Les Jeunes Aveugles - Ligaran - ebook

Les Jeunes Aveugles ebook

Ligaran

0,0
4,44 zł

Opis

Extrait : "Dans l'été de 1783, parmi ces artistes ambulants qui, alors comme à présent, rassemblaient chaque soir autour d'eux le public parisien ami des arts à bon marché, la foule manifestait un intérêt particulier pour un orchestre composé de dix ou douze aveugles, la plupart d'un âge peu avancé."À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARANLes éditions Ligaran proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l'on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes. Ligaran propose des grands classiques dans les domaines suivants : • Livres rares• Livres libertins• Livres d'Histoire• Poésies• Première guerre mondiale• Jeunesse• Policier

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB

Liczba stron: 27




Note de l’éditeur

Paris, ou le Livre des Cent-et-Un publié en quinze volumes chez Ladvocat de 1831 à 1834, constitue une des premières initiatives éditoriales majeures de la « littérature panoramique », selon l’expression du philosophe Walter Benjamin, très en vogue au XIXe siècle. Cent un contributeurs, célèbres pour certains, moins connus pour d’autres, appartenant tous au paysage littéraire et mondain de l’époque, ont écrit ces textes pour venir en aide à leur éditeur qui faisait face à d'importantes difficultés financières… Ainsi ont-ils constitué une fresque unique qui offre un véritable « Paris kaléidoscopique ».

Le présent ouvrage a été sélectionné parmi les textes publiés dans Paris ou le Livre des Cent-et-Un. De nombreux titres de cette fresque sont disponibles auprès de la majorité des librairies en ligne.

Les jeunes aveugles

Dans l’été de 1783, parmi ces artistes ambulants qui, alors comme à présent, rassemblaient chaque soir autour d’eux le public parisien ami des arts à bon marché, la fouie manifestait un intérêt particulier pour un orchestre composé de dix ou douze aveugles, la plupart d’un âge peu avancé. Afin de rendre leurs accords plus piquants, ces pauvres concertants avaient placé des lunettes devant leurs yeux fermés, et ils affectaient de lire dans de la musique ouverte sur un long pupitre autour duquel ils étaient rangés. La singularité du spectacle, jointe à une exécution passable, augmenta la foule des curieux, et quelques amateurs s’arrêtèrent un instant. Dans le nombre se trouva certain jour un homme dont le cœur s’ouvrait facilement aux impressions que fait naître l’humanité souffrante. Il fut frappé, et se demanda s’il n’était pas possible de remplacer, par un moyen adapté à cette triste condition, ce vain simulacre de vision, et d’offrir ainsi à une classe entière d’infortunés des équivalents propres à les consoler de la privation que leur infligeait la nature. Les aveugles, se dit-il, distinguent les objets par les accidents de leur surface ; ils apprennent de la sorte à connaître tout ce qui les entoure, et souvent la finesse de leur toucher parvient jusqu’aux nuances les plus délicates des choses ; pourquoi ne discerneraient-ils pas également des signes rendus palpables ? Arrivé à ce point, il rassembla les renseignements que fournissait la biographie de quelques aveugle-né célèbres, sur les procédés particuliers dont ils s’étaient servis, et il ne tarda pas à obtenir les bases d’un système complet d’éducation en faveur d’un ordre d’infirmes voués jusque-là en général à l’ignorance et à la misère. Vers ce temps, d’autres infirmes, non moins dignes d’intérêt, venaient, pour ainsi dire, d’être rendus à la parole et à l’intelligence par l’abbé de l’Épée ; l’ami de l’humanité qui, par cette création nouvelle, associait son nom à celui du vénérable instituteur des sourds-muets, s’appelait Valentin Haüy. C’était le frère d’un homme qui a parcouru avec gloire la carrière des sciences naturelles ; et il faut croire que cette illustration scientifique a fait tort au philanthrope ; la plupart des dictionnaires historiques ont en effet oublié de mentionner à côté du cristallographe, le bienfaiteur des aveugles. Soyons plus justes : consacrons les titres plus modestes, mais non moins honorables de cet autre Haüy à la célébrité ; qu’elle commence pour lui dans cet ouvrage.