Le Rival du Roi - Michel Zévaco - ebook
Kategoria: Obyczajowe i romanse Język: francuski Rok wydania: 1899

Le Rival du Roi darmowy ebook

Michel Zévaco

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

e-czytniku EPUB
tablecie EPUB
smartfonie EPUB
komputerze EPUB
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Opis ebooka Le Rival du Roi - Michel Zévaco

La suite de «La Marquise de Pompadour»

Opinie o ebooku Le Rival du Roi - Michel Zévaco

Fragment ebooka Le Rival du Roi - Michel Zévaco

A Propos
Chapitre 1 - SAINT-GERMAIN A L’OUVRE
Chapitre 2 - LOUIS XV

A Propos Zévaco:

Zévaco s’installe a Paris a sa sortie de l’armée, en 1888. Il devient journaliste, puis secrétaire de rédaction a L’Egalité que dirige le socialiste révolutionnaire Jules Roques. Il se présente sans succes aux élections législatives de 1889 pour la Ligue socialiste de Roques: il fait a cette époque connaissance avec Louise Michel et croise également Aristide Bruant et Séverine. Il fera plusieurs séjours a la prison Sainte-Pélagie pour des articles libertaires, en pleine période d’attentats anarchistes. Il est condamné le 6 octobre 1892 par la cour d'assise de la Seine pour avoir déclaré dans une réunion publique a Paris : « Les bourgeois nous tuent par la faim ; volons, tuons, dynamitons, tous les moyens sont bons pour nous débarrasser de cette pourriture » Il abandonne le journalisme politique en 1900, apres avoir tenté de défendre Alfred Dreyfus. En meme temps, son retour vers le roman feuilleton avec Borgia! en 1900, publié dans le journal de Jean Jaures La Petite République socialiste est couronné de succes. Zévaco écrit plus de 1 400 feuilletons (dont, a partir de 1903, les 262 de La Fausta, qui met en scene le chevalier de Pardaillan) pour le journal de Jaures, jusqu’a décembre 1905, époque a laquelle il passe au Matin, dont il devient le feuilletonniste attitré avec Gaston Leroux. Entre 1906 et 1918, Le Matin publie en feuilletons neuf romans de Zévaco. Avant et apres sa mort paraissent dix volumes des aventures de Pardaillan pere et fils. La guerre se rapprochant de Pierrefonds, la famille Zévaco s’installe un peu plus a l’abri a Eaubonne (Val d’Oise) en 1917. Il meurt en aout 1918, sans doute d’un cancer. Source: Wikipedia

Copyright: This work is available for countries where copyright is Life+70 and in the USA.
Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

Chapitre 1 SAINT-GERMAIN A L’OUVRE

A peu pres vers l’heure ou ces choses se passaient dans la maison des quinconces, c’est-a-dire vers quatre heures du matin, c’était le moment ou, dans la mystérieuse maison de la ruelle aux Réservoirs, le comte du Barry songeait au meurtre du chevalier d’Assas.

Ainsi, tandis que la femme, dans cette étrange association, déployait toutes ses ruses et faisait des miracles pour conquérir les sens et peut-etre le cour du roi, l’homme s’appretait a tuer !…

Dans le début de cette soirée, lorsque la nuit venait de tomber, un homme soigneusement enveloppé de son manteau entrait dans la ruelle aux Réservoirs.

Il marcha directement, sans hésitation, vers la maison de M. Jacques.

Cet homme, c’était le comte de Saint-Germain qui, apres la séance de magnétisme de Paris, était monté dans sa voiture.

Pendant tout le trajet de Paris a Versailles, il dormit, non pas tranquillement, mais profondément.

Le comte s’était donné a lui-meme l’ordre de dormir, – et il dormait !

Ce serait peut-etre le moment de placer ici la théorie du magnétisme : nous préférons simplement laisser a nos lecteurs le droit de croire ou de ne pas croire et de consulter sur ce sujet les stupéfiants travaux qui s’accomplissent de nos jours : une visite a un hôpital psychiatrique pourrait convaincre les plus incrédules.

Quant a nous, nous adoptons, sans plus, les récits qui nous sont parvenus sur cet homme extraordinaire qu’était le comte de Saint-Germain.

Et sans autre discussion, nous passons a l’exposé des faits.

Ils sont étranges, – ils sont probants…

Aux premieres maisons de Versailles, le cocher avait réveillé Saint-Germain, puis continué a rouler.

Le comte avait arreté sa voiture sur la place du château, ou plutôt sur l’esplanade qui est devenue ce qu’on appelle aujourd’hui la place.

Et il avait gagné a pied la ruelle aux Réservoirs.

– Pourvu que j’arrive a temps ! – songeait-il avec angoisse.

Mais cette angoisse ne se traduisait nullement au dehors : Saint-Germain conservait cette apparence de froideur qu’il s’était imposée et qu’il conservait meme quand il était seul.

Il alla frapper a la porte de la maison de M. Jacques.

Comme toujours, un judas s’ouvrit d’abord, puis la porte. Un laquais parut.

– Que demandez-vous ? fit assez rudement le domestique en cherchant a dévisager l’inconnu.

– Je voudrais parler a M. le chevalier d’Assas, dit simplement Saint-Germain.

– En ce cas, vous vous trompez, monsieur : la personne que vous dites ne demeure pas ici… voyez plus loin.

Le laquais repoussa la porte.

Brusquement, le comte de Saint-Germain tendit le bras vers cette porte, mais sans la toucher.

Le laquais s’arreta net dans le mouvement qu’il faisait pour fermer.

Une sorte d’horreur convulsait le visage de cet homme.

Il était comme paralysé…

– Qu’avez-vous donc, mon ami ? dit Saint-Germain.

– Je ne sais… je crois que… je meurs… j’étouffe… oh !…

– Allons, remettez-vous… et surtout ne criez pas… je puis, mieux que personne, vous guérir du mal foudroyant qui vient de s’emparer de vous…

– Vous ?… ah !… a moi !… râla le malheureux.

– Je suis médecin, dit Saint-Germain, un grand médecin… Voulez-vous que je vous peigne les symptômes de votre mal ? vous pourrez par la juger de ma science…

– J’étouffe… je… meurs… grâce !… a moi !…

– Voici : vous avez exactement l’impression d’un cercle de feu autour de votre tete…

– Oui, oui !… cela me brule…

– Et, a la gorge, l’impression d’une main puissante qui vous étranglerait…

– Oui, oui, j’étouffe…

– Vous ne pouvez faire aucun mouvement…

– Oui, oui… je me pétrifie…

– Je connais votre mal, et j’en ai le remede sur moi…

– Donnez ! Oh ! donnez !…

– Impossible… Dans un instant, vous ne pourrez plus meme parler ; dans cinq minutes, vous serez mort…

Le laquais voulut jeter un grand cri.

Mais comme le lui avait annoncé le terrible visiteur, il ne pouvait plus !… Toutes les sensations qu’avait dépeintes Saint-Germain, il les avait éprouvées au fur et a mesure qu’il les décrivait.

Il ne douta plus qu’il ne fut sur le point de mourir.

– Conduisez-moi dans la maison, reprit alors Saint-Germain, faites en sorte que personne ne me voie, et je me charge de vous guérir : dans quelques instants, vous serez aussi vigoureux qu’avant l’attaque. Voyons, hâtez-vous, car je n’ai pas de temps a perdre ici, puisque celui que je cherche n’y demeure pas. Me faites-vous entrer ?

– Oui, répondit le laquais sans s’étonner que la voix lui fut revenue.

– Conduisez-moi donc : voici ma main…

Et sans s’étonner non plus que la faculté du mouvement lui revînt aussi, le laquais prit Saint-Germain par la main et, ayant refermé la porte, le conduisit dans le pavillon de gauche – celui qu’habitait d’Assas.

– La ! fit alors le comte, si M. Jacques vous demande qui a frappé a la porte, vous répondrez que c’était un passant qui se trompait de porte. N’est-ce pas, mon ami ?

– Oui, maître ! dit le laquais.

– Allez donc. Je vous attendrai ici.

Le laquais n’éprouva aucune surprise de ce que cet inconnu lui parlât de M. Jacques. Il trouva tout naturel que l’étranger lui donnât des ordres. Il ne se souvenait plus de ce mal foudroyant qui venait de le saisir. Il ne se rappelait plus que ce médecin ou soi-disant tel devait le guérir.

Il obéissait passivement, mécaniquement.

Il se rendit dans le pavillon qui donnait sur la rue. Il y trouva M. Jacques qui, en effet, l’interrogea, et il fit la réponse qui lui avait été indiquée.

