Les Mysteres du peuple - Tome VI - Eugène Sue - ebook
Kategoria: Obyczajowe i romanse Język: francuski Rok wydania: 1849

Les Mysteres du peuple - Tome VI darmowy ebook

Eugène Sue

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

e-czytniku EPUB
tablecie EPUB
smartfonie EPUB
komputerze EPUB
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Opis ebooka Les Mysteres du peuple - Tome VI - Eugène Sue

Histoire d’une famille de prolétaires a travers les âges

Opinie o ebooku Les Mysteres du peuple - Tome VI - Eugène Sue

Fragment ebooka Les Mysteres du peuple - Tome VI - Eugène Sue

A Propos

L’AUTEUR AUX ABONNÉS DES MYSTERES DU PEUPLE.
LE FER DE FLECHE OU LE MARINIER PARISIEN ET LA VIERGE AU BOUCLIER. – 818-912.

A Propos Sue:

Écrivain français, il fut une des initiateurs du roman feuilleton avec ce qui fut le premier grand succes du genre, «Les Mysteres de Paris». Il écrivit aussi «Le Juif errant» et les «Mysteres du peuple».

Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

 

 

 

Il n’est pas une réforme religieuse, sociale ou politique que nos peres n’aient été forcés de conquérir, de siecle en siecle, au prix de leur sang, par l’INSURRECTION.

Correspondance avec les Éditeurs étrangers

 

L’éditeur des Mysteres du Peuple offre aux éditeurs étrangers, de leur donner des épreuves de l’ouvrage, quinze jours avant l’apparition des livraisons a Paris, moyennant 15 francs par feuille, et de leur fournir des gravures tirées sur beau papier, avec ou sans la lettre, au prix de 10 francs le cent.

 

Travailleurs qui ont concouru a la publication du volume :

 

Protes et Imprimeurs : Richard Morris, Stanislas Dondey-Dupré, Nicolas Mock, Jules Desmarest, Louis Dessoins, Michel Choque, Charles Mennecier, Victor Peseux, Étienne Bouchicot, Georges Masquin, Romain Sibillat, Alphonse Perreve, Hy pere, Marcq fils, Verjeau, Adolphe Lemaître, Auguste Mignot, Benjamin, Dunon et Waseige.

Clicheurs : Curmer et ses ouvriers.

Fabricants de papiers : Maubanc et ses ouvriers, Desgranges et ses ouvriers.

Artistes Dessinateurs : Charpentier, Castelli.

Artistes Graveurs : Ottweit, Langlois, Lechard, Audibran, Roze, Frilley, Hopwood, Massard, Masson.

Planeurs d’acier : Héran et ses ouvriers.

Imprimeurs en taille-douce : Drouart et ses ouvriers.

Fabricants pour les primes, Associations fraternelles d’Horlogers, de Lampistes et d’ouvriers en Bronze : Duchâteau, Deschiens, Journeux, Suireau, Lecas, Ducerf, Renardeux, etc., etc.

