Les Erreurs de la guerre - Ligaran - ebook

Les Erreurs de la guerre ebook

Ligaran

0,0
4,43 zł

Opis

Extrait : "ANNETTE, seule, un livre à la main ; elle soupire avec une affection romanesque : Il m'aime. Je l'ai vu dès le septième soir... Mais comme il est discret ! Loin de se faire voir, Il cache son amour et m'éprouve moi-même Afin d'être bien sûr qu'à mon tour moi je l'aime. Ah ! ce soir, il le faut, je dois me déclarer À mon père, et ne puis plus longtemps respirer, Boire, manger, dormir, penser, rêver, et vivre Auprès d'un fiancé que le bon Dieu me livre..."À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARANLes éditions Ligaran proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l'on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes. Ligaran propose des grands classiques dans les domaines suivants : • Livres rares• Livres libertins• Livres d'Histoire• Poésies• Première guerre mondiale• Jeunesse• Policier

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB

Liczba stron: 26




Note de l’éditeur

Saynètes et monologues, édité par Tresse de 1877 à 1882, regroupe six volumes de textes courts en vogue dans le Paris des cercles littéraires d’avant-garde comme dans les soirées mondaines. Un répertoire de dialogues, monologues, saynètes, comédies et opérettes portés à un art véritable, dont la modernité apparaît avec évidence, et dans lequel se côtoient Charles Cros, Paul Arène, Nina de Villard, Charles de Sivry, Théodore de Banville, Eugène Labiche, Charles Monselet ou encore Villiers de L’Isle Adam.

Le présent ouvrage a été sélectionné parmi les textes publiés dans Saynètes et monologues. De nombreux titres de cette fresque sont disponibles auprès de la majorité des librairies en ligne.

Les Erreurs de la guerre

Comédie

En un acte, en vers

par M. Pierre Giffard

Le théâtre représente une salle à manger bourgeoise. – Neige au dehors.

Personnages

Le Docteur Ribarel, 50 ans.

Raymond Bernier, capitaine de mobiles, régiment du Gard, 28 ans.

Annette, fille du docteur, 16 ans.

La scène se passe à Ferneville, dans le pays de Caux, pendant la guerre allemande de 1870.L’officier a le bras gauche en écharpe.

Scène première
ANNETTE,seule, un livre à la main ; elle soupire avec une affectation romanesque
Il m’aime. Je l’ai vu dès le septième soir…
Mais comme il est discret ! Loin de se faire voir,
Il cache son amour et m’éprouve moi-même
Afin d’être bien sûr qu’à mon tour moi je l’aime.
Ah ! ce soir, il le faut, je dois me déclarer
À mon père, et ne puis plus longtemps respirer,
Boire, manger, dormir, penser, rêver, et vivre
Auprès d’un fiancé que le bon Dieu me livre.
Eh ! que faisait Douglas auprès de miss Emma ?

Chantant.

« Juliette parut et Roméo l’aima. »
Je l’ai relu vingt fois ce vingtième chapitre.
Que de pleurs ont parfois arrosé ce pupitre !

Elle ouvre le livre, et lit avec affectation.

« Six semaines s’étaient écoulées. L’officier des gardes que le vénérable M. Pomby avait recueilli sous son toit gardait toujours le silence. Et cependant miss Emma sentait que les regards pénétrants de sir Douglas en voulaient à son cœur. Tous deux s’aimaient en silence ; et le mystère de leur amour n’avait pour le trahir que les yeux baissés de miss Emma ou ses rougeurs subites quand le jeune lieutenant lui adressait la parole… Comprenant tout ce que l’hôte de son beau-père devait observer de réserves avant d’oser le déclarer, miss Emma résolut d’en finir et de faire elle-même en vaillante fille d’Albion, le siège du respectable M. Pomby. Elle prit les devants, réunit ses arguments comme les bataillons d’une armée et… »

Elle laisse tomber le livre.

Et quatre jours plus tard la main de sir Douglas
Était à miss Emma !… Dieu ! mon esprit est las
D’espérer et d’attendre. Il faut, la chose est nette,
Que miss Emma devienne aujourd’hui miss Annette.
Oui, le ciel a placé ce livre en sa bonté,
Dans mes petites mains pour qu’il soit consulté !
Suis-je pas dans l’état de cette jeune fille ?
Ne vais-je pas comme elle, effrayer la famille
Avec mon fiancé galonné d’or ? Je vois
Le doigt de Dieu qui m’a fait un signe. Et la voix