Lâcher prise, enfin ! - Elise Savaro - ebook

Lâcher prise, enfin ! ebook

Elise Savaro

0,0
22,25 zł

Opis

Découvrez enfin tous nos conseils et nos astuces pour enfin lâcher prise sur vos soucis !Que signifie exactement « lâcher prise » ? Pourquoi est-il si difficile d’accepter simplement les aléas de l’existence sans dépenser son énergie en stress et en vains combats ? Comment faire pour s’abandonner et vivre dans l’instant présent ? En 50 minutes, ce petit livre vous propose des explications pour comprendre le lâcher-prise et la complexité de cette notion anti-stress. Mais surtout, vous y trouverez de nombreuses astuces et techniques à appliquer pour aller vers un mieux-être au quotidien.Ce livre vous donnera des conseils pour :•  comprendre ce qu'est le lâcher-prise•  apprendre à vous abandonner au moment présent •  appliquer ce que vous avez appris au quotidienLe mot de l’éditeur :« Dans ce numéro de la collection 50MINUTES Équilibre, Elise Savaro nous donne des pistes pour empêcher les soucis de trop s'immiscer dans notre quotidien. Certes, nous ne passerons jamais à côté des responsabilités et des imprévus à gérer, mais nous pouvons travailler la manière dont ces derniers nous affectent, en apprenant à lâcher prise et à vivre le moment présent. » Stéphanie Dagrain À PROPOS DE LA SÉRIE 50MINUTES | ÉquilibreLa série Équilibre de la collection « 50MINUTES » présente de nombreuses thématiques et problématiques liées aux relations que nous entretenons avec nous-mêmes. Grâce aux témoignages et aux nombreuses astuces mis en lumière par nos auteurs, découvrez pas à pas les clés pour vous sentir plus épanoui et plus serein.

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB

Liczba stron: 38




Comment lâcher prise ?

Problématique ? Si la notion de lâcher-prise est au cœur des ouvrages de développement personnel, elle reste cependant très mystérieuse. De quoi devons-nous en effet nous défaire pour nous ancrer dans le moment présent ? Et que signifie réellement « vivre dans le moment présent » ?Objectif ? Prendre conscience du fait que nous ne pouvons pas toujours changer ou influer sur le cours des choses, mais qu’il est, au contraire, possible de modifier le regard que nous portons sur elles et la manière dont nous les appréhendons. FAQ ?Tout le monde est-il égal face au lâcher-prise ?Les enfants lâchent-ils prise plus facilement ?Qu’est-ce qui rend difficile le lâcher-prise ?Jusqu’où lâcher prise ?Quelle sera la meilleure méthode pour m’aider à lâcher prise ?

Le lâcher-prise est une expression très utilisée de nos jours, mais que peu comprennent réellement. La notion nous est souvent présentée comme une obligation, un but à atteindre, et comme quelque chose de facile à réaliser. N’avez-vous jamais entendu une personne de votre entourage vous conseiller de « lâcher prise », alors que vous étiez tourmenté ou stressé ? Or qu’y a-t-il de plus compliqué que de s’abandonner lorsque l’on se trouve justement empêtré dans ses problèmes ?

Certains philosophes, comme Alexandre Jollien, nous invitent à « lâcher, même le lâcher-prise » (Petit traité de l’abandon), c’est-à-dire à ne pas considérer le lâcher-prise comme une nouvelle contrainte, mais plutôt comme la possibilité d’accueillir sans dramatiser certains événements désagréables ou contre lesquels nous ne pouvons rien faire, et de nous détendre. Il ne s’agit pas pour autant d’une attitude défaitiste ou passive. Bien au contraire !

Pour que vous puissiez mieux comprendre cette notion, voici une petite histoire très concrète, connue des étudiants en psychologie :

En Malaisie, il existe une pratique de chasse traditionnelle des singes qui consiste à couper une noix de coco en deux, à la vider de son contenu pour y mettre quelques grains de riz et la refermer ensuite en y laissant une petite ouverture. Alléché par les fruits suspendus aux arbres, le singe plonge la main dans la noix de coco pour s’emparer du riz. Piégé par la noix de coco qui se referme, il se met à gémir et à crier alors qu’il lui serait tout à fait possible de retirer sa main et d’échapper aux chasseurs. Pourquoi le singe ne lâche-t-il pas le riz pour pouvoir se sauver ? Parce qu’il tient bien trop à son butin. C’est ce qui nous arrive, à nous aussi ! Par manque de mise en perspective, de détachement, nous nous agrippons à nos pensées.

S’il est vrai que nous devons faire face à beaucoup plus de soucis que les singes, parce que nous sommes des êtres de pensées et que nous nous compliquons souvent l’existence, nous avons aussi la capacité de nous observer et de corriger notre comportement, afin de ne plus laisser nos automatismes nous guider.

Le but de cet ouvrage est de définir avec plus de précision le terme de lâcher-prise, de vous exposer différentes techniques pour aller vers ce relâchement – qui, insistons encore une fois, n’est pas un renoncement ou une défaite, mais un mieux-être – et de vous aider à mettre ces techniques en pratique suivant le contexte.

Comprendre le lâcher-prise

Le contrôle et l’attachement : les antithèses du lâcher-prise

Pour bien comprendre le concept de lâcher-prise, il faut s’intéresser à son contraire, soit littéralement, le « prendre-prise », une expression qui n’existe pas en français, mais qui comporte les notions de contrôle et d’attachement excessif.

Le contrôle

Pour nous adapter au monde, nous avons besoin de repères que nous établissons dès l’enfance. Nous forgeons notre vision du monde par le biais de notre éducation et de notre environnement, mais aussi grâce à notre personnalité. Cela nous donne une consistance et nous permet d’être en interaction plus ou moins harmonieuse avec ce qui nous entoure. Contrôler ou vouloir contrôler une situation nous rassure. Et lorsque nous perdons cette mainmise, le stress s’empare de nous.

« Je téléphone au moins trois fois par jour à la crèche pour m’assurer que tout va bien avec Ulysse, et généralement c’est le cas... Les puéricultrices me disent que c’est inutile d’appeler et que cela gêne un peu leur travail, mais je ne peux me résoudre à passer une journée entière sans m’assurer que les choses vont bien. Si je ne le fais pas, je vis un terrible état d’angoisse. » (Cécile, 29 ans, maman d’un enfant de 6 mois)