Portraits de Bruxelles - Morgane Delaisse - ebook

Portraits de Bruxelles ebook

Morgane Delaisse

0,0
44,59 zł

Opis

Découvrez Bruxelles à travers les yeux de ses habitantsBruxelles est un voyage et Portraits de Bruxelles vous y emmène. Bruxelles est plurielle, son S final en atteste, ses 163 nationalités, 19 communes et 118 quartiers le confirment. Les images qu’elle évoque, la Grand-Place, l’Atomium, le Manneken Pis, la bière et les frites, les Brusselers, le Parlement européen... Portraits de Bruxelles les dépasse, allant au-delà des clichés de touristes, reflétant la ville par les histoires de ceux qui la vivent. Nassim le restaurateur, Inès l’entrepreneuse, Jérôme l’activiste écolo, Alain le Français d’Ixelles, Natacha la blogueuse, le curé des Marolles ou encore l’habilleuse du Manneken Pis... voici quelques-unes des vies qui s’écrivent à Bruxelles et se déroulent dans les pages de ce livre, mi-guide, mi-récit.Grâce à ces Bruxellois d’origine ou d’adoption, visitez les quartiers et retrouvez les meilleures adresses toutes choisies et commentées par leurs habitués. Ainsi, choisissez votre Bruxelles, celle qui fait le plus écho en vous. Vivre ma ville, c’est comprendre des parcours de vie qui ont comme point commun le choix de cette ville, tout en découvrant plus de 250 adresses d’insiders. Avec Portraits de Bruxelles, voici les clés de la ville !Un guide à plusieurs voix rempli d'adresses utiles !A PROPOS DE LA COLLECTION « VIVRE MA VILLE »Vivre ma ville, ce sont des livres de voyage avec supplément d'âme. Ils donnent les clés, les conseils, les bonnes adresses, grâce à l'expérience de ceux qui vivent sur place, là où les autres guides se contentent d'auteurs professionnels de passage. Ils offrent aussi des histoires, une chair littéraire par les interviews-portraits d'une dizaine de personnes qui présentent leur lieu de vie. Chaque portrait est un roman. Chaque portrait a un enjeu : comprendre le choix de cette vie-là. Chaque portrait permet aussi au lecteur de s'identifier, et donc de choisir ses destinations en fonction de ses affinités, en fonction du personnage qui résonne le plus en lui.LES ÉDITIONS HIKARIHikari Éditions est un éditeur indépendant, dédié à la découverte du monde. Il a été fondé par des journalistes et des auteurs vivant à l'étranger, de l'Asie à l'Amérique du Sud, souhaitant partager leur expérience et leurs histoires au-delà des médias traditionnels.

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB

Liczba stron: 280




PORTRAITS DEBRUXELLES

Morgane Delaisse

PORTRAITS DE BRUXELLES

par Morgane Delaisse est un livre de la collection Vivre ma ville.

Directeur de la publication : Anthony Dufour.

Édition : Sandrine Harbonnier.

Maquette et mise en page : Katarina Cendak.

Imprimé en France par Printachats.

Distribution : Les Belles Lettres DD ; diffusion : CED-CEDIF.

Couverture illustration originale © Katarina Cendak.

Photographies des portraits : © Carole Pes.

Photographies des adresses (h. : haut ; b. : bas ; g. : gauche ; m. : milieu ; d. : droite) : © Alexandre van Battel, © B. Castay, © Bart Grieten, © Bernard de Keyzer, © BG-kocc-04, © BLUE TATTOO, Wikimedia Commons, © Byantovez, © Carole Pes, © catchlight, © Cédric de Taeye, © Daniel71953, © Gaëtan Miclotte, © Georges Strens, © Gilles Roberto, © Hotel Métropole Bruxelles, © Institut royal des sciences naturelles de Belgique, © Jasper Van der Linden, © JOHAN-MARTENS, © Luc Viatour, © Marie-Françoise Plissart, © Mikaël Falke, © milow kl, © Morgane Delaisse, © Nathalie du Four, © RMCA, Jo Van de Vijver, © sam.romilly, Wikimedia Commons, © Shirley Hicter, © The Design Hotel, © Ugo, © xavierharcq.com, © Yannick Sas, © Zorro2212, Tous droits réservés. II. Nos remerciements à tous ceux qui ont cédé leurs photographies à titre gracieux.

Cartographies : © L.m.k, Wikimedia Commons, © Rainer Lesniewski, Shutterstock.

Hikari Éditions

4, avenue Foch, 59000 Lille (France).

www.hikari-editions.com

© Hikari Éditions, 2017.

ISBN 978-2-36774-077-5

ISSN 2430-4891

Dépôt légal : mars 2017.

