Le Chercheur de pistes - Gustave Aimard - ebook
Kategoria: Obyczajowe i romanse Język: francuski Rok wydania: 1858

Le Chercheur de pistes darmowy ebook

Gustave Aimard

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

e-czytniku EPUB
tablecie EPUB
smartfonie EPUB
komputerze EPUB
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Opis ebooka Le Chercheur de pistes - Gustave Aimard

La suite du «Grand Chef des Aucas»

Opinie o ebooku Le Chercheur de pistes - Gustave Aimard

Fragment ebooka Le Chercheur de pistes - Gustave Aimard

A Propos
Partie 1 - LE CEDRE ROUGE.
Chapitre 1 - La Foret vierge.
Chapitre 2 - La lutte.
Chapitre 3 - Don Miguel Zarate.
Chapitre 4 - Les Peccaris.
Chapitre 5 - La blessure.

A Propos Aimard:

Écrivain français tres populaire en son temps, a l'égal de Eugene Sue ou Paul Féval, qui s'était spécialisé dans les récits consacrés a l'ouest américain. Il a écrit une soixantaine de romans.

Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

Partie 1
LE CEDRE ROUGE.


Chapitre 1 La Foret vierge.

Au Mexique, la population n’est divisée qu’en deux classes : la classe élevée et la classe inférieure ; il n’y a pas de rang intermédiaire pour lier les deux extremes ; aussi la cause des deux cent trente-neuf révolutions qui, depuis la déclaration de l’indépendance, ont bouleversé ce pays, est-elle facile a comprendre ; la puissance intellectuelle se trouve entre les mains d’un petit nombre, et c’est par cette minorité remuante et ambitieuse que s’effectuent toutes les révolutions ; d’ou il résulte que le pays est gouverné par le despotisme militaire le plus complet, au lieu d’etre une république libre.

Cependant les habitants des États de Sonora, de Chihuahua et du Texas ont conservé encore aujourd’hui cette physionomie sévere, sauvage, énergique que l’on chercherait vainement dans les autres États de la confédération.

Sous un ciel plus froid que celui de Mexico, l’hiver, qui couvre souvent les rivieres de ces régions d’une épaisse couche de glaces endurcit les fibres des habitants, épure leur sang, purifie leur cour et en fait des hommes d’élite qui se distinguent par leur courage, leur intelligence et leur profond amour pour la liberté.

Les Apaches, qui habitaient originairement la plus grande partie du Nouveau-Mexique, ont peu a peu reculé devant la hache des pionniers, ces enfants perdus de la civilisation, et retirés dans d’immenses déserts qui couvrent le triangle formé par le rio Gila, le del Norte et le Colorado, ils font presque impunément des courses sur les frontieres mexicaines, pillant, brulant et dévastant tout ce qu’ils rencontrent sur leur passage.

Les habitants des contrées que nous avons citées plus haut, tenus en respect par ces protées insaisissables, sont dans un état de guerre continuelle contre eux, toujours prets au combat, fortifiant leurs haciendas (fermes), et ne voyageant que les armes a la main.

El Paso del Norte peut etre regardé comme l’ultima Thule de la partie civilisée du Mexique. Au dela, vers le N. et le N.-O, s’étendent les vastes plaines incultes de Chihuahua, le bolson de Mapimi et les déserts arides du rio Gila.

Ces immenses déserts, nommés Apacheria, sont encore aujourd’hui aussi inconnus qu’ils l’étaient a la fin du XVIe siecle.

El Paso del Norte doit son nom a sa situation pres d’un gué, ou Paso du rio del Norte. Cet établissement est le plus ancien de tous ceux du Nouveau-Mexique ; sa fondation remonte a 1585, c’est-a-dire a la fin du XVIe siecle.

L’établissement actuel est épars dans une étendue de dix milles environ, le long des bords du del Norte, et compte 4.000 habitants au plus.

La plaza, ou village del Paso, est située a la tete de la vallée ; a l’extrémité opposée est le presidio de San Elezario. Tout l’intervalle est rempli par une ligne continue de maisons blanches a toits plats, enfouies dans des jardins et entourées de vignobles.

A un mille au-dessus du passage, la riviere est barrée et l’eau conduite par un canal de dérivation appelé Acequia madre dans la vallée qu’elle arrose.

C’est a quelques milles a peine de cet établissement que commence l’Apacheria.

On sent que le pas de l’homme civilisé n’a foulé que timidement et a de rares intervalles cette contrée toute primitive ou la nature, libre de se développer sous l’oil tout-puissant du Créateur, prend des aspects d’une fantaisie et d’une beauté incroyables.

Par une belle matinée du mois de mai, que les Indiens nomment wabigon-quisis (lune des fleurs), un homme de haute taille, aux traits durs et accentués, monté sur un fort cheval a demi sauvage, déboucha au grand trot de la plaza, et apres quelques minutes d’hésitation employées sans doute a s’orienter, il appuya résolument les éperons aux flancs de sa monture, traversa le gué, et apres avoir laissé derriere lui les nombreux cotonniers qui, en cet endroit, couvrent les bords du fleuve, il se dirigea vers les épaisses forets qui verdissaient a l’horizon.

Ce cavalier était revetu du costume adopté sur les frontieres, costume pittoresque que nous décrirons en deux mots.

