Mémorial de Sainte-Hélène - Ligaran - ebook

Mémorial de Sainte-Hélène ebook

Ligaran

0,0
26,30 zł

Opis

Extrait : "Vendredi 1er novembre. – Aujourd'hui le temps était très beau, l'Empereur a voulu en profiter ; il a essayé de sortir sur les deux heures. Après quelques pas dans le jardin ; il a eu l'idée d'aller se reposer chez madame Bertrand ; il y est demeuré plus d'une heure dans un fauteuil, ne parlant point, souffrant et abattu."À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARANLes éditions Ligaran proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l'on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes. Ligaran propose des grands classiques dans les domaines suivants : • Livres rares• Livres libertins• Livres d'Histoire• Poésies• Première guerre mondiale• Jeunesse• Policier

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB

Liczba stron: 728




Novembre 1816
Affaissement de l’Empereur – Sa santé continue de s’altérer sensiblement – Inquiétudes du médecin – Nos prisonniers en Angleterre ; les pontons, etc.

Vendredi 1ernovembre. – Aujourd’hui le temps était très beau, l’Empereur a voulu en profiter ; il a essayé de sortir sur les deux heures. Après quelques pas dans le jardin, il a eu l’idée d’aller se reposer chez madame Bertrand ; il y est demeuré plus d’une heure dans un fauteuil, ne parlant point, souffrant et abattu. Au bout de ce temps, il a regagné languissamment sa chambre, où il s’est jeté sur son canapé, sommeillant comme la veille. Cet affaissement m’affectait douloureusement. Il essayait de temps à autre de combattre cette disposition ; mais il ne trouvait rien à dire, et, s’il voulait se mettre à lire, la lecture le dégoûtait tout aussitôt. Je l’ai quitté pour le laisser reposer.

Une frégate anglaise est arrivée du Cap dans sa route pour l’Europe. C’était une occasion pour nous d’écrire à nos amis, mais je me suis interdit désormais la douceur d’en profiter ; les plaintes réitérées du gouverneur m’en font une loi par la nature des conséquences dont il me menace. Peut-être viendra-t-il un moment moins cruel ! j’attendrai !…

Le docteur O’Méara est venu voir mon fils, dont l’état ne laissait pas que d’être inquiétant. Il avait été saigné hier de nouveau ; il avait eu des évanouissements trois ou quatre fois dans la journée.

Le docteur a profité de cette occasion pour me parler spécialement de la santé de l’Empereur, me confiant qu’il n’était pas sans inquiétude sur sa trop grande réclusion. Il ne cessait de prêcher, disait-il, pour plus d’exercice, et m’engageait à profiter des fréquentes occasions que j’avais de parler à l’Empereur pour l’amener à sortir davantage. Il est sûr, convenions-nous, qu’il changeait de manière à effrayer ; et lui (le docteur) n’hésitait pas à prononcer qu’un si complet repos, après une si grande agitation, pouvait devenir des plus funestes ; que toute maladie sérieuse, que pouvait amener si facilement la qualité du climat ou tout autre accident de la nature, lui deviendrait infailliblement mortelle. Les paroles du docteur, son anxiété, m’ont vivement touché. Dès ce temps, j’aurais dû deviner en lui cet intérêt réel qu’il a si bien prouvé depuis.

Sur les six heures, l’Empereur m’a fait appeler. Il était dans son bain, souffrant peut-être encore plus que de coutume. C’était, pensait-il, le résultat de sa sortie d’hier ; le bain lui a réussi. Il se trouvait un peu mieux. Il s’est mis à lire l’ambassade de lord Macartney en Chine ; ce qu’il a prolongé assez longtemps, dissertant, chemin faisant, sur bien des objets qu’il y rencontrait.

Puis, laissant son livre et se mettant à causer, la situation de nos prisonniers en Angleterre s’est trouvé un des sujets accidentellement amenés par le courant de la conversation.

Je vais réunir ici ce qu’il a dit aujourd’hui et en d’autres moments.

La rupture subite du traité d’Amiens, sous de si mauvais prétextes et avec autant de mauvaise foi de la part du ministère anglais, avait causé une vive irritation chez le Premier Consul, qui se sentait joué. La saisie de plusieurs bâtiments de notre commerce, avant même de nous déclarer la guerre, vint y mettre le comble. « Sur mes vives réclamations, disait l’Empereur, ils se contentèrent de répondre froidement que c’était leur usage, qu’ils l’avaient toujours fait, et ils disaient vrai ; mais les temps n’étaient plus pour la France de supporter patiemment une telle injustice ni une telle humiliation. J’étais devenu l’homme de ses droits et de sa gloire, et j’étais tout disposé à montrer à nos ennemis avec qui désormais ils avaient affaire. Malheureusement ici, par notre position réciproque, je ne pouvais venger une violence que par une violence plus forte encore. C’est une triste ressource que les représailles sur des innocents au fond ; mais je n’avais pas de choix.

À la lecture de l’ironique et insolente réponse faite à mes plaintes, j’expédiai, au milieu de la nuit même, l’ordre d’arrêter, par toute la France et sur tous les territoires occupés par nos armes, tous les Anglais quelconques, et de les retenir prisonniers en représailles de nos vaisseaux si injustement saisis. La plupart de ces Anglais étaient des hommes considérables, riches et titrés, venus pour leur plaisir. Plus l’acte était nouveau, plus l’injustice était flagrante, plus la chose me convenait. La clameur fut universelle. Tous ces Anglais s’adressèrent à moi ; je les renvoyais à leur gouvernement : leur sort dépendait de lui seul, répondais-je. Plusieurs, pour obtenir de s’en aller, furent jusqu’à proposer de se cotiser pour acquitter eux-mêmes le montant des vaisseaux arrêtés. Ce n’était pas de l’argent que je cherchais, leur faisais-je dire, mais l’observation de la simple morale, le redressement d’un tort odieux ; et, le croira-t-on ? l’administration anglaise, aussi astucieuse, aussi tenace dans ses droits maritimes que la cour de Rome dans ses prétentions religieuses, a mieux aimé laisser injustement dix ans dans les fers une masse très distinguée de ses compatriotes, que de renoncer authentiquement pour l’avenir à un misérable usage de rapines sur les mers.

Déjà, en arrivant à la tête du gouvernement consulaire, j’avais eu une prise avec le cabinet anglais touchant les prisonniers, et cette fois je l’avais emporté. Le Directoire avait eu la sottise de se prêter à un arrangement qui nous était extrêmement préjudiciable et tout à fait à l’avantage des Anglais.

Les Anglais nourrissaient leurs prisonniers en France, et nous avions la charge de nourrir les nôtres en Angleterre. Or nous avions assez peu d’Anglais chez nous, et ils tenaient beaucoup de Français chez eux. Les vivres étaient presque pour rien en France ; ils étaient d’un prix exorbitant en Angleterre. Les Anglais avaient donc fort peu de choses à payer, tandis que, de notre côté, nous devions envoyer des sommes énormes en pays ennemi, et nous étions fort pauvres. Ajoutez que tous ces détails exigeaient des agents croisés sur les lieux respectifs, et monsieur le commissaire anglais n’était autre chose que l’espion de nos affaires, l’entremetteur, le machinateur des complots de l’intérieur ourdis avec les émigrés du dehors. À peine eus-je pris connaissance d’un tel état de choses, que l’abus fut rayé d’un trait de plume. Il fut signifié au gouvernement anglais qu’à compter du moment, chaque nation nourrirait désormais les prisonniers qu’elle aurait faits, si mieux on n’aimait les échanger. On jeta les hauts cris, on menaça de les laisser mourir de faim. Je soupçonnais bien assez de dureté et d’égoïsme aux ministres anglais pour en avoir l’envie ; mais j’étais sûr que l’humanité de la nation s’en serait révoltée. On plia ; les malheureux Français n’en furent ni mieux ni plus mal, mais nous gagnâmes de grands avantages, et échappâmes à un arrangement qui était une espèce de joug et de tribut.

