Les Contes de nos peres - Paul Féval (père) - ebook
Kategoria: Humanistyka Język: francuski Rok wydania: 1845

Les Contes de nos peres darmowy ebook

Paul Féval (père)

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

e-czytniku EPUB
tablecie EPUB
smartfonie EPUB
komputerze EPUB
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Opis ebooka Les Contes de nos peres - Paul Féval (père)

Dans une Bretagne mystérieuse et sauvage ou les escarmouches entre l'insurrection royaliste et les forces républicaines ne sont jamais bien loin, Janet Legoff ou Joson Férou, hommes du cru, racontent les histoires étranges ou émouvantes des siecles passés. Il y sera question de trésors cachés, de fées malfaisantes, d'un chien héroique, et par-dessus tout de la fierté, du sens de l'honneur et du courage des nobles de Bretagne et de leurs ennemis républicains, autant attachés a leur terroir que forgés par lui.

Opinie o ebooku Les Contes de nos peres - Paul Féval (père)

Fragment ebooka Les Contes de nos peres - Paul Féval (père)

A Propos
LE PETIT GARS.
II. – LA CACHETTE.
A Propos Féval (pere):

Paul Henry Corentin Féval, né le 29 septembre 1816 a Rennes, mort le 7 mars 1887 a Paris 7e, 19, rue Oudinot, est un écrivain français, dont l'ouvre composée de romans populaires édités en feuilletons, eut un succes considérable de son vivant. Au xixe siecle, sa notoriété égalait celle d’Honoré de Balzac et d’Alexandre Dumas.

Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

LE PETIT GARS.

I. – L’HOSPITALITÉ.

La paroisse de Cournon se cache au fond d’une riante vallée qu’arrose le lent et tortueux courant de la riviere d’Oust. Son petit clocher dépasse a peine les toits de chaume de ses cabanes, lesquelles, au nombre de trente au plus, se groupent au hasard sur un microscopique mamelon. De loin, on les prendrait pour un troupeau de brebis qu’une panique aurait rassemblées en ce lieu ; on s’attend presque a les voir tout a coup redescendre la colline et bondir par les hautes herbes, le long des bords aplatis de la riviere.

Les vieilles gens de la paroisse de Cournon savent de belles histoires de revenants qu’ils content aux veillées d’été, dans la grange de M. le recteur, – aux veillées d’hiver, sous le vaste manteau de la cheminée d’une ferme, en faisant rôtir des châtaignes sous la cendre, pour les manger ensuite, arrosées de bon cidre. Ils savent aussi de longues légendes ou figurent les nobles filles des ducs, les chevaliers de la cour de Bretagne, et ces nains hideux que recélaient jadis les cavernes des Montagnes Noires, au duché de Penthievre. Mais, ce qu’ils savent le mieux, ce sont ces drames héroiques que jouerent les paysans bretons au temps de la chouannerie. En les contant, ils se passionnent, parce que leurs freres, leurs peres, y furent acteurs, parce que souvent eux-memes y jouerent un rôle.

Le héros de Cournon, l’homme dont les conteurs de veillées aiment surtout a rappeler les hauts faits, se nommait Janet Legoff. Il était connu de ses amis, et davantage de ses ennemis sous le nom du Petit Gars. Sur ce chapitre, les bardes de la vallée de l’Oust ne tarissent point : on ferait une épopée avec leurs récits ; mais nous nous bornerons pour aujourd’hui a une simple anecdote, en demandant pardon au Petit Gars d’en user ainsi avec sa gloire.

Vers la fin de l’année 1790, Armand de Thélouars, capitaine aux gardes françaises, épousa par amour Henriette-Élise de Lanno-Carhoët, niece de M. de Carhoët, baron de Saulnes, qui s’en était allé mourir en Amérique pour défendre les marchands du nouveau monde contre les marchands de l’ancien : bataille ou, par parenthese, une noble épée comme la sienne n’avait que faire ; mais c’était la mode alors, et cette guerre, a tout prendre, devait immortaliser le cheval blanc de M. de Lafayette.

Henriette était belle de visage et plus belle encore de cour. C’était une de ces simples et pures filles de Bretagne, qui aiment et se dévouent sans faste, par nature, comme les autres vivent et respirent. Son mari l’appréciait a sa valeur, et la chérissait tendrement. Elle n’avait plus de famille depuis la mort du baron de Saulnes, son oncle, qui l’avait élevée. Le seul parent qui lui restât était M. le marquis de Graives, austere vieillard, qui vivait fort retiré en son manoir, et que Henriette connaissait a peine. Les deux fils de ce marquis de Graives servaient le roi, et passaient pour etre dignes en tout du nom de leur pere.

Armand de Thélouars quitta Paris au mois de septembre de l’année 1792. Il revenait en Bretagne pour se joindre a l’association royaliste, fondée par son fameux homonyme, Armand Tuffin de la Rouarie.