L’inconnu portait un dolman de drap vert, galonné en argent, qui laissait voir une chemise de batiste brodée, dont le col rabattu était fermé par une cravate de soie noire, négligemment attachée a la Colin par une bague en diamant, en guise de noud. Il portait une culotte de drap vert galonné d’argent, garnie de deux rangées de boutons du meme métal, retenus aux hanches par une ceinture de soie rouge a franges d’or. La culotte, entrouverte sur les côtés jusqu’au milieu de la cuisse, laissait librement flotter le caleçon de fine toile de dessous ; ses jambes étaient défendues par une bande de cuir brun gaufré et brodé, nommé bottes vaqueras, attachées au bas du genou par un tissu d’argent. A ses talons résonnaient d’énormes éperons. Une manga, resplendissante d’or, relevée sur l’épaule, garantissait le haut de son corps et sa tete était abritée des rayons ardents du soleil par un chapeau de feutre brun galonné, a larges bords, dont la forme était serrée par une large toquilla d’argent qui en faisait deux ou trois fois le tour.

Sa monture était harnachée avec un luxe gracieux qui en faisait ressortir toute la beauté. Une riche selle en cuir gaufré, garnie d’argent massif, sur le derriere de laquelle était attaché le zarapé ; de larges étriers mauresques en argent, aux arçons de belles armes d’eau ; une élégante anquera faite de cuir ouvragé, garnie de petites chaînettes d’acier, recouvrait entierement la croupe, et tombant jusqu’au milieu des cuisses du cheval, retentissait au moindre mouvement du coureur.

L’inconnu semblait, par le luxe qu’il déployait, appartenir a la haute classe de la société : a son côté droit pendait un machete, deux pistolets étaient passés dans sa ceinture le manche d’un long couteau sortait de sa botte droite, et il tenait en travers devant lui un superbe rifle damasquiné.

Penché sur le cou de son cheval lancé au galop, il s’avançait rapidement sans jeter un regard autour de lui, bien que le paysage qui se déroulait a ses côtés fut un des plus majestueux et des plus attrayants de ces régions.

Le fleuve formait les plus capricieux méandres au milieu d’un terrain accidenté de mille façons bizarres.

Ça et la, sur des plages de sable et de gravier, on voyait étendus avec leurs branches, des arbres énormes que le courant plus faible avait laissés épars et qui, séchés par le soleil, montraient par leur couleur lavée qu’ils étaient morts depuis plusieurs siecles.

Aupres des endroits bas et marécageux, erraient lourdement des caimans et des crocodiles.

Dans d’autres endroits ou le fleuve coulait presque uniformément, ses rives étaient unies et couvertes de gros arbres butés ou serrés par des lianes qui, apres s’y etre entortillées, retombaient jusqu’a terre ou elles plongeaient pour s’élancer de nouveau dans l’espace, en formant les plus extravagantes paraboles.

Les bois fourrés laissaient entrevoir de temps en temps de petites prairies, des marécages, ou un sol uni couvert d’ombrages inaccessibles aux rayons du soleil et parfois embarrassés d’arbres morts de vieillesse ; plus loin, d’autres, qui semblaient jeunes encore a cause de la couleur et de la solidité de leur écorce, se réduisaient en poussiere au moindre souffle du vent.

Sur des rives élevées a pic, ou la rapidité de l’eau indiquait l’inégalité du sol, des terres éboulées laissaient voir d’énormes racines sans appui et annonçaient la chute des colosses déja inclinés, qu’elles ne soutenaient plus que par artifice.

Parfois le terrain tout a fait miné en dessous, réduit a son propre poids, entraînait avec lui le bois qu’il portait, et faisait, en tombant, retentir un bruit confus produit par l’écoulement des terres, le sifflement des branches qui se rompaient apres leur vibration, et dont le fracas, répercuté par les échos que forme la hauteur des immenses forets qui regnent le long du fleuve, avait quelque chose de grandiose dans ce désert dont il n’est donné a aucun etre humain de sonder les effrayants mysteres.

Cependant l’inconnu galopait toujours, l’oil ardemment fixé devant lui, ne semblant rien voir.

Plusieurs heures se passerent ainsi ; le cavalier s’enfonçait de plus en plus dans la foret ; il avait quitté les rives du fleuve et n’avançait plus qu’avec des difficultés inouies, au milieu de l’inextricable fouillis d’herbes, de branches et de buissons qui a chaque pas, arretait sa marche et le contraignait a des détours sans nombre.

Seulement, parfois il tirait la bride, lançait un regard vers le ciel, puis il repartait en murmurant a demi-voix ce seul mot :

– Adelante ! (en avant !)

Enfin il s’arreta dans une vaste clairiere, jeta un regard soupçonneux aux environs, et, rassuré probablement par le silence de plomb qui pesait sur le désert, il mit pied a terre, entrava son cheval et lui ôta la bride, afin qu’il put brouter les jeunes pousses.

Ce devoir accompli, il se laissa nonchalamment aller sur le sol, tordit une cigarette de mais entre ses doigts, sortit un mechero dor de sa ceinture et battit le briquet.

Cette clairiere était assez grande : d’un côté, l’oil s’étendait facilement au loin sur les prairies, dans l’espace laissé libre par les arbres, et permettait de distinguer des daims et des chevreuils qui paissaient avec sécurité ; du côté opposé, la foret, de plus en plus sauvage, semblait, au contraire, un infranchissable mur de verdure.

Tout était abrupt et primitif dans ce lieu, que le pied de l’homme avait si rarement foulé.

Certains arbres, tout a fait ou en partie desséchés, offraient les restes vigoureux d’un sol riche et fécond ; d’autres, également antiques, étaient soutenus par des lianes entortillées qui, avec le temps, avaient presque égalé la grosseur de leur premier appui : la diversité des feuilles offrait le plus bizarre mélange. D’autres, recelant dans leur tronc creux un fumier qui, formé des débris de leurs feuilles et de leurs branches a demi mortes, avait échauffé les graines qu’ils avaient laissé tomber, semblaient, par les arbrisseaux qu’ils renfermaient, promettre un dédommagement de la perte de leurs peres.