Durant toute la guerre, je n’ai cessé d’offrir l’échange des prisonniers ; mais le gouvernement anglais, jugeant qu’il m’eût été avantageux, s’y est constamment refusé sous un prétexte ou sous un autre. Je n’ai rien à dire à cela ; la politique à la guerre marche avant le sentiment. Mais pourquoi se montrer barbare sans nécessité ? et c’est ce qu’ils ont fait quand ils ont vu grossir le nombre de leurs prisonniers. Alors a commencé pour nos malheureux compatriotes cet affreux supplice des pontons, dont les anciens eussent enrichi leur enfer, si leur imagination eût pu les concevoir. Ce n’est pas que je ne croie qu’il y avait exagération de la part de ceux qui accusaient ; mais aussi il n’y a pas eu de vérité dans ceux qui se défendaient. Nous savons ce que c’est qu’un rapport au parlement : ici nous en sommes sûrs quand nous lisons les calomnies et les mensonges que débitent en plein parlement, avec une si froide intrépidité, ces méchants, qui n’ont pas rougi de se faire nos bourreaux. Les pontons portent avec eux leur vérité, il suffit du simple fait : y avoir jeté de pauvres soldats qui n’étaient point accoutumés à la mer ; les avoir entassés les uns sur les autres dans des lieux infects, trop étroits pour les contenir ; leur avoir fait respirer deux fois par vingt-quatre heures, à la marée basse, les exhalaisons pestilentielles de la vase ; avoir prolongé dix ou douze ans ce supplice de chaque jour, n’est-ce pas assez pour que le sang bouillonne au hideux tableau d’une telle barbarie ? Et, sur ce point, je me reproche fort de n’avoir pas usé de représailles, de n’avoir pas jeté dans des pontons pareils, non les pauvres matelots et soldats dont la voix ne compte pas, mais tous les milords et la masse de la classe distinguée. Je leur eusse laissé libre correspondance avec leur pays, leurs familles, et leurs cris eussent assourdi les ministres et les eussent fait reculer. Il est vrai que les salons de Paris, toujours les meilleurs alliés des ennemis, n’eussent pas manqué de me dire un tigre, un cannibale : n’importe, je le devais aux Français, qui m’avaient chargé de les protéger et de les défendre. J’ai manqué de caractère : c’était mon devoir. » Et il m’a demandé si les pontons existaient de mon temps. Je ne pouvais le lui dire ; cependant je pensais que non, parce que j’étais sûr qu’alors existaient des prisons parquées en pleine campagne ; que beaucoup d’Anglais les visitaient, faisant du bien aux prisonniers, achetant leurs petits travaux. Toutefois ils devaient être bien mal et souffrir de la faim ; car on racontait qu’un agent du gouvernement y étant entré à cheval, et en étant descendu un instant, il n’avait pas eu le dos tourné, que le pauvre animal, en un clin d’œil, avait été enlevé, dépecé et dévoré. Je ne garantissais pas le fait ; mais il nous avait été raconté par des Anglais mêmes, et il est vrai que les fanatiques d’entre eux ne le citaient pas comme preuve des besoins des prisonniers français, mais bien pour faire ressortir toute leur férocité et leur voracité. L’Empereur en riait comme d’un conte bleu, disant que la nature aurait à en frémir si la chose était réelle ; car il est bien évident à qui que ce soit, remarquait-il, qu’il n’y a que la faim poussée jusqu’à la rage qui puisse porter à dévorer du cheval. Je lui donnais une autre raison pour croire que de mon temps il n’y avait point encore de pontons, c’est qu’il avait été grandement question de consacrer aux prisonniers quelques petites îles désertes situées entre l’Angleterre et l’Irlande. On les y eût déposés ; toute embarcation quelconque eût été soustraite, on les eût tout à fait abandonnés à eux-mêmes dans un complet isolement, et il n’eût plus été besoin que de quelques bâtiments légers, en constante croisière, pour les garder. Seulement on objectait qu’en cas de descente de la part de l’ennemi, son grand et facile objet serait d’aborder ces îles, et qu’en y distribuant des armes, il y recruterait une armée toute faite. Et peut-être, disais-je, est-ce cette première idée qui aura conduit à celle des pontons ? car le nombre des prisonniers croissant toujours, on s’effrayait de les avoir à terre au milieu de soi par la disposition d’une partie de la population, qu’on soupçonnait d’être fort portée à fraterniser avec les Français. « Eh bien ! disait Napoléon, je conçois ces îles, car la sûreté et la propre conservation avant tout. Mais le supplice des pontons est une tâche à l’humanité anglaise, un aiguillon de fureur qui ne peut sortir du cœur des prisonniers français.

L’article des prisonniers a été un des points sur lesquels s’est exercée la mauvaise foi habituelle des ministres anglais, avec ce machiavélisme ordinaire qui caractérise si bien l’école actuelle. Absolument résolus à repousser tout échange, et ne voulant pas être accusés de s’y refuser, ils multipliaient et dénaturaient les prétextes. C’était d’abord mon atroce violation des droits civilisés envers les détenus, que je prétendais considérer comme des prisonniers, principe qu’il ne leur était pas permis de reconnaître, disaient-ils, par quelque considération que ce fût. Ensuite vinrent les évasions réciproques. Quelques-uns des détenus, qui chez nous demeuraient libres sur parole, s’étant évadés, ils furent accueillis chez eux avec acclamations. Des Français en firent autant, et je blâmai leur retour. Je fus jusqu’à proposer qu’on se renvoyât réciproquement ceux qui avaient violé leurs engagements ; mais il me fut répondu que des détenus n’étaient pas des prisonniers, qu’ils n’avaient fait qu’user d’un droit légitime, qu’ils avaient échappé à l’oppression, qu’ils avaient bien fait ; et on les employa. Dès ce moment, j’engageai les miens à s’évader, je les employai, et les ministres remplirent leurs journaux des plus effrontées diatribes, me signalèrent à l’Europe comme un homme sans morale, sans foi ni loi, etc.

Quand enfin, par un motif quelconque, il leur convint de traiter de l’échange, ou peut-être aussi quand il leur vint une idée qu’ils crurent propre à me jouer sur ce point, ils envoyèrent un commissaire ; les grandes difficultés disparurent, et les bases se posèrent pour l’amour de l’humanité et autres grands mots. Ils consentirent à compter les détenus au nombre des prisonniers, et à y admettre l’armée hanovrienne, que j’avais faite prisonnière et licenciée sur parole. Ce point avait été longtemps un obstacle ; car les Hanovriens n’étaient pas Anglais, insinuait-on. Tout allait bien jusque-là et semblait marcher à une conclusion facile ; mais je connaissais mes adversaires, et je lisais leurs véritables intentions. Ils avaient plus de Français que je n’avais d’Anglais ; une fois qu’ils eussent tenu les leurs, ils n’auraient pas manqué d’incidents pour en demeurer là, et le restant de mes pauvres Français fût demeuré dans les pontons à éternité. Je déclarai donc que je ne voulais pas d’un échange partiel, mais bien d’un échange total ; et voici, disais-je, ce qui allait le faciliter. Je convenais avoir beaucoup moins d’Anglais qu’ils n’avaient de Français ; mais j’avais aussi des Espagnols, des Portugais et autres alliés des Anglais, pris, sous leurs bannières, dans la même cause ; et, par cette nouvelle combinaison, je présentais à mon tour une masse de prisonniers bien plus considérable que la leur. Eh bien ! j’offrais de rendre le tout pour le tout. Cette proposition déconcerta d’abord, elle fut discutée et repoussée. Toutefois, quand on crut avoir découvert l’artifice propre, à se procurer le même résultat, on accéda à ma proposition ; mais j’avais l’œil à tout. Il m’était évident que si on commençait d’abord par échanger tout simplement Français contre Anglais, une fois qu’ils se sentiraient nantis, ils ne manqueraient pas de prétextes pour en demeurer là, et que nous rentrerions dans leur hypothèse première : les prisonniers anglais n’étaient guère que le tiers des nôtres en Angleterre. J’offris alors, pour éviter tout malentendu réciproque, d’échanger par transports de trois mille seulement à la fois ; on me rendrait trois mille Français, contre lesquels je donnerais mille Anglais et deux mille Hanovriens, Espagnols, Portugais et autres. De la sorte, s’il survenait quelque querelle, disais-je, et qu’on s’arrêtât, nous demeurions toujours dans les mêmes proportions qu’auparavant, et sans nous être trompés les uns les autres ; que si le tout, au contraire, allait sans malencontre jusqu’à la fin, je promettais de rendre le reste par-dessus le marché. J’avais si bien deviné, que ces détails, si raisonnables au fond, puisque le principe en avait été adopté, firent jeter les hauts cris ; on rompit tout, et on se sépara. Néanmoins, soit que les ministres anglais tinssent réellement à ravoir leurs compatriotes, soit qu’ils fussent frappés de mon obstination à ne pas me laisser duper, il paraît qu’ils allaient entendre enfin à une conclusion finale que je faisais proposer de nouveau par une voie détournée, quand nos désastres de Russie vinrent leur rendre toutes leurs espérances et détruire toutes mes prétentions. »