Ce dernier était, lui aussi, un ancien soldat d’Amérique, ou il avait acquis une grande renommée d’intrépidité ; mais, a la différence de M. de Saulnes, il avait revu son pays sain et sauf. On sait le résultat de ses patients efforts pour soutenir le trône en ruines. Mal secondé par les uns, trahi par un misérable, dont le nom, comme celui d’Érostrate, ne devrait etre jamais prononcé, le marquis de la Rouarie mourut a la tâche, et sa conspiration fut étouffée. Mais l’ouvre d’un esprit de cette trempe ne peut point etre anéantie d’un seul coup. Il faut, pour ainsi dire, la tuer plus d’une fois pour en faire un cadavre. L’organisation que la Rouarie avait imprimée a la résistance bretonne était si vivace et si puissante, que, la tete coupée, force resta aux membres ou du moins a quelques-uns. Dans le Morbihan, MM. de Silz et de Lantivy demeurerent en armes ; dans le Finistere, M. d’Amphernay ne remit que longtemps apres sa loyale épée au fourreau. Boishardy, Caradeuc, du Bernard, Palierne, du Bois-Guy, etc., combattirent meme apres avoir perdu l’espoir de vaincre ; le prince de Talmont, enfin, au milieu de ses domaines héréditaires, préluda des lors aux chevaleresques travaux qui devaient remplir sa brillante et courte carriere.

Un instant découragé par la mort de celui que les royalistes de Bretagne regardaient a bon droit comme leur chef, M. de Thélouars s’était retiré a son château, situé au dela de la Vilaine, non loin de la Roche-Bernard, avec sa femme et son enfant, âgé d’un an ; mais bientôt il reçut du Morbihan des nouvelles qui l’engagerent a reprendre les armes.

Il partit un soir, sans suite, accompagné seulement d’un adolescent, nommé Janet Legoff, qui était né a Cournon, sur les terres de Lanno-Carhoët, et qu’Armand tenait en singuliere affection. Comme nulle retraite n’était sure, en ces temps de malheur, il fut convenu que Mme de Thélouars rejoindrait son mari, quelques jours apres, aux environs de Ploërmel. Janet Legoff n’avait jamais quitté jusqu’alors sa jeune maîtresse, qu’il aimait avec une sorte de respectueuse adoration. Il se montra fort triste de ce départ, bien que son chagrin fut combattu par ce charme irrésistible qui attire le premier âge vers les dangereuses aventures. Il avait, a cette époque, quatorze ou quinze ans tout au plus. C’était un enfant au visage doux, timide et reveur ; sa taille était petite, mais merveilleusement prise, et l’on devinait la force sous la grâce nonchalante de chacun de ses mouvements. Janet, comme on voit, ne ressemblait guere au commun des rudes enfants des campagnes bretonnes. Il était pourtant fils de paysans et des plus pauvres. C’était par charité que la mere d’Henriette lui avait jadis donné un asile.

Ce fut un vendredi du mois d’avril 1795, que Mme de Thélouars se mit en route pour rejoindre son mari. Voyager en carrosse eut été s’exposer a des dangers presque certains. Henriette confia le petit Alain, son fils, a une servante montée sur un mulet bâté ; elle-meme s’assit sur un fort cheval, et le pelerinage commença.

Aucun accident n’en troubla le début. La petite caravane traversa la Vilaine sans encombre au-dessus de Redon, et prit la direction de Malestroit, afin de gagner Ploërmel. Henriette avait fait dessein de passer la nuit a son manoir de Carhoët, situé dans la vallée de l’Oust, a une demi-lieue du bourg de Cournon ; mais, a la tombée de la nuit, et au moment ou la cavalcade atteignait la lisiere des grandes landes qui sont entre Renac et la Gacilly, un orage épouvantable éclata tout a coup. C’était un de ces ouragans melés de grele qui suivent presque toujours de pres les équinoxes dans le voisinage des côtes. Le fracas de la tourmente était si fort, et l’obscurité si opaque, que la suite de Mme de Thélouars se dispersa. Elle demeura seule, au milieu de la lande, avec Marguerite, la servante qui s’était chargée du petit Alain. En plein jour, les gens du pays eux-memes s’égarent parfois dans cet inextricable écheveau des sentiers que trace, a travers les hauts ajoncs des landes, l’insouciance du paysan morbihannais. Ces sentiers, en effet, tournent, reviennent, se bifurquent, rayonnent, se rejoignent, tout cela sans but, et probablement par hasard. Nous voudrions parier que le fameux labyrinthe de Crete n’était qu’un jeu d’enfants aupres de la lande de Renac. Qu’on juge de la position d’Henriette, perdue dans ce désert, par une nuit de tempete, avec un pauvre enfant qui pleurait d’épouvante, et n’ayant d’autre boussole que les éblouissants éclairs qui déchiraient incessamment les ténebres.

