La Cigale chez les fourmis - Ligaran - ebook

La Cigale chez les fourmis ebook

Ligaran

0,0
4,56 zł

Opis

Extrait : "MADAME CHAMEROY, faisant de la tapisserie : Mon Dieu, monsieur Chameroy, comme tu es nerveux aujourd'hui ! Reste donc tranquille ! CHAMEROY : Cela vous est bien facile, à vous autres femmes ! vous avez un calmant toujours prêt : votre tapisserie... Mais nous, pauvres hommes, quand quelque chose nous agite... MADAME CHAMEROY : Pourquoi t'agites-tu ? CHAMEROY : Pourquoi ! Le jour où je marie ma fille !"À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARANLes éditions Ligaran proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l'on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes. Ligaran propose des grands classiques dans les domaines suivants : • Livres rares• Livres libertins• Livres d'Histoire• Poésies• Première guerre mondiale• Jeunesse• Policier

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB

Liczba stron: 40




EAN : 9782335055993

©Ligaran 2015

La Cigale chez les fourmis

COMÉDIE EN UN ACTE

Représentée pour la première fois, à Paris, au THÉÂTRE-FRANÇAIS, le 23 mai 1876.

Un salon chez Chameroy, ameublement sans élégance. – Un bureau à gauche, à droite un canapé.

Personnages

PAUL DE VINEUIL.

CHAMEROY, industriel retiré.

MADAME CHAMEROY, sa femme.

HENRIETTE, leur fille.

UN DOMESTIQUE.

La scène se passe de nos jours, à Paris.

Scène première

Chameroy, madame Chameroy.

MADAME CHAMEROY,faisant de la tapisserie

Mon Dieu, monsieur Chameroy, comme tu es nerveux aujourd’hui ! Reste donc tranquille !

CHAMEROY

Cela vous est bien facile, à vous autres femmes ! vous avez un calmant toujours prêt : votre tapisserie… Mais nous, pauvres hommes, quand quelque chose nous agite…

MADAME CHAMEROY

Pourquoi t’agites-tu ?

CHAMEROY

Pourquoi ! Le jour où je marie ma fille !

MADAME CHAMEROY

D’abord, tu ne la maries pas encore… c’est aujourd’hui la première entrevue sérieuse.

CHAMEROY,allant à elle

Oui !… Mais comment cette entrevue va-t-elle se passer ? Voyons, recordons-nous. Dis-moi bien ce qui est convenu.

MADAME CHAMEROY

Quand tu te seras assis.

CHAMEROY,s’asseyant

Voilà… Eh bien ?

MADAME CHAMEROY

Eh bien, rien de plus simple. M. le comte de Vérac a dit hier soir à la sortie de l’Opéra à madame de Torcy, sa cousine, qu’il viendrait aujourd’hui à quatre heures.

CHAMEROY

Sous quel prétexte ? Car, avant tout, il ne faut pas qu’Henriette se doute…

MADAME CHAMEROY

Rapporte-t’en donc à moi. Il viendra sous prétexte de louer le rez-de-chaussée de notre maison du boulevard Haussmann.

CHAMEROY

Parfait ! Un sujet de conversation excellent… Où un homme montre son caractère, ses goûts, ses habitudes, et qui n’apprendra rien à Henriette… car, avant tout, il ne faut pas qu’elle se doute…

MADAME CHAMEROY

Sois donc tranquille !…

CHAMEROY

Mais M. de Vérac a donc été content de la visite qu’il nous a faite dans notre loge ? Henriette lui a donc plu, puisqu’il revient aujourd’hui ?

MADAME CHAMEROY

Probablement !

CHAMEROY

J’étais si troublé, que je n’ai rien vu ! C’est à quatre heures qu’il doit venir. Qu’est-ce que je vais faire, d’ici à quatre heures, pour ne pas m’agiter ? Ah ! quelle idée ! C’est demain le 15, je vais faire mes quittances de loyer. (Il se met à une table.) J’aime ce travail… il me délasse. (Écrivant.) « Je soussigné reconnais avoir reçu de monsieur… »

MADAME CHAMEROY

À propos, as-tu loué ton second ?

CHAMEROY

Oui… ne m’interromps pas… (Écrivant.) « Sans préjudice du terme courant et sous la réserve de tous mes droits… » C’est étonnant comme cela me calme !

MADAME CHAMEROY

Par exemple, voilà une chose que je ne comprends pas… s’amuser à écrire ses quittances depuis le premier mot jusqu’au dernier, quand on en vend de tout imprimées.

CHAMEROY

Je le sais… mais on n’a pas le plaisir de les écrire. (Écrivant.) « Trois mille. » (Parlant.)on dit que l’argent est immoral !… Celui qu’on ne vous rend pas, oui !… il vous aigrit… vous irrite… mais celui qu’on encaisse… (Écrivant.) « Trois mille deux cents… plus les portes et fenêtres. » (Parlant.) Rien qu’en faisant cette addition, je me sens meilleur !

MADAME CHAMEROY

Tu en as pour longtemps avec tes trois maisons ?

CHAMEROY

Tu peux dire nos trois maisons ; car nous les avons honorablement acquises ensemble, par notre travail, notre économie, notre intelligence…

MADAME CHAMEROY

Quand je pense que tout le monde à Saint-Quentin blâmait mon père de donner sa fille à un petit commis sans fortune.

CHAMEROY,se levant

J’avais mieux que la fortune… j’avais des aptitudes commerciales… Ton père me devina… c’était un homme sans grande éducation, sans littérature…

MADAME CHAMEROY

Ah !

CHAMEROY

Mais qui avait le coup d’œil juste… Un grainetier de Saint-Quentin qui laisse quinze mille livres de rente à sa fille n’est pas un imbécile !

MADAME CHAMEROY

Il t’aimait beaucoup.

CHAMEROY

Je crois avoir toujours ! honoré ; sa mémoire. Avec les soixante mille francs, que je reçus de ta dot, je pris un intérêt dans une fabrique de Roubai… Bientôt mes capacités exceptionnelles, j’ose le dire… me firent remarquer, les commandites s’offrirent à moi, et je devins le chef d’une des manufactures les plus importantes de la ville de Roubaix.

MADAME CHAMEROY

Pauvre homme ! As-tu travaillé !

CHAMEROY

Jour et nuit !… mais je ne le regrette pas, car, après vingt-trois ans de labeur, j’ai pu me retirer avec une fortune de cent cinquante mille livres de rente… c’est-à-dire trois millions.

MADAME CHAMEROY

Chut ! plus bas !

CHAMEROY

Pourquoi ?

MADAME CHAMEROY

Si les domestiques t’entendaient, ils croiraient que nous sommes riches… et ils gaspilleraient tout.

CHAMEROY

C’est juste. À propos ! Où est donc Alphonse, notre fils ?

MADAME CHAMEROY

À la Sorbonne… il suit des cours :

CHAMEROY

Des cours !… un garçon de vingt-deux ans… qui pourrait fabriquer ! J’espérais lui céder la maison Chameroy… C’était mon rêve !

MADAME CHAMEROY

Qu’est-ce que tu veux ! Tout le monde n’a pas les idées tournées au commerce ; il aime à suivre des cours, cet enfant !

CHAMEROY

Tranchons le mot… c’est un pilier de Sorbonne

MADAME CHAMEROY

Que veux-tu, mon ami, chacun a ses défauts.

CHAMEROY