L’Empereur s’est étendu ensuite sur le bon traitement dont nous avions usé nous-mêmes envers les prisonniers que nous avons eus chez nous. Ce traitement était aussi généreux, disait-il, aussi libéral que possible ; il n’imaginait pas qu’aucune nation eût eu la pensée d’en élever aucun reproche. « Nous aurions eu, disait-il, en notre faveur le témoignage et les sentiments des prisonniers mêmes ; car, à l’exception de ceux qui tenaient ardemment à leurs lois locales, ou, en d’autres mots, au sentiment de la liberté, ce qui se réduisait aux Anglais et aux Espagnols, tout le reste, les Autrichiens, les Prussiens, les Russes, nous demeuraient volontiers ; ils nous quittaient avec peine et nous revenaient avec plaisir. Cette disposition a influé plus d’une fois sur l’opiniâtreté de leurs efforts ou de leur résistance, etc. »

L’Empereur disait encore : « J’ai eu le projet d’amener en Europe un changement dans le droit et la coutume publique à l’égard des prisonniers. J’aurais voulu les enrégimenter et les faire travailler militairement à des monuments ou à de grandes entreprises, ils eussent reçu leur solde qu’ils eussent gagnée ; on eût sauvé la fainéantise et tous les désordres qu’amène d’ordinaire parmi eux leur complète oisiveté ; ils eussent été bien nourris, bien vêtus, et n’eussent manqué de rien, sans coûter néanmoins à l’État, qui eût reçu leur travail en équivalent ; tout le monde y eût gagné. Mais mon idée ne prospéra point au Conseil d’État ; on m’y laissa apercevoir cette fausse philanthropie qui égare tant de monde. On eut l’air de regarder comme dur et barbare de vouloir les contraindre au travail. On laissa voir qu’on craignait les représailles. Un prisonnier est déjà assez malheureux d’avoir perdu sa liberté, disait-on ; on ne croyait pas qu’on put avoir des droits sur l’emploi de son temps ni sur une partie de ses actions. – Mais c’est là l’abus dont je me plains, disais-je, et que je voudrais corriger. Un prisonnier peut et doit s’attendre à des gênes légitimes ; et celles que je lui inflige sont pour son bien autant que pour celui d’autrui. Je n’exige pas de lui plus de peine, plus de fatigue, mais moins de danger que dans son état habituel et journalier. Vous craignez les représailles, que l’ennemi ne traite de la sorte nos Français ? Mais plût au ciel ! Ce serait ce que j’estimerais le plus heureux du monde ! Je verrais mes matelots, mes soldats occupés aux champs ou sur des places publiques, au lieu de les savoir ensevelis vivants au fond de leurs affreux pontons. On me les renverrait sains, laborieux, endurcis au travail, et chacun, dans chaque pays, laisserait après soi des travaux qui dédommageraient en quelque chose des funestes ravages de la guerre, etc. Par accommodement on arrêta l’organisation de quelques corps de prisonniers comme travailleurs volontaires ou quelque chose de la sorte, mais ce n’était nullement là toute mon idée. »

Anvers ; grandes intentions de Napoléon à son égard ; est une des causes de sa chute – Généreux sentiments qui font refuser le traité de Chatillon – Travaux maritimes, Cherbourg, etc. – Rapport officiel sur l’empire en 1815 – Total des dépenses en travaux, sous Napoléon

Samedi 2. – L’Empereur n’est pas sorti de sa chambre. Quand je me suis rendu auprès de lui, je l’ai trouvé très souffrant, c’était d’une espèce de courbature ou de transpiration arrêtée ; de plus, il avait une fluxion décidée. Il m’a retenu la plus grande partie du jour, cherchant parfois à causer, parfois encore cherchant à sommeiller. Il changeait à chaque instant de place et de situation, essayait de marcher, et revenait souvent près du feu : il avait évidemment de la fièvre.

Dans un de ses nombreux sujets de conversations rompues, il s’est arrête avec suite sur Anvers, son arsenal, ses fortifications, son importance, les grandes vues politiques et militaires qu’il avait eues sur ce point si heureusement situé, etc., etc., etc.

Il a dit qu’il avait beaucoup fait pour Anvers, mais que c’était encore peu auprès de ce qu’il comptait faire. Par mer il voulait en faire un point d’attaque mortel à l’ennemi, par terre il voulait le rendre une ressource certaine en cas de grands désastres, un vrai point de salut national ; il voulait le rendre capable de recueillir une armée entière dans sa défaite et de résister à un an de tranchée ouverte, intervalle pendant lequel une nation avait le temps, disait-il, de venir en masse la délivrer et reprendre l’offensive. Cinq à six places de la sorte, ajoutait-il, étaient d’ailleurs le système de défense nouveau qu’il avait le projet d’introduire à l’avenir. On admirait déjà beaucoup les travaux exécutés en si peu de temps à Anvers, ses nombreux chantiers, ses magasins, ses grands bassins, mais tout cela n’était encore rien, disait l’Empereur, ce n’était encore là que la ville commerçante, la ville militaire devait être sur la rive opposée ; on avait déjà acheté le terrain ; on l’avait payé à vil prix, et, par une spéculation adroite, on en eût revendu à un très haut bénéfice, à mesure que la ville se serait élevée, ce qui eût contribué à diminuer d’autant la dépense totale. Les vaisseaux à trois ponts fussent entrés tout armés dans les bassins d’hiver. On eût construit des formes couvertes pour retirer à sec les vaisseaux pendant la paix, etc.

L’Empereur disait qu’il avait arrêté que le tout fût gigantesque et colossal. Anvers eût été à lui seul toute une province. En revenant à ce superbe établissement, il remarquait que cette place était une des grandes causes qu’il était ici, à Sainte-Hélène ; que la cession d’Anvers était un des motifs qui l’avaient déterminé à ne pas signer la paix de Châtillon. Si on eut voulu lui laisser cette place, peut-être eût-il conclu ; et il se demandait s’il n’avait pas eu tort de se refuser à signer l’ultimatum. « Il y avait encore alors, disait-il, bien des ressources et bien des chances, sans doute, mais aussi que de choses à dire contre ! » Et il concluait : « J’ai dû m’y refuser, et je l’ai fait en toute connaissance de cause ; aussi, même sur mon roc, ici, en cet instant, au sein de toutes mes misères, je ne m’en repens pas. Peu me comprendront, je le sais, mais pour le vulgaire même, et malgré la tournure fatale des évènements, ne doit-il pas aujourd’hui demeurer visible que le devoir et l’honneur ne me laissaient pas d’autre parti ? Les alliés, une fois qu’ils m’eussent entamé, en seraient-ils demeurés là ? Leur paix eut-elle été de bonne foi, leur réconciliation sincère ? C’eût été bien peu les connaître, c’eût été vraie folie que de le croire et de s’y abandonner. N’eussent-ils pas profité de l’avantage immense que le traité leur eût consacré pour achever, par l’intrigue, ce qu’ils avaient commencé par les armes ? Et que devenaient la sûreté, l’indépendance, l’avenir de la France ? Que devenaient mes obligations, mes serments, mon honneur ? Les alliés ne m’eussent-ils pas perdu au moral dans les esprits, comme ils venaient de le faire sur le champ de bataille ? Ils n’eussent trouvé l’opinion que trop bien préparée ! Que de reproches la France ne m’eût-elle pas faits d’avoir laissé morceler le territoire confié à ma garde ! Que de fautes l’injustice et le malheur n’eussent pas accumulées sur ma tête ! Avec quelle impatience les Français, pleins du souvenir de leur puissance et de leur gloire, eussent supporté, dans ces jours de deuil, les charges inévitables dont il eût fallu les accabler ! Et de là des commotions nouvelles, l’anarchie, la dissolution, la mort. Je préférai de courir jusqu’à extinction les chances des combats, et d’abdiquer au besoin, etc. »

Je convenais que l’Empereur avait toute raison. Il avait perdu le trône il est vrai, mais volontairement, et en lui préférant notre salut et son honneur. L’histoire apprécierait dignement ce sublime sacrifice. La puissance et la vie sont passagères ; la gloire seule demeure, elle est immortelle.

