Rembrandt et son école (Dijon - 2003) - Encyclopaedia Universalis - ebook

Rembrandt et son école (Dijon - 2003) ebook

Encyclopaedia Universalis

0,0
17,84 zł

Opis

Depuis plusieurs années, le musée des Beaux-Arts de Dijon a développé une collaboration exemplaire avec les pays de l'Europe de l'Est, faisant ainsi connaître en France des artistes ou des mouvements oubliés ou négligés, mais aussi des fonds restés longtemps ignorés, jusqu'à la disparition du ...

À PROPOS DE L’Encyclopaedia Universalis

Reconnue mondialement pour la qualité et la fiabilité incomparable de ses publications, Encyclopaedia Universalis met la connaissance à la portée de tous. Écrite par plus de 7 200 auteurs spécialistes et riche de près de 30 000 médias (vidéos, photos, cartes, dessins…), l’Encyclopaedia Universalis est la plus fiable collection de référence disponible en français. Elle aborde tous les domaines du savoir.

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB
MOBI

Liczba stron: 36




Universalis, une gamme complète de resssources numériques pour la recherche documentaire et l’enseignement.

ISBN : 9782341009577

© Encyclopædia Universalis France, 2019. Tous droits réservés.

Photo de couverture : © Bluraz/Shutterstock

Retrouvez notre catalogue sur www.boutique.universalis.fr

Pour tout problème relatif aux ebooks Universalis, merci de nous contacter directement sur notre site internet :http://www.universalis.fr/assistance/espace-contact/contact

Les grandes expositions sont l’occasion de faire le point sur l’œuvre d’un artiste, sur une démarche esthétique ou sur un moment-clé de l’histoire des cultures. Elles attirent un large public et marquent de leur empreinte l’histoire de la réception des œuvres d’art.

Sur le modèle des fiches de lecture, les fiches exposition d’Encyclopaedia Universalis associent un compte rendu de l’événement avec un article de fond sur le thème central de chaque exposition retenue : - pour connaître et comprendre les œuvres et leur contexte, les apprécier plus finement et pouvoir en parler en connaissance de cause ; - pour se faire son propre jugement sous la conduite de guides à la compétence incontestée.

Afin de consulter dans les meilleures conditions cet ouvrage, nous vous conseillons d'utiliser, parmi les polices de caractères que propose votre tablette ou votre liseuse, une fonte adaptée aux ouvrages de référence. À défaut, vous risquez de voir certains caractères spéciaux remplacés par des carrés vides (□).

Rembrandt et son école (Dijon - 2003)

Depuis plusieurs années, le musée des Beaux-Arts de Dijon a développé une collaboration exemplaire avec les pays de l’Europe de l’Est, faisant ainsi connaître en France des artistes ou des mouvements oubliés ou négligés, mais aussi des fonds restés longtemps ignorés, jusqu’à la disparition du rideau de fer qui permit à de nombreux musées, de part et d’autre, de reprendre des contacts pratiquement interrompus depuis la guerre. Tout en se situant dans cette perspective, l’exposition Rembrandt et son école. Collections du musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, présentée du 24 novembre 2003 au 8 mars 2004, abordait surtout non seulement le maître, mais aussi son école, dont l’Ermitage possède une collection parmi les plus représentatives et les plus complètes en dehors des Pays-Bas : elle introduisait ainsi le visiteur au cœur de la recherche actuelle sur l’artiste.

Lors de son installation à Amsterdam, en 1635, Rembrandt ouvrit en effet un atelier où se formèrent, travaillèrent et même vécurent en commun de nombreux élèves, développant, dans les diverses techniques qu’il pratiquait – la peinture et le dessin, mais aussi la gravure –, des sujets et un style très proches de ceux du maître. Ce dernier aimait à les faire réfléchir sur des thèmes analogues ou identiques à ceux qu’il traitait lui-même, dans une émulation permanente : il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’on lui ait attribué, au fil du temps, des œuvres si proches des siennes. Le XXe siècle allait voir s’épurer progressivement le catalogue du maître, et ressusciter, dans un mouvement parallèle, ceux qui parfois n’étaient plus guère que des noms. Cela n’alla pas sans controverses, et le Rembrandt Research Project, entreprise collective créée dès 1968 et basée à Amsterdam, s’est proposé d’y mettre un terme en établissant un catalogue définitif qui est, aujourd’hui encore, loin d’être achevé.

Tel pouvait être l’un des axes de lecture de l’exposition de Dijon, l’autre étant la collection de l’Ermitage elle-même et sa constitution progressive, depuis l’achat, sur l’ordre du tsar Pierre le Grand, en 1716, des Adieux de David et Jonathan de Rembrandt (non présenté à Dijon), jusqu’à l’entrée, après la révolution de 1917, de nombreux tableaux issus de collections privées russes, en passant par les achats massifs de Catherine II en France, dont, en 1772, celui de la collection Crozat, qui comprenait entre autres la Danaé et la Sainte Famille (également absentes de Dijon). Le goût pour Rembrandt et son école fut aussi vif chez les souverains que chez les particuliers et dans une intelligentsia prompte à s’enthousiasmer pour des œuvres qui devinrent vite constitutives de la culture commune, ainsi que le montrent plusieurs essais de l’excellent catalogue dirigé par Emmanuel Starcky et Irina Sokolova (musée des Beaux-Arts de Dijon-Réunion des musées nationaux, Dijon-Paris, 2003). De tout cela, l’exposition rendait admirablement compte, les tableaux venus de Russie ayant été rejoints par des prêts, notamment de dessins et de gravures, provenant de musées français et européens, qui enrichissaient la première salle, spectaculaire, consacrée à Rembrandt lui-même et en faisaient le sommet du parcours. S’y trouvaient en effet présentés la Saskia en Flore