Quelques minutes plus tard, M. Jacques sortait avec le comte du Barry et Juliette pour se rendre a la maison des quinconces ou nous les avons vus a l’ouvre l’un apres l’autre.

Le laquais était revenu dans le pavillon a gauche de la cour.

– Comment t’appelles-tu ? demanda Saint-Germain.

– Lubin, maître, répondit le laquais.

Et il lui parut tout naturel d’appeler maître cet étranger. Aucune autre appellation ne se présenta a lui.

– Ou est le chevalier d’Assas ? demanda Saint-Germain.

– Il est sorti, répondit Lubin qui n’avait plus le moindre souvenir d’avoir soutenu que le chevalier n’habitait pas la !

– Pour aller… ou est Mme d’Étioles ?

– Assurément. Il ne peut etre que la !

– Et crois-tu qu’il parvienne a la voir ?

– Sans aucun doute. Les précautions du général sont trop bien prises…

– Quel général ?… Es-tu fou ?… Il n’y a que M. Jacques.

– C’est vrai, dit Lubin. Pardonnez-moi…

– Mais comment sais-tu des secrets de cette importance, toi ?… Allons, tu m’as menti… tu ne t’appelles pas Lubin…

– C’est vrai, maître… je ne m’appelle pas Lubin.

– Ton vrai nom, alors ?… parle… Il le faut !…

– Vicomte d’Apremont… dit Lubin qui suait a grosses gouttes.

– Bien. Je comprends. Au surplus, j’aime encore mieux t’appeler Lubin. Je crois que de ton côté…

Le visage de Lubin, qui était convulsé par l’angoisse, redevint radieux.

– Allons, tu vois, reprit Saint-Germain ; je ne connais ici que Lubin… ton vrai nom, je ne veux pas le savoir, je ne l’ai jamais su, tu entends ?

– Oui, maître ! fit Lubin rayonnant.

– Et que doit faire le chevalier d’Assas ? reprit Saint-Germain.

– Il doit amener ici Mme d’Étioles.

– Ici meme ?…

– C’est-a-dire dans le pavillon d’en face.

– Et alors, que doit-il arriver ?…

– Mme d’Étioles doit demeurer ici, prisonniere.

– Et le chevalier ?

– Du Barry s’en charge : il doit le tuer.

– Quand cela ?…

– Mais… des que cela sera nécessaire ; peut-etre dans huit jours, ou dans un mois…

– Ou peut-etre des ce soir… N’as-tu pas un peu pénétré l’intention secrete de du Barry ?…

Lubin parut faire un gros effort.

– Je crois, dit-il, haletant, que son intention est vraiment de le tuer ce soir !

– C’est-a-dire trop tôt !…

– C’est cela, maître, c’est bien cela !

– C’est-a-dire qu’il désobéira a M. Jacques.

– Oui ! fit Lubin avec une visible expression d’épouvante.

– Lubin, dit le comte, il faut empecher cela a tout prix. Tu comprends l’importance ?

– Comment faire ? balbutia Lubin en se tordant les bras.

– Voyons ; je veux te tirer d’embarras. As-tu confiance en moi ?

– Oh ! oui, maître… une confiance sans bornes…

– Es-tu décidé a m’obéir aveuglément ?

– Parlez… ordonnez… j’obéirai !

– Eh bien, cache-moi quelque part ou je puisse surveiller a la fois du Barry et d’Assas !

Lubin se mit a trembler.

– Non, murmura-t-il, non, pas cela !… je ne peux pas… je ne veux pas !…

C’était un tour de force extraordinaire qu’avait accompli jusque-la le comte de Saint-Germain en imposant sa volonté au faux laquais sans le mettre en état de magnétisme.

Il entrait dans son plan de ne pas essayer ce moyen extreme. En effet, il fallait que Lubin gardât toute sa présence d’esprit, en employant le mot présence dans son sens effectif et non métaphorique.

Devant la soudaine résistance de Lubin, le comte eut une minute d’angoisse. Il était livide de l’effort qu’il faisait succédant a la terrible dépense de forces qu’avait nécessitée l’interrogatoire d’Eva.

– Vicomte d’Apremont, dit-il, vous voulez donc résister ?

– Je ne suis pas le vicomte d’Apremont, dit le laquais avec désespoir, je suis Lubin.

– Vicomte d’Apremont, reprit Saint-Germain, prenez garde, vous allez m’obliger a user de rigueur. Je vais etre forcé de vous endormir, et alors, voyez ce qu’il peut en résulter pour vous ! M. Jacques ne pourra jamais croire que vous ne l’avez pas trahi…

Lubin frissonna. Il voulut reculer, jeter un cri…

Mais déja Saint-Germain avait marché sur lui, le bras tendu, esquissant les passes magnétiques par lesquelles il avait l’habitude d’agir. Une minute, Lubin haleta, se débattit.

Saint-Germain suait a grosses gouttes.

Coute que coute, il ne voulait pas endormir Lubin.

Celui-ci, tout a coup, baissa la tete, vaincu.

– Je puis vous cacher, dit-il en poussant un effrayant soupir.

– Bien, mon ami, fit Saint-Germain. Rassurez-vous sur mes intentions : je ne suis ici que pour empecher un crime de se commettre… un crime que votre maître réprouverait… Le reste ne me regarde pas… Me croyez-vous ?…

– Oui, je vous crois… je vois en vous… et je n’y vois qu’une pensée généreuse…

– Vous savez de quel crime je veux parler ?

– Oui, le meurtre du chevalier d’Assas !…

– Moi seul puis l’empecher. Vous etes donc décidé a me cacher dans cette maison ?… Mais prenez bien garde, il faut que je puisse y rester au besoin plusieurs jours sans risquer d’etre découvert…

Lubin sourit : il était tout a fait dompté.

– Venez ! dit-il simplement.

Et, suivi de Saint-Germain, il sortit du pavillon, traversa la cour et entra a droite, c’est-a-dire dans le pavillon ou se trouvaient précédemment du Barry et Juliette, – ou devaient venir d’Assas et Jeanne.

Ce pavillon se divisait en deux parties : a droite, l’appartement tel que nous l’avons vu ; a gauche, une piece unique.

C’est dans cette piece que Lubin conduisit le comte de Saint-Germain.

Elle était sommairement meublée d’une table, de deux fauteuils et d’un grand canapé sur lequel on pouvait au besoin dormir.

La fenetre, qui donnait sur la cour, était garnie d’épais rideaux.

– Personne n’entre jamais ici, dit Lubin. Vous y serez en parfaite sureté…

– Tres bien. Et si j’ai besoin de vous appeler ?

Lubin lui désigna un cordon de sonnette dont le fil allait se perdre au dehors.

– Voici, dit-il : vous n’aurez qu’a secouer deux fois ce cordon.

– Vous pouvez donc vous retirer, dit Saint-Germain en plongeant son regard dans les yeux de Lubin. Mais jusqu’a ce que je vous appelle, vous devez oublier que je suis ici… vous m’entendez bien ?

Lubin tressaillit, mais s’inclina.

– La précaution est bonne, murmura le comte. Il paraît que ce digne Lubin songeait a me trahir.

Cependant, sur un geste de lui, Lubin était sorti.

Il traversa la cour comme un homme ivre et, rentrant dans le pavillon de droite, tomba sur un fauteuil.

Quelques minutes plus tard, il se redressait et jetait un regard étonné autour de lui.

– Ah ça ! fit-il en passant ses deux mains sur son front, j’ai donc bien dormi !… Oui, j’ai dormi sur ce fauteuil… Et pourtant… voyons, que m’est-il arrivé ?… Il m’est donc arrivé quelque chose ?…

Il s’interrogea, chercha a reconstituer l’heure qui venait de s’écouler.

– J’ai revé, murmura-t-il en secouant la tete… Il faut bien que j’aie revé… J’ai profondément dormi… Il est étrange pourtant que je me sois endormi tout d’un coup ici et que je ne me souvienne pas du moment ou j’ai fermé les yeux…

 

Cela posé, nous reprendrons maintenant le chevalier d’Assas et Jeanne au point meme ou nous les avons quittés.

On a vu que, rapidement, la conversation était devenue assez embarrassée entre ces deux etres que séparait un abîme et qui semblaient pourtant avoir été créés l’un pour l’autre.

Ou, du moins, cet embarras existait chez le chevalier d’Assas.

En effet, de voir Jeanne si paisible, si confiante, alors qu’elle se trouvait seule avec lui, cela lui prouvait que jamais elle ne le considérerait comme un amoureux.

N’y avait-il pas meme une sorte de cruauté dans la tranquillité de la jeune femme ?