Mais, demandait alors l’Empereur, l’histoire serait-elle bien juste ? pourrait-elle l’être ? On était inondé, disait-il, de tant de pamphlets et de mensonges, ses actions étaient tellement défigurées, son caractère si obscurci si méconnu ! etc. On répondait que le temps de sa vie serait précisément le plus incertain ; que ses contemporains seuls pourraient tout au plus être injustes ; que les nuages disparaîtraient, ainsi qu’il l’avait déjà dit lui-même à mesure qu’il s’avancerait dans la postérité ; qu’il gagnait déjà chaque jour ; que l’homme de génie s’en saisirait comme du plus beau sujet de l’histoire ; que la première catastrophe seule eût été peut-être fatale à sa mémoire, beaucoup de voix étant alors contre lui, mais que les prodiges de son retour, les actes de sa courte administration, son exil à Sainte-Hélène, le laissent aujourd’hui rayonnant de gloire aux yeux des peuples et aux pinceaux de l’avenir. « Il est vrai, a-t-il repris avec une espèce de satisfaction, que ma destinée se montre au rebours des autres ; la chute les abaisse d’ordinaire, la mienne me relève infiniment. Chaque jour me dépouille de ma peau de tyran, de meurtrier, de féroce… »

Et après quelques secondes de silence, il est revenu sur Anvers et l’expédition anglaise. « Le gouvernement anglais et son général ont lutté d’impéritie, a-t-il dit. Si lord Chatam, que nos soldats n’appelèrent que milord j’attends, se fût précipité vigoureusement, sans doute il pouvait peut-être détruire notre bel et précieux établissement par un coup de main ; mais le premier moment perdu, et notre flotte rentrée, la place se trouvait à l’abri. On a fait beaucoup trop d’étalage des efforts et des mesures prises pour son salut. On n’avait excité le zèle des citoyens que dans des intentions mystérieuses et coupables. » Et comme je lui fournissais quelques détails dont j’avais été le témoin, et qu’il m’est arrivé de dire que d’ordinaire les maréchaux passent les armées en revue, mais qu’ici c’était l’armée qui semblait passer les maréchaux en revue, en ayant vu trois successivement en très peu de temps : « C’est que les circonstances politiques le commandaient ainsi, a dit Napoléon. J’y envoyai Bessières, parce que la crise demandait un homme de confiance et tout à fait sûr ; dès qu’elle fut passée, je ne tardai pas à le remplacer pour le ravoir auprès de moi. »

Les travaux maritimes d’Anvers, quelque immenses qu’ils aient été, ne sont qu’une petite portion de ceux que l’on doit à Napoléon. Attaché, comme membre du Conseil d’État, à la section de la marine, je possède, ex officio, la notice de ces travaux arrêtés, entrepris ou achevés ; on me saura gré sans doute d’en consigner ici la nomenclature, que j’établis dans son ordre géographique en allant du midi au nord.

1° Le fort Boyard, qui devait agrandir et défendre le mouillage de l’île d’Aix, duquel mouillage, à force de persévérance et d’audace, on était venu à bout de découvrir, pour les vaisseaux de ligne même, un passage hors de la vue de l’ennemi, entre Oléron et la terre, pour atteindre les mouillages de la Gironde et ses débouquements.

2° Les grands et beaux travaux de Cherbourg. – La digue commencée sous Louis XVI ayant éprouvé beaucoup d’altération sous l’époque révolutionnaire, elle a été réparée, et on a élevé la partie centrale de 9 pieds au-dessus du niveau des plus hautes mers, sur 100 toises d’étendue, pour y établir une batterie de 20 pièces du plus gros calibre ; ce qui a été exécuté en moins de deux ans, de 1802 à 1804, et avec un tel succès, que, bien que dépourvu d’entretien depuis 1813, cet ouvrage s’est maintenu sans nulle dégradation dans la plus parfaite solidité.

On a élevé une grosse tour ou pâté elliptique en pierres de taille de granit au centre et en dedans de la digue, qu’elle soutient, et dont à son tour elle est recouverte. La masse volumineuse des fondations de ce pâté, dont la construction en pleine mer offrait de si grandes difficultés, a été terminée à la fin de 1812, et élevée à la hauteur de 6 pieds au-dessus du niveau des plus hautes marées. La stabilité qu’elle a conservée depuis cette époque, bien qu’abandonnée sans nul entretien à la plus violente action des flots, est un garant incontestable de la solidité de la défense projetée sur ce rocher artificiel, lorsque le moment sera venu de terminer l’ensemble du projet, qui consistait à élever au premier étage une caserne propre à la garnison, le magasin à poudre, citerne, etc., le tout surmonté d’une plate-forme voûtée, à l’abri de la bombe, de manière à recevoir une batterie casematée de 19 pièces de 36, et par-dessus celle-ci encore une seconde plate-forme propre à recevoir au besoin une batterie sur affût de côte, le tout servant de couronnement à la batterie centrale déjà existante sur la digue même, ce qui devait présenter à l’ennemi quatre rangs de batteries les unes au-dessus des autres.

On a creusé dans le roc vif, et en moins de huit ans, un port militaire propre à contenir 15 vaisseaux de guerre, le nombre proportionné de frégates, trois formes de construction, etc. Cet asile, si nécessaire aux vaisseaux de ligne, par l’état naturel de la rade de Cherbourg, trop ouverte à la violence des flots, a été creusé de 30 pieds au-dessous des plus basses marées, afin de procurer aux vaisseaux de premier rang une station toujours sûre et exempte de tout danger. Quand ce port fut ouvert, en 1813, ses môles et ses digues étaient portés au dernier terme d’achèvement sur toute son étendue. À cette époque, il présenta à l’impératrice Marie-Louise et à toute sa cour le spectacle magnifique et sublime de l’irruption soudaine de l’Océan, qui en prit possession par la simple rupture spontanée de l’immense batardeau qui en avait jusque-là contenu les efforts. Les vaisseaux du plus haut rang furent immédiatement admis dans son enceinte, et ils y ont toujours depuis constamment joui d’une station commode, ainsi que de tous les moyens de radoub, de construction ou d’armement, en un mot, de toutes les facilités que pouvait prétendre une aussi importante création que l’art et la marine doivent à Napoléon, et qui est considérée à juste titre comme l’un des grands monuments de son règne.

Ce beau bassin de Cherbourg, ce magnifique ouvrage, dans l’idée de l’Empereur, n’était encore qu’un avant ou premier port ; il avait fait ménager latéralement à celui-ci un espace propre à composer un second ou arrière-port qui devait être travaillé immédiatement et sans embarras, par les précautions prises d’avance ; il devait être propre à recevoir 25 autres vaisseaux de ligne ; et en arrière encore de ces deux ports, sur leur longueur réunie, et dans une forme semi-circulaire, l’Empereur avait arrêté en outre la construction de 30 formes recouvertes, calculées pour admettre autant de vaisseaux de ligne constamment en état de prendre la mer. Telle est l’immensité des travaux exécutés ou projetés sur le seul point de Cherbourg.

3° Les nombreux travaux nécessités par la flottille destinée à l’invasion de l’Angleterre. – Il fallait lui préparer des mouillages, combiner ses appareillages et lui ménager toutes les opérations offensives et défensives, ce qui nécessita sur plusieurs points des constructions de forts en maçonnerie et en bois, des quais, des creusements, des jetées, des barrages, des écluses, etc.