Dans les prairies, la nature toujours prévoyante semble avoir voulu mettre a l’abri des injures du temps certains vieux arbres, patriarches des forets, affaissés sous le poids des siecles, en leur formant un manteau d’une mousse grisâtre qui pend en festons depuis la cime des plus hautes branches jusqu’a terre, en affectant les dessins et les découpures les plus étranges.

L’inconnu, étendu sur le dos, sa tete soutenue par les deux mains croisées, fumait avec cette béatitude pleine de nonchalance et de paresse, particuliere aux Hispano-Américains.

Il ne s’interrompait dans cette douce occupation que pour tordre une nouvelle cigarette et jeter un regard aux environs en murmurant :

– Hum ! il me fait bien attendre.

Il lâchait une bouffée de fumée bleuâtre et reprenait sa premiere position.

Plusieurs heures s’écoulerent ainsi. Tout a coup ; un froissement assez fort se fit entendre dans les broussailles, a quelque distance derriere l’inconnu.

– Ah ! ah ! fit-il, je crois que voila enfin mon homme.

Cependant le bruit devenait de plus en plus fort et se rapprochait rapidement.

– Arrivez donc ! que diable, s’écria le cavalier en se redressant, voila assez longtemps que vous me faites attendre, par Notre-Dame del Pilar !

Rien n’apparaissait ; la clairiere était toujours solitaire, bien que le bruit eut acquis une certaine intensité.

L’inconnu, surpris du mutisme obstiné de celui auquel il s’adressait et surtout de sa persistance a ne pas se montrer, se leva afin de savoir a quoi s’en tenir.

En ce moment son cheval pointa les oreilles, renâcla avec force et fit un brusque mouvement pour se dégager du lasso qui le retenait.

Notre homme s’élança vivement vers lui et le flatta de la main et de la voix.

Le cheval tremblait de tous ses membres, et faisait des bonds prodigieux pour s’échapper. L’inconnu, de plus en plus surpris de ces mouvements extraordinaires, se retourna.

Tout lui fut alors expliqué.

A vingt pas de lui au plus, accroupi sur la maîtresse branche d’un énorme cypres, un magnifique jaguar a la robe splendidement mouchetée fixait sur lui deux yeux ardents en passant sur ses mâchoires avec une volupté féline sa langue rugueuse, rouge comme du sang.

– Ah ! ah ! dit a demi-voix l’inconnu sans autrement s’émouvoir, ce n’est pas toi que j’attendais ; mais c’est égal, sois le bienvenu, compagnon ; carai ! nous allons en découdre.

Sans perdre le jaguar de vue, il s’assura que son machete sortait facilement du fourreau, ramassa son rifle, et ces précautions prises, il s’avança résolument vers la bete féroce qui le regardait venir sans changer de position.

Arrivé a dix pas du jaguar, l’inconnu jeta sa cigarette, que jusque-la il avait conservée, épaula son arme et mit le doigt sur la détente.

Le jaguar se ramassa sur lui-meme et se prépara a s’élancer en avant.

Au meme instant un hurlement strident s’éleva du côté opposé de la clairiere.

– Tiens ! tiens ! tiens ! dit a part lui l’inconnu avec un sourire, il paraît, qu’ils sont deux, et moi qui croyais avoir affaire a un jaguar célibataire ! Cela commence a devenir intéressant, et il lança un regard de côté.

Il ne s’était pas trompé, un second jaguar un peu plus grand que le premier fixait sur lui des yeux flamboyants.


Chapitre 2 La lutte.

Les habitants de la frontiere mexicaine sont habitués a lutter continuellement contre les fauves, hommes ou betes, qui incessamment les attaquent ; l’inconnu ne s’émut donc que médiocrement de la visite inattendue des deux jaguars.

Bien que sa position entre ces féroces ennemis fut assez précaire et qu’il ne se dissimulât nullement le danger qu’il courait seul contre eux, il n’en résolut pas moins de leur faire bravement tete.

Sans perdre de vue le jaguar que le premier il avait aperçu, il obliqua légerement en faisant quelques pas en arriere, de façon a avoir ses ennemis presque en face, au lieu de se trouver entre eux.

Cette manouvre, qui exigea un temps assez long, réussit au dela de ses espérances.

Les jaguars le regardaient en se pourléchant et en se passant la patte derriere l’oreille avec ces mouvements pleins de grâce particuliers a la race féline.

Les deux fauves, certains de leur proie, semblaient jouer avec elle et ne se hâtaient pas de la saisir.

Tout en ayant l’oil au guet le Mexicain ne s’endormait pas dans une trompeuse sécurité ; il savait que la lutte qu’il allait entreprendre était une lutte supreme et il prenait ses précautions.

Les jaguars n’attaquent l’homme que contraints par la nécessité ; ceux-ci cherchaient surtout a saisir le cheval.

La noble bete, solidement attachée par son maître, s’épuisait en vains efforts pour rompre les liens qui la retenaient et s’échapper.

Elle tremblait de terreur aux âcres émanations des fauves.

L’inconnu, des que ses précautions furent prises completement, épaula son rifle une seconde fois.

En ce moment, les jaguars leverent la tete en couchant les oreilles et humant l’air avec inquiétude.

Un bruit presque imperceptible s’était fait entendre dans les broussailles.