Toute reproduction partielle ou intégrale, faite sans l’accord préalable et écrit de l’auteur et de l’éditeur, est strictement interdite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque (article L. 122-4 du Code de la Propriété intellectuelle). La copie sur support papier à usage privé de ces différents objets de droits est autorisée conformément à l’article L122-5 du Code de la Propriété intellectuelle. Aucun guide n’est parfait, des erreurs se sont peut-être glissées dans celui-ci malgré tout le soin apporté à la rédaction comme à l’édition. Des informations peuvent également avoir été modifiées entre l’écriture de ce guide et le moment où le lecteur le prend en main. Merci de nous suggérer toute correction utile que nous pourrions intégrer dans la prochaine édition en nous écrivant à ed[email protected]

SOMMAIRE

1. Jacques van der Biest, curé des Marolles, belge

2. Inès de Biolley, coordinatrice de Women in Business, 60 ans, belge

3. Natacha et Arthur, fondateurs de Belge une fois, 27 et 30 ans, belges

4. Nassim Khabazi, restaurateur, 40 ans, belge

5. Charlie Dupont, acteur, 44 ans, belge

6. Sarah, madame la Belge, 35 ans, belge

7. Jérôme Jolibois, militant écolo et vélo, 51 ans, français

8. Alain Lefebvre, éditeur de presse, 68 ans, français

9. Silvia Loeira, fonctionnaire à la Commission européenne, 45 ans, italienne

10. Olivier de Brauwere, nouveau brasseur, 34 ans, belge

11. Carole Pes, photographe, 34 ans, franco-italienne

12. Edmond Vandehaute, président de l’Ordre des amis de Manneken-Pis, 82 ans, belge

13. Morgane Delaisse, l’auteure, 32 ans, belge

Classement des adresses

Plans

Bruxelles en un coup d’œil

Bruxelles pratique

Remerciements

Bibliographie

VIVRE MA VILLE

Portraits de Bruxelles de la collection Vivre ma ville est un livre dans lequel ceux qui vivent dans la cité vous en donnent les clefs. Mieux qu’un guide de tourisme, nous allons dresser ici treize portraits à la première personne, dans lesquels vous découvrirez l’histoire de celles et ceux qui vivent ou qui ont choisi de vivre à Bruxelles.

Chaque voyage, chaque départ, a sa propre histoire. On s’exile ou l’on reste par amour, pour travailler, pour fuir, pour découvrir, parce qu’on a ce choix et parfois parce qu’il n’y a pas d’alternative. C’est une aventure permanente qui a un immense mérite pour celui qui la vit : ouvrir les yeux.

Certains de celles et ceux que vous allez découvrir dans les prochaines pages sont des personnalités bruxelloises, d’autres, de parfaits inconnus dans la ville. Pour ce livre, nous avons pris le temps d’écouter leur histoire. Au travers d’elles, ce sont les contours de la ville qui se précisent, la mosaïque des portraits dessine Bruxelles.

L’objet littéraire qui suit est donc hybride : entre le récit et le guide pratique, c’est un livre de voyage. Il s’adresse aux visiteurs, aux touristes et à ceux qui veulent vivre à Bruxelles. Il parle à celles et ceux qui sont curieux et cherchent des idées dans les parcours de leurs semblables.

Ce livre a été écrit en toute indépendance. Les lieux proposés dans ces pages sont ceux des invités des auteurs, ceux qu’ils partagent avec le lecteur dans la plus grande liberté, en toute subjectivité.

Ce livre est dédié

à la mémoire

de Jacques van der Biest.

« Je suis né à Etterbeek en 1929. Avec mes parents, nous habitions rue Gray, qui était très populaire à l’époque. Il y avait des structures d’habitation avec des façades sur rue et des façades sur cours. Parfois, il y avait même une troisième rangée d’immeubles. Bref, c’était bourré. Dans le quartier, il y avait toujours du monde dans la rue. À ce moment-là, tous les enfants jouaient dehors, au parc Léopold, qui était à deux pas. J’ai fait des humanités gréco-latines au collège Saint-Michel puis des études d’ingénieur civil à l’université de Bruxelles. C’est en 1951 que j’ai décidé d’entrer au séminaire.

Mon père était directeur d’usine à Liège. Quand j’ai eu 16 ans, j’ai voulu aller travailler à l’usine et c’est là que j’ai été frappé pour la première fois par la condition ouvrière. À Etterbeek, c’est vrai que les gens étaient pauvres, mais c’était mon quotidien. À Liège, la misère sociale de mes copains a suscité ma vocation. Aucun d’entre eux n’avait de projet, ils vivaient dans le moment présent. Je me suis dit que le Christ, c’était le sens ultime de la vie et ma chance d’aider ceux qui avaient besoin d’être accompagnés sur le chemin de la vie.

