Salon de Robespierre - Ligaran - ebook

Salon de Robespierre ebook

Ligaran

0,0
4,45 zł

Opis

Extrait : "Rien n'est, je crois, plus difficile que d'écrire l'histoire contemporaine, lorsque surtout les événements ont été influents sur vous ou sur les vôtres, et que leur souvenir se vient offrir à vous et se heurter en même temps, pour ainsi dire, avec nouvelles impressions sans cesse renouvelées ; car, quelle est l'année, le mois pouvons-nous dire, où nous n'avons éprouvé une douleur inattendue, comme peut-être une joie."À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARANLes éditions Ligaran proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l'on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes. Ligaran propose des grands classiques dans les domaines suivants : • Livres rares• Livres libertins• Livres d'Histoire• Poésies• Première guerre mondiale• Jeunesse• Policier

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB

Liczba stron: 56




EAN : 9782335050608

©Ligaran 2015

Une lecture chez Robespierre

DE LA SOCIÉTÉ EN FRANCE SOUS LA TERREUR.

Rien n’est, je crois, plus difficile que d’écrire l’histoire contemporaine, lorsque surtout les évènements ont été influents sur vous ou sur les vôtres, et que leur souvenir se vient offrir à vous et se heurter en même temps, pour ainsi dire, avec de nouvelles impressions sans cesse renouvelées ; car, quelle est l’année, le mois pouvons-nous dire, où nous n’avons éprouvé une douleur inattendue, comme peut-être une joie. Alors les évènements les plus rapprochés sont ceux qui, quelquefois, passent avant d’autres plus anciens dans la revue que l’esprit fait d’une vie si remplie et si agitée ; on laisse par-devers soi bien des choses sur lesquelles ensuite on est contraint de revenir. Cela m’est arrivé plusieurs fois dans mes Mémoires et dans cet ouvrage ; mais comme tout en ne disant que la vérité, je n’écris cependant pas l’histoire, et que ce désordre n’existe nullement dans mon esprit, je n’ai pas voulu m’astreindre à un ordre régulier qui peut-être aurait nui à la couleur du récit.

J’ai parlé de l’état de la société en France au moment de la Révolution. Je l’ai même conduite jusqu’à celui où elle ne fut plus dirigée que par un petit nombre de personnes dont la vie précaire n’avait pour durée que le caprice d’un des rois du Comité de Salut public. Madame de Staël fut la première de toutes les femmes en France qui se mit à la tête d’un parti qu’elle forma parmi les gens du monde, et qui prit une bannière. Ce Salon, dont j’ai parlé dans les premiers volumes de cet ouvrage, donne la mesure de la décadence de notre société. Madame de Staël, effrayée par les horribles scènes du 10 août et du 2 septembre, quitta Paris. Après son départ, le sceptre de cette nouvelle souveraineté tomba dans les mains d’une autre femme qui, ainsi que la première, pouvait et concevoir et exécuter : c’était madame Roland !

Quelle est l’âme française qui n’a payé son tribut d’admiration au courage de cette femme héroïque ? quel est le cœur qui ne bat et s’attendrit en écoutant les douleurs de son martyre de femme, de Française et de mère ?… Mais aussi, quelle est celle parmi nous qui n’est fière d’entendre raconter les merveilles de la vie de cette courageuse sœur de la Gironde, qui mourut avec la force vraiment grande que donne toujours la vertu, et sa pieuse résignation ; digne amie des plus renommés parmi les victimes du 31 mai, elle sut leur élever un éternel monument qui fut consacré par sa vertueuse indignation, que la crainte des mêmes bourreaux ne l’empêcha jamais de témoigner à haute voix, et l’échafaud où elle termina sa vie, à peine âgée de trente-sept ans, fut pour elle un trône d’où elle fut proclamée une femme vraiment grande.

Les bourreaux qui régnaient alors comprirent qu’elle était à craindre !… Son ascendant sur le peuple l’avait suffisamment prouvé. Un soir, elle était seule au ministère de l’intérieur ; il était onze heures. Roland était absent pour une séance qui se tenait chez l’un des ministres, car en ce moment rien n’était arrêté ni statué pour la marche des affaires, et cependant le Roi était au Temple ! et le tocsin commençait à tinter pour les massacres de septembre !… plusieurs centaines d’hommes, portant des torches et blasphémant, entrent dans la cour du ministère en appelant Roland à grands cris.

– Que lui voulez-vous ? leur dit sa courageuse femme en défendant à ses domestiques de fermer les portes et se présentant elle-même à ces furieux ; que cherchez-vous ?

– Des armes ! On nous a dit qu’il y en avait ici, et nous les voulons.

– S’il y en avait, je vous les donnerais, mais il n’y en a pas ;… elles nous seraient inutiles ; le ministère de M. Roland n’exige aucune mesure défensive. S’il avait eu besoin d’armes pour le service de la patrie, sans doute il en aurait demandé ; mais, je vous le répète, il n’en est rien. Au surplus, nous allons chercher… je vais vous conduire moi-même.

Et seule, sans crainte, car elle était sans reproche, elle guide cette troupe ivre et furieuse dans le vaste hôtel, dont elle parcourt tous les détours avec elle. Étonnée, et bientôt dominée par le véritable ascendant que presque toujours la force vertueuse exercera sur la masse, cette foule se retira sans avoir commis le moindre dégât chez cet homme qu’elle venait massacrer.

Dans cette soirée, les décemvirs de 93 comprirent donc la grandeur de son pouvoir, et sa mort fut résolue. Mais elle le lut surtout après le supplice de cette Gironde dont elle était la sœur et l’amie. Quelque temps encore, cependant, elle s’abusa, et son salon contint ces mêmes hommes avec lesquels elle ne croyait que converser, tandis qu’elle répondait à un interrogatoire, lorsque, entre Danton, Robespierre et leurs amis, elle s’abandonnait à une simple discussion politique.

Parmi les crimes de la Terreur, la mort de madame Roland fut peut-être le plus infâme.

Après ce nouvel holocauste, Paris ne fut plus qu’une vaste arène où tombaient des têtes dans des lacs de sang… La terreur enchaînait tous les esprits, et ceux qui étaient assez heureux pour échapper aux cachots et à la hache ne pouvaient s’occuper du soin puéril de présider à une réunion causante,… une fête encore moins… Hélas ! qui n’avait pas alors à trembler pour un père, une sœur, un frère ?… Et cependant il y avait encore des fêtes dans Paris !… Oui, on y dansait… on avait l’apparence du bonheur… on ordonnait de rire… On devait conduire une jeune fille dans les saturnales qui se célébraient dans la rue !… Les trésors de sa figure d’enfant, la pudeur virginale de son front, étaient exposés aux regards éhontés d’un des bourreaux de la Force ou de l’Abbaye, qui quelquefois disait :

– Je la veux !…

Et les décemvirs la lui donnaient.