C’est possible, et nous ne prétendons pas la montrer meilleure qu’elle n’était.

Cruauté inconsciente, en tout cas. Et certes, elle était trop intelligente, d’esprit trop libre, pour feindre des craintes qu’elle n’éprouvait pas : le chevalier était pour elle un frere – mais rien qu’un frere.

Pendant que d’Assas, infiniment heureux de se trouver en tete a tete avec Jeanne et infiniment malheureux de la sentir si loin de lui par le cour, se désolait, se rongeait, pâlissait et rougissait coup sur coup, Jeanne, de son côté, réfléchissait aux moyens de sauver le roi, c’est-a-dire de l’empecher de jamais retourner a la maison des quinconces ou, d’apres les paroles de Julie (Juliette Bécu), un si grave danger le menaçait.

Jeanne n’avait aucun motif de douter des paroles de la remplaçante de Suzon.

Oui, surement, il y avait un guet-apens organisé contre le roi.

Il fallait donc que Louis XV fut prévenu des le matin qui suivrait…

Et par qui ?… Un moment, elle songea a se rendre elle-meme au château.

Mais comment parviendrait-elle aupres du roi ? Et ne serait-ce pas, meme, précipiter le dénouement redouté, si on l’apercevait au château ?…

Les gens assez puissants pour avoir organisé le traquenard n’arriveraient-ils pas a l’empecher de parler au roi ?…

Alors, il lui faudrait crier, provoquer un scandale, sans certitude d’aboutir…

Et pourtant, il fallait agir promptement ! La vie du roi peut-etre dépendait d’elle en ce moment !

A cette idée, Jeanne se sentait pâlir et frissonner de tout son corps.

Peu a peu, a force de regarder le chevalier d’Assas, elle finit par se dire qu’il pouvait, qu’il devait aller trouver le roi.

Quoi !… Lui qui l’aimait !… C’est lui qu’elle allait charger de sauver un rival !…

Il fallait, ou que Jeanne eut une bien haute idée de la générosité du chevalier, ou qu’elle aimât bien profondément le roi !

Tout a coup cette pensée lui vint que Louis XV devait avoir conservé peut-etre une rancune contre le chevalier.

Des lors, avec son esprit alerte et prompt a saisir les solutions les plus subtiles, elle entrevit le parti qu’elle pouvait tirer de la situation ! D’Assas était un pauvre officier sans autre avenir que celui que pouvait lui assurer son courage.

Il aurait toujours a lutter contre le mauvais vouloir du roi auquel il avait osé tenir tete sur la route de Versailles…

Sauver Louis XV et assurer du meme coup la faveur du chevalier… Jeanne y pensa sur-le-champ.

C’était d’Assas qui devait aller trouver le roi.

C’était lui qui devait le sauver…

Alors, la reconnaissance royale lui était a jamais assurée…

Voila le reve naivement pervers auquel se livrait Jeanne.

Cependant le repas était terminé depuis longtemps. La pendule marquait une heure du matin. Les deux jeunes gens, placés dans une si étrange situation, se taisaient.

Jeanne, toute a son plan, souriait, le visage animé.

– Madame, fit tout a coup le chevalier en se levant, je crois que vous devez etre fatiguée. Souffrez donc que je vous souhaite une bonne nuit et que je me retire…

– Etes-vous si pressé de me quitter ? fit Jeanne.

Le chevalier sourit tristement : dans cette parole, il ne voyait qu’une politesse de grande dame, ou tout au plus un mot de pitié.

– Je vous tiendrai compagnie autant que vous m’en donnerez l’ordre, dit-il ; mais je vous vois si préoccupée…

Elle le regarda franchement, de ses grands beaux yeux qui faisaient frémir le jeune homme.

– Eh bien ! oui, dit-elle, je suis préoccupée… j’ai quelque chose a vous dire… et je songe au moyen de m’assurer votre généreux concours… car c’est un sacrifice que je vais vous demander.

– Un sacrifice ? fit ardemment le chevalier. Ah ! que ne me demandez-vous ma vie !…

– Chevalier, dit-elle gravement, c’est beaucoup plus que votre vie que je vais vous demander. Si je ne connaissais votre grand cour, je n’oserais me hasarder a vous supplier…

– Me supplier ! s’écria d’Assas violemment ému. Quoi, madame !… Vous pleurez !…

Elle pleurait, en effet. L’idée du danger couru par le roi le torturait.

Doucement, d’Assas se mit a genoux devant elle.

– Madame, dit-il, voyez le gentilhomme qui est a vos pieds. Dites-vous bien qu’il vous appartient corps et âme et que vous n’avez pas a le supplier ; un ordre suffit. Cet ordre sera exécuté, quel qu’il soit !…

– Relevez-vous, dit Jeanne troublée jusqu’a l’âme. Vous etes un noble cour. Et je suis bien malheureuse de ne pas vous avoir rencontrée plus tôt… Relevez-vous, chevalier : je ne dirai rien de ce que j’avais dans l’esprit…

– Oh ! murmura le chevalier, c’était donc bien terrible pour moi, que vous n’osez plus le dire !…

– Je voulais vous prier de sauver le roi, dit Jeanne tout d’une voix.

Ce mot lui échappa pour ainsi dire, malgré la résolution tres sincere qu’elle venait de prendre de ne rien dire.

A peine eut-elle parlé qu’elle s’en repentit.

Le chevalier était devenu pâle comme un mort.

Elle comprit ou crut comprendre qu’elle l’avait gravement offensé.

Elle baissa la tete et murmura :

– Pardonnez-moi… ne tenez pas compte de ce que je viens de dire…

D’Assas s’était relevé lentement. Une affreuse douleur lui serrait le cour.

Il n’y avait plus d’espoir possible pour lui…

Jeanne, effrayée de l’effet qu’elle venait de produire, se détestait d’avoir osé demander un tel sacrifice…

– Pardonnez-moi, reprit-elle, je vous ai fait du mal… je n’ai pas d’excuse… je savais que j’allais vous faire du mal, et pourtant j’ai parlé… Ah ! je ne sais ce que je donnerais pour que cette minute soit abolie dans mon souvenir et le vôtre…

– Dites-moi comment je puis sauver celui que vous aimez ? dit le chevalier d’une voix étrangement calme.

Jeanne tressaillit…

Tant d’abnégation, tant de dévouement, une telle pureté plus qu’humaine dans un tel amour, cela lui causait une sorte d’admiration étonnée… mais hélas ! rien que de l’admiration !

L’amour des femmes est cruel parce qu’il est exclusif.

Jeanne aimait le roi et n’aimait que lui !

Il est impossible de lui en faire un crime. Et si le chevalier était vraiment a plaindre, vraiment a admirer, il n’y avait pas moins de réelle grandeur d’âme chez celle qui, désespérément, avec une sorte d’entetement farouche, ne perdait pas de vue un seul instant qu’elle était la pour sauver celui qu’elle aimait !

D’un geste charmant dans sa grâce et son émotion débordante, elle saisit une main de d’Assas, se pencha et baisa cette main.

Ce fut pour le chevalier une impression d’une douceur infinie et d’une terrible douceur.

Cet hommage, il l’accepta, comme jadis le gladiateur qui allait mourir dans le cirque acceptait le baiser que lui envoyait l’impératrice romaine.

Et en effet, la pensée de la mort se présentait a lui a ce moment sans qu’il eut le courage de l’écarter.

Oui !… Sauver ce roi… cet homme que Jeanne aimait ! Le sauver pour qu’elle ne souffrît pas ! Prendre pour lui toute la douleur, tout le sacrifice, et ne lui laisser, a elle, que l’amour radieux… Peut-etre alors, quand il ne serait plus, vivrait-il dans le souvenir attendri de Jeanne…

Et, le roi sauvé, disparaître ! mourir !

Telle fut, ces quelques secondes, la pensée qui se développa dans le cour de ce jeune homme.

Il se raidit pour dompter l’émotion qui l’étreignit.

Et quand il fut parvenu a affermir sa voix :

– Madame, dit-il, votre attitude me prouve que vous croyez a un grand sacrifice de ma part. Il y a sacrifice, je l’avoue ! Je vous aimais. Depuis cette minute adorable et fatale ou, sur la clairiere de l’Ermitage, j’eus le bonheur de m’interposer entre le comte du Barry et vous, je vous ai aimée follement… C’était une folie ! Nous n’étions pas nés l’un pour l’autre. Cette folie, j’en puis venir a bout. Et puis, nous autres soldats, nous ne gardons pas longtemps les memes passions au cour. La vie des camps, les hasards de la guerre sont la plus puissante des distractions… Si je vous disais que je parviendrai a vous oublier, vous ne me croiriez pas. Mais je puis sincerement vous assurer que je ne garderai aucun souvenir amer de cette rencontre, et que le sacrifice n’est peut-etre pas aussi étonnant que vous le supposez… Ainsi donc, parlez hardiment, et dites-moi comment je puis sauver Sa Majesté notre roi.

