Les Quatre Filles du docteur Marsch - Louisa May Alcott - ebook

Les Quatre Filles du docteur Marsch ebook

Louisa May Alcott

0,0

Opis

Guerre civile américaine en Amérique. Le Dr March a rejoint l’armée du Nord, ne laissant que sa femme et ses quatre filles, quatre sœurs aux tempéraments et aux passions opposés. Meg est sentimentale, Beth aime la musique, Joe est à la fois un garçon manqué et un écrivain novice.

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi na:

Androidzie
iOS
czytnikach certyfikowanych
przez Legimi
czytnikach Kindle™
(dla wybranych pakietów)
Windows
10
Windows
Phone

Liczba stron: 494

Odsłuch ebooka (TTS) dostepny w abonamencie „ebooki+audiobooki bez limitu” w aplikacjach Legimi na:

Androidzie
iOS

Popularność




Louisa May Alcott

Les Quatre Filles du docteur Marsch

Varsovie 2020

Table des matières

I. Où le lecteur fait connaissance avec la famille américaine

II. Un joyeux Noël

III. Le petit Laurentz

IV. Une famille de mauvaise humeur, ou les inconvénients des fêtes et des vacances

V. Jo voisine

VI. Beth entre dans le beau palais

VII. Amy passe dans la vallée de l’humiliation

VIII. Double choc

IX. Meg va à la foire aux vanités

X. Le Pickwick Club

XI. Une expérience

XII. Le camp de Laurentz

XIII. La Société des Abeilles et les châteaux en Espagne

XIV. Deux secrets

XV. Une dépêche et ses suites

XII. Un paquet de lettres

XII. Beth

XII. Des jours sombres

XII. Le testament d’Amy

XX. Confidences

XXI. Laurie fait des bêtises et Jo rétablit la paix

XXII. Des jours de bonheur

XXIII. Tante Marsch. — Quatre ans après

CHAPITRE I. OÙ LE LECTEUR FAIT CONNAISSANCE AVEC LA FAMILLE AMÉRICAINE

„ Noël ne sera pas Noël si l’on ne nous fait pas de cadeaux, grommela miss Jo en se couchant sur le tapis.

– C’est cependant terrible de n’être plus riche, soupira Meg en regardant sa vieille robe.

– Ce n’est peut-être pas juste non plus que certaines petites filles aient beaucoup de jolies choses et d’autres rien du tout, „ ajouta la petite Amy en se mouchant d’un air offensé.

Alors, Beth, du coin où elle était assise, leur dit gaiement :

„ Si nous ne sommes plus riches, nous avons encore un bon père et une chère maman et nous sommes quatre sœurs bien unies. „

La figure des trois sœurs s’éclaircit à ces paroles. Elle s’assombrit de nouveau quand Jo ajouta tristement :

„ Mais papa n’est pas près de nous et n’y sera pas de longtemps. „

Elle n’avait pas dit : „ Nous ne le reverrons peut-être jamais ; „ mais toutes l’avaient pensé et s’étaient représenté leur père bien loin, au milieu des terribles combats qui mettaient alors aux prises le Nord et le Sud de l’Amérique.

Après quelques moments de silence, Meg reprit d’une voix altérée :

„ Vous savez bien que maman a pensé que nous ferions mieux de donner l’argent de nos étrennes aux pauvres soldats qui vont tant souffrir du froid. Nous ne pouvons pas faire beaucoup, c’est vrai, mais nos petits sacrifices doivent être faits de bon cœur. Je crains pourtant de ne pas pouvoir m’y résigner, ajouta-t-elle en songeant avec regret à toutes les jolies choses qu’elle désirait.

– Mais nous n’avons chacune qu’un dollar, dit Jo ; quel bien cela ferait-il à l’armée d’avoir nos quatre dollars ? Je veux bien ne rien recevoir ni de maman ni de vous, mais je voudrais acheter les dernières œuvres de Jules Verne, qu’on vient de traduire ; il y a longtemps que je le désire. Le capitaine Grant est, lui aussi, séparé de ses enfants, – mais ses enfants le cherchent, – tandis que nous... nous restons là. „

Jo aimait passionnément les aventures.

„ Je désirais tant de la musique nouvelle ! murmura Beth avec un soupir si discret que la pelle et les pincettes seules l’entendirent.

– Moi, j’achèterai une jolie boîte de couleurs, dit Amy d’un ton décidé.

– Maman n’a pas parlé de notre argent et elle ne peut pas vouloir que nous n’ayons rien du tout. Achetons chacune ce que nous désirons et amusons-nous un peu ; nous avons assez travaillé toute l’année pour qu’on nous le permette ! s’écria Jo en examinant les talons de ses bottines d’une manière tout à fait masculine.

– Oh ! oui, moi je l’ai bien mérité en m’occupant tous les jours de l’éducation de ces méchants enfants, quand j’aurais tant aimé rester à la maison, dit Meg qui avait repris son ton plaintif.