Employés et correspondants de l’administration : Maubanc, Gavet, Berthier, Henri, Rostaing, Jamot, Blain, Rousseau, Toussaint, Rodier, Swinnens, Porcheron, Gavet fils, Dallet, Delaval, Renoux, Vincent, Charpentier, Dally, Bertin, Sermet, Chalenton, Blot, Thomas, Gogain, Philibert, Nachon, Lebel, Plunus, Grossetete, Charles, Poncin, Vacheron, Colin, Carillan, Constant, Fonteney, Boucher, Darris, Adolphe, Renoux, Lyons, Letellier, Alexandre, Nadon, Normand, Rongelet, Bouvet, Auzurs, Dailhaux, Lecerf, Bailly, Baptiste, Debray, Saunier, Tuloup, Richer, Daran, Camus, Foucaud, Salmon, Strenl, Seran, Tetu, Sermet, Chauffour, Caillaut, Fondary, C. de Poix, Bresch, Misery, Bride, Carron, Charles, Celois, Chartier, Lacoste, Dulac, Delaby, Kaufried, Chappuis, etc., etc., de Paris ; Férand, Collier, Petit-Bertrand, Périé, Plantier, Etchegorey, Giraudier, Gaudin, Saar, Dath-Godard, Hourdequin, Weelen, Bonniol, Alix, Mengelle, Pradel, Manlius Salles, Vergnes, Verlé, Sagnier, Samson, Ay, Falick, Jaulin, Fort-Mussat, Freund, Robert, Carriere, Guy, Gilliard, Collet, Ch, Celles, Laurent, Castillon, Drevet, Jourdan Moral, Bonnard, Legros, Genesley, Bréjot, Ginon, Féraud, Vandeuil, Châtonier, Bayard, Besson, Delcroix, Delon, Bruchet, Fournier, Tronel, Binger, Molini, Bailly, Fort-Mussot, Laudet, Bonamici, Pillette, Morel, Chaigneau, Goyet, Colin-Morard, Gerbaldi, Fruges, Raynaut, Chatelin, Bellue, etc., etc., des principales villes de France et de l’étranger.

La liste sera ultérieurement complétée, des que nos fabricants et nos correspondants des départements, nous auront envoyé les noms des ouvriers et des employés qui concourent avec eux a la publication et a la propagation de l’ouvrage.

Le Directeur de l’Administration.

Paris – Typ. Dondey-Dupré, rue Saint-Louis, 46, au Marais.


L’AUTEUR AUX ABONNÉS DES MYSTERES DU PEUPLE.

Chers lecteurs,

Lorsque par un beau jour d’été, traversant le pont de la Concorde, un moment vous vous arretez frappés du magnifique coup d’oil offert a vos regards, admirant ces quais immenses plantés d’arbres, ces monuments splendides, ces jardins ombreux qui semblent se mirer dans les eaux de la Seine, dont le cours va baigner le pied des vertes collines de Chaillot et de Passy, au versant desquelles s’étagent tant de riantes demeures ; ou bien, lorsque le soir, au coucher du soleil, le gaz éclatant jaillit des milliers de candélabres de bronze, qui, a perte de vue, illuminent les Champs-Élysées, les quais et cette grande place de la Révolution (laissons-lui ce saint nom), ou de gigantesques fontaines épandent leurs cascades des deux côtés de l’obélisque de Louqsor ; lorsque enfin vous contemplez d’un oil enchanté, ces merveilles de la civilisation, de la science, de l’art, de l’industrie et du progres, votre enchantement se mélangerait d’une mélancolie profonde, si, vous reportant par la pensée a une époque éloignée de huit a neuf cents ans de ce temps-ci, vous songiez a ce qu’était Paris a ces époques reculées ; si vous songiez a quels horribles désastres cette ville fut si souvent exposée pendant une partie des neuvieme et dixieme siecles (de 845 a 912) ; si vous songiez enfin aux maux affreux qu’ont endurés nos peres les Parisiens en ces temps maudits, si regrettés des partisans des rois de DROIT DIVIN. En vérité, bien que chaque page de notre histoire atteste ces faits inouis, on peut a peine les croire, et souvent, lorsque je traverse l’un des ponts de Paris, je m’arrete en regardant le cours tranquille de la Seine, et je me dis : « Les eaux de ce fleuve qui coule entre ces rives depuis tant de siecles apportaient fréquemment, il y a de cela huit ou neuf cents ans, une innombrable quantité de bâtiments pirates qui, partis des côtes de la Norwége, du Danemark, de la Suede et autres pays du Nord, traversaient les mers, entraient a Rouen, dans la Seine, la remontaient jusqu’a Paris ; et, apres avoir assiégé, pillé, incendié ou rançonné cette ville (notamment en 815, 856, 857, 861, 885, 901, 912), ils regagnaient leurs légers bâtiments et s’en retournaient vers les mers du Nord en descendant le fleuve. Vous verrez les mours de ces terribles pirates North-mans, ainsi appelés, dit le roman de Rou (Rollon), plus historiquement ROLF[1], parce que : Man en engleiz (en anglais), et en noreiz (langue du Nord), sénéfie hom en franchiez (français) – justez (joignez) ensemble North-et-man – ensemble ditez donc North-man – de ço vint li nom as Normanz (d’ou vient qu’ils ont le nom de Normands). »