– Ah ! cour magnanime ! s’écria Jeanne au comble de l’émotion. Pensez-vous que je sois dupe, et que vous me vaincrez en générosité ? Chevalier, cessons de parler d’un sujet qui vous est affreux et qui me deviendrait odieux a moi ! Oublions ce qu’un instant de folie m’a pu faire dire…

– Ainsi, madame, vous ne voulez plus me dire quel danger menace le roi ?

– Non, chevalier, non, ami parfait que j’ai pu blesser de tout mon égoisme !…

– En ce cas, reprit d’Assas froidement, je vous jure que je vais de ce pas me rendre au château…

– D’Assas ! cria Jeanne palpitante.

– Faire réveiller le roi, et lui dire qu’il est menacé…

– Vous ne sortirez pas !…

– Et comme il me sera impossible d’expliquer le genre de danger que je signalerai, il est certain que le roi prendra ombrage et défiance de ma démarche si étrange. Cela, joint a la scene de la route de Versailles…

Jeanne jeta un cri de désespoir.

Elle entrevit que le dévouement de d’Assas allait aboutir a une catastrophe.

– Vous le voulez donc ! fit-elle, bouleversée.

– Je le veux ! dit d’Assas fermement.

– Écoutez donc !…

Elle se recueillit quelques minutes, cherchant a apaiser les palpitations de son sein. Livide, mais tres calme en apparence, d’Assas attendait…

Alors, Jeanne, en quelques mots, raconta ce qui venait de lui arriver dans la maison des quinconces : le départ de Suzon, l’arrivée de la nouvelle femme de chambre, le récit de cette Julie si mystérieuse, ses étranges aveux… enfin, a tout prix, il fallait empecher le roi de retourner dans cette maison ou surement un guet-apens était organisé contre lui.

D’Assas avait écouté avec une profonde attention.

Il comprenait ou croyait comprendre ce qui se tramait.

La vérité se faisait jour peu a peu dans son cerveau : lui-meme, inconsciemment, avait aidé a l’organisation de ce guet-apens !… Il était l’un des rouages de la formidable machine que M. Jacques mettait en mouvement !…

Des lors sa résolution fut prise, et rapidement, il fit son plan.

– Madame, dit-il, je crois en effet que le roi est sérieusement menacé. J’ai encore plus de raisons de le croire que vous-meme. Il faut que dans une heure Sa Majesté soit prévenue… Elle le sera !

– Comment vous remercier ? balbutia Jeanne. Hélas ! vous etes de ceux que leur fierté met au-dessus de tout remerciement…

– Quant a vous, madame, reprit le chevalier comme s’il n’eut pas entendu ces paroles, en sortant du château je reviendrai vous prendre ici… il ne faut pas que vous y restiez… et je vous conduirai ou bon vous semblera… pour vous dire un éternel adieu… Quant au roi…

A ces derniers mots, d’Assas s’arreta court.

Il y eut dans son cour comme un rugissement de douleur.

Mais a ce mot, aussi, une idée soudaine traversa l’esprit de Jeanne.

Elle devint tres pâle, et hésita un instant, comprimant de sa main les battements de son sein.

Sans doute ces deux cours étaient vraiment dignes l’un de l’autre.

Sans doute c’était un grand malheur que Jeanne eut été lentement et surement poussée par son entourage a aimer le roi.

Car cette pensée de générosité qui venait de se faire jour en elle était aussi grande, aussi belle, aussi pure qu’avait pu l’etre le dévouement du chevalier…

Celui-ci, morne et froid en apparence, fit rapidement ses apprets de départ.

Il jeta son manteau sur ses épaules.

Alors, les levres tremblantes, les yeux hagards, il se tourna une derniere fois vers Jeanne.

– Quant au roi… reprit-il.

Brusquement, Jeanne lui saisit les deux mains.

– N’achevez pas, dit-elle palpitante, et écoutez-moi… Vous parlez du roi. Je vois tout ce que vous souffrez. Je vois tout ce que vous imaginez. Eh bien, sachez-le, Louis XV n’est encore pour moi que le roi de France !…

– Je le sais, madame… haleta d’Assas.

– Laissez-moi finir ! Je vous ai dit que vous ne me vaincriez pas en générosité. Je le prouve. Le roi, d’Assas, eh bien, oui, je l’aime !… Mais si le sentiment que j’ai pour vous n’est pas de l’amour, j’éprouve pres de vous un je ne sais quel charme de jeunesse et de pureté qui rafraîchit mon âme… Ce que j’éprouve surtout en ce moment, c’est une insurmontable horreur a la pensée d’accepter votre sacrifice sans vous prouver que j’en suis digne…

– Madame… je vous en supplie…

– Laissez-moi finir ! reprit Jeanne plus ardemment. Voici ce que je voulais vous dire, d’Assas, mon ami, mon frere… Allez sans crainte, allez paisible et confiant, ne redoutez rien pour l’avenir, ne craignez pas que Louis puisse jamais etre autre chose pour moi que le roi de France !…

– Jeanne ! Jeanne ! balbutia le chevalier ébloui, chancelant.

– Je le jure, acheva-t-elle gravement : Louis XV ne sera jamais mon amant !… Ni lui… ni personne !…

D’Assas tomba lourdement sur ses genoux et colla ses levres sur les mains de Jeanne.

Toute pâle, toute fiere, transfigurée par un souffle d’héroisme, elle le regardait en souriant.

– Allez, fit-elle dans un souffle, allez, maintenant : vous pouvez sauver le roi !…

Le comte du Barry, son poignard solidement emmanché dans sa main, était sorti du pavillon de gauche et avait traversé la cour.

Il était décidé a tuer d’Assas.

Dans la soirée, il avait préparé les serrures du pavillon de droite de façon a pouvoir y entrer facilement et sans bruit. Son plan était en effet de pénétrer dans le logis ou il supposait d’Assas endormi dans les bras de Jeanne. Si, malgré les précautions qu’il avait prises, il ne pouvait pas entrer, il attendrait pres de la porte, dans l’ombre du couloir d’entrée, et frapperait le chevalier au moment ou celui-ci sortirait.

Du Barry entra donc dans le couloir.

Du bout de son poignard, il tâta la serrure de la porte.

Il était tres froid, tres maître de lui. Il n’éprouvait ni émotion, ni remords, ni rien qui put le troubler.

Tout de suite, il constata que la serrure ne tiendrait pas contre une pesée.

Il se pencha pour préparer la besogne.

A ce moment, il crut percevoir un bruit confus de voix…

Il écouta attentivement et bientôt reconnut que le chevalier d’Assas et Mme d’Étioles parlaient. Il chercha alors a saisir quelques mots, mais il ne put y parvenir.

Cependant cet incident lui prouvait qu’il devait modifier son plan.

Le chevalier était debout, réveillé : il faudrait batailler ; d’Assas était de taille a se défendre et a vaincre… Or du Barry ne voulait pas un duel : il venait pour tuer !

Il se recula donc en grondant. Et alors toute son émotion lui revint, c’est-a-dire toute sa rage.

Allait-il etre obligé de s’en aller, de remettre l’exécution a un moment plus propice ?…

Non, non !… Il attendrait la, voila tout !

Et fut-ce en plein jour, il frapperait !… Ensuite, une fois l’irréparable accompli, il s’expliquerait avec M. Jacques, persuadé d’ailleurs qu’on ne lui tiendrait pas rigueur.

Tout a coup, il entendit a l’intérieur un bruit de pas qui se rapprochait rapidement de la porte.

– C’est lui ! murmura-t-il. Il va sortir !… Le voici !… Je le tiens !…

D’un brusque mouvement, du Barry s’était rejeté en arriere.

Au moment ou il entendit la porte s’ouvrir, son bras se leva.

Le poignard fulgura dans l’ombre…

La porte s’ouvrit !…

D’Assas apparut !…

Au meme instant, il refermait la porte et faisait un pas vers la cour : alors, dans ses yeux, ce fut la soudaine, l’étrange vision de cet homme ramassé sur lui-meme, le bras levé, pret a frapper…

D’un geste instinctif, d’Assas se mit sur la défensive…

Une seconde s’écoula… rapide comme un éclair, lente comme une heure de cauchemar…

L’homme n’avait pas frappé !…

Il demeurait a la meme place dans la meme position, le poignard toujours levé…

– Qui etes-vous ? que voulez-vous ? demanda le chevalier.