– Vous n’avez pas eu la moitié autant de peine que moi, reprit Jo. Comment feriez-vous s’il vous fallait rester, ainsi que moi, enfermée des heures entières avec une vieille personne capricieuse et grognon, qui n’a pas plus l’air de se rappeler que je suis sa nièce, que si je lui arrivais tous les jours de la lune ; qui vous fait trotter toute la journée, qui n’est jamais contente de rien, qui enfin vous ennuie à tel point qu’on est toujours tenté de s’en aller, de peur de la battre ?

– C’est mal de se plaindre ; cependant je pense que la chose la plus désagréable qui se puisse faire ici, c’est de laver la vaisselle et de faire les chambres, comme je le fais tous les jours. Je sais bien qu’il faut que cela se fasse, mais cela me rend les mains si dures que je ne peux plus étudier mon piano, „ dit Beth avec un soupir que cette fois tout le monde entendit.

Ce fut alors le tour d’Amy :

„ Je ne pense pas qu’aucune de vous souffre autant que moi ; vous n’avez pas à aller en classe avec d’impertinentes petites filles qui se moquent de vous quand vous ne savez pas vos leçons, critiquent vos vêtements, vous insultent parce que vous avez votre nez et pas le leur et dédaignent votre père parce qu’il a, par trop de bonté, perdu sa fortune subitement !

– La vérité est, répondit Meg, qu’il vaudrait mieux que nous eussions encore la fortune que papa a perdue il y a plusieurs années. Nous serions, je l’espère, plus heureuses et bien plus sages si nous étions riches comme autrefois.

– Vous disiez l’autre jour que nous étions plus heureuses que des reines.

– Oui, Beth, et je le pense encore, car nous sommes gaies, et, quoique nous soyons obligées de travailler, nous avons souvent du bon temps, comme dit Jo.

– Jo emploie de si vilains mots ! „ dit Amy.

Jo se leva tranquillement, sans paraître le moins du monde offensée, et, jetant les mains dans les poches de son tablier, se mit à siffloter gaiement.

„ Oh ! ne sifflez pas, Jo ! on dirait un garçon, s’écria Amy, et même un vilain garçon.

– C’est pourtant dans l’espoir d’en devenir un, mais un bon, que j’essaye de siffler, répliqua Jo.

– Je déteste les jeunes personnes mal élevées..., dit Amy.

– Je hais les bambines affectées et prétentieuses..., répliqua Jo.

– Les oiseaux sont d’accord dans leurs petits nids, chanta Beth d’un air si drôle que ses sœurs se mirent à rire et que la paix fut rétablie.

– Vous êtes réellement toutes les deux à blâmer, dit Meg, usant de son droit d’aînesse pour réprimander ses sœurs. Joséphine, vous êtes assez âgée pour abandonner vos jeux de garçon et vous conduire mieux ; cela pouvait passer quand vous étiez petite ; mais maintenant que vous êtes si grande et que vous ne laissez plus tomber vos cheveux sur vos épaules, vous devriez vous souvenir que vous êtes une demoiselle.

– Je n’en suis pas une, et si mes cheveux relevés m’en donnent l’air, je me ferai deux queues jusqu’à ce que j’aie vingt ans, s’écria Jo en arrachant sa résille et secouant ses longs cheveux bruns. Je déteste penser que je deviens grande, que bientôt on m’appellera miss Marsch, qu’il me faudra porter des robes longues et avoir l’air aussi raide qu’une rose trémière ! C’est déjà bien assez désagréable d’être une fille quand j’aime les jeux, le travail et les habitudes des garçons. Je ne me résignerai jamais à n’être pas un homme. Maintenant c’est pire que jamais, car je meurs d’envie d’aller à la guerre pour vaincre ou mourir avec papa, et je ne puis que rester au coin du feu à tricoter comme une vieille femme ! „

Et Jo secoua tellement fort le chausson de laine bleue qu’elle était en train de tricoter, que les aiguilles firent entendre comme un cliquetis d’épées, et que sa pelote roula jusqu’au milieu de la chambre.

„ Pauvre Jo ! c’est vraiment bien désagréable ; mais, comme cela ne peut pas être autrement, vous devez tâcher de vous contenter d’avoir rendu votre nom masculin et d’être pour nous comme un frère, „ dit Beth en caressant la tête de sa sœur Joséphine d’une main que tous les lavages de vaisselle du monde n’avaient pu empêcher d’être blanche et douce.

„ Quant à vous, Amy, dit Meg continuant sa réprimande, vous êtes à la fois prétentieuse et raide ; c’est quelquefois drôle, mais, si vous n’y faites pas attention, vous deviendrez une petite créature remplie d’affectations. Vous êtes gentille quand vous êtes naturelle ; mais vos grands mots, que vous écorchez et que vous ne comprenez pas toujours, sont aussi mauvais dans leur genre que les mots trop familiers que vous reprochez à Jo.

– Si Jo est un garçon habillé en fille, et Amy une petite sotte, qu’est-ce que je suis donc ? demanda Beth, toute prête à partager la gronderie.

– Vous êtes notre petite chérie et rien d’autre, „ répondit chaudement Meg.

Et personne ne la contredit.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.

C’est un échantillon gratuit. S'il vous plaît acheter la version complète du livre pour continuer.