Stoïcisme - Encyclopaedia Universalis - ebook

Stoïcisme ebook

Encyclopaedia Universalis

0,0
8,85 zł

Opis

Partez à la découverte du Stoïcisme avec ce Grand Article Universalis !

Contrairement à la plupart des doctrines philosophiques, le Stoïcisme ne tire son nom ni de celui de son fondateur, comme le platonisme, ni de celui de son concept central, comme l'existentialisme, mais simplement de celui de l'endroit où sa voix s'est fait entendre pour la première fois : c'est au...

Un ouvrage spécialement conçu pour le numérique afin d’en savoir plus sur le Stoïcisme

À PROPOS DES GRANDS ARTICLES D’UNIVERSALIS

La collection des Grands Articles d’Universalis rassemble, dans tous les domaines du savoir, des articles écrits par des spécialistes reconnus mondialement et édités selon les critères professionnels les plus exigeants.
Une sélection thématique, effectuée parmi les nombreux articles qui composent l’Encyclopaedia Universalis, permet au lecteur curieux d'en savoir plus sur un sujet précis et d’en faire le tour grâce à des ouvrages conçus pour une lecture en numérique.

À PROPOS DE L’Encyclopaedia Universalis

Écrite par plus de 7 400 auteurs spécialistes de renommée internationale et riche de près de 30 000 médias (vidéos, photos, cartes, dessins…), Encyclopaedia Universalis offre des réponses d’une grande qualité dans toutes les disciplines et sur tous les grands domaines de la connaissance. Elle est la référence encyclopédique du monde francophone.

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB

Liczba stron: 36




Universalis, une gamme complète de resssources numériques pour la recherche documentaire et l’enseignement.

ISBN : 9782341002059

© Encyclopædia Universalis France, 2017. Tous droits réservés.

Photo de couverture : © Dirk Ercken/Shutterstock

Retrouvez notre catalogue sur www.boutique.universalis.fr

Pour tout problème relatif aux ebooks Universalis, merci de nous contacter directement sur notre site internet :http://www.universalis.fr/assistance/espace-contact/contact

Bienvenue dans ce Grand Article publié par Encyclopædia Universalis.

La collection des Grands Articles rassemble, dans tous les domaines du savoir, des articles :   ·  écrits par des spécialistes reconnus ;   ·  édités selon les critères professionnels les plus exigeants.

Afin de consulter dans les meilleures conditions cet ouvrage, nous vous conseillons d'utiliser, parmi les polices de caractères que propose votre tablette ou votre liseuse, une fonte adaptée aux ouvrages de référence. À défaut, vous risquez de voir certains caractères spéciaux remplacés par des carrés vides (□).

Stoïcisme (les Grands Articles d’Universalis)

Introduction

Contrairement à la plupart des doctrines philosophiques, le stoïcisme ne tire son nom ni de celui de son fondateur, comme le platonisme, ni de celui de son concept central, comme l’existentialisme, mais simplement de celui de l’endroit où sa voix s’est fait entendre pour la première fois : c’est au Portique des peintures, à la Stoa poikilè, à Athènes, que les premiers stoïciens donnèrent leur enseignement. En conservant ce nom, leurs successeurs, qui forment l’une des écoles les plus vigoureuses de l’Antiquité, témoignèrent à leur façon d’une fidélité qui ne s’adressait pas à la littéralité d’un catéchisme ou au prestige d’une personnalité supérieure, mais à l’esprit d’un lieu et à la tradition d’un style de pensée et de vie. Le stoïcisme, de Zénon à Marc Aurèle, est une longue création continuée ; chacun de ceux qui s’en réclament le revit et le reformule selon son génie propre, tout en s’insérant dans une lignée doctrinale.

Ce double aspect de la tradition stoïcienne explique aussi que cette philosophie partage avec celle de Platon le curieux privilège d’avoir donné naissance à deux adjectifs distincts : « stoïcien » et « stoïque ». Le stoïcisme est, en effet, la conjonction d’une doctrine complexe, hautement technique, et d’un style de vie parfaitement identifiable en dehors de toute référence doctrinale. À la relative indépendance de ces deux éléments est due, sans doute, l’extraordinaire influence que le stoïcisme a exercée dans la tradition morale de l’Occident, où il a fini par symboliser l’essentiel de ce qu’on entend communément par « philosophie ».

La longue histoire du stoïcisme s’étend sur près de six siècles. On la divise ordinairement en trois périodes : le stoïcisme ancien, avec les fondateurs, Zénon, Cléanthe, Chrysippe (fin du IVe s. et IIIe s. av. J.-C.) ; le stoïcisme moyen, avec surtout Panétius et Posidonius (IIe-Ier s. av. J.-C) ; le stoïcisme nouveau ou impérial, avec Sénèque, Épictète et Marc Aurèle (Ier-IIe s. apr. J.-C.). Comme ces derniers, mieux connus grâce à la conservation de leurs œuvres, font ici même l’objet d’articles particuliers, on insistera surtout sur l’ancien stoïcisme, en donnant quelques indications sur le stoïcisme moyen.

1. Les anciens stoïciens

Le stoïcisme naît à l’aube des temps hellénistiques, dans le monde profondément déséquilibré qui apparaît à la mort d’Alexandre. La cité grecque n’est plus qu’une carapace vide ; les monarchies hellénistiques et la puissance romaine sont encore à naître. C’est une philosophie pour temps de crise, qui retrouvera régulièrement son actualité chaque fois que l’on aura besoin de « constance et consolation ès calamités publiques », pour reprendre le titre du traité néo-stoïcien du chancelier Du Vair (1590).

Le fondateur du Portique est Zénon de Cittium (332-262). Né dans l’île de Chypre, d’une famille de commerçants, il n’est, pas plus que ses successeurs immédiats, un Grec de souche, mais un Phénicien hellénisé ; il gardera à Athènes, où il se fixe vers 312, une allure exotique dans son physique et sa façon de parler. Sa vocation de philosophe lui fut révélée, dit-on, par la lecture des Mémorables