Oui, ces North-mans auxquels se joignaient, des qu’ils abordaient le sol de la Gaule, une multitude de serfs poussés a bout par la misere et l’esclavage ; oui, ces North-mans ont navigué sur les eaux de cette meme Seine, qui coule si paisiblement a nos yeux ; oui, les cris de guerre de ces hordes sauvages dont les innombrables bateaux couvraient le fleuve d’une rive a l’autre, allaient jeter l’épouvante dans les palais des éveques ou des comtes de la vieille cité de Paris.

Mais comment direz-vous, chers lecteurs, de si incroyables excursions avaient-elles lieu si fréquemment, si impunément[2] ? Le récit suivant vous expliquera, je le crois, cet étrange mystere.

Je dois aussi, pour l’intelligence de cette histoire, ajouter quelques mots relatifs a la configuration topographique de Paris a cette époque, c’est-a-dire vers l’an 900. Cette ville, devenue immense par la suite des temps, se bornait alors a l’espace qu’occupe de nos jours le quartier de la Cité et de Saint-Louis en l’Île ; c’est-a-dire que le Paris du dixieme siecle était renfermé dans l’espace que laissent entre eux les deux bras de la Seine, dont les eaux baignaient ainsi en ces temps-la les remparts de la ville. Il n’existait alors que deux ponts en bois pour communiquer avec la rive droite et avec la rive gauche du fleuve. Le premier, le Petit-Pont, était placé a peu pres au meme point ou se trouve aujourd’hui le pont qui porte encore ce nom de Petit-Pont. – Le second, appelé le Grand-Pont, occupait a peu pres l’emplacement du Pont-au-Change. – Sur les rives droite et gauche de la Seine, ou s’élevent de nos jours les splendides quartiers Saint-Germain et des Tuileries, l’on voyait disséminés ça et la dans la plaine plusieurs bourgs, tels que le bourg-Thiboust, le Beau-bourg, le bourg-l’Abbé (qui ont donné plus tard leurs noms aux rues Beaubourg et Bourg-l’Abbé) ; la aussi s’élevaient entre autres les riches abbayes de Saint-Germain l’Auxerrois, sur la rive droite ; de Saint-Germain des Prés, sur la rive gauche. Les champs, les bois, les prairies, les huttes des serfs de ces abbayes occupaient alors ce territoire qui, a cette heure, est couvert de maisons et sillonné de rues commerçantes. C’était, comme on dit : la campagne ; la ville proprement dite étant, je vous le répete, renfermée dans l’île de la Cité, dont les deux bras de la Seine baignaient les remparts. Ces souvenirs topographiques bien retenus par vous, chers lecteurs, vous faciliteront, je l’espere, l’intelligence du récit intitulé : Les Mariniers parisiens et la Vierge au bouclier.

Maintenant, un mot de réponse a une critique (je ne réponds point évidemment a ces critiques en action, qui, au lieu de réfuter mon ouvre par de bonnes raisons, trouvent plus catégorique et surtout plus commode de faire bruler les Mysteres du Peuple par la main du bourreau, ainsi que cela dernierement a eu lieu a Erfurth en Prusse). Donc, un mot de réponse a une critique née d’un sentiment honorable que je respecte ; l’on m’a dit :

« En racontant l’histoire et les conséquences de la conquete de la Gaule, notre mere-patrie, par les rois franks ; conquete spoliatrice et sanglante, surtout accomplie grâce a la toute-puissante influence de l’Église catholique, avide de partager les dépouilles de la Gaule conquise ; ne craignez-vous pas de réveiller l’antagonisme, la haine de race entre les descendants des conquérants et des conquis ? des vainqueurs et des vaincus ? des Franks et des Gaulois ? »