En décembre 1954, tout jeune prêtre, je suis entré à la paroisse des Minimes, dans les Marolles que je connaissais déjà. Le quartier a toujours été très populaire. Il est né de l’apport de voyageurs, d’immigrants et de gens qui cherchaient à s’intégrer. Il y avait une pauvreté matérielle qui est difficile à imaginer aujourd’hui. On mangeait peu, tout coûtait très cher. À la fin des années 50 déjà, les autorités, portées par le succès de l’Exposition universelle, ont souhaité jeter la misère hors de Bruxelles et de grands projets de rénovation urbaine ont vu le jour. Avec, à son apogée la bataille des Marolles de 1969 qui m’a conféré la notoriété que je connais aujourd’hui.

J’habitais le quartier depuis quelques années. Quand on a changé de gouvernement, le nouveau ministre de la Justice, Alfons Vranckx, depuis les fenêtres de son bureau a pris la décision de raser le quartier et d’exproprier tous les habitants sur un espace de 4 hectares autour de lui. À cette époque, le cabinet du ministère était situé dans un grand hôtel de maître en face du palais de Justice. Il voulait transformer le quartier en Mont de Justice, à l’image du Mont des Arts ou du Mont de Piété. Le gouvernement a approuvé son initiative et a voté un arrêté royal pour que nous quittions les lieux. Ça nous est tombé dessus comme ça. On a reçu une lettre recommandée indiquant qu’on avait trois mois pour se reloger et dégager ! Certes, l’habitat était moins dense qu’aujourd’hui, mais c’était quand même très dense. Il y avait des familles avec vingt enfants ! C’était rare, mais ça existait ! Comment auraient-ils pu se reloger ? C’est comme ça qu’ils sont venus sonner chez moi.

La Bruxellisation

Les années 50 sont marquées par d’immenses projets de modernisation urbanistique, visant à relier le bas et le haut de Bruxelles par la jonction Nord-Midi. L’organisation de l’Exposition universelle de 1958 est à la base de cette vaste réflexion : de grands boulevards sont tracés, de larges tunnels sont creusés afin d’accueillir les voitures. Des quartiers entiers de logements sociaux, de petites maisons ouvrières sont rasés. De nombreux bâtiments majeurs sont démolis, comme le marché de Jean-Pierre Cluysenaar au profit de la cité administrative de l’État. Mais la destruction la plus scandaleuse de l’histoire de la Bruxellisation est celle, en 1965, de la maison du Peuple de Bruxelles, magnifique édifice d’Art nouveau en acier construit par Victor Horta. C’est à cette époque aussi que Bruxelles est choisie pour accueillir les institutions européennes et que le « quartier européen » s’érige. À la fin des années 60, les autorités bruxelloises sont dépassées et les promoteurs immobiliers semblent incontrôlables. L’histoire de la bataille des Marolles s’inscrit dans ce contexte, alors que l’échevin Paul Vanden Boeynants doit affronter la mobilisation populaire contre son projet d’extension du palais de Justice. Aujourd’hui, le quartier est un des derniers vestiges du « vieux Bruxelles ».

J’ai pris des renseignements à la Ville de Bruxelles, pour avoir plus de certitudes parce qu’on ne savait rien. La seule chose qui était certaine, c’est qu’on voulait rester ensemble. On était devenu un groupe, avec des gens richissimes, d’autres misérables, tous vivant ensemble. On s’est rassemblé dans la salle paroissiale et on a décidé d’agir. Le 7 juillet 1969, on a commencé ce combat pour le maintien de notre groupe social, dans notre quartier. Le Comité d’action des Marolles est né. On a mis des affichettes, distribué des tracts, on a appelé les médias et manifesté. Quand les flics arrivaient en Citroën 11 légère, on les retournait, roues en l’air ! Mais il n’y a jamais eu de bagarres, rien qui ne pouvait nuire à qui que ce soit. On pouvait encore parlementer. On a eu la chance d’avoir un très bon réalisateur et un très bon cameraman. Ils ont été pris par l’ambiance et ils voulaient nous aider à faire entendre notre point de vue.

On est allé chez le bourgmestre, Lucien Cooremans, et l’échevin de l’Urbanisme, Paul Vanden Boeynants. C’est lui qui avait gonflé le ministre pour liquider la Marolle et la remplacer par des quartiers plus chics. Ce qu’on appelle encore aujourd’hui la Bruxellisation. Un idéal qui existe toujours. En gros, mettre les pauvres dehors et les remplacer par des riches. Cette idée s’accompagne souvent de la démolition de notre patrimoine. Cet attrait pour l’argent est indéracinable, encore maintenant. Le pognon ! Mais quel intérêt trouvent-ils à remplacer une vieille maison par une nouvelle construction ? Enfin, nous avons été reçus par le bourgmestre. C’était encore possible mais aujourd’hui, pour avoir un rendez-vous à l’Hôtel de Ville, vous pouvez vous lever très tôt !

