Le Chant de l'amour triomphant - Ivan Sergeyevich Turgenev - ebook
Kategoria: Humanistyka Język: francuski Rok wydania: 1881

Le Chant de l'amour triomphant darmowy ebook

Ivan Sergeyevich Turgenev

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

tablecie w aplikacji Legimi
smartfonie w aplikacji Legimi
komputerze w aplikacji Legimi
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Zabezpieczenie: DRM

Opinie o ebooku Le Chant de l'amour triomphant - Ivan Sergeyevich Turgenev

Fragment ebooka Le Chant de l'amour triomphant - Ivan Sergeyevich Turgenev

A Propos

Chapitre 1
A Propos Turgenev:

Ivan Sergeyevich Turgenev (November 9 [O.S. October 28] 1818 – September 3 [O.S. August 22] 1883) was a major Russian novelist and playwright. His novel Fathers and Sons is regarded as a major work of 19th-century fiction. Source: Wikipedia

Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

Wage Du zu irren und zu träumen !

Schiller.

Voici, ce que j'ai lu dans un vieux manuscrit italien :


Chapitre 1

 

Vers le milieu du XVIe siecle, a l'époque ou Ferrare s'épanouissait sous le sceptre de ses ducs, protecteurs magnifiques des arts et des poetes, il y avait dans cette cité deux jeunes gens : Fabius et Mucius. Unis par des liens étroits de parenté, de meme âge, les deux jeunes hommes ne s'étaient presque jamais séparés : une amitié de cour les avait attachés l'un a l'autre des la premiere enfance, et la communauté de leur destin n'avait fait que resserrer ces nouds.

Fabius et Mucius appartenaient a des familles de vieille souche ; ils étaient riches, libres et n'avaient point de femmes ; leurs gouts et leurs inclinations étaient sensiblement les memes. L'un était peintre et l'autre musicien. La vieille cité était fiere d'avoir donné le jour a ces deux artistes qui passaient pour etre la parure la plus précieuse de la cour et de la société.

Physiquement, ils ne se ressemblaient guere, mais étaient égaux par la beauté : Fabius était un peu plus grand que son ami, avait un teint de lait, des cheveux blond doré et des yeux bleus ; le teint de Mucius, au contraire, était basané et sa chevelure noire. Jamais il n'arrivait qu'une étincelle de joie illuminât le fond de ses yeux marron foncé, ou qu'un sourire errât sur ses levres, comme sur celles de Fabius. Ses sourcils épais descendaient bas sur ses paupieres étroites, tandis que ceux de son ami, finement tissés d'or, s'arquaient délicatement sur son front, haut et pur. Mucius avait moins d'esprit dans la conversation, pourtant, les deux jeunes hommes plaisaient également aux gentes dames, qui croyaient voir en eux l'incarnation de la courtoisie et de la noblesse, vertus chevaleresques.

A la meme époque, il y avait a Ferrare une jeune damoiselle du nom de Valéria. Elle passait pour etre l'une des plus grandes beautés de la ville, encore qu'on ne la vît guere, car elle menait un genre de vie fort retiré et ne sortait de chez elle que pour se rendre a l'église, ou a la promenade, les jours de fete. Elle habitait avec sa mere, une veuve noble, mais peu fortunée, dont elle était l'unique enfant. Quiconque la croisait dans la rue, éprouvait aussitôt un sentiment d'involontaire surprise, due a sa beauté, et de tendre respect, inspiré par sa modestie : la jeune fille semblait ne pas se rendre compte du charme qui émanait de toute sa personne. Il y en avait, il est vrai, qui la trouvaient un peu pâle ; le regard de ses yeux, presque toujours baissé, avait quelque chose de timide, voire d'effarouché ; ses levres souriaient peu et a peine, rares enfin étaient ceux qui pouvaient se vanter d'avoir entendu le son de sa voix. Pourtant, le bruit courait qu'elle était remarquable et que le matin de bonne heure, quand toute la cité sommeillait encore, la jeune fille chantait volontiers, enfermée dans sa chambre, quelque vieille chanson et s'accompagnait elle-meme sur un luth. Malgré la pâleur de son teint, Valéria avait une santé florissante, et les vieilles gens ne pouvaient s'empecher de se dire, en la regardant :

« Bienheureux le jeune homme qui fera éclore cette fleur ravissante et vierge, encore enveloppée dans ses sépales ! »