L’homme ne répondit pas, ne fit pas un mouvement !…

Cela tenait du délire. C’était comme une de ces imaginations terribles qu’on a dans les mauvais reves…

Et cette immobilité, ce silence épouvantaient d’Assas…

Il toucha le bras du sinistre inconnu… ce bras était raide… Il voulut le baisser : le bras résista comme s’il eut été en fer !…

D’Assas commençait a se sentir gagné par une surhumaine épouvante.

Cet homme était la comme un cadavre, mais un cadavre debout et menaçant…

Le chevalier sentit une sueur froide pointer a ses cheveux.

Il allait reculer, fuir, s’élancer dans la cour lorsque la porte d’en face s’entr’ouvrit ; un rayon de lumiere éclaira en plein l’homme au poignard.

– Le comte du Barry ! murmura d’Assas sans songer a regarder qui ouvrait cette porte, d’ou venait cette lumiere.

Ses cheveux se hérissaient a la vue de du Barry pétrifié, changé en statue.

Le comte avait les yeux ouverts.

Et ces yeux étaient convulsés, tout blancs comme ceux d’un mort.

Ses levres étaient aussi entr’ouvertes comme si un commencement de paroles s’y fut soudain figé.

Il gardait la meme fixité, la meme immobilité de marbre.

Aucun tressaillement n’indiquait en lui qu’il fut encore vivant…

Le chevalier le toucha a la poitrine du bout du doigt, puis il appuya plus fort, puis de toutes ses forces :

Du Barry ne fit pas un mouvement, ne chancela pas…

– Oh ! murmura d’Assas, qu’est-ce que cela signifie ? J’aimerais mieux dix spadassins devant moi que ce cadavre raidi dans cette attitude de meurtre…

Et il reculait lentement…

La porte, a ce moment, s’ouvrit tout a fait, un homme parut.

D’Assas le reconnut aussitôt :

– Le comte de Saint-Germain !…

Le mystere se compliquait. Tout, dans cette étrange maison, devenait fabuleux, invraisemblable, et pourtant c’étaient des réalités qui se trouvaient sous ses yeux.

Sans faire attention a d’Assas, le comte de Saint-Germain s’avança sur du Barry, la main tendue, le regard rivé sur lui…

Alors d’Assas assista a un étrange spectacle…

Il vit le bras de du Barry qui, tres lentement, par saccades, retombait et reprenait sa position normale. Il vit le comte se mettre en mouvement, avec cette meme lenteur saccadée…

Saint-Germain, le bras toujours allongé, continuait a marcher.

Du Barry reculait…

Enfin, il se trouva dans la cour.

Au seuil de la cour, Saint-Germain s’arreta, les yeux fixés sur du Barry.

Celui-ci, comme s’il eut obéi a une irrésistible impulsion, marchait, traversait la cour et regagnait enfin l’autre pavillon. D’Assas le vit entrer, disparaître, se confondre avec la nuit comme une apparition.

Pendant quelques minutes encore, Saint-Germain demeura a la meme place, dans la meme attitude.

Enfin, il se tourna vers le chevalier.

Il paraissait fatigué a l’exces.

Il fit signe a d’Assas de le suivre. Et le chevalier, affolé de stupéfaction, pris d’une sorte de terreur qu’il ne pouvait surmonter, suivit docilement.

Dans la piece ou nous avons vu Lubin introduire Saint-Germain, le comte se laissa tomber sur un fauteuil en essuyant son visage ruisselant de sueur…

– Asseyez-vous donc, chevalier, dit alors tranquillement Saint-Germain.

– Comte ! comte ! m’expliquerez-vous… murmura d’Assas.

– Bah ! a quoi bon les explications ?… Vous etes la, devant moi, vivant… oui, pardieu ! vivant. Et je puis comme Titus m’écrier : Je n’ai pas perdu ma journée !

– Vivant… cela vous étonne que je sois vivant…

– Moi, cela ne m’étonne pas trop. J’ai fait mieux que cela autrefois. Toutefois, j’avoue que la chose est assez surprenante, car vous devriez etre mort et bien mort a cette heure !

– Comte, s’écria d’Assas hors de lui, tout ce que je vois, tout ce que j’entends…

– Vous apparaît comme un insondable mystere, je conçois cela, mais si vous m’en croyez, vous ne chercherez pas a sonder ce qui est insondable. Ouf !… M’avez-vous assez donné de mal !… Allons, remettez-vous, que diable ! Il n’y a pas grand-chose qui vaille la peine qu’on s’étonne comme vous le faites en ce moment…

– Je vous en prie, comte… je veux savoir…

– C’est bien simple, cher ami : ce digne du Barry vous voulait occire, je l’en ai empeché, voila tout !

– Il voulait me tuer !…

– Dame ! Il me semble que l’attitude dans laquelle vous l’avez surpris ne peut vous laisser aucun doute a cet égard.

– Mais pourquoi !… Nous nous sommes battus, nous devions nous battre encore…

– Vous m’en demandez trop long. Seulement, vous voyez que vous avez des précautions a prendre et combien il peut etre pernicieux pour vous d’habiter la meme maison que du Barry.

– Je m’y perds ! fit d’Assas en passant une de ses mains sur son front.

– Enfant !… Laissez donc du Barry a ses songeries meurtrieres, puisque vous échappez a ses griffes…

– Grâce a vous, comte ! fit d’Assas avec émotion.

– Oui, grâce a moi, dit simplement Saint-Germain.

– Mais comment ! oh ! comment !… Etes-vous donc vraiment l’homme tout-puissant que l’on dit ! Etes-vous cet etre de mystere qu’on affirme doué d’un pouvoir surnaturel !

– Calmez-vous, mon cher enfant. Il me serait facile de jouer avec vous au mystérieux personnage. Contentez-vous de savoir que vous etes un de mes amis… et que mes amis sont bien rares… et qu’a la disposition de mes amis je mets le peu de science que de longs et durs travaux ont pu me faire acquérir. Ce qui vous paraît un reve étonnant n’est pour moi qu’une vulgaire réalité. Mais brisons la sur ce sujet. Vous voila sain et sauf. Que comptez-vous faire ?… Fuir au plus vite, je pense ?…

– Fuir !… quand ce misérable est la… dans la meme maison qu’elle !… Comte, écoutez-moi. Autant que j’ai pu voir, ce scélérat est plongé dans une sorte d’étrange sommeil. Pouvez-vous dire combien durera ce sommeil ?

– Je puis vous le dire a une minute pres…

– Eh bien ! j’ai besoin de m’absenter d’ici une heure, deux heures peut-etre… Puis-je compter que du Barry ne se réveillera pas avant sept ou huit heures du matin ?…

– Je vous donne ma parole qu’il ne bougera pas avant midi.

– En etes-vous sur ?… Pardonnez-moi, comte… il y va pour moi d’intérets si graves…

– Voulez-vous qu’il ne se réveille que dans deux jours ? fit Saint-Germain en souriant.

– Vous en avez donc le pouvoir !… J’ai vu de mes yeux, comte… mais c’est si étrange !…

– Voulez-vous qu’il ne se réveille jamais ? reprit Saint-Germain en plongeant son regard dans les yeux de d’Assas.

Et, cette fois, sa voix avait une vibration métallique et dure.

D’Assas frémit, tressaillit. Saint-Germain attendait sa réponse avec angoisse.

– Si le comte doit mourir par ma volonté, dit enfin le chevalier, ce sera parce que je l’aurai frappé en combat loyal, en plein jour, épée contre épée…

Saint-Germain poussa un soupir de soulagement et l’expression de ses yeux redevint tres douce.

– Si vous en avez le pouvoir, reprit d’Assas, faites que nul dans cette maison, ni moi, ni d’autres, n’ait quoi que ce soit a redouter de du Barry jusqu’a midi…

– Je vous le répete donc : cet homme, jusqu’a l’heure que vous dites, sera aussi insensible qu’un cadavre.

– En ce cas, je puis agir… Comte, il faut que je m’éloigne sur-le-champ…

– Je vous accompagne, dit Saint-Germain en jetant son manteau sur ses épaules.

En meme temps, il secoua le cordon de sonnette que Lubin lui avait indiqué.

Quelques instants plus tard, le laquais apparut. Il ne sembla pas apercevoir d’Assas.

– Fais-nous sortir, mon ami, dit Saint-Germain.

– Suivez-moi, maître… dit Lubin.