Après toutes sortes de péripéties, au mois de septembre, nous avons obtenu de Lucien Cooremans qu’il retourne sa veste dans le bon sens. Nous avons pu rester, nous étions tranquilles, mais il a fallu quand même trente ans pour que tout ce que nous avions décidé soit réellement appliqué. C’est le Comité d’action des Marolles qui a repris le flambeau et qui essaie, encore aujourd’hui, de compléter les efforts de la ville. Nous sommes devenus les partenaires de la ville. Nous étions impliqués dans les décisions politiques, en participant une fois par mois aux réunions communales. Cela a très bien fonctionné et nous avons activement participé à la reconstruction du quartier. Notre action, ça a été de faire comprendre aux autorités qu’elles ne peuvent pas prendre de décision absolue, ni en urbanisme ni en vie morale. L’excès nuit en tout. Il est inscrit sur le temple d’Appolon à Delphes, « meden agan », ou « rien de trop ». C’est le message que nous ont laissé les Grecs. Commencer une action, c’est très bien, et la poursuivre, c’est encore mieux. Mais il faut savoir s’arrêter avant que ça dégénère. Et aujourd’hui, les procédures font qu’il est très difficile de s’impliquer. Il y a des discussions à l’infini.

Bruxelles a plus que jamais besoin de gens qui s’investissent. Le problème de la pauvreté a beaucoup évolué. La nourriture, le vêtement… ça n’est plus tellement problématique. La misère va plus loin que le manque d’argent, que des faits physiques. Les problèmes dits de pauvreté ont en réalité pour origine un ensemble de mentalités, de réflexions. On ne veut pas construire des logements accessibles aux plus démunis. La priorité de la ville, c’est de faire venir les riches dans les quartiers populaires et de jeter les autres dehors ! Il faut rester vigilant et se battre contre ça. Aujourd’hui, le danger critique à Bruxelles, c’est le logement.

Comme toutes les villes d’Europe, on reçoit des milliers de gens qui viennent de Syrie, d’Irak, d’un peu partout. On a fait une montagne avec ça ! On nous a dit qu’on ne trouverait pas de solution, mais en réalité, en deux temps, trois mouvements et quatre signatures, les types étaient relogés. Les journalistes doivent trouver du sensationnel et quand il n’y en a pas, ils le créent de toutes pièces. On essaie de dramatiser n’importe quoi, ça prend des proportions colossales. Ces gens ont une instruction et un niveau d’éducation très bons, mais ils sont pauvres des mentalités avec lesquelles nous les accueillons. Je l’avoue néanmoins, c’est un problème que je ne connais pas assez bien. J’ai l’impression qu’il y a de l’argent, mais personne pour le prendre et en faire quelque chose. To make business.

Je ne dis pas que nous avons assez d’argent, on ne sait pas vivre sans les aides. Ici, tout le monde est démuni. C’est difficile à vivre. Aujourd’hui, notre action, c’est de rendre la vie heureuse à des personnes malades, âgées ou tout simplement défavorisées. Parfois, il suffit de passer un peu de temps à les écouter. Pour une ville comme la nôtre, ce qui compte, c’est de tisser des liens. Ce dont on a besoin, c’est la participation, c’est de vivre ensemble. Les hommes politiques n’ont pas le souci du vivre ensemble, ils ne travaillent qu’à leur réélection. Ce qu’ils font est inutile. Ils devraient se distinguer d’une autre façon, notamment dans la façon de dépenser l’argent public. Par exemple, le long du canal, il y a un grand familistère1, vide et fermé. Il faudrait réoccuper le lieu, louer des petits espaces d’habitation. Cela veut dire aussi expérimenter, créer, inventer tout le temps de nouvelles choses. C’est difficile parce que la plupart des gens démunis n’aiment pas trop la nouveauté. Ils n’osent pas parce qu’en cas d’échec ils ont beaucoup à perdre.