Effrayée et prise de cette fievre de l’inquiétude qui conseille le mouvement et ne permet point d’attendre, la jeune femme poussa son cheval, et se recommanda a la Providence. La servante la suivit, a demi folle de terreur. Longtemps elles errerent ainsi dans une foret d’ajoncs, dont les tetes épineuses éperonnaient leurs montures. – La nuit était déja fort avancée, lorsqu’un éclair leur montra une masse noire qui empruntait a la fugitive lueur de l’orage une effrayante et sombre majesté. Quand l’éclair se fut éteint dans l’ombre, Henriette aperçut devant elle une lumiere. La masse noire était une demeure humaine, et, a en juger par ses dimensions, ce devait etre un noble château. Henriette ordonna a Marguerite de frapper a la grand’porte, et de réclamer l’hospitalité.

On ne se pressa point d’ouvrir. – Lorsqu’on ouvrit enfin, ce fut un vieux serviteur a mine reveche qui se montra sur le seuil. Au lieu de souhaiter la bienvenue aux pauvres voyageuses, il dirigea sur elles l’âme d’une lanterne sourde, tandis que son autre main élevait, par précaution pure, le canon octogone d’un massif pistolet. L’examen ne parut pas satisfaire le vieux valet.

– Si j’avais su, grommela-t-il entre ses dents, du diable si j’aurais ouvert… Il y a un village a une huchée[1] sur la droite, ajouta-t-il tout haut ; m’est avis que vous y passerez une bonne nuit comme je le souhaite.

Et il attira sur lui le lourd battant de la porte.

– Mon brave homme, s’écria Henriette, je suis accablée de fatigue, et j’ignore la route. Au nom de Dieu, ne me repoussez pas !

 

Le vieillard eut un instant d’hésitation.

– Le fait est que c’est un fait ! murmura-t-il enfin. La jeune dame a l’air fatiguée, et la nuit est noire comme la joue du diable… Allons !… entrez, madame… monsieur le marquis n’en saura rien.

Nos deux voyageuses ne se firent point répéter cette permission. Tandis que le vieux valet refermait soigneusement la porte, Henriette regardait autour d’elle, et il lui semblait que ce lieu ne lui était pas étranger.

– Monsieur n’en saura rien, répétait le bonhomme en poussant de son mieux les verrous ; il se fâcherait… Et Pierre-Paul qui ne revient pas ! faut qu’il y ait du nouveau la-dessous !… Entrez, ma jeune dame, et chauffez-vous. Jésus Dieu ! il y a un enfant… pauvre innocente créature !… Ah ! dame ! j’ai vu le temps ou vous auriez été mieux reçue que cela ; mais faut se méfier, au jour d’aujourd’hui… L’enfant est joli, tout de meme, et je lui souhaite du bonheur… Mais ce Pierre-Paul qui ne revient pas !

Henriette et sa servante s’approcherent avidement du feu de bois vert qui brulait dans la vaste cheminée de la cuisine. Leurs vetements étaient trempés de pluie, et le petit Alain, qui tremblait de froid et de peur, reprit son sourire d’enfant joyeux en retrouvant la chaleur et la lumiere. Henriette le baisa au front avec une tendresse passionnée.

– Chez qui sommes-nous, mon brave homme ? demanda-t-elle.

– Pierre-Paul ne revient pas ! répéta tristement le vieux valet, qui se nommait Bernard : – pour sur, il y a du nouveau… Et Dieu sait ce que c’est que le nouveau, par le temps qui court !

– Madame vous demande chez qui nous sommes, dit Marguerite étonnée qu’on tardât a satisfaire sa maîtresse.

– Ça, c’est une autre affaire, répondit Bernard sans se presser. La prudence est la mere de toutes les vertus, et vous etes peut-etre la femme de quelque maudit… respect de vous tout de meme !… de quelque maudit bleu.

 

– Je suis Henriette de Lanno-Carhoët, femme de monsieur de Thélouars.

– Jésus Dieu ! s’écria Bernard ; – la niece de monsieur le marquis !… Et moi qui ne la reconnaissais pas !…

– Serais-je donc ici a Graives… chez mon oncle ? demanda Henriette.

– Notre bonne dame, dit humblement Bernard, je me fais vieux ; mes yeux se perdent, et puis, il y a si longtemps que je ne vous avais vue !… Sans mentir, vous avez fierement grandi… Mais j’y pense, je vais prévenir monsieur le marquis.

Henriette l’arreta.

– Ne troublez point le sommeil de mon oncle, dit-elle.

– Son sommeil ! répéta Bernard avec mystere et tristesse ; – il ne dort pas… il ne dort plus ! On dit que les serviteurs de Sa Majesté… je prie Dieu de les bénir… lui ont confié un dépôt, quelque chose de précieux… de plus précieux que l’argent et que l’or… Il garde, il veille, la nuit, le jour, sans cesse… Ah ! notre bonne dame, c’est un rude travail pour un homme de l’âge de monsieur le marquis !

