Opis

Extrait : "Digne fruit de vingt ans de travaux somptueux, Auguste bâtiment, temple majestueux, Dont le dôme superbe, élevé dans la nue, Pare du grand Paris la magnifique vue, Et parmi tant d'objets semés de toutes parts, Du voyageur surpris prend les premiers regards, Fais briller à jamais, dans ta noble richesse, La splendeur du saint vœu d'une grande princesse."À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN : Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants : • Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin. • Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB

Liczba stron: 45


EAN : 9782335097535

©Ligaran 2015

Notice

Le plus fameux ouvrage de Pierre Mignard est la Gloire dont il a décoré la coupe, ou, comme on dit plutôt aujourd’hui, la coupole de l’église du Val-de-Grâce. L’amitié de Molière pour l’illustre peintre lui fit écrire le poème où ce grand travail est célébré.

Des jugements divers ont été portés de l’œuvre du poète, si différente, par le genre auquel elle appartient, de celles qui l’ont immortalisé. Les jugements sévères ne sont pas les moins nombreux. On est rarement disposé à permettre au génie de sortir du domaine où il s’est une fois établi ; les exemples en effet ne manquent pas de lourdes chutes des plus grands esprits, quand, par quelque fantaisie, ou par le hasard d’une circonstance à laquelle ils ont dû se plier, ils ont changé la direction qui longtemps avait paru leur être naturelle. Si une défiance, très souvent justifiée, nous semblait l’être ici, si nous devions, quoi qu’il en coûte à un éditeur, reconnaître que Molière eût, cette fois, forcé son talent, nous nous sentirions libre de le faire, sans craindre de manquer de respect à sa gloire ; il faut cependant savoir s’il y a lieu d’user de cette liberté.

On est un peu dérouté sans doute par des vers, signés du nom de Molière, qu’a dictés une tout autre muse que celle de la comédie ; mais, bien qu’il soit difficile de se défendre d’abord d’une prévention défavorable, il n’est pas sage d’y céder sans examen.

Nous rencontrons ici une œuvre plus sérieuse que ces petites pièces de vers dont aucun poète ne se refuse la distraction, qu’à l’occasion aussi le nôtre a écrites, et que nous donnons ci-après sous le titre de Poésies diverses.

Disons d’abord ce qui engagea Molière à faire un moment, hors du théâtre, où il régnait, cette excursion inattendue. Son étroite liaison avec Mignard remontait très haut ; elle s’était formée au temps où il parcourait les provinces avec sa troupe. Le peintre, après vingt et un ans de séjour et de travaux à Rome, qui lui valurent le surnom de Romain, était rentré en France à la fin de 1657. S’étant arrêté à Avignon, il y rencontra, dit-on, Molière, et l’on fait dater de cette première rencontre leurs relations amicales, qui devinrent très intimes. Ce sont elles sans doute qui ont engagé Mignard à faire le portrait de Molière, et, comme on croit le savoir, plus d’une fois. Eudore Soulié pense que sa liaison était plus grande encore avec la famille Béjard. Il a constaté que « Pierre Mignard, peintre, bourgeois de Paris », fut un de ceux qui signèrent, en 1664, au contrat de Geneviève Béjard, et qu’en 1672 Madeleine Béjard le choisit pour un de ses exécuteurs testamentaires. Mais il importe peu de rechercher si ces Béjard, auxquels Molière tenait de si près, ont été le trait d’union entre lui et Mignard, ou si l’on ne doit pas supposer le contraire : la sympathie se comprend si aisément entre deux arts fraternels, la poésie et la peinture, et entre deux illustres de leur siècle, qu’elle n’a besoin d’aucune particulière explication. En voici une assez étrange que nous propose un petit livre, dont nous aurons tout à l’heure à dire quelque chose de plus : « La Gloire du Val-de-Grâce, que M. de Molière avoit fait [ e ] en faveur de M. Mignard, dont il aimoit la fille. » C’est assez clairement insinuer qu’un tendre sentiment pour la belle Catherine Mignard avait, plutôt que l’amitié pour son père, dicté à Molière la Gloire du Val-de-Grâce : pur conte assurément. Catherine, dont le pinceau de Mignard a immortalisé la beauté, et qui devint en 1696 comtesse de Feuquière, était née à Rome, non, comme on l’a souvent dit, en 1652, mais au mois d’avril 1657. Elle avait donc onze ans à l’époque où Molière composa son poème, et où l’on voudrait nous faire croire qu’il avait été plus touché de ses charmes que des mérites de l’œuvre du peintre.

Le poème, publié au commencement de 1669, était connu dès 1668 par les lectures qu’en fit Molière. Mais pourquoi ne l’écrivit-il pas beaucoup plus tôt ? On en sera moins surpris, quand nous aurons fait connaître quelle fut l’occasion, inaperçue jusqu’ici, de ce travail.

La première pierre des constructions du Val-de-Grâce, de ce monument de la piété d’Anne d’Autriche, avait été posée le 1er avril 1645 par le jeune roi Louis XIV. Molière a été très exact lorsque, dans son premier vers, il a nommé l’église achevée en 1665

Digne fruit de vingt ans de travaux somptueux.

Dès 1663, la fresque de Mignard était peinte, les uns disent après treize mois, les autres après un an ou même huit mois de travail. La date de 1663 n’est indiquée qu’approximativement dans ce passage de la Vie de Mignard : « Ce ne fut qu’après avoir achevé le Val-de-Grâce qu’il lui fut possible de se rendre dans le Comtat. Il y resta jusques à la fin de septembre 1664 ; » mais les témoignages de la Gazette et de Loret sont plus précis. Dans ses nouvelles datées de Paris, le 18 août 1663, la Gazette dit (p 796) : « L’onze,… la Reine mère, étant sortie pour la première fois depuis sa maladie, alla au Val-de-Grâce… À son arrivée, Elle fut voir la superbe église de ce lieu et les magnifiques modèles du principal autel, avec la peinture de la coupe du grand Dôme… » La lettre en vers de Loret, datée du même jour, atteste pareillement que le samedi 11 août 1663 Anne d’Autriche se fit montrer par les architectes la nouvelle église et que là

… elle vit la peinture,
Surpassant toute mignature,
De l’excellent Monsieur Mignard,