Après plusieurs années d’engagement, je suis devenu le « curé des Marolles ». C’est comme ça que tout le monde me connaît aujourd’hui. Évidemment, je ne connais plus tout le monde. Il y a trop de nouveaux. Puis, je suis sérieusement handicapé, je ne me déplace pas aussi facilement qu’avant. Mais j’ai une certaine notoriété qui me permet de tenir des positions médianes, de faire des compromis. En Belgique et à Bruxelles, nous sommes les champions toutes catégories du compromis. Cela n’a pas que des avantages, mais on ne sait pas cohabiter sans ça. Il y a beaucoup de nouveaux habitants dans le quartier. Nous avons complètement changé de population, les anciens Bruxellois sont partis. C’est le résultat de l’internationalisation en cours en Europe. Bien que cela ne plaise pas à tout le monde, ici, ça plaît à la majorité. Rue Haute, sur 900 mètres, une centaine de nationalités différentes sont représentées. Il n’y a jamais de bagarre raciste ; pas de Juifs stigmatisant les Palestiniens ni l’inverse. Ce n’est pas moi qui idéalise, c’est un fait. Les types qui vivent ici se rendent compte qu’ils n’ont aucune raison de se battre.

C’est vrai qu’on vit très bien en Belgique. J’ai beaucoup voyagé dans ma vie et si on me laissait choisir où habiter, je viendrais ici. Ou peut-être un peu plus au sud, pour le soleil… Mais à Bruxelles, on est libre ! Allez à Londres ou à Paris, il y a des flics et des caméras de surveillance partout. Le Bruxellois est plus libre parce qu’il y a beaucoup plus d’ordre malgré le manque de consensus. Le point fondamental, c’est de trouver ce consensus et c’est à ça que nous devons travailler au quotidien. De mon côté, à 86 ans, je dis encore la messe tous les jours. Je reçois des gens chez moi et j’essaie de les écouter, de les aider. Ma porte est toujours ouverte et tant que j’aurai la possibilité de le faire, je continuerai. Quand on est le « berger du troupeau », on ne peut pas abandonner… »

La Bataille des Marolles (1969)

La bataille des Marolles a bénéficié d’une couverture médiatique importante. À travers la caméra de Jean-Jacques Péché et Pierre Manuel, la lutte des habitants contre le projet de destruction du quartier est filmée jour après jour. Le documentaire débute par la distribution du courrier officiel d’expropriation et les réunions du Comité d’action des Marolles. On y voit ensuite les premières actions de résistance pacifique. Un seul leitmotiv : vivre ensemble et rester dans le quartier. Enfin début septembre, la nouvelle tombe : le projet de rénovation est définitivement abandonné. La mobilisation a porté ses fruits et les habitants organisent la grande kermesse de la victoire, au son de la fanfare. Dans ce document émouvant, on découvre le quotidien de tous les Marolliens : le facteur, les commerçants et, bien sûr, l’abbé Van der Biest, franc porte-parole du mouvement, qui avait déjà l’habitude de ponctuer son discours d’expressions littéraires… Le spectateur est projeté au cœur du combat des Bruxellois, mais aussi dans leur vie de tous les jours. Une vie simple où subsistaient alors les chiffonniers, ferrailleurs et autres « petits métiers ».

1 Unité d’habitation rassemblant plusieurs familles dans un même bâtiment.

FESTIVAL DES MINIMES

Une pause de midi au son de la musique classique dans une église du xviie siècle

Depuis 1992, notre paroisse accueille ce festival d’été, totalement gratuit, avec l’idée que la musique n’est pas réservée à une élite. Il permet à de jeunes virtuoses belges et étrangers de jouer dans un cadre exceptionnel et au public de profiter d’une acoustique unique et d’un moment de détente musicale à l’heure du déjeuner.

Église des Minimes, 62, rue des Minimes, quartier Marolles (proche de la station Petit Sablon, trams 92 et 93)

Tél. : +32 (0)2 511 93 84

Se déroule en juillet et août, du lundi au vendredi à 12 h 15 (concerts entre 30 et 45 minutes).

PLACE DU JEU DE BALLE

Marché aux puces matinal

En 2014, la Ville de Bruxelles a encore eu une idée insolite ! Alors que l’enjeu principal est d’éloigner la voiture du centre, ils ont eu l’idée de reconvertir la place du Jeu de Balle en parking ! De quoi tuer la vie locale. Alors, avec la Plateforme Marolles, nous avons relayé une pétition et exprimé notre refus de voir la convivialité du quartier attaquée. Un an plus tard, grâce de nouveau à une belle mobilisation, le projet a été abandonné.

Place du Jeu de Balle, quartier Marolles (proche de la station Porte de Hal, métro lignes 2 et 6 et trams 3, 4 et 51)

www.marcheauxpuces.be

Ouvert tous les jours de 6 h à 14 h, et jusqu’à 15 h les samedis et dimanches.

LE RENARD BLEU

Bistro de quartier

Je ne sors pas beaucoup, sauf quand je participe à des réunions organisées à l’extérieur. Le Renard bleu a très bonne réputation dans le quartier. Il est situé dans une maison historique et on peut profiter d’un jardin en été.