Henriette ne comprenait pas parfaitement, mais elle n’eut pas le temps de demander des explications. Bernard, en effet, prit la résine qui brulait, retenue par un bâton fendu, fiché dans la paroi intérieure de la cheminée, et se dirigea vers la porte. D’un geste respectueux, il invita la jeune dame a le suivre.

 

Blaise Houdé de Bellissant, marquis de Graives, était seul dans un grand salon carré, tapissé de haute lisse, et meublé avec cette magnificence ample, opulente, un peu trop cossue, qui caractérise le luxe breton. C’était un homme de grande taille, mais courbé par l’âge ; il atteignait alors les plus extremes limites de la vieillesse, et comptait pres de cent ans. Des deux côtés de son front large et fier tombaient les meches, touffues encore, d’une chevelure blanche comme la neige. Ses yeux éteints et voilés semblaient nager dans un milieu terne, sans reflets ; mais l’arc audacieusement dessiné de ses épais sourcils et les lignes séveres de sa bouche annonçaient que le temps n’avait point dompté l’inébranlable détermination de son caractere. Il était assis dans un fauteuil dont le haut dossier, renversé en forme de bateau, portait, brodé, l’écusson de Bellissant, burelé d’or et de gueules, au chef d’azur, chargé d’un buste de carnation issant d’un nuage d’argent. Aupres de lui, sur une table, reposaient son épée, un livre d’heures et un cornet acoustique. Le marquis de Graives était sourd. Des que Bernard parut, le marquis se tourna vers lui avec une vivacité que ne promettait point son grand âge :

– Pierre-Paul est-il de retour ? demanda-t-il en appliquant le cornet a son oreille.

Bernard, tout en faisant un signe négatif, s’effaça et donna passage a Mme de Thélouars. Un nuage couvrit le front du vieillard qui, néanmoins, se leva aussitôt et fit quelques pas a la rencontre d’Henriette, qu’il ne reconnaissait pas.

– Mademoiselle de Lanno-Carhoët ! prononça distinctement Bernard.

– Madame ma niece ! dit le vieillard avec étonnement.

– Monsieur mon oncle, balbutia Henriette, a qui M. de Graives avait toujours inspiré un respect melé d’une forte dose de crainte, – je vous prie de m’excuser… ma présence inattendue est peut-etre un embarras.

 

Le marquis lui mit au front un grave et courtois baiser.

– La fille de feu ma bonne et estimée cousine est toujours la bienvenue au château de Graives, interrompit-il ; néanmoins, ma niece, je ne puis dire que je sois aise de vous voir. Nous vivons dans un temps malheureux et plein de périls, et ma maison, entre toutes, est une retraite dangereuse… Asseyez-vous, madame ma niece… du moins y trouverez-vous, durant tout le temps qu’il vous plaira d’y demeurer, une hospitalité franche et empressée.

– Je partirai demain, dit Henriette, glacée par ce froid accueil. En attendant, afin de ne vous point troubler, permettez que je me retire.

Le marquis, en guise de réponse, lui baisa la main et s’inclina.

Au moment ou Henriette se dirigeait vers la porte, des coups violents et précipités retentirent au dehors. Bernard tressaillit, et M. de Graives, qui n’avait pas entendu, devina.

– Pierre-Paul ! dit Bernard.

– Va !… mais va donc vite ! cria le marquis avec une vivacité inquiete. Pardon, madame ma niece, ajouta-t-il, en réprimant tout signe extérieur d’émotion.

Henriette demeurait immobile et ne songeait plus a sortir. Un instinct secret, instinct de mere, l’avertissait qu’un événement important allait avoir lieu.

M. de Graives s’était rassis, calme, grave, impassible comme devant. La porte s’ouvrit violemment, et un homme, trempé de sueur, de pluie et de boue, s’élança dans le salon. C’était Pierre-Paul.

– Ils viennent ! s’écria-t-il en entrant.

– Ils viennent ? répéta froidement le marquis.

– De Redon et de Vannes a la fois.

– Sont-ils loin encore ?

– Sur mes talons !… Au moment ou je vous parle, le château doit etre investi déja.

– Combien sommes-nous ?

– Dix, répondit Bernard.

– Combien sont-ils ?

– Deux cents, répondit Pierre-Paul.

 

M. le marquis de Graives se leva. Sa taille avait retrouvé toute sa hauteur, son regard la flamme perçante et dominatrice des jours de la jeunesse.

– Que tout le monde quitte le château sur l’heure, dit-il d’une voix vibrante ; il en est temps encore. Quant a moi, mon poste est ici ; je resterai a mon poste.