A ceci je pourrais répondre que les faits sont les faits, et que notre histoire n’a été pendant quatorze siecles de monarchie de droit divin, que l’histoire de la lutte de ces deux races, dont l’une a constamment opprimé, spolié, exploité, asservi l’autre, grâce a l’abominable complicité de l’Église catholique, apostolique et romaine ; et que notre grande, notre immortelle révolution de 89 n’a été que la légitime et trop tardive réaction de la race conquise contre la race conquérante et ses complices, les rois, l’aristocratie, le clergé ; mais je ne bornerai pas la cependant ma réponse ; j’ajouterai ceci : – Est-ce nous, écrivains démocrates, qui avons les premiers songé a réveiller cet antagonisme de race ? ne l’a-t-on pas cent fois invoqué contre nous, contre la liberté au nom du droit divin ? au nom de l’Église ? Nous nous défendons a armes égales, rien de plus. Et d’abord, est-il vrai que de nos jours, hier, aujourd’hui l’on ait exalté, l’on exalte l’excellence, la légitimité de la monarchie de droit divin, et l’omnipotence, salutaire de l’Église catholique et romaine ? Est-il vrai que l’on veut, on l’a dit tout haut a la tribune de l’Assemblée nationale, relever le drapeau de la monarchie de Clovis, le premier conquérant des Gaules ? Quant a l’Église, il ne s’agit plus de voux, mais de faits ; l’expédition de Rome, la loi de l’enseignement public, et tant d’autres triomphes du parti pretre ont ouvert les yeux des moins clairvoyants ; des missionnaires en chaire prechent ouvertement, chaque jour, la nécessité d’un prompt retour aux institutions religieuses et monarchiques de la féodalité. (Nous arrivons a l’époque de la féodalité, vous la jugerez pieces en mains, chers lecteurs.) Ces tendances du parti pretre et royaliste ne sont pas nouvelles : en 1816 et en 1817, elles se sont révélées dans toute leur hautaine et implacable persistance. Voici ce qu’a cette époque (1816) écrivait M. le Comte de Montlosier, dans son ouvrage sur la Monarchie française ; il s’adressait a nous, fils des conquis, et disait :

« RACE D’AFFRANCHIS ! RACE D’ESCLAVES arrachés de nos mains ! Peuple tributaire ! peuple nouveau, licence vous fut octroyée d’etre libres et non pas d’etre nobles : Pour nous tout est de DROIT, pour vous tout est de GRÂCE ! Nous ne sommes pas de votre communauté ; nous sommes un tout par nous-memes ; votre origine est claire, la nôtre l’est aussi ; dispensez-vous de sanctionner nos titres, nous saurons nous memes les défendre. »

(Le comte de Montlosier, de la Monarchie française, t. I., p. 186, 149.)

Un autre écrivain royaliste constatait les memes prétentions et disait :

« C’est notre race septentrionale (race des Franks) qui s’empara de la Gaule sans en extirper les vaincus, cette race franque, dont le nom devint synonyme de liberté, lorsque seule elle devint libre, sur le sol qu’elle avait envahi ; cette race qui eut bon marché, dans la ténacité de son despotisme, de l’insouciance légere des Gaulois, sut léguer a ses successeurs (maintenant dépouillés CONTRE TOUT DROIT) les terres de la conquete a POSSÉDER, les hommes de la conquete a RÉGIR. »

(M. le comte de Jouffroy, Obs. de la marine, 9e livraison, p. 299. – 1817.)

Est-ce assez clair ?

Est-ce assez carrément exprimé ?

– La race conquérante a légué a ses descendants les terres de la conquete a posséder, les hommes de la conquete a régir.