3, rue des Renards, quartier Marolles (proche de la station Porte de Hal, métro lignes 2 et 6 et trams 3, 4 et 51)

Tél. : +32 (0)483 51 61 89

www.facebook.com/Le-Renard-bleu-216526225218268

Ouvert du jeudi au lundi, de 11 h 30 à 23 h. Fermé le mardi et le mercredi.

QUARTIER DES MAROLLES

Quartier populaire

C’est un quartier populaire depuis la construction de logements sociaux dans le centre de Bruxelles en 1887. Délimitée par la rue Haute, la petite ceinture, l’arrière du palais de Justice et le Sablon, c’est aujourd’hui encore un quartier authentique, typique de la vie bruxelloise. Pour le découvrir, prendre l’ascenseur place Poelaert, en face du palais de Justice et descendre vers la place du Jeu de Balle en se perdant dans les petites rues adjacentes.

Centre-ville (proche de la station Porte de Hal, métro lignes 2 et 6)

ÉGLISE DES MINIMES

Église

Elle est située rue des Minimes, elle date du XVIIe siècle. La paroisse œuvre pour les plus démunis de la commune et est à l’origine du Comité d’action des Marolles.

62, rue des Minimes (proche de la station Petit Sablon, trams 92 et 93)

RUE HAUTE

Rue principale des Marolles

C’est l’artère centrale du quartier des Marolles. Elle et la rue Blaes rassemblent de nombreux antiquaires et brocanteurs, magasins vintage, bistros et restaurants typiques. Allez voir la Cité Hellemans, cité de logements collectifs construite en 1915 dans un style Art nouveau.

Centre-ville (proche de la station Poelaert, trams 92 et 93)

FAMILISTÈRE GODIN

Logement collectif

C’est un logement collectif imaginé en 1880 par Jean-Baptiste Godin pour les ouvriers de ses usines et leurs familles. Classé en 1988, le familistère est aujourd’hui propriété du Centre public d’action sociale de Bruxelles.

156-58, quai des usines (proche de la station Gare de Schaerbeek, tram 92)

MONT DES ARTS

Jardin urbain

C’est un jardin urbain créé par l’architecte paysagiste René Pechère au milieu d’un complexe rassemblant les Archives générales, la Bibliothèque royale et le palais des Congrès. Le musée des Instruments de musique est à voir, au-dessus du Mont des Arts. On doit également à René Pechère de nombreux parcs et jardins bruxellois comme les aménagements extérieurs de l’Exposition universelle de 1958, le parc du Botanique, le jardin pittoresque du musée Van Buuren à Uccle, le jardin du Berlaymont à Schuman ou le jardin du musée d’Érasme à Anderlecht.

Centre-ville (proche de la station Gare Centrale, métro lignes 1 et 5)

«Aujourd’hui, je vis en Zambie et je me consacre à une cause qui me tient à cœur : l’égalité entre les femmes et les hommes, après avoir fait le tour d’une vingtaine d’ONG, pour Africa Development International comme Director of Equality and International Relations. Il s’agit d’une ONG créée et gérée par des Zambiens qui se focalise sur les femmes et les adolescentes victimes de violence. Le projet consiste à donner une indépendance économique aux femmes via l’art et l’artisanat, d’assister les femmes dans l’exercice de leurs droits et de sensibiliser à la santé sexuelle et reproductive.

À Bruxelles, ma vie était bien différente ! J’ai consacré les années précédant mon départ à conseiller des parlementaires et à coordonner un projet dédié à l’entrepreneuriat féminin. Avec le recul, je dirais que mon parcours est atypique.

J’ai commencé dans la recherche. J’étais d’ailleurs la première femme sociologue invitée à faire de la recherche avec des ingénieurs architectes à l’université de Louvain-La-Neuve. Plus tard, j’ai changé d’orientation, car les fonds étaient difficiles à obtenir. Je me suis dirigée vers le secteur privé et j’ai travaillé quinze ans dans la presse écrite. Tout d’abord, j’ai rejoint le magazine Femmes d’aujourd’hui, comme adjointe de la rédactrice en chef. Ensuite, j’ai participé au lancement du magazine Notre Temps, devenu aujourd’hui Magazine Plus, pour les jeunes de 50 ans et plus. Enfin, j’ai également travaillé pour le groupe de La Libre Belgique et La Dernière Heure en tant que directrice marketing. Mais à la fin des années 90, les groupes de presse ont commencé à subir de grandes mutations, achats et rachats de toutes parts. Le rythme était très intense, très soutenu et j’ai décidé de prendre une année sabbatique pour souffler un peu.