Boulogne fut choisi pour le centre du rassemblement ; Wimereux, Ambleteuse et Étaples pour ses ailes ou succursales. Boulogne fut mis à même de recueillir à lui seul plus de 2 000 bâtiments de diverses espèces. Outre son port naturel, on y obtint un bassin artificiel à l’aide d’un barrage fermé au milieu par une écluse de 24 pieds de largeur. Ce bassin reçut 8 ou 900 bâtiments toujours à flot et en constant état d’appareillage ; et l’écluse, par la retenue qui la précède, eut l’avantage de procurer encore des chasses qui entretenaient le vrai port à une bonne profondeur, et débarrassaient son entrée des bancs de sable trop sujets à l’obstruer. Wimereux, Étaples, Ambleteuse, de leur côté, furent mis à même simultanément de recevoir un nombre analogue de bâtiments : environ 1 000 à eux trois, et le tout s’exécuta dans l’espace de deux ans.

4° Des réparations et améliorations locales importantes à tous les ports de la côte. – Le Havre, où on a détruit, à l’aide d’une forte écluse de chasse, le banc de galets qui en obstruait l’entrée ; Saint-Valery, Dieppe, Calais, Gravelines, Dunkerque, dont on a désencombré le port et fait disparaître le marais qui couvrait la ville ; Ostende, qu’on avait destiné à recevoir une seconde flottille, et dont on assura la libre entrée par le dévasement de son chenal, etc., etc.

5° Les travaux de Flessingue. – Cette ville étant tombée momentanément au pouvoir des Anglais, qui, en l’évacuant, détruisirent tous les établissements militaires, l’Empereur profita de cet accident pour ordonner la reconstruction de tous les travaux sur un pied beaucoup plus large. Appréciant toute l’importance de sa position géographique, il voulut qu’on recreusât et agrandît le bassin ainsi que son entrée, qu’on approfondît le chenal de manière à ce que ce bassin pût admettre à l’avenir même les vaisseaux de 80, et y laisser hiverner une escadre de vingt vaisseaux toujours prête à mettre à la voile en une ou deux marées, ce qu’on devait obtenir à l’aide d’une idée fort ingénieuse fournie par le commandant maritime de la place : la simple retenue des eaux de la marée haute dans les fossés de la ville. L’acquisition de ce bassin devenait des plus précieuses, en ce qu’en appareillant en dehors de tous les embarras de l’Escaut, on se trouvait immédiatement rendu sur les côtes d’Angleterre, ce qui devait, de nécessité, tenir les Anglais constamment en alarmes et toujours en croisière ; tandis que jusque-là, dès qu’ils savaient nos vaisseaux désarmés dans Flessingue, ou remontés à Anvers par l’approche de l’hiver, ils rentraient tranquillement chez eux, n’ayant plus rien à surveiller jusqu’au retour de la belle saison. Mais les fortifications de Flessingue devaient répondre à un dépôt aussi précieux que toute une escadre ; aussi on les multiplia sur plusieurs points ; et en reconstruisant certains magasins et établissements, il fut prescrit de les voûter à l’abri de la bombe, et d’armer leurs sommités de batteries. Flessingue eût été hérissé de canons, il fût devenu inattaquable.

6° Les travaux commencés à Terneuse. – L’embouchure occidentale de l’Escaut était tellement importante pour les manœuvres d’entrée et de sortie de notre flotte, et les inconvénients de l’hiver, qui chaque année obligeait de les faire remonter jusqu’à Anvers, créaient de telles difficultés que l’Empereur avait décidé un moment de fonder un arsenal plus important encore que Flessingue à l’embouchure même du fleuve. Le point de Terneuse, sur la rive gauche de l’Escaut, à trois lieues de son embouchure, fut choisi, et les travaux immédiatement commencés. Toutefois ils furent restreints ensuite, et l’ensemble ajourné à cause de la longueur du temps qu’ils eussent exigée, aussi bien que par l’énormité de leurs dépenses.

7° Les grands et immenses travaux d’Anvers. – Cette ville, à près de vingt lieues de la mer, dont elle est séparée par une route sinueuse et très difficile, semblait se refuser aux avantages désirables dans un arsenal maritime ; il ne s’y trouvait que de faibles établissements de commerce. Une flotte qui y serait construite aurait beaucoup de peine à descendre ; elle aurait peu d’abris contre les coups de vent et les entreprises de l’ennemi ; elle serait inutile pendant près d’un tiers de l’année, l’approche de l’hiver et des glaces la forçant de remonter et de chercher ensuite un abri hors du courant et des glaces du fleuve, car il n’y existait pas de bassins flottables. Mais toutes ces difficultés ne furent rien aux yeux de Napoléon. Dans son impatience de faire sentir aux Anglais le danger de l’Escaut, qu’ils avaient si souvent eux-mêmes désigné comme devant leur être si redoutable, il ordonna, il voulut ; et en moins de huit années, Anvers se montra un arsenal maritime de première importance, et l’Escaut portait déjà une flotte considérable. Tout y fut pris à la fondation et fait à neuf, les magasins de toute espèce, les quais, les chantiers, etc. Un asile provisoire fut trouvé pour les vaisseaux contre les glaces du fleuve, au Ruppel, tandis qu’on achevait de creuser dans la ville même deux grands bassins à flot, convenables pour les vaisseaux de tous rangs, complètement armés. Vingt cales de construction, sur un même alignement, furent élevées comme par enchantement, et vingt bâtiments posés à la fois sur ces chantiers offraient au voyageur qui arrivait par la Tête-de-Flandre le spectacle imposant et singulier de vingt vaisseaux de ligne se présentant rangés en forme d’escadron. La plupart de tant de choses n’étaient pourtant encore dans la pensée de Napoléon qu’un provisoire momentanément emprunté au commerce. Il avait l’intention d’établir un arsenal complet et bien plus grand en face d’Anvers, à la Tête-de-Flandre, sur la rive opposée. Il avait d’abord eu le projet hardi de jeter un pont au travers de ce fleuve difficile ; mais il finit par se décider pour des ponts volants très ingénieux. L’empereur, ainsi que je l’ai déjà mentionné plus haut, avait sur Anvers les idées les plus gigantesques ; il en eût prolongé l’ensemble, les détails et les moyens jusqu’à la mer. Aussi avait-il dit qu’il voulait qu’Anvers à lui seul finît par devenir toute une province, un petit royaume. Il s’y était attaché comme à une de ses plus importantes créations. Il y fit plusieurs voyages, inspectant et discutant lui-même les petits détails.

C’est une de ces occasions qui le mit un jour aux prises sur le métier avec un capitaine ou lieutenant-colonel du génie qui concourait modestement et obscurément aux fortifications de la place. À quelque temps de là, cet officier reçut, inopinément une lettre d’avancement, sa nomination d’aide de camp de l’Empereur, et l’ordre de se rendre en service aux Tuileries. Le pauvre officier crut rêver, ou ne douta pas qu’on ne se fût trompé. Ses mœurs étaient si innocentes et ses liaisons si restreintes, que, se rappelant m’avoir vu jadis une fois à Anvers, il me prit pour une de ses ressources, et, arrivant à Paris, vint me confier toute son ignorance de la cour et son extrême embarras d’y paraître. Mais il était facile à rassurer ; il y entrait par la belle porte, et s’y présentait avec un bon fonds. Cet officier est le général Bernard, dont cette circonstance mit les talents au grand jour, et qui, lors de nos catastrophes, a été recueilli par les États-Unis, qui l’ont placé à la tête de leurs travaux militaires.

Napoléon accoutumait, du reste, à de pareilles surprises. Partout où il devinait le talent, il s’en saisissait et le mettait à sa place, sans qu’aucunes considérations secondaires l’arrêtassent. C’était là une de ses grandes nuances caractéristiques.

8° Les travaux en Hollande. – À peine la Hollande fut-elle sous la main de Napoléon, que son ardeur créatrice se porta sur toutes les branches de son économie politique. Il répara et accrut aussitôt les arsenaux de la Meuse, ceux de Rotterdam et d’Helvœt-Sluys. Les vaisseaux de guerre n’atteignaient Amsterdam et n’en sortaient qu’à force d’argent, de temps et d’efforts ; il fallait les traîner vides et désarmés sur des chameaux à l’ouverture du Zuyderzée. C’étaient des opérations qui ne convenaient plus à la célérité et aux grands moyens du temps. L’Empereur résolut de transporter l’arsenal du Nord (celui d’Amsterdam) en dehors de tous ces grands embarras, et ordonna la création ou l’amélioration du Nievendip, où en peu de temps vingt-cinq vaisseaux pouvaient déjà hiverner en sûreté et s’amarrer à des quais magnifiques. Ce point précieux fut placé sous la défense du système militaire du Helder, clef de la Hollande, dont l’étendue avait été calculée, dans la pensée de l’Empereur, de manière à faire du Nievendip l’Anvers du Zuyderzée.