Or, le gouvernement de la monarchie de droit divin ne peut se résumer et se poser qu’en ces termes explicites, rigoureux, sinon la monarchie n’a aucune raison d’etre ; donc, a défaut de la possession complete des terres de la Gaule (dont le milliard d’indemnité a d’ailleurs fait rentrer une portion considérable entre les mains de leurs propriétaires : les émigrés), la monarchie de droit divin se croit le droit antérieur, supérieur et souverain de nous régir, nous autres descendants des hommes de la conquete.

Maintenant, que l’on réponde ?

Est-ce nous, démocrates, nous, race d’affranchis, nous, race d’esclaves comme nous appelle le comte de Montlosier ; est-ce nous qui, les premiers, avons songé a réveiller l’antagonisme des races ?

Que l’on nous permette de citer a ce sujet quelques lignes d’un homme aussi vénéré pour l’élévation de son caractere et de son patriotisme qu’illustre dans la science de l’histoire, un homme dont la juste renommée est une des gloires les plus précieuses de la France ; M. Augustin Thierry, faisant allusion aux écrits monarchiques que nous venons de citer, a écrit ceci :

« Apres de si longs avertissements, il est temps que nous nous rendions a l’évidence, et que de notre côté aussi nous revenions aux faits ; le ciel nous est témoin que ce n’est pas nous qui, les premiers, avons évoqué cette vérité sombre et terrible qu’il y a deux camps ennemis sur le sol de la France ; il faut le dire, car l’histoire en fait foi, quel qu’ait été le mélange physique des deux races primitives, leur esprit contradictoire a vécu jusqu’a ce jour dans deux portions toujours distinctes de la population confondue, LE GÉNIE DE LA CONQUETE S’EST JOUÉ DE LA NATURE ET DU TEMPS, IL PLANE ENCORE SUR CETTE TERRE MALHEUREUSE. C’est par lui que les distinctions de castes ont succédé a celles du sang ; celles des ordres a celles des castes ; celles des titres a celles des ordres. La noblesse actuelle se rattache par ses prétentions aux hommes a privileges du seizieme siecle. Ceux-la se disaient issus des possesseurs d’hommes du treizieme siecle qui se rattachent aux franks de Karl-le Grand, qui remontaient aux Sicambres de Clovis. On peut contester ici la fiction naturelle ; MAIS LA DESCENDANCE POLITIQUE EST ÉVIDENTE ; donnons-la donc a ceux qui la revendiquent, et nous, revendiquons la descendance contraire ; nous sommes les fils du tiers-état ; le tiers-état sortit des communes ; les communes furent l’asile des serfs ; les serfs étaient les vaincus de la conquete ; ainsi, de formule en formule, a travers l’intervalle de quinze siecles, nous sommes conduits au terme d’une conquete qu’il s’agit d’effacer. – Dieu veuille que cette conquete s’abjure d’elle-meme, et que l’heure du combat n’ait pas besoin de sonner ; mais sans cette abjuration formelle, n’espérons ni repos ni liberté. »

(Augustin Thierry, Dix ans d’études historiques, p. 240.)

L’heure du combat sonna en 1830, et l’on sait ce qu’il en advint ; mais ces paroles solennelles de Thierry, écrites aux plus mauvais jours de la Restauration, sont aujourd’hui, comme alors, profondément vraies et remplies d’a-propos en présence des prétentions royalistes qui se manifestent de nouveau ; mais nous répéterons apres l’illustre historien : – « Le ciel nous est témoin que ce n’est pas nous qui, les premiers, avons évoqué cette vérité sombre et terrible qu’il y a deux camps ennemis sur le sol de la France. » – Non ! que la funeste responsabilité de cet appel au passé retombe sur ceux la qui, dans un pays républicain, ont proclamé, proclament chaque jour que Henri V ne peut rentrer en France que comme roi de cette terre conquise par ses ancetres ; qu’elle retombe encore, cette responsabilité funeste, sur ceux-la qui ont posé la question catholique entre les fils de Voltaire et les fils des croisés (nous arriverons prochainement a l’époque des croisades, chers lecteurs, et vous les jugerez pieces en mains, ces pieux croisés dont on revendique la descendance).

