Toc... Toc... Toc ! Etude - Ivan Sergeyevich Turgenev - ebook
Kategoria: Humanistyka Język: francuski Rok wydania: 1870

Toc... Toc... Toc ! Etude darmowy ebook

Ivan Sergeyevich Turgenev

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

tablecie w aplikacji Legimi
smartfonie w aplikacji Legimi
komputerze w aplikacji Legimi
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Zabezpieczenie: DRM

Opinie o ebooku Toc... Toc... Toc ! Etude - Ivan Sergeyevich Turgenev

Fragment ebooka Toc... Toc... Toc ! Etude - Ivan Sergeyevich Turgenev

A Propos
Chapitre 1
A Propos Turgenev:

Ivan Sergeyevich Turgenev (November 9 [O.S. October 28] 1818 – September 3 [O.S. August 22] 1883) was a major Russian novelist and playwright. His novel Fathers and Sons is regarded as a major work of 19th-century fiction. Source: Wikipedia

Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

Chapitre 1

 

… Nous fîmes cercle autour de Riedel, un vieil ami a nous tous, un Russe de la bonne souche, malgré son nom allemand, et il commença en ces termes : « Je vais vous raconter, messieurs, une aventure qui m’est arrivée il y a de cela trente… ou peut-etre quarante ans. Je serai bref — et vous, ne m’interrompez pas. »

Frais émoulu de l’Université, je me trouvais alors a Saint-Pétersbourg. Mon frere était aspirant de l’artillerie a cheval de la Garde. Sa batterie était cantonnée a Krasnoié-Selo : nous étions en été. Mon frere ne logeait pas au quartier, mais dans un des petits hameaux voisins, et comme j’allais l’y visiter régulierement, je fis rapidement connaissance avec tous ses amis. Il occupait une chaumiere, ma foi fort coquette, en compagnie d’un autre officier de sa batterie, un certain Teglev. J’eus tôt fait de me lier avec ce dernier.

On prétend, de nos jours, que Marlinsky est vieux jeu, on ne le lit plus et se moque meme de lui, mais en 1830 il était plus illustre que quiconque et Pouchkine lui-meme, au dire des jeunes gens, ne pouvait pas lui etre comparé. Marlinsky avait acquis la réputation de premier écrivain russe, mieux encore — chose rare et difficilement réalisable — il avait imprimé sa trace sur le front de toute la génération de son époque. Partout ou vous alliez, vous étiez assuré de rencontrer des personnages a la Marlinsky ; ils étaient particulierement nombreux en province, plus spécialement dans l’armée, et surtout dans l’artillerie. Leurs propos et leurs lettres s’inspiraient de leur auteur favori ; leur commerce était sombre, taciturne, « la tempete dans l’âme et le feu dans le sang », comme le lieutenant Bélozor dans La Frégate de l’Espérance. Ils « dévoraient » les cours féminins, aussi leur avait-on collé l’étiquette d’ « homme fatal ». Comme vous le savez tous, ce type s’est conservé assez longtemps — jusqu’a Petchorine. Et que n’y trouvait-on pas : byronisme, romantisme, réminiscences de la Révolution française et de l’émeute de Décembre, culte de Napoléon, foi dans le destin, la bonne étoile et la force de caractere, la pose et la déclamation — et l’ennui du néant ; l’angoisse d’une fierté mesquine, alliée a une énergie et a un courage réels ; de nobles aspirations, contrariées par une éducation négligée et une grossiereté native ; des prétentions aristocratiques et une vantardise futile… Bref, assez de philosophie… Je vous ai promis un récit.