– Qui va la ? demanda le Mexicain d’une voix forte.

– Un ami, don Miguel de Zarate, répondit-on.

– Ah ! c’est vous, don Valentin, reprit le Mexicain ; vous arrivez a propos pour assister a une belle chasse.

– Ah ! ah ! reprit l’homme qui avait déja parlé, puis-je vous aider ?

– Inutile, seulement hâtez-vous si vous voulez voir.

Les branches s’écarterent brusquement et deux hommes apparurent dans la clairiere. A la vue des jaguars, ils s’arreterent, non de crainte, car ils poserent tranquillement a terre la crosse de leurs rifles, mais afin de laisser au chasseur toutes les facilités de sortir victorieux de son téméraire combat.

Les jaguars semblerent comprendre que le moment d’agir était venu ; comme d’un commun accord, ils se rassemblerent sur eux-memes et bondirent sur leur ennemi.

Le premier frappé au vol par une balle qui lui traversa l’oil droit, roula sur le sol, ou il resta immobile.

Le second fut reçu a la pointe du machete du chasseur, qui, son rifle déchargé, était tombé un genou en terre, le bras gauche garanti par son zarape en avant et le machete de la main droite.

L’homme et le tigre tomberent l’un sur l’autre en se débattant.

Apres une lutte de quelques secondes, un seul des deux adversaires se releva.

Ce fut l’homme.

Le tigre était mort.

Le machete du chasseur, guidé par une main ferme, lui avait traversé le cour de part en part.

Pendant ce rapide combat, les nouveaux venus n’avaient pas fait un geste, ils étaient demeurés spectateurs impassibles de ce qui s’était passé.

Le Mexicain se releva, plongea deux ou trois fois son machete dans l’herbe pour en essuyer la lame, et se retournant froidement vers les étrangers :

– Que tal ? Qu’en dites-vous ? fit-il.

– Parfaitement joué, répondit le premier ; c’est un des plus jolis coups doubles que j’aie vus de ma vie.

Les deux hommes jeterent leurs fusils sur l’épaule et s’avancerent vers le Mexicain, qui rechargeait son rifle avec autant de sang-froid et d’un air aussi tranquille que s’il ne venait pas d’échapper par un miracle d’adresse a un danger terrible.

Le soleil descendait rapidement a l’horizon, l’ombre des arbres prenait une longueur prodigieuse, le globe du soleil apparaissait comme une boule de feu au milieu de l’azur limpide du ciel.

La nuit n’allait pas tarder a venir, le désert se réveillait ; de toutes parts on entendait, dans les sombres et mystérieuses profondeurs de la foret vierge, les sourds hurlements des coyotes et des betes fauves melés aux chants des oiseaux perchés sur toutes les branches.

Splendide concert chanté par tous les hôtes libres et indomptés des prairies a la gloire de Dieu, salut sublime adressé au soleil sur le point de disparaître.

Le désert, silencieux et morne pendant les fortes chaleurs du jour, sortait de sa torpeur maladive a l’approche du soir, et se préparait a prendre ses ébats nocturnes.

Les trois hommes, réunis dans la clairiere, rassemblerent des branches seches, en firent un monceau et y mirent le feu.

Ils avaient sans doute l’intention de bivaquer une partie de la nuit en cet endroit.

Des que les flammes du bucher monterent joyeusement vers le ciel en longues spirales, les deux inconnus sortirent de leurs gibecieres des tortillas de mais, quelques camotes cuites a l’eau et une gourde de pulque ; ces divers comestibles furent par eux complaisamment étalés sur l’herbe, et les trois hommes commencerent un repas de chasseur.

Lorsque la gourde eut circulé plusieurs fois, que les tortillas eurent disparu, les nouveaux venus allumerent leur pipe indienne, et le Mexicain tordit un papelito.

Bien que ce repas eut été court, il dura cependant assez longtemps pour que la nuit fut completement tombée avant qu’il fut terminé.

Une obscurité complete planait sur la clairiere, les reflets rougeâtres de la flamme du foyer se jouaient sur les visages énergiques des trois hommes et leur donnaient une apparence fantastique.

– Maintenant, dit le Mexicain apres avoir allumé sa cigarette, je vais, si vous me le permettez, vous expliquer pourquoi j’avais si grande hâte de vous voir.

– Un instant encore, répondit un des chasseurs : vous savez que dans les déserts les feuilles ont souvent des yeux et les arbres des oreilles ; si d’apres ce que vous m’avez laissé entrevoir je ne me trompe pas, vous nous avez donné rendez-vous ici afin que notre entrevue fut secrete.

– En effet, j’ai le plus grand intéret a ce que rien de ce qui se dira ici ne soit entendu ou seulement soupçonné.

– Fort bien, Curumilla ; allez.

Le second chasseur se leva, saisit son rifle et s’éloigna a pas de loup.

Bientôt il disparut dans l’obscurité.

Son absence fut assez longue.

Tout le temps qu’elle dura, les deux hommes restés aupres du feu n’échangerent pas une parole.

Enfin, apres une demi-heure, le chasseur revint s’asseoir aux côtés de ses compagnons.

– Eh bien ? demanda celui qui l’avait envoyé a la découverte.

– Mes freres peuvent parler, répondit-il laconiquement, le désert est tranquille.

Sur cette assurance les trois hommes bannirent toute inquiétude ; la prudence cependant ne les abandonna pas : ils reprirent leur pipe, et tournant le dos au feu afin de pouvoir parler tout en surveillant les environs :

– Nous sommes prets a vous entendre, dit le premier chasseur.