– Un instant. Moi dehors, tu oublieras que je suis venu ici, tu entends ?

– J’entends. J’oublierai…

– C’est bien. Marche devant. Et prends garde qu’on ne nous surprenne ; car je suis bien fatigué.

A la stupéfaction de d’Assas, qui contemplait Saint-Germain avec effroi, Lubin s’inclina dans une attitude de soumission absolue, puis, se mettant en marche, dirigea les deux hommes jusqu’a la porte qui donnait sur la rue.

Bientôt le comte de Saint-Germain et le chevalier d’Assas se trouverent dehors.

D’Assas prit aussitôt la direction du château.

– Ou allez-vous, mon enfant ? demanda Saint-Germain.

– Au château : je veux voir le roi, répondit d’Assas comme si, des lors, il n’eut rien de caché pour le comte.

Saint-Germain se contenta de hocher la tete. Sans doute, il n’entrait pas dans ses intentions de se meler a l’intrigue que pourtant il avait percé a jour. Il savait que d’Assas venait de quitter Mme d’Étioles. Sans doute aussi ne voulait-il pas s’occuper de Jeanne.

Il était venu pour sauver le chevalier. Il l’avait sauvé. Peut-etre voulait-il ignorer tout le reste.

Et, en effet, il ne posa aucune question au jeune homme sur ce qu’il allait faire au château.

Seulement, lorsqu’il ne fut plus qu’a une centaine de pas de la grande grille derriere laquelle se promenaient les gardes de leur pas lourd et régulier, il prit d’Assas par le bras, et lui dit :

– Voyons… etes-vous disposé, ce soir, a m’accorder quelque confiance ?

– Comte, je me ferais tuer pour vous !… dit d’Assas avec une profonde émotion.

– Ne vous faites pas tuer. Vivez au contraire ! Mais pour vivre, il faut m’écouter… Ce farouche désespoir qui vous poussait a vouloir mourir…

– Comte, ce désespoir n’est plus !… Je sais pourtant qu’elle ne m’aimera jamais ; mais elle m’a juré qu’elle ne serait jamais ni au roi ni a personne !…

Il croyait inutile de nommer Jeanne. Et, en effet, c’était parfaitement inutile : le comte suivait pour ainsi dire la pensée du jeune homme pas a pas.

– Que comptez-vous donc faire, reprit-il, en sortant du château ?

– Aller la rechercher la-bas, et la reconduire a Paris.

– Et ensuite ?…

– Je ne sais pas ! murmura d’Assas.

– Eh bien, je vais vous le dire, moi, et vous allez, vous, me donner votre parole de faire ce que je vais vous dire : Vous reconduirez Mme d’Étioles a Paris, puis vous préparerez tout aussitôt votre portemanteau. Vous monterez a cheval, et vous regagnerez votre régiment a bonnes étapes…

D’Assas secouait la tete.

Saint-Germain lui prit les deux mains.

– Il est encore temps, continua-t-il. Vous pouvez encore vous sauver, vous refaire une autre existence, trouver peut-etre une femme digne de vous, qui vous aimera, que vous aimerez… Vous n’avez plus rien a faire a Paris, puisque vous savez maintenant, a n’en plus douter, que Jeanne ne vous aimera jamais…

– C’est vrai ! murmura le jeune homme en étouffant un soupir.

– Et puisqu’elle vous a juré de n’etre a personne, continua Saint-Germain en dissimulant un sourire, vous voila tranquille ; plus d’amour, mais plus de jalousie, plus de souffrance…

– Comte, demanda avidement d’Assas, vous qui savez tout, qui prévoyez tout, qui devinez tout, dites-moi si elle tiendra parole ?…

– Je vous affirme qu’elle a parlé de bonne foi, avec une profonde sincérité…

– C’est vraiment ce que vous croyez ? fit d’Assas en tressaillant de joie.

– C’est ce dont je suis absolument certain !…

– Eh bien !… Je vous écouterai ! Je vous obéirai !… Je m’en irai, emportant au fond de mon cour cette promesse apaisante !

– Ô nature humaine ! murmura Saint-Germain. Ai-je votre parole ? reprit-il tout haut.

– Vous l’avez !… Vers midi je serai a Paris… dans la soirée, je serai sur la grande route d’Auvergne.

– Adieu donc, mon enfant !… Loin de Paris, vous retrouverez ce bonheur dont vous etes si digne. Ne secouez pas la tete. L’amour passe. On croit que le cour est mort. Et un beau jour, on s’aperçoit qu’un autre amour le fait revivre. Vous aimerez. Vous serez heureux… Adieu… Pensez quelquefois a moi dans vos jours de chagrin, et s’il vous survenait quelque catastrophe, n’hésitez pas a m’écrire… je puis beaucoup, d’Assas !

Allez, mon enfant, je ne vous perdrai pas de vue : la-bas, dans votre garnison, ou, plus tard, sur les champs de bataille, dites-vous bien que je veille sur vous…

D’Assas, au comble de l’émotion, se jeta dans les bras de cet homme étrange.

Le comte de Saint-Germain le serra sur sa poitrine, puis lui faisant un dernier signe, s’éloigna rapidement.

D’Assas se dirigea vers la grande porte de la grille du château.


Chapitre 2 LOUIS XV

– Officier ! Message pour le roi ! cria le factionnaire lorsque le chevalier lui eut expliqué ce qu’il venait faire au château a cette heure ou tout le monde dormait.

Car il n’était encore que cinq heures et demie, et la nuit était profonde.

Le cri fut répété par la sentinelle voisine et, de bouche en bouche, parvint jusqu’au poste des gardes.

Bientôt la porte de ce poste s’ouvrit. D’Assas vit sortir deux gardes dont l’un portait une lanterne. En avant d’eux, enveloppé dans son manteau, marchait l’officier qui commandait le poste.

Il vint s’arreter pres du chevalier.

– Vous avez un message pour le roi ? demanda-t-il a travers la grille, et en cherchant a dévisager d’Assas.

– Oui, un message tres pressé, répondit le chevalier en découvrant son visage.

– Qui etes-vous ? fit l’officier que ce geste ne rassurait pas, et qui, d’ailleurs, ne faisait qu’exécuter sa consigne.

– Chevalier d’Assas, cornette au régiment d’Auvergne.

– De qui le message ?… Excusez-moi ; mais je ne puis vous laisser entrer sans le savoir.

Le chevalier demeura sans voix.

Il n’avait pas prévu la question.

Il hésita un instant, puis :

– Je ne puis le dire, fit-il.

– En ce cas, fit l’officier, donnez votre message, il sera remis a Sa Majesté en temps et lieu. Quant a vous, vous n’entrerez que lorsque les grilles seront ouvertes, c’est-a-dire a huit heures.

– Monsieur, dit d’Assas, le message que je porte est verbal et non écrit. Je ne puis vous le remettre. Mais je vous assure que c’est tres grave et tres pressé. Peut-etre y va-t-il de la vie du roi…

L’officier demeurait perplexe.

Les derniers mots du chevalier l’avaient fait pâlir.

Mais sa consigne était formelle.

A ce moment précis, deux hommes qui venaient de s’approcher en longeant extérieurement la grille du château apparurent pres de d’Assas dans le rayon de lumiere que projetait la lanterne.

– Le roi ! murmura l’officier.

Ces deux hommes, c’étaient en effet Louis XV et son valet de chambre Lebel. Ils arrivaient de la maison des quinconces. Et Louis, en approchant, avait entendu ces mots de d’Assas :

– Il y va de la vie du roi !

– Silence, monsieur ! dit Louis XV a l’officier qui, ayant reconnu le roi, s’appretait a crier un ordre pour que les honneurs fussent rendus.

Et, sans reconnaître d’Assas, il ajouta :

– J’ai voulu voir par moi-meme comment le château est gardé. Votre service est parfaitement organisé, monsieur, je vous félicite.

Avec cette prudence qu’il tenait de famille Louis XV feignait d’ignorer ce qui se passait, et de n’avoir pas entendu ces mots qui, pourtant, l’avaient fait pâlir, et l’avaient poussé a se découvrir.

L’officier, tressaillant d’une joie profonde, s’inclinait jusqu’a terre.

Tout aussitôt, il repoussa le soldat qui s’appretait a ouvrir, et fit tomber lui-meme les chaînes de la porte.

– Vous aurez soin de me faire savoir votre nom, monsieur, dit le roi en passant sans hâte ; j’aime les bons serviteurs. Viens, Lebel… je suis enchanté de ma petite excursion…

– Sire, fit alors l’officier, si Votre Majesté daigne le permettre… je lui dirais…

– Parlez, monsieur.