9° Travaux du Veser, de l’Ems, de l’Elbe. – Dès que Napoléon eut réuni les pays de Brême, Hambourg et Lubeck à l’empire, ses travaux et ses créations s’y répandirent avec sa domination. Il ordonna des ouvrages pour rendre l’Elbe accessible à des vaisseaux de ligne, et projeta de construire un arsenal maritime à Delfzil, à l’embouchure de l’Ems ; mais ce qui l’occupa surtout, ce fut un système de canalisation à l’aide de l’Ems, du Veser et de l’Elbe, qui put joindre la Hollande à la Baltique ; ce qui nous eût permis désormais de communiquer en toute sûreté, et par une simple navigation intérieure, de Bordeaux et de la Méditerranée avec les puissances du Nord. Nous en eussions reçu à notre aise toutes les productions navales pour chacun de nos ports, et nous eussions pu faire déboucher contre elles au besoin nos flottilles de la Manche et de la Hollande, etc., etc.

Tant et de si grands travaux furent conçus et la plupart exécutés en un clin d’œil. La volonté créatrice de Napoléon les ordonna ; le ministre Decrès les poursuivit avec obstination. Les Prony, les Sganzin, les Cachin et autres en fournirent les plans et les exécutèrent. Heureux les noms qui se rattachent à de tels monuments ! ils ne périssent jamais !

Si à ce que nous venons d’énumérer on joint d’autres prodiges simultanés dans toutes les autres branches et sur toutes les autres parties du territoire, et si l’on considère qu’ils s’exécutaient au milieu d’une guerre perpétuelle, et sans plus, peut-être même avec moins de charges qu’il n’en pèse aujourd’hui, après une longue paix, sur chacun des pays qui composaient ce vaste empire, on aura le droit sans doute de s’extasier de surprise et d’admiration, tant est grande pourtant l’influence d’une volonté ferme, et celle des lumières armées du pouvoir, et du secours de finances sagement et rigoureusement conduites ! Certes, si à ce que nous venons de mentionner on veut unir par la pensée la masse des fortifications, la multitude des routes, la foule des ponts, celle des canaux, la grande quantité d’édifices, on n’hésitera pas à prononcer que jamais homme sur la terre ne fit autant de choses en aussi peu de temps et en surchargeant moins les peuples.

L’Italie, dont il était le roi, eut aussi sa part de ces magnifiques créations. Il brisa les Alpes en plusieurs points, sillonna les Apennins des plus belles routes, construisit un arsenal maritime à Gênes, fortifia Corfou de manière à en faire la clef de la Grèce, répara et agrandit le port de Venise dont il voulait faire creuser les passes, et qu’en attendant on rendit propres à nos gros vaisseaux français, à l’aide du système des chameaux de la Hollande ; et, comme dès en sortant ils couraient risque d’être attaqués dans cette attitude dangereuse sur leurs chameaux, il fut ordonné de voir si ceux-ci ne pouvaient pas être armés eux-mêmes de leurs propres batteries, ce qui, je crois, a été exécuté ou allait l’être. Napoléon, en outre, méditait encore un arsenal maritime à Raguse, un autre à Pola en Istrie, un autre à Ancône ; il arrêtait l’heureuse et hardie mesure d’unir le golfe de Venise à celui de Gênes, à l’aide du Pô et d’un canal qui, partant d’Alexandrie, eût gagné Savone au travers de l’Apennin ; résultat immense, qui, indépendamment de tous les grands profits du commerce, eût eu, sous le rapport militaire, l’inappréciable avantage de mettre en communication directe et à l’abri de l’ennemi Venise et toutes les productions navales de l’Adriatique avec Toulon et tous ses besoins maritimes. Enfin Napoléon désencombrait Rome, restaurait un grand nombre d’anciens vestiges des Romains, projetait le dessèchement des marais Pontins, etc., etc.

Du reste, voici le préambule de l’exposé de la situation de l’empire, présenté au Corps Législatif, dans la séance du 25 février 1813, par le comte de Montalivet, ministre de l’intérieur. C’est dans ce magnifique exposé, fondé dans tous ses points sur des documents authentiques à l’appui, qu’on pourrait prendre une idée juste de l’ensemble des merveilles de l’administration de l’empereur Napoléon. Nous avons cru nous rendre agréable en terminant par le détail officiel des dépenses en travaux publics sous cette époque à jamais mémorable.

« Messieurs, dit le ministre, Sa Majesté m’a ordonné de vous faire connaître la situation de l’intérieur de l’empire dans les années 1811 et 1812.

Vous verrez avec satisfaction que, malgré les grandes armées que l’état de la guerre maritine et continentale oblige de tenir sur pied, la population a continué de s’accroître, que notre industrie a fait de nouveaux progrès, que jamais les terres n’ont été mieux cultivées, les manufactures plus florissantes ; qu’à aucune époque de notre histoire la richesse n’a été plus répandue dans les diverses classes de la société.

Le simple cultivateur aujourd’hui connaît les jouissances qui lui furent jusqu’à présent étrangères ; il achète au plus haut prix les terres qui sont à sa convenance ; ses vêtements sont meilleurs, sa nourriture est plus abondante et plus substantielle ; il reconstruit ses maisons plus commodes et plus solides.

Les nouveaux procédés dans l’agriculture, dans l’industrie, dans les arts utiles, ne sont plus repoussés, par cela même qu’ils sont nouveaux. Partout on tente des essais, et ce que l’expérience démontre préférable est utilement substitué aux anciennes routines. Les prairies artificielles se sont multipliées ; le système des jachères s’abandonne ; des assolements mieux entendus, de nouvelles cultures augmentent le produit de nos terres. Les bestiaux se multiplient, les races s’améliorent ; de simples laboureurs ont acquis les moyens de se procurer à de hauts prix des béliers de race espagnole, les étalons de nos meilleures espèces de chevaux : éclairés sur leurs vrais intérêts, ils n’hésitent pas à faire ces utiles achats. Ainsi les besoins de nos manufactures, de notre agriculture et de nos armées sont chaque jour mieux assurés.

Ce degré de prospérité est dû aux lois libérales qui régissent ce grand empire, à la suppression de la féodalité, des dîmes, des mainmortes, des ordres monastiques ; suppression qui a constitué ou affranchi ce grand nombre de propriétés particulières, aujourd’hui le patrimoine libre d’une multitude de familles jadis prolétaires ; il est dû à l’égalité des partages, à la clarté et à la simplification des lois sur la propriété et sur les hypothèques, à la promptitude avec laquelle sont jugés les procès dont le nombre décroît chaque jour. C’est à ces mêmes causes, et à l’influence de la vaccine, que l’on doit attribuer l’accroissement de la population. Et pourquoi ne dirions-nous pas que la conscription elle-même, qui, chaque année, fait passer sous nos drapeaux l’élite de notre jeunesse, a contribué à cet accroissement en multipliant le nombre des mariages, en les favorisant, parce qu’ils fixent pour toujours le sort du jeune Français qui pour une première fois a obéi à la loi ? »

Détails officiels des dépenses en travaux publics depuis l’avènement de Napoléon au trône impérial, présenté au Corps Législatif par M. le ministre de l’intérieur, avec les pièces à l’appui.

