La Grammaire - Eugène Labiche - ebook

La Grammaire ebook

Eugène Labiche

0,0
27,39 zł

Opis

Extrait : "JEAN : L'ennui de la vaisselle quand on l'a rangée, c'est qu'il faut la déranger. ( Un saladier lui échappe des mains et se casse.) MACHUT, entrant : Paf ! JEAN : Sacrebleu ! le saladier doré ! MACHUT : Tu travailles bien, toi !"À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARANLes éditions LIGARAN proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l'on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes. LIGARAN propose des grands classiques dans les domaines suivants : • Livres rares• Livres libertins• Livres d'Histoire• Poésies• Première guerre mondiale• Jeunesse• Policier

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB

Liczba stron: 39




EAN : 9782335055047

©Ligaran 2015

La Grammaire

COMÉDIE-VAUDEVILLE EN UN ACTE

Représentée pour la première fois, à Paris, sur le théâtre du PALAIS-ROYAL le 23 juillet 1867.

Un salon de campagne, avec trois baies ouvertes sur un jardin. Portes latérales au premier plan. À gauche, près de la porte, un buffet. À droite, sur le devant de la scène, une table. Au fond, une autre table, sur laquelle se trouvent des tasses.

Personnages

FRANÇOIS CABOUSSAT, ancien négociant.

POITRINAS, président de l’Académie d’Étampes.

MACHUT, vétérinaire.

JEAN, domestique de Caboussat.

BLANCHE, fille de Caboussat.

La scène se passe à Arpajon, chez Caboussat.

Scène première

Jean, puis Machut, puis Blanche.

Au lever du rideau, Jean range de la vaisselle devant un buffet qui se trouve à gauche, au premier plan.

JEAN

L’ennui de la vaisselle quand on l’a rangée, c’est qu’il faut la déranger.

Un saladier lui échappe des mains et se casse.

MACHUT,entrant

Paf !

JEAN

Sacrebleu ! le saladier doré !

MACHUT

Tu travailles bien, toi !

JEAN

Ah ! ce n’est que le vétérinaire !… Vous m’avez fait peur.

MACHUT

Qu’est-ce que va dire M. Caboussat, ton maître, en voyant cette fabrique de castagnettes ?

JEAN,ramassant les morceaux

Il ne la verra pas… j’enterre les morceaux au fond du jardin… j’ai là une petite fosse… près de l’abricotier… c’est propre et gazonné.

BLANCHE,entrant par la droite, premier plan

Jean ! (Apercevant Machut.) Ah ! bonjour, monsieur Machut.

MACHUT,saluant

Mademoiselle…

BLANCHE,à Jean

Tu n’as pas vu le saladier doré ?

JEAN,cachant les morceaux dans son tablier

Non, mademoiselle.

BLANCHE

Je le cherche pour y mettre des fraises.

JEAN

Il doit être resté dans le buffet de la salle à manger.

BLANCHE

Je vais voir… C’est étonnant la quantité de vaisselle qui disparait…

JEAN

On ne casse pourtant rien…

Blanche sort par la gauche, premier plan.

Scène II

Jean, Machut, puis Caboussat.

MACHUT

Ah bien, tu as de l’aplomb, toi !

JEAN

Dame, si elle savait que son saladier est cassé… ça lui ferait de la peine, à cette demoiselle.

MACHUT

Ah çà ! je viens pour la vache…

JEAN

Oh ! c’est inutile.

MACHUT

Pourquoi ?

JEAN

Elle est morte… Il paraît qu’elle avait avalé un petit morceau de carafe… mal enterré.

MACHUT

Ah ! voilà ! tu ne creuses pas assez.

JEAN

C’est vrai… mais il fait si chaud depuis un mois !

MACHUT

Ah çà ! c’est aujourd’hui le grand jour ! ton maître doit être dans tous ses états.

JEAN

Pourquoi ?

MACHUT

C’est dans deux heures qu’on va élire le président du comice agricole d’Arpajon.

JEAN

Croyez-vous que M. Caboussat soit renommé ?

MACHUT

Je n’en doute pas. J’ai déjà bu treize verres de vin à son intention.

JEAN

Vrai ? Eh bien, ça ne paraît pas.

MACHUT

Je cabale pour ton maître. C’est juste, j’ai la pratique de la maison.

JEAN

Il a un concurrent qui est un malin, M. Chatfinet, un ancien avoué… Depuis un mois il ne fait que causer avec les paysans…

MACHUT

Il fait mieux que ça. Dimanche dernier, il a été à Paris, et il en est revenu avec une cinquantaine de petits ballons rouges qui s’enlèvent tout seuls… et il les a distribués gratis aux enfants de la classe agricole.

JEAN

Ah ! c’est très fort !

MACHUT

Oui, mais j’ai paré le coup… j’ai répandu le bruit que les ballons attiraient la grêle… et on les a tous crevés.

JEAN

Quel diplomate que ce père Machut !

MACHUT

Nous ne voulons pas de Chatfinet… À bas Chatfinet ! un intrigant… qui fait venir d’Étampes son vétérinaire !

JEAN

Ah ! voilà !

MACHUT

Ce qu’il nous faut, c’est M. Caboussat… un homme sobre… et instruit !… car on peut dire que c’est un savant, celui-là !

JEAN

Quant à ça… Il reste des heures entières dans son cabinet avec un livre à la main… l’œil fixe… la tête immobile… comme s’il ne comprenait pas.

MACHUT

Il réfléchit.

JEAN

Il creuse… (Apercevant Caboussat.) Le voici… (Montrant les morceaux du saladier.) Je vais faire comme lui, je vais creuser.

Il sort par le pan coupé de gauche.

Scène III

Machut, Caboussat.

Caboussat entre par la droite, premier plan, un livre à la main et plongé dans sa lecture.

MACHUT,à part

Il ne me voit pas… il creuse.

CABOUSSAT,lisant et à lui-même

« Nota. – On reconnaît mécaniquement que le participe suivi d’un infinitif est variable quand on peut tourner l’infinitif par le participe présent. » (Parlé.) Il faut tourner l’infinitif par le participe… Ah ! j’en ai mal à la tête !

MACHUT,à part