– Eh bien, Sire, voici un gentilhomme qui vient d’arriver, porteur d’un message pressé pour le roi.

– Ah ! ah ! fit négligemment Louis XV en se tournant vers d’Assas, qu’il feignit d’apercevoir pour la premiere fois. C’est vous, monsieur, qui avez un message a me communiquer ?

– Oui, Sire ! dit le chevalier.

Le roi tressaillit au son de cette voix qu’il crut reconnaître.

– Qui etes-vous, monsieur ? demanda-t-il.

– Chevalier d’Assas… répondit le jeune homme en faisant deux pas.

Cette fois, le roi frémit. Un flot de sang monta a sa tete. Apres la conversation qu’il venait d’avoir avec Juliette, d’Assas n’était plus qu’un rival détesté.

Une seconde, il fut sur le point de jeter un ordre d’arrestation.

La curiosité de savoir ce que le jeune homme pouvait avoir a lui dire l’emporta.

– Et vous dites, reprit-il, que vous avez un message ?

– Oui, Sire : un message verbal que je dois transmettre au roi, – au roi seul.

– Suivez-moi donc, en ce cas, dit Louis XV. Monsieur, ajouta-t-il en se tournant vers l’officier, veuillez me faire escorte.

En meme temps, il glissait quelques mots dans l’oreille de Lebel qui s’éloigna rapidement.

D’Assas était beaucoup trop loyal pour s’apercevoir que Louis XV en priant l’officier de l’escorter avait eu surtout pour but de s’assurer un défenseur contre une attaque imprévue.

Le roi supposait-il donc le chevalier capable de se livrer a quelque tentative insensée ?…

C’est probable, car malgré la confusion de l’officier qui s’efforçait de rester a sa place a quelques pas en arriere, Louis le fit marcher pres de lui.

Le roi arriva a ses appartements et pénétra dans un petit salon ou Lebel l’attendait.

Le valet de chambre lui fit un signe que d’Assas, tout a ses pensées, ne vit pas.

Ce signe voulait dire que les pieces voisines étaient gardées et que le roi pouvait etre sans crainte.

Louis XV renvoya l’officier et Lebel, et s’assit derriere une large table qui pouvait au besoin lui servir de rempart improvisé.

Et a haute voix, il demanda alors :

– Je vous écoute, monsieur, dit-il alors.

En meme temps, il jouait avec un timbre qui se trouvait sur la table, a portée de ses mains. Au premier coup de timbre, vingt hommes armés devaient accourir.

– Sire, fit d’Assas, je me suis chargé d’avertir Votre Majesté qu’il y a un grave danger pour elle a pénétrer dans la maison qui se trouve dissimulée sous les quinconces, a droite du château.

Le roi n’eut pas un geste qui prouvât a d’Assas que ce message le surprenait, ou meme qu’il l’eut entendu.

– Il s’agit, Sire, d’une jolie maison que connaît Votre Majesté et ou on doit l’attirer sous le prétexte que le roi y est appelé par une… dame… que le roi connaît également.

D’Assas était fort pâle en parlant ainsi.

Quant au roi, voici exactement ce qu’il pensait :

– Voyons jusqu’ou ira leur impudence. Évidemment ce damoiseau m’est envoyé par Jeanne pour me retirer toute idée d’aller la-bas pendant le temps de son absence… elle ne sait pas que je connais déja cette absence !

Et a haute voix, il demanda alors :

– Pourriez-vous me dire, monsieur, de quel genre de danger je suis menacé ?

– Je l’ignore, Sire. Mais je puis affirmer a Votre Majesté que le danger est grave.

– Ce danger… il existe… la ? dans cette maison ?… et non ailleurs ?…

– Précisément, Sire !

– Et, sans aucun doute, il est imminent ?

– Le mot est exact, Sire : imminent, c’est cela meme.

– En sorte que si je m’étais rendu cette nuit meme dans la maison en question, peut-etre n’en fussé-je pas sorti vivant… puisque vous disiez tout a l’heure que c’était une question de vie ou de mort !

– Pardon, Sire, je répete que j’ignore si on en veut a la vie de Votre Majesté, bien que cela meme soit a craindre. Je dis seulement qu’un grave danger menace le roi s’il se rend dans cette maison. Je dis que ce danger est imminent. Les gens qui en veulent au roi, et que je ne connais pas, attendent pour agir la premiere occasion, ils l’eussent saisie cette nuit meme, si elle s’était présentée.

– C’est-a-dire, insista le roi, si je m’étais rendu cette nuit dans la maison des quinconces ?

– Oui, Sire, dit d’Assas.

Le roi eut un étrange sourire.

D’Assas, cependant, souffrait cruellement.

Il avait devant lui l’homme qu’aimait Jeanne.

Il remplissait loyalement sa mission, et ne songeait meme pas a s’inquiéter de cet air bizarre qu’avait le roi, de cette tranquillité qu’il affectait, de ces questions qu’il lui posait sur un ton sec et nullement avec la gratitude qui eut du accueillir une révélation de cette importance.

Il jetait sur Louis XV des regards ardents ou passait la flamme de sa jalousie.

Et ces regards, le roi les notait, les interprétait a sa façon.

– En somme, reprit Louis XV, vous etes venu tout expres du château a l’heure ou tout le monde dort pour m’avertir de ne plus retourner a la maison des quinconces ?

– C’est cela, Sire ! Et si Votre Majesté eut été endormie, j’eusse supplié qu’on la réveillât pour que je pusse lui donner cet avertissement. Car j’avais juré de prévenir le roi sans le moindre retard.

Louis XV garda le silence. En dessous, il jetait parfois les yeux sur le chevalier qui, dans la plus correcte des attitudes, attendait d’etre interrogé encore.

Tout autre a sa place eut pu réfléchir sur l’étrange froideur du roi et s’étonner de ne pas recevoir le moindre remerciement.

Mais d’Assas ne songeait a rien de tout cela.

D’Assas souffrait, voila tout.

Il cherchait avidement sur le visage du roi les traces de cette beauté qui avait pu séduire Jeanne. Et naivement, il se disait qu’en effet Louis XV était bien beau… plus beau que lui !

Ce sentiment de souffrance et de jalousie devint si vif, si intolérable, que le chevalier, voyant que le roi continuait a garder le silence, oublia toute regle d’étiquette, et, s’inclinant profondément :

– Maintenant que j’ai rempli ma mission, j’oserai supplier Votre Majesté de me donner congé et me permettre de me retirer…

– Un instant, monsieur, fit Louis XV d’une voix narquoise. Nous n’en avons pas fini. L’avertissement que vous nous apportez est vraiment trop important pour que je puisse le traiter a la légere. J’ai donc diverses questions a résoudre et je compte sur les lumieres de votre dévouement si manifeste pour m’aider, pauvre roi que je suis, tout entouré d’embuches…

D’Assas tressaillit, et un peu de rouge monta a son front.

Cette fois l’ironie était si évidente qu’il n’y avait pas moyen de n’en pas etre frappé.

Mais le jeune homme se contenta de dire tres simplement :

– Je suis pret a répondre aux questions de Votre Majesté autant qu’il sera en mon pouvoir de le faire.

– Voici donc la premiere, monsieur. Si au lieu d’etre le roi j’étais un officier comme vous, monsieur, et qu’un tel secret tombât en ma possession, voici ce que je ferais… en supposant, bien entendu, que je fusse un fidele et loyal sujet du roi : je m’en irais tout droit trouver le lieutenant de police qui se charge de protéger la personne royale. Comment se fait-il donc, monsieur, que l’idée ne vous soit pas venue de courir tout d’abord chez Berryer ?

– C’est bien simple, Sire, dit d’Assas avec une glaciale froideur. C’est parce que je suis officier et non policier.

Le roi se mordit les levres.

Il se renversa sur le dossier de son fauteuil et considéra le chevalier avec cette impertinente curiosité qu’il eut mise a considérer un phénomene. Mais ce regard, d’Assas le soutint avec une sorte de simplicité grave.

– Un policier, monsieur ! dit le roi dans la voix duquel la colere commençait a gronder. Quand il s’agit du service du roi, tout loyal sujet devient policier.

– Ce n’est qu’une affaire d’appréciation, Sire, dit froidement d’Assas. Pour les uns, le service du roi consiste a faire loyalement son devoir et au besoin a se faire tuer sur les champs de bataille…

– Jusqu’ici, ricana Louis XV, vous etes vivant et bien vivant.

– Pour d’autres, continua d’Assas imperturbable, le service consiste a préparer des carrosses pour enlever des femmes. Cette maniere est celle des policiers. La premiere, c’est la mienne, – et je la préfere !

