Critique de la faculté de juger de Kant - De l'art en général (Commentaire) - Quentin Molinier - ebook

Critique de la faculté de juger de Kant - De l'art en général (Commentaire) ebook

Quentin Molinier

0,0
17,79 zł

Opis

Plongez-vous dans l'analyse du chapitre « De l’art en général » dans Critique de la faculté de juger de Kant pour approfondir votre compréhension de l'œuvre !Que retenir du chapitre « De l’art en général » dans Critique de la faculté de juger, le troisième volet du criticisme kantien ? Retrouvez toutes les subtilités de cet extrait dans un commentaire original et complet pour approfondir votre réflexion sur le livre. Vous trouverez dans cette fiche :• Une introduction sur l'œuvre et son auteur• Une mise en contexte• L'extrait étudié : De l’art en général• L'explication et l'analyse du texte• ConclusionL'outil indispensable pour percevoir rapidement ce qui fait de ce texte de Critique de la faculté de juger une présentation de l'art en tant que conséquence de la liberté de l'homme !À propos de la collection LePetitPhilosophe.fr :Destinée avant tout à un public de néophytes et aux lycéens qui préparent le bac de philo, LePetitPhilosophe.fr propose des analyses d'œuvres philosophiques classiques et contemporaines. Nos analyses, disponibles aux formats papier et numérique, ont été conçues pour guider les lecteurs à travers toute la philosophie. Nos auteurs combinent théories, citations, anecdotes et commentaires pour vous faire découvrir les plus grands penseurs d'hier et d'aujourd'hui.

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB

Liczba stron: 27




Kant

Philosophe allemand fondateur de la philosophie critique et transcendantale

Né en 1724 à KönigsbergDécédé en 1804 à KönigsbergQuelques-unes de ses œuvres :Critique de la raison pure (1781 et 1787)Critique de la raison pratique (1788)Critique de la faculté de juger (1790)

Emmanuel Kant est un philosophe majeur et incontournable de la pensée moderne. Nombreux sont les philosophes des XIXe et XXe siècles à s’être réclamés de sa pensée pour la reprendre, la transformer ou s’y opposer. D’origine modeste, Kant a reçu une éducation religieuse avant de rejoindre l’université de Königsberg en 1740. En plus de la théologie, il y étudie les mathématiques, la physique (Newton) et l’astronomie (Galilée et Kepler). Il devient par la suite précepteur pour des familles aisées, puis Privatdozent (enseignant rémunéré par les élèves eux-mêmes) à l’université de Königsberg. Connu pour n’avoir jamais quitté sa ville natale, il était surnommé « l’horloge de Königsberg » par ses pairs, car il se promenait tous les jours à la même heure.

La Critique de la faculté de juger

La pierre de touche du système philosophique kantien

Dans la Critique de la faculté de juger, publiée en 1790, Kant essaye de tisser un lien entre ses deux précédentes Critiques : la Critique de la raison pure et la Critique de la raison pratique.

L’ouvrage est divisé en deux parties distinctes. La première est consacrée au jugement esthétique : elle analyse les sentiments du beau et du sublime. Kant montre notamment que le beau n’est pas une qualité intrinsèque de l’œuvre d’art, mais un jugement qui énonce la façon dont le sujet est affecté par la contemplation d’une œuvre. Il parle dans ce cas d’un « jugement réfléchissant » – qui trouve en lui-même sa propre règle ou son propre principe. La seconde partie est consacrée à l’étude d’un autre jugement réfléchissant, le jugement téléologique (du grec telos, « fin »), qui aperçoit des buts et des fonctions chez les êtres organisés (vivants).

Mise en contexte

Les trois Critiques

Si Kant a rédigé plus d’une soixantaine d’ouvrages durant sa vie, l’essentiel de son système philosophique réside dans ses trois Critiques :

la Critique de la raison pure se consacre à l’examen de notre entendement, de ses capacités comme de ses limites. Kant tente de répondre à la question : « Que puis-je savoir ? » ;la Critique de la raison pratique s’attache à comprendre les fondements de notre vie morale. La question soulevée par Kant est donc pratique et elle se dédouble : « Que dois-je faire ? »/« Que puis-je espérer ? » ;la Critique de la faculté de juger vient clore le système kantien en interrogeant l’esthétique (questions relatives au beau et au sublime) et la téléologie (étude de la finalité, des buts).

Chez Kant, le terme « critique » désigne une méthode d’analyse – « critique » vient du grec krinein qui signifie « examiner, distinguer, trier, juger après un libre examen » – des fondements, de l’étendue et des limites de la connaissance et des actions humaines.