L'Homme aux convenances - Ligaran - ebook

L'Homme aux convenances ebook

Ligaran

0,0
4,45 zł

Opis

Extrait : "GERFEUIL, seul, en robe de chambre de soie, assis devant la table où il écrit : Arrangeons mon souper... Damis près de Valère... Ce voisinage-là pourra leur déplaire, Mais de l'état, du rang, je cherche le rapport, Et sans s'aimer beaucoup ils se conviennent fort ; C'est tout ce qu'il me faut... Voilà ma liste faite ; Chaque place est marquée, et la table est complète..."À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARANLes éditions Ligaran proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l'on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes. Ligaran propose des grands classiques dans les domaines suivants : • Livres rares• Livres libertins• Livres d'Histoire• Poésies• Première guerre mondiale• Jeunesse• Policier

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB

Liczba stron: 38




EAN : 9782335087468

©Ligaran 2015

Saisir un simple ridicule au moment où l’Europe retentissait de nos victoires ; chercher ce ridicule dans les nuances les plus déliées des mœurs sociales ; exiger d’hommes qui ne connaissaient plus qu’une brillante servitude, et pliaient la tête sous le joug glorieux qu’ils chérissaient ; exiger, dis-je, qu’ils vissent avec intérêt et avec plaisir l’imitation dramatique d’un travers qui appartient à une société paisible et à une monarchie tempérée par des chansons, c’était une faute ; et j’ai dû apprendre, par le peu de succès de l’Homme aux convenances, que le premier devoir de l’auteur dramatique est d’observer son siècle, de connaître ce qu’il estime ou ce qu’il rejette.

Cette pièce n’obtint de succès qu’à la lecture : à la scène, le caractère principal, celui d’un homme entièrement asservi à l’usage, disparaissait au milieu de ces grands mouvements de l’Europe, où toutes les coutumes se bouleversaient, où tout prenait une nouvelle forme, où les ambitions étaient trop hautes et les jeux de la fortune trop communs, pour que les convenances minutieuses de la vie sociale ne parussent pas sans vérité et conséquemment sans intérêt.

Le besoin de faire comme les autres a donné naissance, en France, à ce ridicule, très réel, dont j’ai eu la maladresse d’offrir l’image à la seule époque où il avait presque entièrement disparu. Dans aucune société on n’a vu un aussi grand nombre d’hommes sacrifier aux convenances leurs opinions, leurs devoirs, leurs plaisirs, et leurs affections. Peuple imitateur, sociable et facile, nous étions et nous sommes redevenus féconds en individus effacés, comme dit Sterne, en hommes qui vivent dans autrui et pour autrui, et qui réduisent toute leur existence à l’observation exacte de ces convenances qui remplacent trop souvent les passions, les pensées, et les vertus.

Je persiste à croire que cette pièce, qui ne convenait pas à l’époque où elle a été jouée, pouvait obtenir du succès vingt ans avant ou dix ans après.

Personnages

GERFEUIL.

MADAME DE SURVILLE.

ADÈLE DE SURVILLE, sa fille.

FRANVAL, frère de madame de Surville.

VICTOR D’OLBREUSE, amant d’Adèle.

DUBOIS, valet-de-chambre de Gerfeuil.

UN LAQUAIS.

La scène se passe à Paris, dans un salon de l’hôtel de Gerfeuil.

L’homme aux convenances

COMÉDIE.

Scène I

Gerfeuil, seul, en robe de chambre de soie, assis devant une table où il écrit.

Arrangeons mon souper… Damis près de Valère…
Ce voisinage-là pourra bien leur déplaire,
Mais de l’état, du rang, je cherche le rapport,
Et sans s’aimer beaucoup ils se conviennent fort ;
C’est tout ce qu’il me faut… Voilà ma liste faite ;
Chaque place est marquée, et la table est complète.

Il se lève.

Mes parents y sont tous. Ils seront bien surpris,
Quand ils sauront pourquoi je les ai réunis.
Oui, ce soir à souper, sans tarder davantage,
J’annonce hautement mon prochain mariage.
De ces dames le deuil doit finir en ce jour,
Je puis donc à minuit déclarer mon amour…
Quel oubli ! quel exemple en ce moment je donne !
Paraître ainsi vêtu dans le salon ! Personne
À cette heure, il est vrai, ne peut s’y présenter ;
Je n’en ai pas moins tort, il faut se respecter.

Il appelle.

Sachons pourtant… Dubois ! quel embarras extrême,
D’avoir le même jour un souper, un baptême,
Dix visites du soir :… Dubois !… Dubois ! Dubois !
Scène II

Gerfeuil, Dubois.

DUBOIS
J’accours, c’est que j’étais…
GERFEUIL
À jouer, je le vois,
Dans l’antichambre, avec des laquais, je parie ?
DUBOIS
On n’a pas là le choix d’une autre compagnie.
GERFEUIL
Ce n’est pas votre place ; on doit tenir son rang.
Pour un valet-de-chambre il est inconvenant
Que parmi la livrée on puisse vous surprendre.
DUBOIS
De mon rang quelquefois je me plais à descendre
Et du poids des honneurs sachant me dégager,
Pour éviter l’ennui je veux bien déroger.
GERFEUIL
Et voilà justement ce qu’il ne faut pas faire.
DUBOIS
Monsieur sait pourtant bien…
GERFEUIL
Je sais qu’il faut vous taire.
A-t-on soin chaque jour d’envoyer chez Valsain ?
DUBOIS
Oui, monsieur ; j’ai parlé moi-même au médecin :
Il dit que le malade…
GERFEUIL,l’interrompant.
Et monsieur Villeneuve ?
DUBOIS
Est mort.
GERFEUIL
Vous me ferez écrire chez sa veuve.
La liste du portier ?
DUBOIS
La voici.
GERFEUILlit.
Montléard !
Ma visite est du cinq, il la rend un peu tard.
Sur la règle avec lui c’est à tort qu’on insiste :
On sait trop qu’un marin n’est pas grand formaliste.
L’ex-inspecteur Verseuil !… J’irai, j’irai le voir.
Le général Lormond ! je le verrai ce soir.
C’est tout ?
DUBOIS
Votre avocat ne s’est pas fait écrire ;