– Seul ? demanda Bernard a voix basse.

Le marquis comprit. Un éclair d’orgueil brilla sous l’ombre de ses épais sourcils.

– Pour mourir, dit-il en souriant, Bellissant eut-il jamais besoin de compagnie ?…


II. – LA CACHETTE.

Mme de Thélouars était restée spectatrice muette de cette scene. Elle n’avait compris qu’une chose : le château était investi, investi par les troupes républicaines, sans doute. Or, si elle était prise avec son fils, son sort ne pouvait etre douteux. Femme d’un royaliste sous les armes, elle devait subir les conséquences de cette jurisprudence conventionnelle dont les victimes ne se peuvent point compter. Son fils lui-meme, le pauvre enfant, n’aurait point un destin meilleur, car les gens de la république n’y regardaient point de si pres. Henriette demeura quelques minutes anéantie sous le coup d’une terreur poignante ; puis, s’élançant vers l’office ou était resté son fils, elle l’arracha dormant des mains de Marguerite, et le pressa convulsivement contre son cour ; puis encore, sans dire une parole, elle sortit en courant pour retourner aupres de son oncle et lui demander conseil.

M. le marquis de Graives avait péremptoirement répété a ses gens l’ordre de quitter le château sur l’heure. Ceux-ci, habitués a obéir quand meme, firent a la hâte leurs préparatifs, et s’enfuirent, entraînant avec eux Marguerite, qui voulait attendre sa maîtresse, et pleurait a la pensée de l’abandonner.

Henriette, pendant cela, perdue dans les sombres couloirs du château, ne pouvait retrouver sa route. Elle entendit s’ouvrir, puis se refermer les lourds battants de la grande porte sur les habitants de Graives qui fuyaient. Son cour se serra davantage. Elle s’appuya, tremblante, a la muraille d’un corridor inconnu ; ses yeux se remplirent de pleurs amers, et, pour la premiere fois, ce fut avec angoisse qu’elle baisa le front de son fils endormi.

Comme elle hésitait, ne sachant de quel côté reprendre sa course, une des extrémités du corridor s’illumina subitement. Henriette aperçut M. le marquis de Graives qui s’avançait avec lenteur, une lampe a la main. Le vieillard avait revetu un somptueux costume militaire ; sa poitrine, couverte de décorations, scintillait au loin, et renvoyait en gerbes multicolores les rayons brisés de la lampe. Il avait sous le bras une petite cassette, sa main gauche tenait une épée nue, et deux riches pistolets étaient passés a sa ceinture.

Il se croyait seul, et ne voyait point Henriette qui se collait immobile a la muraille. En ce moment ou nul regard indiscret ne pouvait épier sa physionomie, M. le marquis de Graives n’était certes point suspect de jouer un rôle. Il n’était point comme ces peres conscrits de Rome qui se drapaient dans leur orgueil, et mouraient fastueusement, assis sur leur chaise d’ivoire. Seul avec sa conscience, il était lui-meme, et rien de plus. Le calme sublime de son regard ne cherchait pas l’admiration d’une foule amie ou ennemie. Aussi cette tranquillité sainte du juste en face de la mort mettait a son front une sorte d’auréole qui annonçait le martyre.

Henriette était loin de percer le mystere de cette mort prochaine ; elle ignorait le dessein de son oncle, elle ne savait rien, et pourtant la vue seule du vieillard lui fut comme une révélation de trépas inévitable. Cet homme n’était plus du monde ; il voyait le ciel, tandis que son pied touchait la terre encore ; il s’en allait vers Dieu, impatient d’accomplir un supreme devoir.

Henriette était mere. Elle songea a son fils, et poussa un cri de détresse. Dans cette absence complete de tout autre bruit, ce cri perçant parvint vaguement jusqu’a l’ouie paralysée du vieillard. Il leva sa lampe, et vit la jeune femme. A cet aspect, ses sourcils se froncerent.

– J’avais dit a tout le monde de quitter le château ! prononça-t-il avec dureté ; – éloignez-vous, madame !

Henriette fit machinalement quelques pas pour obéir ; mais au meme instant la grand’porte extérieure retentit sous un déluge de coups.

– Il n’est plus temps, murmura-t-elle ; au nom de Dieu, mon oncle, donnez un asile a mon enfant !

Le vieillard fit un geste de colere.

– Mes heures sont comptées, dit-il, je ne puis les perdre en discussions vaines… Sortez, madame, fuyez ces lieux, pour vous, pour votre mari, pour votre enfant.

– Mais je ne puis, s’écria Henriette navrée ; écoutez ! on brise les portes, on force le château…

Un coup de fusil, tiré du dehors, l’interrompit, et les débris d’un vitrail de la galerie tomberent aux pieds de M. de Graives.

