Odes - Ligaran - ebook

Odes ebook

Ligaran

0,0
4,58 zł

Opis

Extrait : "Qu'aperçois-je ! est-ce une déesse, Qui s'offre à mes regards surpris ? Son aspect répand l'allégresse, Et son air charme mes esprits. Un flambeau brillant de lumière, Dont sa chaste main nous éclaire, Jette un feu nouveau dans les airs. Quels sons, quelles douces merveilles, Viennent de frapper mes oreilles, Par d'inimitables concerts ? Un chœur d'esprits saints l'environne, Et lui prodigue des honneurs ; "

À PROPOS DES ÉDITIONS Ligaran

Les éditions Ligaran proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l'on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes.

Ligaran propose des grands classiques dans les domaines suivants :

• Livres rares
• Livres libertins
• Livres d'Histoire
• Poésies
• Première guerre mondiale
• Jeunesse
• Policier

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB

Liczba stron: 71

Oceny
0,0
0
0
0
0
0



EAN : 9782335086782

©Ligaran 2015

ODE ISur Sainte Geneviève

(Imitation d’une ode latine, par le R.P. Lejai, 1709)

Qu’aperçois-je ! est-ce une déesse
Qui s’offre à mes regards surpris ?
Son aspect répand l’allégresse,
Et son air charme mes esprits.
Un flambeau brillant de lumière,
Dont sa chaste main nous éclaire,
Jette un feu nouveau dans les airs.
Quels sons, quelles douces merveilles,
Viennent de frapper mes oreilles
Par d’inimitables concerts ?
 
Un chœur d’esprits saints l’environne,
Et lui prodigue des honneurs ;
Les uns soutiennent sa couronne,
Les autres la parent de fleurs.
Ô miracle ! ô beautés nouvelles !
Je les vois, déployant leurs ailes,
Former un trône sous ses pieds.
Ah ! je sais qui je vois paraître !
France, pouvez-vous méconnaître
L’héroïne que vous voyez ?
 
Oui, c’est vous que Paris révère
Comme le soutien de ses lis :
Geneviève, illustre bergère,
Quel bras les a mieux garantis ?
Vous qui, par d’invisibles armes,
Toujours au fort de nos alarmes
Nous rendîtes victorieux,
Voici le jour où la mémoire
De vos bienfaits, de votre gloire,
Se renouvelle dans ces lieux.
 
Du milieu d’un brillant nuage
Vous voyez les humbles mortels
Vous rendre à l’envi leur hommage,
Prosternés devant vos autels ;
Et les puissances souveraines
Remettre entre vos mains les rênes
D’un empire à vos lois soumis.
Reconnaissant et plein de zèle,
Que n’ai-je su, comme eux fidèle,
Acquitter ce que j’ai promis !
 
Mais, hélas ! que ma conscience
M’offre un souvenir douloureux !
Une coupable indifférence
M’a pu faire oublier mes vœux.
Confus, j’en entends le murmure.
Malheureux ! je suis donc parjure !
Mais non ; fidèle désormais,
Je jure ces autels antiques,
Parés de vos saintes reliques,
D’accomplir les vœux que j’ai faits.
 
Vous, tombeau sacré que j’honore,
Enrichi des dons de nos rois,
Et vous, bergère que j’implore,
Écoutez ma timide voix.
Pardonnez à mon impuissance,
Si ma faible reconnaissance
Ne peut égaler vos faveurs.
Dieu même, à contenter facile,
Ne croit point l’offrande trop vile
Que nous lui faisons de nos cœurs.
 
Les Indes, pour moi trop avares,
Font couler l’or en d’autres mains :
Je n’ai point de ces meubles rares
Qui flattent l’orgueil des humains.
Loin d’une fortune opulente,
Aux trésors que je vous présente
Ma seule ardeur donne du prix ;
Et si cette ardeur peut vous plaire,
Agréez que j’ose vous faire
Un hommage de mes écrits.
 
Eh quoi ! puis-je dans le silence
Ensevelir ces nobles noms
De protectrice de la France
Et de ferme appui des Bourbons ?
Jadis nos campagnes arides,
Trompant nos attentes timides,
Vous durent leur fertilité ;
Et, par votre seule prière,
Vous désarmâtes la colère
Du ciel contre nous irrité.
 
La Mort même, à votre présence,
Arrêtant sa cruelle faux,
Rendit des hommes à la France,
Qu’allaient dévorer les tombeaux.
Maîtresse du séjour des ombres,
Jusqu’au plus profond des lieux sombres
Vous fîtes révérer vos lois.
Ah ! n’êtes-vous plus notre mère,
Geneviève ? ou notre misère
Est-elle moindre qu’autrefois ?
 
Regardez la France en alarmes,
Qui de vous attend son secours !
En proie à la fureur des armes,
Peut-elle avoir d’autre recours ?
Nos fleuves, devenus rapides
Par tant de cruels homicides,
Sont teints du sang de nos guerriers ;
Chaque été forme des tempêtes
Qui fondent sur d’illustres têtes,
Et frappent jusqu’à nos lauriers.
 