– Écoutez-moi avec la plus grande attention, caballeros, répondit le Mexicain. Ce que vous allez entendre est de la plus haute importance.

Les deux hommes inclinerent silencieusement la tete.

Le Mexicain prit la parole.

Avant que d’aller plus loin, il nous faut faire connaître au lecteur les deux hommes que nous venons de mettre en scene, et retourner quelques pas en arriere, afin de bien faire comprendre pourquoi don Miguel Zarate, au lieu de les recevoir chez lui, leur avait donné rendez-vous au milieu d’une foret vierge.

Les deux chasseurs paraissaient Indiens au premier coup d’oil ; mais, en les examinant avec attention, on reconnaissait a certains signes que l’un d’eux était un de ces trappeurs blancs, dont l’audace est devenue proverbiale au Mexique.

Leur aspect et leur équipement offraient un singulier mélange de la vie sauvage et de la vie civilisée ; leurs cheveux étaient d’une longueur remarquable ; dans ces contrées ou l’on ne combat souvent un homme que pour la gloire de lui ravir sa chevelure, c’est une coquetterie de l’avoir longue et facile a saisir.

Les deux chasseurs la portaient élégamment tressée, et entremelée de peaux de loutre et de cordons aux vives couleurs.

Le reste de leur costume répondait a ce spécimen de leur gout.

Une blouse de chasse de calicot d’un rouge éclatant leur tombait jusqu’aux genoux ; des guetres garnies de rubans de laine et de grelots entouraient leurs jambes, et leur chaussure se composait de ces moksens constellés de perles fausses que savent si bien confectionner les squaws.

Une couverture bariolée et serrée aux hanches par une ceinture de cuir de daim tanné achevait de les envelopper, mais non pas assez, cependant, pour qu’a chacun de leurs, mouvements on ne put voir briller en dessous le fer des haches, la crosse des pistolets, et la poignée des machetes dont ils étaient armés.

Quant a leurs rifles, inutiles en ce moment et négligemment jetés a terre aupres d’eux, si on les avait dépouillés du fourreau de peau d’élan garni de plumes qui les recouvrait, on aurait pu voir avec quel soin leurs possesseurs les avaient ornés de clous de cuivre et peints de différentes couleurs ; car tout, chez ces deux hommes, portait l’empreinte des coutumes indiennes.

Le premier des deux chasseurs était un homme de trente-huit ans au plus, d’une taille élevée et bien prise ; ses membres musculeux et bien attachés dénotaient une grande vigueur corporelle, jointe a une légereté sans égale ; bien qu’il affectât toutes les manieres des Peaux-Rouges, il était facile de reconnaître qu’il appartenait non-seulement a la race blanche sans mélange, mais encore au type normand ou gaulois.

Il était blond ; ses grands yeux bleus et pensifs, ornés de longs cils, avaient une expression de tristesse indéfinissable ; son nez était légerement busqué, sa bouche grande et ornée de dents d’une éblouissante blancheur ; une épaisse barbe d’un blond cendré couvrait le bas de son visage ; sa physionomie respirait la douceur, la bonté et le courage sans forfanterie, mais complété par une volonté de fer.

Son compagnon appartenait, lui, évidemment a la race indienne, dont il avait tous les signes caractéristiques ; mais, fait étrange, il n’était pas cuivré comme les aborigenes américains du Texas et du Nord-Amérique ; son teint était brun et légerement olivâtre.

Il avait le front haut, le nez recourbé, les yeux petits mais perçants, la bouche grande et le menton carré ; bref, il offrait le type complet de la race araucane, qui habite, au sud du Chili, un mince territoire.

Ce chasseur avait le front ceint d’un bandeau couleur de pourpre, dans lequel, au-dessus de l’oreille droite, était plantée une plume d’aigle des Andes, signe qui sert a distinguer les ulmenes ou chefs des Aucas.

Ces deux hommes, que le lecteur a sans doute reconnus déja et qui ont joué un rôle important dans un de nos précédents ouvrages [1], étaient Valentin Guillois, l’ancien sous-officier de spahis, et Curumilla, son ami, l’ulmen de la tribu du Grand-Lievre.

Par quel concours inoui de circonstances Valentin et son ami, que nous avons quittés dix ans auparavant au Chili, dans l’hacienda de la Paloma, se trouvaient-ils a présent au fond des forets vierge de l’Apacherie, a pres de deux mille lieues du pays ou nous les avons laissés ?

C’est ce que nous allons expliquer au lecteur, en ouvrant une parenthese indispensable pour l’intelligence des faits qui vont suivre.

Du reste, le moment est des mieux choisis pour ouvrir cette parenthese, puisque les trois chasseurs causent gaiement autour de leur brasier, que la nuit est sombre, la foret tranquille, et que rien ne semble devoir venir troubler leurs confidences.


Chapitre 3 Don Miguel Zarate.

Si le Mexique était mieux gouverné, ce serait sans contredit un des pays les plus riches du globe.

En effet, c’est dans cette contrée que se trouvent les fortunes particulieres les plus considérables.

Depuis que les Américains des États-Unis ont révélé au monde, en s’emparant de la moitié du Mexique, ou tend leur ambition, les habitants de ce beau pays sont un peu sortis de la torpeur dans laquelle ils se complaisaient et ont tenté de grands efforts pour coloniser leurs provinces et appeler sur leur sol, si riche et si fécond, des hommes intelligents, travailleurs et industrieux, qui pussent changer la face des choses et faire régner l’abondance et la richesse partout ou, avant eux, ne se trouvaient que ruines, désolation, incurie et misere.