Non, non, loin de nous ces pensées de haine et de division ; plus que personne nous respectons les convictions de nos adversaires politiques ; plus que personne nous désirons le généreux apaisement d’un antagonisme de race, dont nos peres ont été si cruellement victimes durant quatorze siecles : plus que personne nous appelons de tous nos voux le jour ou ceux que le hasard de la naissance a fait naître princes de ces races royales, ou la filiation naturelle du sang des rois de la conquete s’est surtout absolument perpétuée, puissent rentrer en France et y jouir de leurs droits de citoyens de la République française ; mais nous sommes aussi de ceux-la qui, pour le salut, la paix, la dignité, la prospérité, l’avenir du pays, pensent que si les races royales persistent, au nom du droit divin consacré par l’Église catholique, leur complice de tous les temps, a revendiquer le droit de nous régir, droit uniquement né de la conquete, c’est-a-dire de la violence, de la spoliation et du massacre, nous devons opposer a ces prétentions royales le droit et l’action révolutionnaires, grâce auxquels nous, peuple vaincu, nous avons brisé les chaînes de la conquete et le joug de l’Église romaine apres quatorze siecles de misere, de honte et d’asservissement.

Voila, chers lecteurs, ma réponse a la critique dont je vous ai entretenus. Non, je ne veux réveiller aucun antagonisme de races ! En m’efforçant de vous instruire des choses du passé, je n’ai d’autre but que de clairement préciser la position des vainqueurs et des vaincus, des oppresseurs et des opprimés durant les siecles de notre histoire ; que la connaissance de ces temps maudits soit votre enseignement pour l’avenir. Pleurons le martyre de nos peres ; mais redevenus libres et égaux de tous, jamais n’oublions notre devise républicaine : liberté, égalité, fraternité ! Tendons une main fraternelle aux descendants des conquérants ; mais si venait le jour ou, dans leur aveuglement, le parti royaliste et le parti pretre voulaient encore, par le fait seul du rétablissement de la monarchie et de l’omnipotence de l’Église, diviser de nouveau le peuple français en conquérants et en conquis, en vainqueurs et en vaincus, en fils des Gaulois et en fils des Franks, en fils des Croisés et en fils de Voltaire ; oh ! ce jour-la, nous autres, Gaulois, nous autres, fils de Voltaire, souvenons-nous… et aux armes !

EUGENE SUE,

Représentant du Peuple.

Paris, 15 mai 1851.


LE FER DE FLECHE OU LE MARINIER PARISIEN ET LA VIERGE AU BOUCLIER. – 818-912.

Des toailes des altels prises

Des toiles prises sur les autels

Faisaient braies et kamises ;

(Les Normands) faisaient culottes et chemises ;

Li provisoires se desconfortent ;

Les pretres se découragent ;

Altre parz li corz sainz porte

Autre part les corps saints ils portent,

Portent messaux et sauliers

Ils emportent missels et psautiers ;

Portent mitres e encensiers

Ils emportent mitres et encensoirs.

N’i liessent rien ke porter puissent

Ils ne laissent rien qu’ils puissent emporter

Et coue porter ils ne poent

Et ce qu’il ne peuvent emporter

En terre muchent et enfoent.

En terre ils le cachent et l’enfouissent.

(Roman de Rou, v. I, vers 145 a 180)

… En ces temps désastreux (pendant les guerres des Normands) le serf devient libre, l’homme libre est réduit a l’état de serf ; on fait du seigneur un valet et du valet un seigneur.

ABBON, Siege de Paris par les Normands, t. I., p. 5. (Coll. des Hist. Français)

… Souvent la fureur des North-mans fut moins inspirée par le fanatisme odinique que par la vengeance du serf révolté et per la rage de l’apostat.

(MICHELET, Hist. de France, v. I., p. 395)