Palais impériaux et bâtiments de la couronne… 62 000 000

Fortifications… 144 000 000

Ports maritimes… 117 000 000

Grand-routes, chaussées, etc… 277 000 000

Ponts à Paris et départements… 31 000 000

Canaux, navigation et dessèchement… 123 000 000

Travaux de Paris… 102 000 000

Édifices publics des départements et grandes villes… 149 000 000

TOTAL… 1 005 000 000

L’Empereur très souffrant ; mélancolie – Anecdotes de gaieté – Deux aides de camp – Échauffourée du général Mallet

Dimanche 3. – L’Empereur a continué de se renfermer hermétiquement. Sur la fin du jour, il m’a fait appeler : il souffrait moins, me disait-il, de sa fluxion ; mais il ne se trouvait guère mieux de tout le reste ; en somme, il éprouvait beaucoup d’affaiblissement, et se sentait, me disait-il, de la tristesse et de la mélancolie ; aussi avait-il voulu, ajoutait-il, passer tout le jour en idées noires. Il était dans son bain. Après quelques moments de silence, comme en se réveillant, et avec un effort pour se distraire : « Allons, ma sœur Dinarzade, a-t-il dit, si vous ne dormez pas, racontez-moi une de ces histoires que vous savez si bien. Il y a longtemps, mon cher que vous ne m’avez parlé de vos amis du faubourg Saint-Germain ; allons. – Mais, Sire, il y a longtemps que je raconte, et je dois être au bout. J’ai épuisé toutes les jolies histoires vraies ou fausses qui s’y débitent ; il ne resterait plus que le scandale, et Votre Majesté sait ou doit savoir qu’il ne s’y en passe jamais. Toutefois voici encore quelque chose qui me revient en cet instant : Un jour M. de Talleyrand, partant pour son ministère, dit à Madame de Talleyrand qu’il lui ramènerait à dîner M. Denon, et qu’elle voulût bien s’efforcer de lui être agréable ; que le meilleur moyen d’y réussir serait de parcourir son ouvrage, et de lui en parler ; qu’elle le trouverait dans sa bibliothèque, à tel endroit, tel rayon. Madame de Talleyrand va prendre l’ouvrage qui fait ses délices, et se fait une joie d’en entretenir bientôt le héros. Aussi, à peine à table, elle dit à M. Denon, qu’elle avait soigneusement placé à côté d’elle, qu’elle venait de lire son livre qu’il l’avait rendue tout à fait heureuse, et M. Denon de s’incliner ; qu’il avait parcouru de bien mauvais pays, et avait dû bien souffrir, et M. Denon de s’incliner encore ; qu’elle avait bien sincèrement partagé ses peines. Jusque-là tout allait à merveille. Mais mon ravissement, s’écria-t-elle, a été au comble, quand, dans votre solitude, j’ai vu vous arriver le fidèle Vendredi ; l’avez-vous toujours ? À ces mots, M. Denon effaré, se penchant vers son voisin : – Est-ce qu’elle me prendrait pour Robinson ? Et en effet, l’innocence de madame de Talleyrand, ou la malice de la société de Paris, voulait qu’au lieu du Voyage d’Égypte, elle eût pris les Aventures de Robinson. » L’Empereur en riait à pleurer, et l’a raconté depuis lui-même, à son tour, plus d’une fois. Car c’est ainsi que se propagent et prospèrent les histoires.

Cela a conduit à s’entendre sur la méchanceté inventive des sociétés de Paris, et l’Empereur renouvelait sa sortie contre nos salons, qu’il qualifiait de véritablement infernaux, disant qu’ils étaient en médisance et en calomnie permanentes, et qu’ils eussent mérité, à ce titre, d’occuper, en permanence aussi, tous les tribunaux de police correctionnelle de la capitale, etc.

De là l’Empereur, s’étant ranimé, s’est mis à causer à son tour beaucoup et longtemps. Mentionnant un officier qu’il ne traitait rien moins que bien, et m’étant permis de dire que j’avais cru pourtant qu’il avait été l’aide de camp d’un général distingué : « Qu’importe ? » a-t-il repris. Et puis il a ajouté en souriant : « Je vois bien, mon cher, que vous ne savez pas qu’on a parfois deux aides de camp : celui du feu et celui de la cuisine ou de la chambre à coucher, etc. »

Plus tard il s’étendait sur notre peu d’aptitude nationale à clore une révolution, à s’adonner à la fixité, et il a fini par citer en preuve la célèbre affaire de Mallet, qu’il disait plaisamment être en petit son retour de l’île d’Elbe, sa caricature. « Cette extravagance, ajoutait-il, qu’une véritable mystification : c’est un prisonnier d’État, homme obscur, qui s’échappe pour emprisonner à son tour le préfet, le ministre même de la police, ces gardiens de cachots, ces flaireurs de conspirations, lesquels se laissent moutonnement garrotter. C’est un préfet de Paris, le répondant-né de son département, très dévoué d’ailleurs, mais qui se prête sans la moindre opposition aux arrangements de réunion d’un nouveau gouvernement qui n’existe pas. Ce sont des ministres nommés par les conspirateurs, occupés de bonne foi à ordonner leur costume et faisant leur tournée de visites, quand ceux qui les avaient nommés étaient déjà rentrés dans les cachots. C’est enfin toute une capitale apprenant au réveil l’espèce de débauche politique de la nuit, sans en avoir éprouvé le moindre inconvénient. Une telle extravagance, répétait l’Empereur, ne pouvait avoir absolument aucun résultat. La chose eût-elle en tout réussi, elle serait tombée d’elle-même quelques heures après ; et les conspirateurs victorieux n’eussent eu d’autre embarras que de trouver à se cacher au sein du succès. Aussi je me sentis bien moins choqué de l’entreprise du coupable que de la facilité avec laquelle ceux mêmes qui m’étaient le plus attachés se seraient rendus ses complices. À mon arrivée, chacun me racontait avec tant de bonne foi tous les détails qui les concernaient et qui les accusaient tous ! Ils avouaient naïvement qu’ils y avaient été attrapés ; qu’ils avaient cru un moment m’avoir perdu. Ils ne dissimulaient pas, dans la stupeur qui les avait frappés, avoir agi dans le sens des conspirateurs, et se réjouissaient avec moi du bonheur avec lequel ils y avaient échappé. Pas un seul n’avait à mentionner la moindre résistance, le plus petit effort pour défendre et perpétuer la chose établie. On ne semblait pas y avoir songé, tant on était habitué aux changements, aux révolutions ; c’est-à-dire que chacun s’est montré prêt et résigné à en voir surgir une nouvelle. Aussi tous les visages changèrent, et l’embarras de plusieurs devint extrême quand, d’un accent sévère, je leur dis : Eh bien ! Messieurs, vous prétendez et vous dites avoir fini votre révolution ! Vous me croyiez mort, dites-vous ; je n’ai rien à dire à cela… Mais le roi de Rome ! vos serments, vos principes, vos doctrines !… Vous me faites frémir pour l’avenir… Et alors je voulus un exemple pour éclairer du moins et tenir en garde les esprits. Il tomba sur le pauvre Frochot, le préfet de Paris, qui assurément m’était fort attaché. Mais à la simple requête de l’un de ces saltimbanques, au lieu d’efforts qui étaient l’obligation de sa place, d’une résistance désespérée qui eût dû le faire mourir à son poste, il convenait avoir ordonné tout bonnement de préparer le lieu de séances du nouveau gouvernement !… C’est, remarquait l’Empereur, que nous sommes le peuple de l’Europe le plus propre à prolonger nos mutations ; un tel état ne pourrait même être supporté que par nous seuls. Aussi voyez comme chacun, de quelque parti qu’il soit, semble intimement convaincu que rien n’est encore fini ; et l’Europe partage cette opinion, parce qu’elle la fonde au moins autant sur notre inconstance, notre mobilité naturelles, que sur la masse des évènements arrivés depuis trente ans, etc. »

Continuation de souffrances et de réclusion – Eût dû mourir à Moskou ou à Waterloo – Éloge de sa famille

Lundi 4. – Aujourd’hui l’Empereur n’a encore voulu recevoir personne de tout le matin ; il m’a fait appeler à l’heure de son bain, durant et après lequel encore nous avons causé fort longtemps sur la chaîne de nos connaissances anciennes, les historiens qui nous les ont transmises, les fils qu’ils avaient attachés, etc. La conclusion forcée revenait toujours à l’extrême jeunesse de notre univers, ou bien plus sûrement encore à celle de la race humaine.

De là nous sommes passés à la charpente du globe, aux irrégularités de sa surface, à l’inégalité du partage des terres et des mers, au total de sa population, à l’échelle suivant laquelle elle est répandue, aux diverses associations politiques qu’elle forme, etc. Je trouvais à l’Europe 170 000 000 d’habitants : il remarquait qu’il en avait gouverné 80 000 000 ; j’ajoutais qu’après l’alliance de la Prusse et de l’Autriche il marchait à la tête de plus de 100. Il a changé assez brusquement de conversation. Mon Atlas a été demandé ; il s’est mis à parcourir l’Asie, faisant concorder les marges et le tableau, et il s’interrompait parfois pour dire que c’était vraiment un ouvrage sans prix pour la jeunesse et les salons.