Jusqu’alors ce dernier n’avait rien entendu, ni les paroles de sa niece, ni le fracas extérieur ; mais l’explosion le fit tressaillir. Il comprit, et son visage devint sombre.

– Peut-etre vaudrait-il mieux pour vous, dit-il d’une voix étouffée, braver la barbarie de ces hommes que de venir la ou je vais, madame. Mais je ne vous repousse plus. Des deux côtés, le péril est certain, fatalement inévitable… Voulez-vous rester ou venir ?

– Avec vous ! avec vous ! murmura la pauvre mere affolée en s’attachant aux vetements du marquis.

Le vieillard, sans répondre, reprit sa marche. Au bout du corridor, il fit jouer un ressort caché dans le mur ; une porte massive tourna sur ses gonds, et laissa voir un étroit couloir ou l’on ne pouvait s’engager que de profil.

– Mes ancetres, dit-il en se parlant a lui-meme, se firent huguenots au seizieme siecle. Ce fut une faute grieve, – que Dieu puisse leur pardonner en sa miséricorde !… On les traquait alors, comme on nous poursuit maintenant ; les retraites qu’ils se ménagerent contre les catholiques vont servir a un catholique contre les fils de leur damnable doctrine. – Entrez, madame, s’il vous plaît.

Le couloir se terminait par une seconde porte semblable a la premiere, qui s’ouvrait sur un escalier en pierre. Lorsque M. de Graives fit jouer le ressort caché de cette seconde porte, une bouffée d’air humide s’élança au dehors et faillit éteindre la lampe.

– Entrez, madame ma niece, répéta le vieillard.

Henriette, plus morte que vive, descendit en chancelant ces marches glissantes qui exhalaient comme une odeur de tombeau. M. de Graives barricada fortement la porte derriere lui, et descendit a son tour.

– Pour nous découvrir, murmura-t-il, il faudra démolir le château ; mais on le démolira… non point peut-etre pour massacrer une femme et un vieillard : la peine passerait le plaisir ; mais parce que leur âme est avide, et qu’ils savent suivre, a travers les décombres, la piste égarée d’un trésor !

Henriette écoutait, tremblante, ces paroles qui ne lui étaient point destinées. Au bas de l’escalier, le marquis ayant tiré un panneau tournant qui donnait, presque de plain-pied, sur une chambre basse, la jeune femme y entra et s’affaissa aussitôt, épuisée, sur un siége.

La piece ou se trouverent ainsi nos deux fugitifs avait été récemment munie de tout ce qui est nécessaire pour soutenir un blocus. Il y avait des vivres en abondance, de l’eau, et de l’huile pour la lampe. Évidemment le marquis n’avait point été pris au dépourvu. Quant a la piece elle-meme, c’était une sorte de trou rond, bas-vouté, ménagé dans l’épaisseur plus qu’ordinaire de la muraille orientale du château. Une meurtriere, en forme d’entonnoir, permettait au malheureux forcé d’habiter ce cachot de respirer par rares bouffées l’air pur du parc. C’était, en effet, sur le parc, et meme sur l’endroit le plus ombreux du parc, que donnait la meurtriere. A l’extérieur, elle se trouvait cachée par le branchage des arbres.

M. le marquis de Graives déposa sa lampe sur une table, et jeta autour de lui un regard presque satisfait. Ce regard annonçait une détermination si profonde, et a la fois si dépourvue d’espoir, que Mme de Thélouars ne put le soutenir. Elle baissa les yeux en gémissant, et se prit a bercer le petit Alain qui, réveillé par tout ce mouvement, vagissait et se plaignait.

– Tout y est ! dit en ce moment M. de Graives, qui ouvrit son grand livre d’Heures a la place ou il avait naguere interrompu sa pieuse lecture ; – nous avons ici ce qu’il faut pour vivre et pour mourir.

Il approcha la lampe et donna son âme a la religieuse poésie du livre saint. M. le marquis de Graives était préparé des longtemps. Depuis plus d’un mois que ses fils avaient rejoint le petit noyau de royalistes qui tentaient d’organiser insurrectionnellement la campagne de Ploërmel, le vieillard avait du s’attendre a quelque visite armée. Son manoir d’ailleurs avait une réputation de richesse qui ne pouvait manquer de tenter l’âme integre des suppôts de la Convention : en ce temps ou il y avait tant de héros aux frontieres, on salissait volontiers l’uniforme a l’intérieur. Mais a part ces raisons de craindre qui lui étaient communes avec tous les autres gentilshommes non encore spoliés, M. le marquis de Graives avait un motif spécial de compter sur une attaque prochaine.