Malheureusement, les nobles efforts tentés jusqu’a ce jour sont, par une fatalité incompréhensible, restés sans résultat, soit a cause de l’apathie naturelle des habitants, soit par la faute du gouvernement mexicain lui-meme.

Cependant de grands propriétaires, comprenant toute l’opportunité de la mesure proposée et combien il était de leur intéret de combattre l’influence mortelle, pour leur nationalité, des invasions américaines, se sont généreusement dévoués a la réalisation de cette grande question d’économie sociale qui, malheureusement, devient de plus en plus irréalisable.

En effet, dans l’Amérique du Nord deux races ennemies se trouvent en présence :

La race anglo-saxonne et la race espagnole.

Les Anglo-Saxons sont dévorés d’une ardeur de conquete et d’une rage d’envahissement que rien ne peut arreter ni meme retarder.

On ne peut voir sans étonnement les tendances expansives de ce peuple mobile et singulier, composé hétérogene de toutes les races que la misere ou les mauvais instincts ont, dans le principe, chassé d’Europe, et qui se sent gené dans un immense territoire que pourtant sa faiblesse numérique l’empeche d’occuper tout entier.

Emprisonné dans le réseau de ses vastes frontieres, se faisant un droit de la force, il déplace continuellement les limites de ses voisins et empiete sans relâche sur des terrains dont il n’a que faire.

Journellement des compagnies d’émigrants abandonnent leurs demeures et, le rifle sur l’épaule, la hache a la main, elles se dirigent vers le Sud comme poussées par une volonté plus forte qu’elles, sans que les montagnes, les déserts, les forets vierges ou les larges fleuves soient assez puissants pour les contraindre a faire halte quelques instants.

Les Américains du Nord se figurent, en général, qu’ils sont les instruments de la Providence, chargés par les décrets du Tout-Puissant de peupler et de civiliser le nouveau monde.

C’est avec une impatience fébrile qu’ils comptent les heures qui doivent encore s’écouler jusqu’au jour, prochain dans leur pensée, ou leur race et leur systeme gouvernemental occuperont tout l’espace compris entre le cap Nord et l’isthme de Panama, a l’exclusion des républiques espagnoles d’un côté et des colonies anglaises de l’autre.

Ces projets, dont les Américains du Nord ne font nullement mystere, mais dont, au contraire, ils se vantent hautement, sont parfaitement connus des Mexicains, lesquels détestent cordialement leurs voisins et emploient tous les moyens en leur pouvoir pour leur créer des difficultés et mettre des entraves a leurs invasions successives.

Au nombre des propriétaires du Nouveau-Mexique qui se résolurent a faire de grands sacrifices afin d’arreter ou du moins de retarder l’invasion imminente du Nord-Amérique, il y en avait un, le plus riche et peut-etre le premier de tous par son intelligence et l’influence dont a juste titre il jouissait dans le pays.

Il se nommait don Miguel Acamarichtzin Zarate.

Quoi qu’on en dise, la population indienne au Mexique dépasse du double la population blanche ; et possede une énorme influence.

Don Miguel Zarate descendait en ligne directe d’Acamarichtzin, premier roi de Mexico, dont le nom s’était, comme un précieux héritage, conservé dans sa famille.

Propriétaire d’une fortune incalculable, don Miguel vivait dans ses immenses propriétés comme un roi dans son empire, aimé et respecté des Indiens, qu’il protégeait efficacement chaque fois que l’occasion s’en présentait, et qui avaient pour lui une vénération qu’ils poussaient presque jusqu’a l’idolâtrie, car ils voyaient en lui le descendant d’un de leurs rois les plus célebres et le défenseur né de leur race.

Au Nouveau-Mexique la population indienne a beaucoup augmenté depuis un demi-siecle. Certains auteurs prétendent meme qu’elle est aujourd’hui plus nombreuse qu’avant la conquete, ce qui est possible avec l’apathie des Espagnols et l’incurie qu’ils ont sans cesse déployée dans leurs luttes contre elle.

Mais les Indiens sont demeurés stationnaires au milieu de la marche incessante du progres et de la civilisation ; ils conservent encore aujourd’hui intacts les traits principaux de leurs anciennes mours. Épars ça et la dans de misérables villages ou ranchos, ils vivent en tribus séparées, gouvernés par leurs caciques ; c’est a peine s’ils ont melé quelques mots espagnols a leurs idiomes, qu’ils parlent comme au temps des Azteques.

Le seul changement apparent qui se soit effectué en eux, c’est leur conversion au catholicisme, conversion plus que problématique, puisqu’ils conservent avec le plus grand soin tous les souvenirs de leur ancienne religion, qu’ils en suivent tous les rites en secret, et qu’ils en ont gardé toutes les superstitieuses pratiques.

Ces Indiens, au Nouveau-Mexique surtout, bien que nommés Indios fideles (Indiens fideles), sont toujours prets, a la premiere occasion, a se liguer avec leurs congéneres du désert et, dans les excursions des Comanches et des Apaches, il est rare que des Indiens fideles ne leur servent pas d’éclaireurs, de guides et d’espions.

La famille de don Miguel Zarate s’était, quelques années apres la conquete de cet aventurier de génie nommé Cortes, retirée au Nouveau-Mexique, qu’elle n’avait plus quitté depuis.

Don Miguel avait suivi avec soin la politique de sa famille en resserrant le plus possible les liens d’amitié et de bon voisinage qui, depuis un temps immémorial, le liaient aux Indiens, fideles ou non.

