néfaste, malheur a elle ! Les piqueurs sonnaient, les fermes donnaient comme les chiens au bois, et les fanfarons, le roi en tete, appuyaient le courre de toute la vitesse de leurs chevaux. Il n’y avait guere de famille qui n’eut a gémir de quelque ignoble insulte, et l’on est rancuneux dans la Péninsule !

Jusqu’alors pourtant, l’amour général pour cette illustre dynastie de Bragance, légitime et si récemment remontée au trône de ses peres, l’avait emporté sur le mécontentement. Les bourgeois murmuraient, menaçaient et patientaient.

Au commencement de cette année 1662, le mécontentement avait pris un caractere plus grave : les corps de métiers s’étaient réunis en sociétés occultes. On doit penser que l’édit royal, lu devant tous en place publique, ne dut point contribuer a calmer la colere publique. C’était un acte de tyrannie dont on ne trouverait point un second exemple dans les annales des autres nations.

Désormais, les maisons, ouvertes a cette troupe de malfaiteurs qui parcouraient de nuit la ville sous l’autorité du roi, n’auraient nulle défense contre le pillage ; on supprimait les lanternes et fanaux ; on supprimait jusqu’au port d’armes, chose inouie en Portugal !

Aussi, tous les artisans et marchands de Lisbonne, gens paisibles d’ordinaire, ressentirent cruellement ce dernier coup. Rentrés chez eux, ils répondirent par un morne silence a la curiosité accoutumée de leurs femmes. La mesure était comble.


III – LE COUVENT DA MAI DE DEOS

Le couvent de la Mere de Dieu de Lisbonne, situé vis-a-vis du palais Xabregas, résidence royale, était un vaste édifice, présentant un carré long a l’extérieur, et, a l’intérieur, un ovale ou cloître circulaire, formé par une double colonnade. La reine Louise, moitié souveraine et moitié récluse, avait fait construire une galerie couverte qui communiquait du couvent au palais de Xabregas. De Cette façon, elle pouvait consacrer a Dieu tous les instants que ne lui prenaient pas les soins de son gouvernement.

Elle habitait au couvent une chambre qu’on ne peut appeler cellule a cause de son étendue, mais dont l’ameublement sévere n’avait rien a envier aux retraites modestes des religieuses : un lit, quelques chaises, un prie-Dieu devant un crucifix, et l’image de saint Antoine, patron de Lisbonne, meublaient seuls cette piece, dont les murailles, couvertes de vieux écussons ou dominait la croix de Bragance, absorbait le terne rayon de lumiere qui pénétrait a grand’peine par une haute fenetre a vitraux.

C’est dans cette chambre que nous trouvons dona Louise de Guzman, mere du roi Alfonse, veuve du roi Jean et régente de Portugal.

A cette époque de 1662, les jours de la vieillesse étaient venus pour elle ; mais les années, en donnant un reflet d’argent a ses cheveux, n’avaient pu altérer la noblesse de son port ni la fiere expression de sa physionomie. Elle était belle encore, de cette beauté qui ne brille de tout son lustre que sous un diademe. On devinait en elle la femme au cour robuste, qui, au jour du danger, avait dégainé le glaive de son époux dont la main hésitait ; la femme qui avait conquis un trône, et qui s’était assise sur les degrés de ce trône en humble épouse, en sujette fidele.

A ses côtés étaient deux femmes, dont l’une arrivée aux limites de l’âge mur, mais conservant une remarquable beauté, offrait avec la reine une certaine ressemblance : c’était la meme sévérité d’aspect, la meme fierté de regard.

Elle se nommait dona Ximena de Vasconcellos y Souza, comtesse de Castelmelhor.

L’autre était une jeune fille de seize ans. Son gracieux visage disparaissait presque sous un demi-voile de dentelle noire. Elle regardait la reine a la dérobée ; alors ses joues devenaient pourpres, et son oil exprimait une vénération profonde melée de crainte et aussi d’amour. Dona Ines de Cadaval, fille unique et orpheline dus duc de ce nom, était la plus riche héritiere du royaume. Sa parente, la comtesse douairiere de Castelmelhor, qui était aussi de la maison de Cadaval, l’avait en tutelle depuis deux ans.

Dona Ximena était agenouillée pres de la reine, qui tenait sa main pressée entre les siennes ; Ines s’asseyait sur un coussin, a leurs pieds.

– Ximena, disait la reine, qu’il y a longtemps que je désirais te revoir, ma fille ! Hélas ! toi aussi, te voila veuve maintenant…

– Votre Majesté et le roi, son fils, ont perdu un sujet fidele, dit la comtesse, qui tâcha de garder son air calme et grave, mais dont une larme sillonna lentement la joue : moi, j’ai perdu…

Elle ne put achever ; sa tete tomba sur sa poitrine. La reine se pencha et mit un baiser sur son front.

– Merci, merci, madame, dit la comtesse en se redressant ; Dieu m’a laissé deux fils.

– Toujours forte et pieuse ! murmura la reine ; Dieu l’a bénie en lui donnant des fils dignes d’elle… Parle-moi de tes fils, ajouta-t-elle ; se ressemblent-ils toujours comme au temps de leur enfance ?

– Toujours, madame.

– De cour comme de visage, j’espere… c’était une étonnante ressemblance ! Moi qui tins dom Louis sur les fonts du bapteme, je ne pouvais le distinguer de son frere : c’était la meme figure, la meme taille, la meme voix. Aussi, ne pouvant reconnaître mon filleul, je me suis prise a les aimer tous les deux également.

