Théologie - Encyclopaedia Universalis - ebook

Théologie ebook

Encyclopaedia Universalis

0,0
18,50 zł

Opis

Alain définissait la Théologie « une philosophie sans recul ». Il voulait dire qu'elle manque d'indépendance critique, qu'elle est liée à un système de croyances, à un dogme, qu'elle accepte une orthodoxie, une autorité, une censure : vérité d'appareil, non vérité rationnelle.

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB
MOBI

Liczba stron: 64

Oceny
0,0
0
0
0
0
0



Universalis, une gamme complète de resssources numériques pour la recherche documentaire et l’enseignement.

ISBN : 9782341004855

© Encyclopædia Universalis France, 2019. Tous droits réservés.

Photo de couverture : © Dirk Ercken/Shutterstock

Retrouvez notre catalogue sur www.boutique.universalis.fr

Pour tout problème relatif aux ebooks Universalis, merci de nous contacter directement sur notre site internet :http://www.universalis.fr/assistance/espace-contact/contact

Bienvenue dans ce Grand Article publié par Encyclopædia Universalis.

La collection des Grands Articles rassemble, dans tous les domaines du savoir, des articles :   ·  écrits par des spécialistes reconnus ;   ·  édités selon les critères professionnels les plus exigeants.

Afin de consulter dans les meilleures conditions cet ouvrage, nous vous conseillons d'utiliser, parmi les polices de caractères que propose votre tablette ou votre liseuse, une fonte adaptée aux ouvrages de référence. À défaut, vous risquez de voir certains caractères spéciaux remplacés par des carrés vides (□).

Théologie

Introduction

Alain définissait la théologie « une philosophie sans recul ». Il voulait dire qu’elle manque d’indépendance critique, qu’elle est liée à un système de croyances, à un dogme, qu’elle accepte une orthodoxie, une autorité, une censure : vérité d’appareil, non vérité rationnelle. Berdiaeff insistait de même : la théologie est une « pensée collective » ; elle exprime la pensée d’un groupe, elle n’est pas libre de précéder, d’excéder, de déborder ce que pense le groupe : vérité d’adhésion, d’accord communautaire, non d’initiative et d’invention personnelles. De son côté, Fichte avait raillé la théologie des conciles, le procédé qui consiste à fabriquer du dogmatique par décrets, par ralliement aux opinions moyennes : « vérité mise aux voix », non vérité qui s’impose de soi. Ces critiques, ces querelles ne se comprennent que dans le cadre d’une certaine histoire : celle de l’Occident chrétien, celle d’une culture qui s’est donné deux pôles antithétiques, la foi, la raison, et qui ne les a conciliés provisoirement que pour les opposer ensuite d’autant plus violemment.

1. Logique et théologie

• Conflits de la foi et de la raison

La conciliation produisait deux sortes de rationalité : une rationalité de la foi, un rationnel théologique ; une rationalité de la raison, un rationnel philosophique. Mais comme la foi l’emportait sur la raison, la théologie se subordonnait la philosophie. D’où la réaction des philosophes, leur émancipation, soit qu’ils n’admettent ni foi ni primat de la foi, soit qu’ils répartissent foi et raison en deux ordres séparés, soit qu’ils réservent une rationalité de la foi et militent cependant pour une raison pure, autonome, maîtresse de ses fins et de ses moyens, une raison qui rend raison d’elle-même sans recours à la foi. Attitude toujours un peu polémique du philosophe en rupture de théologie, attitude d’impatience, de méfiance, parfois d’hostilité. L’opposition finit par produire une philosophie comme antithéologie, une raison comme antireligion. Réduites aux rapports de la théologie et de la philosophie, les relations de la foi et de la raison n’ont jamais été tout à fait harmonieuses. La distinction des deux sciences était conçue pour les unir. Leur union a entraîné leur divorce.