A ces mots, le roi se leva, blanc de colere.

Ses levres remuerent comme s’il s’appretait a jeter un ordre.

Mais, arrivant a dompter ce mouvement, sans doute parce qu’il ne savait pas tout ce qu’il voulait savoir, il se contenta de hausser les épaules, et laissa dédaigneusement tomber ces mots :

– Vous me paraissez, monsieur, peu au fait de la politesse des cours.

– En effet, Sire, riposta l’intraitable chevalier, je n’ai jusqu’ici vécu que dans les camps.

– Peu importe, apres tout. Gardez votre maniere de voir et gardez-la si bien qu’on n’en entende plus parler. Répondez donc simplement aux questions que j’ai encore a vous poser.

D’Assas s’inclina. Il sentait de la haine dans l’attitude et l’accent de ce roi qu’il venait sauver.

– Qui vous a prévenu du danger que je courais ? reprit Louis XV.

Le chevalier garda le silence.

– Eh bien ! monsieur… m’avez-vous entendu ? le danger, l’avez-vous découvert tout seul ?

– Non, Sire : je n’ai rien découvert, moi.

– Vous etes donc envoyé par quelqu’un ?…

– Oui, Sire. Par quelqu’un qui m’a supplié de courir au château sur l’heure meme, pour sauver le roi… et qui m’a supplié avec des larmes dans les yeux… quelqu’un qui mourrait sans doute si un malheur vous arrivait !

Le roi tressaillit.

Ces paroles, le ton mélancolique avec lequel elles furent prononcées, la loyauté qui éclatait sur le noble front du chevalier, la tristesse dont son regard était empreint, tout cela lui donna le sentiment confus de son injustice.

Mais ce sentiment dura peu.

La jalousie furieuse qui grondait dans le cour de Louis XV l’emporta.

– Quelle est cette personne qui s’intéresse si fort a moi ? demanda-t-il.

– Pardonnez-moi, Sire. Votre Majesté m’en demande plus que je n’ai promis ! Je me suis engagé a prévenir le roi qu’un danger grave, imminent, le menaçait et qu’il ne doit plus jamais retourner a la maison des quinconces. Je n’ai pas pris d’autre engagement. Je m’en tiendrai la !

Le roi fit un pas vers d’Assas.

– Et moi, dit-il, j’exige le nom de cette personne !…

– Le roi peut faire de moi ce que bon lui semblera : mais ce n’est pas moi qui prononcerai ce nom !

– C’est donc moi qui le prononcerai ! fit violemment Louis XV. La personne qui vous envoie, c’est Mme d’Étioles !

La foudre tombée aux pieds de d’Assas ne lui eut pas causé une plus douloureuse stupéfaction.

Il demeura interdit, tout pâle, se demandant comment le roi pouvait savoir un pareil détail !

Non, il n’avait pas voulu dire qu’il était l’envoyé de Jeanne !

Cela était au-dessus de ses forces !

Qu’avait-il promis, en effet ?

De sauver le roi, de le prévenir – rien de plus !

Prononcer le nom de Jeanne, n’était-ce pas lui dire :

– Voyez a quel point elle vous aime !… Et faut-il que je sois assez a plaindre pour que moi, moi qui l’adore, moi votre rival, je vous dise cela !…

Et le roi savait ce qu’il n’avait pas voulu dire !…

Et c’était lui qui jetait ce nom !…

La stupéfaction du chevalier devenait ici plus intense : en effet, ce n’était pas avec de l’amour et de la reconnaissance que le roi venait de prononcer le nom de Jeanne !

C’était avec de la haine !

Ou, tout au moins, il y avait une sourde menace dans son accent.

– Ah ! ah ! reprit le roi satisfait de l’effet qu’il avait produit et persuadé qu’il écrasait le chevalier, cela vous étonne que je sache déja la chose ?… Vous voyez que si votre maniere a vous de servir le roi vous paraît la meilleure… l’autre maniere, celle des policiers… a du bon également, puisqu’elle me permet de savoir ce que vous refusiez de me dire !

Et voyant que d’Assas gardait le silence :

– Voyons, monsieur, est-ce que je me trompe ? Est-ce bien Mme d’Étioles qui vous envoie ?

D’Assas s’inclina : il ne voulait pas mentir.

– Bien ! reprit Louis XV. Il me reste a savoir a quel mobile Mme d’Étioles a obéi en vous envoyant… en me faisant parvenir ce message… singulier.

D’Assas commença a entrevoir un abîme.

Il trembla, non pour lui, mais pour Jeanne.

Des lors, il oublia sa jalousie.

– Sire, dit-il avec étonnement, j’entends vos paroles et je ne les comprends pas !… Vous me demandez pourquoi Mme d’Étioles a voulu vous sauver ?…

– Non pas, monsieur ! Ne confondons pas ! Je vous demande pourquoi Mme d’Étioles veut m’empecher de retourner la ou elle devait m’attendre !

– C’est la meme chose, Sire !…

– C’est votre avis, non le mien ! Parlez donc, monsieur ! Répondez, si vous l’osez !

– Si je l’ose ! gronda le chevalier en fixant sur le roi un regard flamboyant. Que soupçonne Sa Majesté ?…

– Par la mordieu ! cria le roi en frappant la table de son poing, voila que vous m’interrogez maintenant au lieu de répondre ! Sur la route de Versailles, monsieur, j’ai cru que vous étiez fou ! Aujourd’hui je me demande si vous ne vous moquez pas de moi ! Ça ! parlerez-vous !… Vous vous taisez !… Eh bien, soit !… Comme je vous ai dit le nom, je vous dirai le reste !… Mais cela vous coutera cher !

– Jeanne ! Jeanne ! songea le chevalier avec un héroique sourire, tu as voulu sauver le roi, mais tu ne savais pas qu’en meme temps tu me perdais !

– C’est bien simple, continua le roi avec un furieux éclat de rire. Le roi devait venir dans la maison des quinconces, on a trouvé plaisant de le jouer et de recevoir a sa place un autre amant… vous, monsieur !… Ou bien encore, la dame aura été retrouver son amant a quelque rendez-vous ! Et pour que le roi ne s’aperçoive pas de son absence, on invente un danger, on tâche de persuader a ce pauvre roi qu’il ne doit pas essayer de pénétrer dans la maison !… Et qui donc a l’audace de se charger de jouer la comédie jusqu’au bout ?… L’amant lui-meme !… Vous, monsieur !…

D’Assas voulut protester…

La voix de Louis XV, d’abord tremblante d’une sorte d’indignation concentrée, avait de plus en plus élevé son diapason. Et elle éclata, furieuse, lorsqu’il acheva par ces mots :

– Vous et Mme d’Étioles, vous vous etes trompés : on ne se joue pas impunément du roi de France ! Et vous allez vous en apercevoir tous les deux… vous d’abord, elle ensuite !… Hola !…

A ce cri, deux portes s’ouvrirent.

D’Assas effaré, épouvanté de ce qu’il comprenait, vit des gardes a chacune d’elles.

Avant qu’il eut pu faire un geste, prononcer un mot, le roi avait tourné le dos et s’était élancé dans sa chambre.

A la place du roi, le chevalier aperçut devant lui le capitaine des gardes qui, tres poliment, lui disait :

– Veuillez me remettre votre épée, monsieur…

Alors une sorte de rugissement monta aux levres de d’Assas. Une minute, une sorte de coup de folie envahit son cerveau. La pensée lui vint de résister, de se faire tuer sur place…

Tout serait ainsi fini !…

L’idée de se disculper, et surtout de disculper Jeanne, de la sauver de l’effrayant péril qu’il entrevoyait pour elle, le retint seule.

Il tira lentement son épée et la remit au capitaine qui la prit, en disant :

– Veuillez me suivre, chevalier.

Quelques gardes, aussitôt, entourerent d’Assas.

La petite troupe se mit en marche le capitaine en tete.

On longea de longs couloirs on monta des escaliers ; finalement, une porte s’ouvrit, d’Assas entra et vit une chambre assez grande et convenablement meublée…

Seulement, a l’unique fenetre de cette chambre, située au troisieme étage, il y avait d’épais barreaux…

Cette chambre était une prison du château…

D’Assas entendit la porte se refermer, les forts verrous extérieurs glisser sans trop de bruit, en verrous bien élevés, et surtout bien huilés…

Pour la deuxieme fois, il était prisonnier !

Et cette fois, sans aucun doute, nul n’aurait aucun intéret a le tirer de prison !

Et cette fois, plus que jamais il avait besoin de la liberté pour protéger Jeanne, la sauver au besoin !