L’avant-veille, Pierre-Paul, le valet de confiance qu’il employait a éventer les desseins des autorités du voisinage, lui avait appris que la rumeur publique l’accusait de cacher a Graives un inestimable trésor. Par extraordinaire, la rumeur publique ne se trompait point. Soit hasard, soit indiscrétion de quelque royaliste, elle tombait juste. Un trésor était caché a Graives. Or, pour quiconque connaissait les mours des gens de la Convention, d’une rumeur semblable a l’attaque, a l’incendie, au meurtre, il y avait précisément la distance du lieu suspect au plus prochain district, et rien de plus. M. de Graives savait cela ; il prit ses mesures en conséquence. Pierre-Paul fut dépeché en éclaireur ; nous avons vu le résultat de sa derniere reconnaissance.

 

Voici maintenant quel était le trésor tenu en dépôt par M. de Graives. Un peu moins d’un an auparavant, M. de la Rouarie était venu dans le Morbihan, avec son ami de Fontevieux, pour montrer aux royalistes de ces contrées la signature dont les princes, freres du roi, avaient revetu l’acte d’association bretonne. Il y eut une assemblée des partisans de l’insurrection au château de Graives, dont la situation, sur les confins du Morbihan et de l’Ille-et-Vilaine, était particulierement propre a cet objet. A la suite des délibérations, M. de la Rouarie fit deux parts du trésor de l’association. Il garda une somme considérable en billets de caisse, souscrits par M. de Calonne, pour le compte des princes, et remit au châtelain de Graives le reste des billets de caisse, des lettres de change sur M. de Botherel, agent de la famille royale a Jersey, et un diamant d’une énorme valeur, obole princiere, cotisation personnelle de monseigneur le duc d’Enghien en faveur des soutiens du trône. Les billets de caisse gardés par la Rouarie sont ces memes valeurs qui, dirigées sur Paris et confiées pour la négociation a Latouche C…, médecin de Bazouge, mirent ce dénonciateur a meme de livrer a Danton le secret de l’association bretonne.

Quoi qu’il en soit, depuis cette époque, et meme apres la catastrophe qui étouffa l’insurrection, les royalistes du pays entre Vannes et Redon s’accoutumerent a regarder M. de Graives comme le trésorier du parti. Trop vieux pour combattre de sa personne, et connu de tous pour un de ces derniers types de loyauté chevaleresque, égarés dans cet âge de fer, M. de Graives était l’homme qu’il fallait aux serviteurs du roi. Dévoué jusqu’a l’héroisme et tenant a supreme honneur la confiance de ses freres en croyance, il avait plus d’une fois fait serment de mourir avant de rendre le dépôt laissé entre ses mains. Ce dépôt, notablement diminué par la déchéance des billets de caisse, restait néanmoins considérable, a cause du diamant dont la trop grande valeur avait empeché la vente jusqu’alors.

Les proverbes ne mentent guere, et il y a un proverbe qui dit : Abondance de bien nuit. M. le marquis de Graives dépensa trop de courage dans une circonstance ou la plus simple prudence eut été préférable. Il aurait du, des les premieres alarmes, aviser les insurgés de Ploërmel, et se décharger de sa responsabilité ; mais cette responsabilité lui était chere, parce qu’elle portait en elle un péril, et que, grâce a elle, il y avait chance de mourir pour le roi. Lorsqu’il apprit les rumeurs qui se répandaient dans les villes environnantes, il ressentit un mouvement qui ressemblait fort a de la joie, et répéta son serment au fond de son cour. Durant la nuit, il descendit a la cachette dont lui seul, avec ses deux fils, connaissait le secret chemin, fit tranquillement ses préparatifs, et attendit des nouvelles des bleus en lisant son vieux livre d’Heures. Ce qu’il avait prévu ne manqua pas d’arriver. Seulement il y eut luxe d’assaillants. On avait flairé le trésor a Vannes et a Redon : on vint a la fois de Redon et de Vannes. Le coffret que M. le marquis de Graives avait rapporté sous son bras contenait le diamant de Condé, les papiers de l’association, et un morceau de la vraie croix, relique de famille que le vieux seigneur eut livrée aux profanes aussi peu volontiers que le trésor lui-meme.

Entre nos deux reclus, la nuit se passa silencieuse et triste. L’enfant se réveillait de temps en temps ; il avait froid. Mme de Thélouars le regardait alors avec des yeux désolés, et songeait a son mari.

– S’il savait ou nous sommes ! pensait-elle.

Mais ces mots étaient seulement une plainte, et non point l’expression d’un espoir. La plus folle imagination n’aurait pu concevoir désormais un moyen de communiquer avec les insurgés de Ploërmel. Une heure auparavant, la chose était possible. Un mot prononcé par le vieux seigneur eut transformé ses serviteurs en autant d’émissaires, mais ce mot, il ne l’avait point voulu prononcer. Son dévouement, dépassant l’héroisme pour arriver a la monomanie, prétendait obstinément au martyre.