C’est alors que Magdeleine Willame, sénatrice, m’a proposé de travailler avec elle au Sénat. Cette femme convaincue de l’égalité entre les hommes et les femmes m’a inoculé le virus du féminisme. J’ai replongé dans les milieux académiques et j’ai travaillé sur toutes les thématiques liées à l’égalité. J’ai fait beaucoup de recherche et, petit à petit, je suis devenue experte en théorie du genre. J’ai rejoint le cabinet de la ministre de l’Égalité des chances, Joëlle Milquet, mandat qu’elle a occupé deux fois. La première fois, au niveau européen, alors que la Belgique avait la présidence de l’Europe ; puis lors de son second mandat, je me suis occupée de tous les dossiers égalité hommes-femmes.

Si je devais résumer ma carrière, je la divise donc en deux parties : la presse et l’égalité des sexes. Ceci dit, quand je bossais dans la presse féminine, j’essayais déjà de diminuer le nombre de pages consacrées au tricot ou à la mode et d’augmenter les sujets d’intérêts généraux, plus sociétaux. Il n’y a pas de hasard…

En 2013, sous l’initiative de la ministre Céline Fremault, j’ai rejoint Impulse, l’Agence bruxelloise pour l’entreprise, afin de soutenir à Bruxelles l’entrepreneuriat féminin. Nous sommes partis du constat que 50 % des femmes à Bruxelles n’ont pas d’activité professionnelle. Il y a une réserve de main d’œuvre énorme. Nous avons lancé Women in Business, le portail de l’entrepreneuriat féminin à Bruxelles pour réveiller ces talents perdus et faire en sorte que les femmes puissent créer leur emploi ou leur activité économique. Women in Business fédère l’ensemble des structures d’accompagnement et de soutien aux femmes qui entreprennent : celles qui font de la formation, des incubateurs, des réseaux d’information, etc. Le site web partage un agenda commun tout en soulignant les spécificités de chacune de ces structures.

En parallèle, nous avons mené un sondage auprès de nos membres sur les femmes, l’entreprise et l’argent. Cette étude a permis de comprendre en quoi « entreprendre au féminin » est fondamentalement différent d’entreprendre au masculin. La principale conclusion qui en ressort est que les femmes n’ont pas le même goût du risque. Par ailleurs, elles fixent leurs tarifs différemment et elles ont tendance à s’autoévaluer avec un regard trop critique. En fait, une femme ne construit pas son business plan comme un homme. Ses hypothèses de gain sont plus proches de la réalité alors qu’un homme aura tendance à mettre des paillettes dans ses prévisions. À vendre du rêve. Mais il faut savoir que, dans les banques, 66 % des interlocuteurs sont masculins. Entre un business plan qui présente des bénéfices rutilants et un autre plus modeste, les banquiers soutiennent généralement les hypothèses les plus flamboyantes. Même si, dans les faits, les femmes tendent à être plus réalistes. Il est donc nécessaire de les accompagner, à la fois dans la conception de leur stratégie, mais aussi pendant leurs rendez-vous à la banque.

On n’accorde aucune considération spécifique à une femme qui entreprend. Or, comme on le voit tous les jours, elle rencontre des obstacles supplémentaires. C’est pourquoi il existe une vingtaine de structures – rassemblées au sein de Women in Business – qui les soutiennent pour faire face à ces difficultés. Le point de départ de cet accompagnement s’intéresse aux valeurs de l’entrepreneuse et à celles de son projet, qui doivent forcément être en adéquation. La cohérence entre la personnalité de la femme et son entreprise est essentielle à sa réussite.

Aujourd’hui, il reste de nombreux défis à relever, avec la diffusion de l’information comme point critique. Le ministre de l’emploi actuel, Didier Gosuin, continue à soutenir ce projet, qui a plus que jamais de l’avenir. Car à Bruxelles, le pourcentage de femmes indépendantes par rapport au nombre total d’indépendants est plus faible qu’en Wallonie et en Flandre, même si on constate une belle progression ces dix dernières années.

Entreprendre à Bruxelles

Créé en 2003 à l’initiative du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, Impulse informe les entrepreneurs et les aide à monter leur activité. Il rassemble des missions d’accompagnement sectoriel et de coaching personnalisé pour mener le projet vers la réussite, notamment à travers une pépinière d’entreprises. Il favorise la croissance, la compétitivité, la durabilité et l’emploi à Bruxelles. Impulse mène des recherches approfondies sur la question de l’entrepreneuriat de la région afin d’en comprendre les particularités, les défis, les freins. Enfin, il organise des séminaires, conférences et séances d’information pour celui qui souhaite monter son entreprise à Bruxelles. En parallèle, plusieurs personnages de ce livre ont monté leur activité grâce à Job Yourself. Cette association accompagne les chercheurs d’emploi qui souhaitent devenir indépendants ou créer leur entreprise. Le programme permet de monter un projet de A à Z de l’identité visuelle à la facturation en passant par la prospection. Pendant une période de 18 mois, l’entrepreneur peut tester son activité sur le marché, utiliser un numéro de TVA, facturer, générer des revenus tout en conservant ses allocations de chômage.