Cette politique avait porté ses fruits. Tous les ans, au mois de septembre, que les comanches nomment la lune du Mexique, tant ils ont pris l’habitude de leurs incursions périodiques contre les blancs, lorsque les terribles guerriers rouges, précédés par le meurtre et l’incendie, se ruaient comme un torrent sur les malheureux habitants qu’ils massacraient et sur les fermes qu’ils saccageaient, sans pitié ni pour l’âge ni pour le sexe, seules les propriétés de don Miguel Zarate étaient respectées, et non-seulement on ne lui causait aucun dommage, mais encore si parfois, sans intention, un champ était foulé sous le pas des chevaux, ou quelques arbres brulés ou arrachés par des pillards, le mal était immédiatement réparé sans que le propriétaire eut besoin de se plaindre.

Cette conduite des Indiens n’avait pas laissé que de soulever contre don Miguel une jalousie extreme de la part des habitants, qui se voyaient ruinés périodiquement par les Indios bravos. On avait porté contre lui des plaintes vives au gouvernement de Mexico ; mais quels que fussent le pouvoir de ses ennemis et les moyens qu’ils avaient employé pour le perdre, le riche hacendero n’avait jamais été inquiété sérieusement, d’abord parce que le Nouveau-Mexique est trop éloigné de la capitale pour que ses habitants aient rien a redouter de ceux qui gouvernent, et qu’ensuite don Miguel était trop riche pour qu’il ne lui fut pas facile d’imposer silence a ceux qui étaient le plus disposés a lui nuire.

Don Miguel de Zarate, dont nous avons, dans un précédent chapitre, fait le portrait au lecteur, était resté veuf apres trois ans de mariage, avec deux enfants, un fils et une fille, âgés, a l’époque ou s’ouvre ce récit, le fils de vingt-quatre ans et la fille de dix-sept.

Dona Clara, ainsi se nommait la fille de don Miguel, était la plus charmante enfant qui se puisse imaginer ; elle avait une de ces tetes de vierge de Murillo, dont les grands yeux noirs ombragés de longs cils soyeux, le front pur et la bouche reveuse, semblent promettre des joies divines ; son teint, légerement bruni par les chauds rayons du soleil, avait ce reflet doré qui sied tant aux femmes de ces contrées intertropicales ; elle était petite, mais toute mignonne et toute gracieuse.

Douce et naive, ignorante comme une créole, cette délicieuse enfant était adorée par son pere, qui voyait revivre en elle la femme qu’il avait tant aimée.

Les Indiens la suivaient des yeux, lorsque parfois elle passait pensive en effeuillant une fleur devant leurs misérables jacales (huttes), et courbant a peine les plantes sur lesquelles elle posait son pied délicat ; dans leur cour ils comparaient cette frele jeune fille, aux contours suaves et vaporeux, a la vierge des premieres amours, cette sublime création de la religion indienne, qui tient une si grande place dans la mythologie azteque.

Don Pablo Zarate, le fils de l’hacendero, était un homme de haute taille, fortement charpenté, aux traits durs et caractérisés, au regard hautain, bien qu’empreint de douceur et de bonté.

Doué d’une force peu commune, adroit a tous les exercices du corps, don Pablo était renommé dans toute la contrée pour son talent a dompter les chevaux les plus fougueux et la justesse de son coup d’oil a la chasse. Déterminé chasseur, hardi coureur des bois, ce jeune homme, lorsqu’il avait un bon cheval entre les jambes et son rifle a la main, ne connaissait pas, homme ou bete, d’ennemi capable de lui barrer le passage.

Le respect et la vénération qu’ils avaient pour le pere, les Indiens, avec leur foi naive, les reportaient sur le fils, en qui ils se figuraient voir la personnification de Huitzilopochtli ce terrible dieu de la guerre des Azteques auquel, lors de la dédicace de son teocali, soixante-deux mille victimes humaines furent sacrifiées en un seul jour.

Les Zarate étaient donc, a l’époque ou commence cette histoire, de véritables rois au Nouveau-Mexique.

La félicité dont ils jouissaient fut tout a coup troublée par un de ces incidents vulgaires qui, bien que peu importants en eux-memes, ne laissent pas que de causer une perturbation générale et un malaise sans cause apparente, par cela meme qu’il est impossible de les prévoir ou de les prévenir. Voici le fait :

Don Miguel Zarate possédait aux environs del Paso de vastes propriétés qui s’étendaient au loin, consistant pour la plupart en haciendas, en immenses prairies et en forets.

Un jour, don Miguel revenait de faire, comme il en avait l’habitude, une visite a ses haciendas ; il était tard, et il pressait son cheval afin d’atteindre avant la nuit le gué de la riviere, lorsqu’a trois ou quatre lieues au plus de l’endroit vers lequel il se dirigeait, au moment ou il allait entrer dans un épais bois de cotonniers qu’il lui fallait traverser avant d’atteindre le gué, son attention fut tout a coup tirée par des cris melés a des grognements qui partaient du bois dans lequel il allait s’engager.

L’hacendero s’arreta afin de se rendre bien compte du bruit insolite qu’il entendait, et pencha la tete en avant afin de voir ce qui se passait.

Mais il lui fut impossible de rien distinguer au travers du chaos de lianes et de broussailles qui interceptaient la vue.

Cependant le bruit devenait de plus en plus fort, les cris redoublaient, melés a des jurons et des exclamations de colere.

Le cheval du Mexicain couchait les oreilles, renâclait et refusait d’avancer.

Cependant il fallait prendre un parti. Don Miguel pensa que peut-etre un homme attaqué par les betes fauves courait un danger imminent ; il ne consulta que son cour, et, malgré la répugnance visible de son cheval, il l’obligea a marcher en avant et a entrer dans le bois.