La comtesse lui baisa la main avec une respectueuse tendresse, et dona Louise reprit :

– Je les aime, parce qu’ils sont tes fils, Ximena. N’est-ce pas toi qui as élevé dona Catherine, mon enfant chérie ? Tandis que les soins du gouvernement m’occupaient tout entiere, tu veillais sur elle, toi, tu lui apprenais a m’aimer… Ce n’est pas vous qui me devez de la reconnaissance, comtesse !

En achevant ces mots, dona Louise passa sa main sur son visage. C’était encore la un sujet pénible pour cette grande reine, dont la vieillesse devait etre si malheureuse. Catherine de Bragance, sa fille, venait de partir pour Londres, et s’asseyait maintenant aux côtés de Charles Stuart sur le trône d’Angleterre. On sait si cette union fut triste et remplie d’amertume pour Catherine. Peut-etre quelque missive d’elle était-elle déja venue annoncer a sa mere les chagrins de la jeune reine et les insultants dédains de son mari Charles II.

– Moi aussi, j’ai deux fils, reprit la reine en soupirant. Plut au ciel qu’ils se ressemblassent ! car mon Pedro est un loyal gentilhomme.

La comtesse ne répondit pas.

– L’autre aussi, l’autre aussi ! s’empressa d’ajouter la reine ; je suis injuste envers Alfonse, auquel je dois respect et obéissance, comme a l’héritier de mon époux. Il fera le bonheur du Portugal… Vous ne dites rien, comtesse ?

– Je prie Dieu qu’il bénisse le roi dom Alfonse, madame.

– Il le bénira, ma fille. Alfonse est bon chrétien, quoi qu’on dise, et…

– Quoiqu’on dise !… répéta la comtesse avec surprise.

– Tu ne sais pas cela, toi, reprit la reine, dont la voix commença a trembler. Il y a si longtemps que tu vis loin de la cour ! On dit… des avis secrets me sont venus… des calomnies, ma fille !… on dit qu’Alfonse mene une vie coupable ; on dit…

– Ce sont des mensonges !

– Oui, oui… et pourtant… Oh ! tu l’as dit, ma fille, ce sont des mensonges, des calomnies répandues par l’Espagne !

– Peut-etre, dit timidement la comtesse, Votre Majesté aurait-elle pu approfondir ces bruits…

Elle se tut. La reine la regardait fixement. Il y avait du désespoir et de l’égarement dans ses yeux.

– Je n’ai pas osé ! murmura-t-elle avec effort. Je l’aime tant ! Et puis, c’est faux, je le sais… Le sang de Bragance est pur et ne fait battre que de vaillants cours, madame, entendez-vous ! Ils mentent, ils mentent, les calomniateurs et les infâmes !

Dona Louise prononça cas mots d’une voix brisée. Vaincue par son émotion, elle se laissa tomber en arriere et ferma les yeux. La comtesse et sa pupille s’empresserent aussitôt autour d’elle.

– Laissez, dit la reine, on ne s’évanouit plus quand, depuis des années, on est faite a la souffrance. Pardon, comtesse, je vous ai attristée, ainsi que cette pauvre enfant… Mais cette pensée est si affreuse ! Je ne les crois pas, je ne veux pas les croire ; il faudrait que quelqu’un en la foi de qui j’ai pleine confiance, toi, par exemple, Ximena, toi qui n’as jamais menti, vînt me dire que mon fils a manqué, a ses devoirs de roi et de gentilhomme, qu’il a forfait a l’honneur ! Alors… mais tu ne me le diras jamais, n’est-ce pas ?

– A Dieu ne plaise !

– Non, car je te croirais, toi, Ximena, et je mourrais.

Il se fit un long silence, la comtesse, saisie d’une respectueuse pitié, n’osait interrompre sa souveraine. Celle-ci parut enfin se réveiller tout a coup, et, s’efforçant de sourire :

– En vérité, ma belle mie, dit-elle en s’adressant a dona Ines, nous vous faisons la une lugubre réception… Comtesse, vous avez une charmante pupille, et je vous remercie de l’avoir amenée a la cour du roi, mon fils. Si haute que soit sa naissance, nous tâcherons de ne point la mésallier.

Ines, dont le beau visage s’était couvert de rougeur, pâlit a ces derniers mots.

– Qu’est-ce a dire ? reprit la reine, le front de la senorita se couvre d’un nuage. Aurait-elle le désir d’entrer en religion ?

– S’il plaît a Votre Majesté, dit la comtesse, Ines de Cadaval est la fiancée de mon plus jeune fils.

– A la bonne heure ! Ne vous disais-je point, ma mie, qu’il n’y aurait point pour vous de mésalliance ? Cadaval et Vasconcellos ! Il n’est point aisé d’unir deux plus nobles races… Mais l’aîné de Souza ?

– L’aîné, madame, mon fils dom Louis est comte de Castelmelhor, et, ce qui mieux est, il a l’honneur d’etre votre filleul… L’autre n’avait rien, et dona Ines l’a choisi.

– Comte de Castelmelhor ! c’est un fier titre, Ximena, et qui ne fut jamais porté par un traître… Mon filleul Louis doit etre un noble cour, n’est-ce pas ?

– Je l’espere, madame.

– Heureuse mere ! dit la reine en soupirant.

Ce mot lui rendit toute sa préoccupation. Avant qu’elle eut repris la parole, la cloche du couvent sonna l’office du soir, et les trois dames entrerent a la chapelle. Chacun devine ce que dona Louise de Guzman demanda a Dieu ce soir-la, mais Dieu ne l’exauça point. Alfonse de Portugal était trop bien surveillé par son favori, pour avoir le temps de se repentir.