Pourtant, sur la scène européenne, la Belgique reste le plus mauvais élève en termes de taux de créations d’activité. Nous sommes dans un environnement où tout entrepreneur, homme ou femme, a peur de l’échec. Quand on se plante, la réaction d’un interlocuteur bancaire, par exemple, sera très différente de celle d’un Anglo-Saxon. Aux États-Unis, on peut rebondir et se refaire. C’est très difficile en Belgique. Il faut lever une série de peurs et de réticences. Je pense sincèrement qu’on est mieux armé quand on a connu l’échec. Il faut soutenir les entrepreneurs qui, malgré leur échec, relancent une activité économique.

J’ai aussi travaillé comme conseillère parlementaire pour le CDH2 qui défend un projet de société me correspondant, un projet axé sur l’humain. Une donnée fondamentale dans la société actuelle. Évidemment, je porte toujours ma casquette d’experte en théorie du genre. J’essaie de soutenir toutes les initiatives en faveur de l’égalité hommes-femmes.

En matière d’égalité hommes-femmes, je trouve qu’on a une excellente législation, tant à Bruxelles qu’en Belgique, mais la réalité sur le terrain est différente. Il y a encore beaucoup à faire pour passer de la loi au concret et ça doit se travailler à tous les niveaux de pouvoir : régions, communautés, État.

Pour aller travailler chez Impulse ou au Parlement bruxellois, je me déplaçais tout le temps à vélo. C’est le mode de transport que je privilégie. Et je ne suis pas la seule ! Le garage à vélos du Parlement est rempli ! Même quand il fait gris. Contrairement aux idées reçues, il ne pleut pas tellement à Bruxelles. Il fait souvent nuageux, certes, mais j’atteste que le nombre annuel de grosses pluies se compte sur les doigts de la main. L’avantage en vélo, c’est qu’il n’y a pas d’embouteillages. Si tout le monde résonnait comme ça, il n’y en aurait plus du tout ! Pour tous mes déplacements, quand je vais au marché par exemple, je prends mon vélo. Ça me fait rire de rentrer chez moi avec les poireaux qui dépassent du panier. Aujourd’hui, en matière de mobilité, une attention plus forte qu’auparavant est donnée au vélo. Comme le nombre de cyclistes augmente, les voitures deviennent de plus en plus attentives et respectueuses.

Surtout qu’à Bruxelles, on a la chance d’avoir de très beaux espaces verts, c’est un bonheur ! Même les quartiers plus urbains sont rénovés pour une meilleure qualité de vie. J’aime beaucoup aller me promener dans la zone du canal, près de la rue Antoine Dansaert, par exemple. Je me considère comme une nomade bruxelloise. J’ai habité à Watermael-Boitsfort, Schaerbeek et Uccle. Des communes très différentes ! Lorsque nous nous sommes installés à Uccle, je me souviens avoir constaté qu’il y avait peu de mixité. À Schaerbeek, j’avais pris l’habitude de voir toutes sortes de gens, du Maghreb, d’Afrique noire, de Turquie, des Européens, des Schaerbeekois pure souche qui parlent le brusseleir. C’est cet aspect de Bruxelles qui me plaît, j’aime vivre dans un milieu multiculturel, qui est ouvert sur le monde. On parle toutes les langues à Bruxelles. C’est un plaisir d’être confronté à toutes ses cultures.

Bruxelles est un véritable paradis pour les jeunes. Dans tous les parcs publics, il y a des installations pour les enfants. Plusieurs musées leur sont consacrés et, globalement, tout leur est ouvert. Les enfants sont accueillis dans de nombreux espaces culturels. Et dans les restaurants ! Il y a toujours une chaise haute qui sort d’on ne sait où ! Il y a une vraie empathie qui n’existe pas ailleurs. Même les trams ont été rabaissés et se promener avec une poussette est devenu beaucoup plus facile. Si on souhaite inscrire son enfant dans des activités extrascolaires, des cours de sport ou à la bibliothèque, il n’y a jamais de problème de place. L’offre de loisirs est très étendue. Bien sûr, l’accueil dans les crèches et dans les écoles est nettement plus compliqué… même si des efforts sont faits pour pallier le manque de places. »

Le canal