Cette pensée de martyre, caressée peut-etre pendant de longs mois, trônait despotiquement dans son esprit. Trop tyrannique pour etre lucide, elle mettait dans l’ombre tout raisonnement. M. de Graives ne voyait pas, ou ne voulait pas voir qu’il faut un but a tout sacrifice, et que le martyre inutile n’est qu’une sublime erreur ; mais Dieu nous garde d’un blâme inopportun contre de telles faiblesses ! Elles sont trop rares pour etre dangereuses, et ce n’est pas notre époque qui a besoin d’un frein pour modérer l’exagération des instincts généreux. M. de Graives, et c’est ce que nous avons voulu établir, se croyait donc obligé d’honneur a mourir aupres du dépôt confié. Qu’il se trompât ou non, il pensait etre a son poste et remplir un étroit devoir.

On n’entendait plus aucun bruit a l’extérieur. Sans nul doute, les révolutionnaires étaient entrés au château. Ils cherchaient. Tant que dura la nuit, le silence de la cachette ne fut point troublé ; mais, au moment ou une ligne blanchâtre commençait a marquer l’étroite ouverture de la meurtriere, et annonçait le lever du jour, Mme de Thélouars entendit avec effroi des coups réguliers et lointains encore. C’était comme le bruit de la pioche attaquant une forte muraille.

Le vieillard n’avait point son appareil acoustique. Aucun son ne parvenait a son oreille. Il continuait sa lecture. Mais bientôt l’effort des démolisseurs, redoublant sans cesse, produisit un ébranlement périodique et sensible. M. de Graives releva la tete et devint attentif. Puis, apres s’etre assuré qu’il ne se trompait point, il quitta son siége et ouvrit une sorte de placard pratiqué dans le mur. De ce placard, il tira un baril d’un demi-pied de diametre ainsi qu’une meche d’étoupe soufrée, et plaça le tout sur la table. Henriette le regarda faire avec indifférence, car elle ne savait pas ce que contenait le baril.

 

– S’ils poussent droit, murmura le vieillard, nous en avons pour une heure ; s’ils dévient d’un pied seulement, ils pourront travailler pendant deux jours avant d’arriver jusqu’a nous.

Et il ajouta avec un soupir :

– Ce sera bien long !

Mais, comme il prononçait ces mots, son regard tomba sur Mme de Thélouars, dont la tete s’était penchée sur sa poitrine. La fatigue avait vaincu la jeune femme ; ses yeux s’étaient fermés un instant, et son front incliné touchait les boucles blondes qui couronnaient le front du petit Alain. Le visage de M. de Graives exprima une commisération profonde.

– Pauvres enfants ! pensa-t-il.

Car la mere et la fille étaient également pour lui des enfants. Son âge quintuplait l’âge de la jeune femme. – Il fit sur lui-meme un effort violent, et détourna ses yeux de ce groupe dont la vue amollissait son cour. Il pouvait avoir pitié, mais il ne pouvait point fléchir dans son dessein, parce que le devoir commandait, et que, depuis cent ans, M. de Graives obéissait au devoir.

Il enleva le couvercle du baril, remua le contenu avec la pointe de son épée, et y introduisit de force le petit coffret. Cela fait, il posa la meche soufrée tout a côté de la lampe.

– La premiere pierre qui branlera, dit-il, sera mon signal… Ah ! que c’eut été un glorieux moment sans cette femme, et pourquoi est-elle venue pour empoisonner la joie de ma derniere heure !

A ce moment, Henriette tressaillit et s’éveilla. L’enfant se prit a sourire en étendant ses bras vers la meurtriere. M. de Graives, pour ne point voir ce spectacle qui le navrait, reprit son livre de prieres. Henriette se leva doucement, et s’approcha de l’ouverture. – Le petit Alain souriait toujours.

C’est que, au dehors, sous le branchage épais des arbres du parc, une voix douce, voix d’enfant ou de femme, chantait les couplets d’une chanson connue de tout habitant du pays de Vannes. Elle disait ces naives paroles, si populaires dans les bruyeres morbihannaises :

C’est au pays de Bretagne

Qu’on fait de jolis sabots ;

Tenez vos petits pieds chauds,

Ma belle brune…

Et vous, gars a marier,

Cherchez fortune !

M. de Graives n’entendait rien et lisait son livre d’Heures.

– Janet ! prononça bien bas Mme de Thélouars qui tâchait de passer sa tete a travers la meurtriere.

La voix cessa de chanter.

– Janet Legoff ! répéta Henriette.

– Qui m’appelle ? dit la voix avec une expression d’étonnement inquiet.

Avant qu’Henriette put répondre, on entendit armer un pistolet sous le feuillage. Aussitôt un bruit de pas agiles et précipités retentit sur le gazon du parc, et la voix, lointaine maintenant, continua avec un accent de bravade :

Les rochers y sont de pierre,

De pierre du haut en bas ;

Le soleil ne les fond pas,

Non plus la lune…

Et vous, gars a marier,

Cherchez fortune !