Plus tard, l’Empereur, parlant des merveilles de sa vie et des vicissitudes de sa fortune, disait qu’il eût dû mourir à Moscou ; que sa gloire militaire eût été sans revers, et sa carrière politique sans exemple dans l’histoire du monde ; et il fit alors un de ces tableaux rapides et animés qui lui sont si familiers, et qu’il porte la plupart du temps au sublime. Et comme il n’apercevait pas une figure précisément approbative : « Ce n’est pas votre opinion, a-t-il dit, vous ne pensez pas que j’aurais dû finir à Moscou ? – Non, Sire, lui a-t-il été répondu ; et pour cette même histoire, elle serait privée du retour de l’île d’Elbe, de l’acte le plus généreux, le plus héroïque qu’aucun homme ait jamais accompli ; du mouvement le plus grand, le plus magnifique, le plus sublime qu’on ait pu contempler. – Eh bien ! je conçois, a dit l’Empereur, il y a là quelque chose ; mais disons Waterloo, c’est là que j’aurais dû mourir ! – Sire, a reparti l’interlocuteur, si j’ai obtenu grâce pour Moscou, je ne vois pas pourquoi je ne la demanderais pas pour Waterloo. L’avenir est hors de la volonté, du pouvoir des hommes, il est dans le sein de Dieu seul… »

Dans un autre moment, l’Empereur est revenu encore sur tous les siens ; le peu de secours qu’il en avait reçu, les embarras, le mal qu’ils lui avaient causés. Il s’arrêtait surtout sur cette fausse idée de leur part, qu’une fois à la tête d’un peuple, ils avaient dû s’identifier avec lui de manière à préférer ses intérêts à ceux de la patrie commune, sentiment dont la source pouvait avoir quelque chose d’honorable, convenait-il, mais dont ils avaient fait une application fausse, nuisible, en ce que, dans leur travers d’indépendance absolue, ils se considéraient isolément, lorsqu’ils eussent dû se pénétrer qu’ils n’étaient que parties d’un tout au mouvement duquel ils devaient aider, au lieu de le contrarier. Mais après tout, concluait-il, ils étaient bien neufs, bien jeunes, entourés de pièges et de flatteurs, d’intrigants de toute espèce, de vues secrètes et malintentionnées. Et passant subitement des torts aux qualités, il a ajouté : « Du reste, il faut toujours juger en dernier ressort par les analogues : quelle famille, dans les mêmes circonstances, eût mieux fait ? Il n’est pas donné à chacun d’être homme d’État : cette charge requiert une contexture toute particulière, et ne se rencontre pas à profusion. Tous mes frères se sont trouvés à cet égard dans une situation singulière ; il leur est arrivé à tous d’avoir trop ou trop peu : ils se sont trouvés trop forts pour s’abandonner aveuglément à un conseiller moteur, et pas assez pour pouvoir s’en passer tout à fait. Après tout, une famille si nombreuse présente un ensemble dont je peux assurément m’honorer.

Joseph, par tout pays, serait l’ornement de la société ; Lucien, celui de toute assemblée politique ; Jérôme, en mûrissant, eût été propre à gouverner ; je découvrais en lui de véritables espérances. Louis eût plu et se fût fait remarquer partout. Ma sœur Élisa était une tête mâle, une âme forte : elle aura montré beaucoup de philosophie dans l’adversité. Caroline est fort habile et très capable. Pauline, la plus belle femme de son temps peut-être, a été et demeurera jusqu’à la fin la meilleure créature vivante. Quant à ma mère, elle est digne de tous les genres de vénération. Quelle famille aussi nombreuse pourrait présenter un plus bel ensemble ! Ajoutez qu’en dehors de la tourmente politique, nous nous aimions. Pour moi, je n’ai jamais cessé un instant de me sentir le cœur d’un frère. Je les ai tous aimés, et je crois bien qu’au fond ils me l’ont tous rendu, et qu’au besoin ils m’en donneraient des preuves, etc. »

Après dîner, il nous a reçus tous près d’une demi-heure. Il était dans son lit, mais parlait beaucoup plus facilement, et se trouvait évidemment mieux. Nous l’avons quitté avec l’espoir de le revoir bientôt rétabli. Nous lui avons fait observer qu’il y avait douze jours qu’il n’avait pas dîné avec nous, que, sans lui, nos journées, notre vie, nos moments se trouvaient tout désorientés et sans couleur.

La géographie, passion du moment – Mon Atlas – Lit de parade arrivé de Londres, vrai piège à rats – Anecdotes apprises des Anglais ; lettre de Sainte-Hélène

Mardi 5. – L’Empereur continuait de demeurer enfermé chez lui. À l’heure de son bain, il m’a fait appeler comme les jours précédents. La guérison de sa bouche avançait, mais ses dents demeuraient encore fort sensibles. Il a repris la conversation de la veille sur la contexture des parties du globe, c’était en ce moment, de la part de l’Empereur, une véritable veine de passion géographique. Il a pris ma Mappemonde et parcourait la distribution irrégulière des terres et des mers ; il s’arrêtait sur le grand plateau de l’Asie, passait à l’étendue de la mer Pacifique, au resserrement de l’Atlantique ; il se posait des questions sur les vents variables et les vents alizés, les moussons de l’Inde, le calme de la mer Pacifique, les ouragans des Antilles, etc., et trouvait sur la carte, aux lieux mêmes, les solutions physiques et spéculatives que la science donne en ce moment sur ces objets. Cet à-propos le ravissait ; il comparait, méditait, objectait, prononçait et disait : « Ce n’est vraiment qu’avec des tableaux que l’on peut faire des rapprochements : ils éveillent les idées et les provoquent. Que vous avez bien fait de mettre en tableaux l’histoire, la géographie, leurs circonstances remarquables, leurs difficultés, leurs phénomènes, etc., etc. Votre livre m’attache chaque jour davantage. »

L’Empereur a terminé par faire demander les plus anciens voyageurs. On lui a apporté le moine Rubruquis, l’Italien Marco-Polo : il les a parcourus, se plaignant qu’on y trouvât à peine quelque chose : ils n’avaient plus d’autre prix, disait-il, que leur vieillesse.

Au sortir du bain, il est venu dans sa chambre à coucher voir le grand lit envoyé de Londres pour lui, et qu’on venait d’y dresser. C’était une espèce de baldaquin supporté par quatre grosses colonnes, si hautes qu’il avait fallu rogner les pieds du lit pour qu’il trouvât sa hauteur dans la petite chambre à coucher de l’Empereur, qui en était remplie presque tout à fait : de plus il sentait fort mauvais. Le tout était si massif et pourtant si peu solide, qu’il donnait l’idée d’un château branlant. L’Empereur l’a appelé un véritable piège à rats, assurant qu’il ne s’exposerait pas à s’y faire prendre ; aussi a-t-il ordonné qu’on le débarrassât de suite de pareille ordure. On l’a donc démonté pour replacer le lit de campagne accoutumé. Ce dérangement et ces inconvénients l’ont fort contrarié.

Dans le jour j’ai eu l’occasion de causer longtemps avec un marin anglais fort enthousiaste de l’Empereur, qui m’a repayé de tout le bien que je lui en disais, par des traits qui m’ont d’autant plus surpris qu’ils m’étaient tout à fait inconnus ; ils n’en étaient pas moins vrais : le narrateur en tenait quelques-uns de sources incontestables, et avait été lui-même témoin ou acteur de quelques autres. Plus tard, ces traits ayant été mentionnés devant l’Empereur, il les a reconnus et avoués. Toutefois mon marin convenait qu’à son grand étonnement ces anecdotes avaient peu circulé en Angleterre, et que, de même que chez nous, ce qui eût pu honorer davantage Napoléon, et peindre le mieux son caractère, y demeurait perdu par cette fatalité que j’ai souvent mentionnée ; de même chez eux la calomnie et le mensonge y avaient constamment étouffé toute espèce de bien sous la masse du mal qu’ils forgeaient. Voici quelques-unes de ces anecdotes :