Ces oscillations ou ces conflits sont parfaitement connus. Nous en vivons encore : le rationalisme, qui s’en défend, a lui-même une mémoire théologique. Ce qui est moins connu, et que Claude Geffré contribue à dévoiler (cf. L’Origine du mot, in chap. II), c’est que la théologie (le mot et la chose, la chose avec le mot) s’est introduite dans la culture occidentale non par le christianisme, mais par le paganisme (hellénique ou hellénistique).

• Naissance de la théologie

Platon ne mentionne le terme que dans son sens étymologique : « théologie » signifie discours ou propos sur Dieu, sur les dieux ; il ne l’utilise que pour répondre à la question : comment parler du divin, en bien parler, en parler comme un poète ?

Aristote est le premier à spécifier, à délimiter un savoir comme théologique. Mais il nomme théologie la « philosophie première », cette partie de la philosophie qui étudie les causes nécessaires, éternelles, immuables. Pour lui, la théologie est la plus haute des sciences théorétiques, les deux autres étant la mathématique et la physique. « Théologie », chez Aristote, désigne donc ce que nous appellerions ontologie, métaphysique. Cet usage a prévalu chez le stoïcien Cléanthe, chez l’historien Plutarque. Surtout, il a fleuri, il s’est épanoui dans le néo-platonisme tardif.

Proclus rédige des Éléments de théologie non pour systématiser un ensemble de mythes et de rites (ce qu’il fait à l’occasion, ce qu’il fait de surcroît), mais pour disserter sur les principes ultimes du réel, pour expliquer comment il conçoit le fondement, la genèse et la structure de l’être. La théologie est sa philosophie, ou sa philosophie se veut théologique pour se distinguer d’une philosophie de la nature, d’une philosophie dite « physiologique » qui s’intéresse aux réalités sublunaires. Proclus est néanmoins responsable du glissement qui va suivre. Il raisonne par priorité sur du logique et de l’ontologique. Mais il ne dédaigne pas de raisonner accessoirement sur du mythologique. Il a lui aussi ses Écritures, les Oracles chaldaïques, et ses références cultuelles : la religion d’Homère, les « mystères » grecs, les « mystères » égyptiens, et jusqu’aux formulaires de prière des Barbares. Bref, avec lui, qui reprend et amplifie un effort de Porphyre, de Jamblique, on a l’idée très nette que la positivité religieuse peut elle-même devenir source de rationalité. Un nouveau type de théologie est né, qui survivra. Le pseudo-Denys, néo-platonicien chrétien, changera d’Écritures, de sacrements, de dogmes : il ne changera pas de style théologique.

• Ordre et hiérarchie

Le rappel de ces circonstances n’éclaire pas seulement le sens d’un mot. Il indique la facture d’une discipline, les procédures d’une recherche, la technique d’un enseignement. La théologie paraît d’emblée comme une mise en ordre, un enchaînement de notions, un essai de rationaliser même l’irrationnel, d’établir en raison même l’accepté, le reçu, le transmis (par ouï-dire, par tradition orale), même l’inspiré, le révélé, le prescrit, tout ce qui n’est établi qu’en pratique (par obéissance, croyance, coutume). Dès lors, on comprend mieux pourquoi la théologie prétend, en quelque sorte par droit d’origine, au titre de science. Et l’on ne s’étonne plus que, même de nos jours où l’analyse du langage et le contrôle logique ont une rigueur accrue, la théologie revendique pour son corps de propositions des règles de formation, de déduction, et des critères de validation qui ne puissent être rejetés a priori, disqualifiés par principe, déclarés irrecevables. Jacques Poulain (cf. infra : Analyse du langage théologique) va jusqu’à envisager pour elle « une autre vérification que la vérification de cohérence ».

Sorbonne. Cours de théologie à la Sorbonne. Le collège, fondé vers 1257 par le chanoine Robert de Sorbon pour les étudiants peu fortunés, devient bientôt le fleuron de l'université de Paris, dont il assure le règne sans partage sur la théologie jusqu'au XVe siècle. Enluminure, fin du XVe siècle. Bibliothèque de Troyes. (AKG)

Cet aspect logique du théologique n’est pas l’essentiel. Avec le raisonnement, le théologien donne un gage (il est rationaliste à sa façon), mais seul le croire