Je vois en des villes brûlées
Régner la mort et la terreur ;
Je vois des plaines désolées
Aux vainqueurs mêmes faire horreur.
Vous qui pouvez finir nos peines,
Et calmer de funestes haines,
Rendez-nous une aimable paix !
Que Bellone, de fers chargée
Dans les enfers soit replongée,
Sans espoir d’en sortir jamais !
ODE IISur le vœu de Louis XIII

(1712)

Du Roi des rois la voix puissante
S’est fait entendre dans ces lieux.
L’or brille, la toile est vivante,
Le marbre s’anime à mes yeux.
Prêtresses de ce sanctuaire,
La Paix, la Piété sincère,
La Foi, souveraine des rois,
Du Très-Haut filles immortelles,
Rassemblent en foule autour d’elles
Les Arts animés par leurs voix.
 
Ô Vierges, compagnes des justes,
Je vois deux héros prosternés
Dépouiller leurs bandeaux augustes
Par vos mains tant de fois ornés.
Mais quelle puissance céleste
Imprime sur leur front modeste
Cette suprême majesté,
Terrible et sacré caractère
Dans qui l’œil étonné révère
Les traits de la Divinité ?
 
L’un voua ces fameux portiques ;
Son fils vient de les élever.
Oh ! que de projets héroïques
Seul il est digne d’achever !
C’est lui, c’est ce sage intrépide
Qui triompha du sort perfide
Contre sa vertu conjuré :
Et de la discorde étouffée
Vint dresser un nouveau trophée
Sur l’autel qu’il a consacré.
 
Telle autrefois la cité sainte
Vit le plus sage des mortels
Du Dieu qu’enferma son enceinte
Dresser les superbes autels ;
Sa main, redoutable et chérie,
Loin de sa paisible patrie
Écartait les troubles affreux ;
Et son autorité tranquille
Sur un peuple à lui seul docile
Faisait luire des jours heureux.
 
Ô toi, cher à notre mémoire,
Puisque Louis te doit le jour,
Descends du pur sein de la gloire,
Des bons rois éternel séjour ;
Revois les rivages illustres
Où ton fils depuis tant de lustres
Porte ton sceptre dans ses mains ;
Reconnais-le aux vertus suprêmes
Qui ceignent de cent diadèmes
Son front respectable aux humains.
 
Viens : la Chicane insinuante,
Le Duel armé par l’Affront,
La Révolte pâle et sanglante,
Ici ne lèvent plus le front.
Tu vis leur cohorte effrénée
De leur haleine empoisonnée
Souffler leur rage sur tes lis ;
Leurs dents, leurs flèches, sont brisées,
Et sur leurs têtes écrasées
Marche ton invincible fils.
 
Viens sous cette voûte nouvelle,
De l’art ouvrage précieux ;
Là brûle, allumé par son zèle,
L’encens que tu promis aux cieux.
Offre au Dieu que son cœur révère
Ses vœux ardents, sa foi sincère,
Humble tribut de piété.
Voilà les dons que tu demandes :
Grand Dieu ! ce sont là les offrandes
Que tu reçois dans ta bonté.
 
Les rois sont les vives images
Du Dieu qu’ils doivent honorer.
Tous lui consacrent des hommages ;
Combien peu savent l’adorer !
Dans une offrande fastueuse
Souvent leur piété pompeuse
Au ciel est un objet d’horreur ;
Sur l’autel que l’Orgueil lui dresse
Je vois une main vengeresse
Montrer l’arrêt de sa fureur.
 
Heureux le roi que la couronne
N’éblouit point de sa splendeur ;
Qui, fidèle au Dieu qui la donne,
Ose être humble dans sa grandeur ;
Qui, donnant aux rois des exemples,
Au Seigneur élève des temples,
Des asiles aux malheureux :
Dont la clairvoyante justice
Démêle et confond l’artifice
De l’hypocrite ténébreux !
 
Assise avec lui sur le trône,
La Sagesse est son ferme appui.
Si la Fortune l’abandonne,
Le Seigneur est toujours à lui :
Ses vertus seront couronnées
D’une longue suite d’années,
Trop courte encore à nos souhaits ;
Et l’Abondance dans ses villes
Fera germer ses dons fertiles,
Cueillis par les mains de la Paix.
Prière pour le roi
Toi qui formas Louis de tes mains salutaires,
Pour augmenter ta gloire, et pour combler nos vœux,
Grand Dieu, qu’il soit encore l’appui de nos neveux,
Comme il fut celui de nos pères !
ODE IIISur les malheurs du temps

(1713)

Aux maux les plus affreux le ciel nous abandonne :
Le désespoir, la mort, la faim nous environne ;
Et les dieux, contre nous soulevés tant de fois,
Équitables vengeurs des crimes de la terre,
Ont frappé du tonnerre
Les peuples et les rois.
 
Des plaines de Tortose aux bords du Borysthène
Mars a conduit son char, attelé par la Haine :
Les vents contagieux ont volé sur ses pas ;
Et, soufflant de la mort les semences funestes,
Ont dévoré les restes
Échappés aux combats.
 
D’un monarque puissant la race fortunée
Remplissait de son nom l’Europe consternée :
Je n’ai fait que passer, ils étaient disparus ;
Et le peuple abattu, que ce malheur étonne,
Les cherche auprès du trône,
Et ne les trouve plus.
 
Peuples, reconnaissez la main qui vous accable ;
Ce n’est point du destin l’arrêt irrévocable,
C’est le courroux des dieux, mais facile à calmer :
Méritez d’être heureux, osez quitter le vice ;
C’est par ce sacrifice
Qu’on peut le désarmer.
 
Rome, en sages héros autrefois si fertile ;
Rome, jadis des rois la terreur ou l’asile ;
Rome fut vertueuse et dompta l’univers :