Assez ! Extrait du journal d'un peintre défunt - Ivan Sergeyevich Turgenev - ebook
Kategoria: Humanistyka Język: francuski Rok wydania: 1864

Assez ! Extrait du journal d'un peintre défunt darmowy ebook

Ivan Sergeyevich Turgenev

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

tablecie w aplikacji Legimi
smartfonie w aplikacji Legimi
komputerze w aplikacji Legimi
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Zabezpieczenie: DRM

Opinie o ebooku Assez ! Extrait du journal d'un peintre défunt - Ivan Sergeyevich Turgenev

Fragment ebooka Assez ! Extrait du journal d'un peintre défunt - Ivan Sergeyevich Turgenev

A Propos
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
A Propos Turgenev:

Ivan Sergeyevich Turgenev (November 9 [O.S. October 28] 1818 – September 3 [O.S. August 22] 1883) was a major Russian novelist and playwright. His novel Fathers and Sons is regarded as a major work of 19th-century fiction. Source: Wikipedia

Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

Chapitre 1

 

……………………………


Chapitre 2

 

……………………………


Chapitre 3

 

« Assez ! » me disais-je a moi-meme, en gravissant péniblement le flanc d'une montagne escarpée qui s'élevait depuis les rives d'un fleuve paisible. « Assez ! » me répétai-je, en humant l'haleine résineuse d'un bosquet de sapins, particulierement odorante dans la fraîcheur du crépuscule… « Assez ! » me dis-je de nouveau en m'asseyant sur un tertre moussu qui surplombait le fleuve, les yeux fixés sur les vagues sombres et paresseuses que dominaient les tiges vert clair des joncs… Assez, assez remué, assez erré : il est temps de rentrer en soi-meme, de se prendre la tete a deux mains, et d'ordonner a son cour de ne plus battre.

Suffit de se laisser griser par la caresse des sensations troubles et captivantes, de poursuivre chaque forme nouvelle du Beau, d'essayer de saisir le frisson par ses ailes puissantes et ténues… J'ai tout gouté…, vécu toutes les sensations… Je suis las…

Que me fait, a moi, le soleil levant, qui, a chaque instant, conquiert de nouveaux espaces du ciel et s'embrase comme une passion triomphante ? Que me fait le rossignol, qui se cache dans un buisson tout couvert de rosée, a deux pas de moi, dans le silence, dans la paix et dans l'éclat du soir, et me révele sa présence par un chant magique ? On pourrait croire, a l'entendre, qu'il n'y a encore jamais eu de rossignol et qu'il est le premier qui chante le premier chant du premier amour… Toutes ces choses ont existé, pourtant, et se sont répétées des milliers de fois… Quand je songe qu'il en sera de meme jusqu'a la fin des siecles, qu'il y a une regle immuable, une loi, eh bien, le dépit me gagne. Mais oui, le dépit !