A peine avait-il fait quelques pas, qu’il s’arreta étonné devant l’étrange spectacle qui s’offrit a sa vue.


Chapitre 4 Les Peccaris.

Au milieu d’une clairiere gisait un cheval éventré apres lequel s’acharnaient six ou huit peccaris, tandis qu’une dizaine d’autres attaquaient a coups de boutoir un arbre énorme sur les plus hautes branches duquel un homme était réfugié.

Expliquons au lecteur, qui probablement les connaît fort peu, quels animaux sont les peccaris.

Les peccaris tiennent le milieu entre le porc domestique et le sanglier.

Bien que la taille de cet animal ne dépasse pas ordinairement 70 centimetres de hauteur, et a peu pres 1 metre de longueur du groin a la naissance de la queue, il est cependant sans contredit un des animaux les plus dangereux et les plus redoutés de l’Amérique septentrionale.

La mâchoire du peccari est garnie de boutoirs assez semblables a ceux du sanglier, mais droits et tranchants, dont la longueur varie entre huit et quinze centimetres.

Par la forme de son corps il ressemble au porc, mais les soies clairsemées sur sa peau rugueuse sont colorées par zone ; la partie la plus proche de la peau est blanche et la pointe d’une teinte chocolat. Des que l’animal entre en fureur, ces soies se hérissent comme les piquants du porc-épic.

Les mouvements des peccaris sont vifs et rapides comme ceux de l’écureuil ; ils vivent ordinairement en troupes de quinze, trente et meme cinquante individus.

La force de la tete, du cou et des épaules de ces animaux est telle que lorsqu’ils chargent, rien ne peut résister a l’impétuosité de leurs attaques.

Une particularité assez remarquable de cette espece est cette rugosité informe qu’ils ont sur le dos et qui contient une liqueur musquée qui s’évapore des que l’animal est en colere.

Le peccari se nourrit préférablement de glands, de racines, de baies de grains, de cannes a sucre et de reptiles de toutes sortes ; il est prouvé que les serpents les plus venimeux sont dévorés par eux sans qu’ils en soient incommodés le moins du monde.

La façon dont gîte le peccari est assez singuliere ; sa bauge est toujours placée au milieu des canniers touffus et impénétrables qui se trouvent dans les endroits marécageux, aupres d’arbres séculiers comme on en rencontre tant dans les forets vierges, géants foudroyés, mais debout encore, avec leurs grappes de lianes et de vignes vierges.

Les troncs de ces arbres, qui mesurent parfois jusqu’a douze metres de circonférence, sont creux pour la plupart et offrent un abri commode aux peccaris qui s’y retirent chaque soir vingt et vingt-cinq ensemble, s’introduisant a reculons les uns apres les autres dans la cavité, de façon que la dernier a l’extrémité de son groin placée juste a l’entrée du trou, et reste pour ainsi dire en vedette, chargé de veiller sur le repos de ses compagnons.

Les peccaris sont d’une férocité sans bornes, ils ne connaissent pas le danger ou du moins le méprisent completement ; ils attaquent toujours en troupe et combattent avec une rage sans pareille jusqu’a ce que le dernier succombe, quel que soit l’ennemi qu’ils aient devant eux.

Aussi, hommes et betes, chacun fuit la rencontre de ces animaux terribles ; le jaguar lui-meme, si fort et si redoutable, devient leur proie, si pour son malheur il a l’imprudence de s’attaquer a eux.

Voici de quelle façon ils procedent pour vaincre le fauve.

Quant un jaguar a blessé un peccari, ceux-ci se réunissent, lui donnent la chasse et le poursuivent jusqu’a ce qu’ils parviennent a le cerner.

Lorsque toute issue lui est fermée, le jaguar, croyant échapper a ses ennemis, se réfugie sur un arbre ; mais les peccaris ne renoncent pas a leur vengeance : ils s’établissent au pied de l’arbre, recrutant sans cesse de nouveaux alliés et attendant patiemment que, poussé a bout par la faim et la soif, le jaguar se décide a descendre de sa forteresse improvisée.

C’est ce qui ne manque pas d’arriver au bout de deux ou trois jours au plus ; le fauve se décide enfin a s’élancer ; il bondit au milieu de ses ennemis qui l’attendent de pied ferme et l’attaquent bravement ; une bataille terrible s’engage, et le tigre, apres avoir jonché le terrain de victimes, succombe enfin sous l’effort des assaillants et est déchiré a coups de boutoir.

D’apres tout ce que nous venons de dire, il est facile de comprendre combien la position de l’homme juché au sommet d’un arbre et entouré de peccaris était précaire.

Ses ennemis semblaient déterminés a ne pas quitter la place ; ils tournaient sournoisement autour de l’arbre, attaquaient sa base a coups de boutoir, puis, reconnaissant l’inutilité de leurs efforts, ils se couchaient tranquillement aupres du cadavre du cheval, que déja ils avaient sacrifié a leur colere.

Don Miguel se sentait ému de pitié pour le pauvre diable dont la position se faisait d’instant en instant plus critique.

Vainement il se creusait la tete pour venir en aide au malheureux dont la perte était assurée.

Attaquer les peccaris aurait été une imprudence extreme et n’aurait produit d’autre résultat que celui de détourner sur lui la fureur de ces animaux, sans pour cela sauver celui qu’il voulait secourir.

Cependant le temps pressait ; que faire ? comment sans se sacrifier soi-meme, sauver l’homme qui courait un si grand péril ?

Le Mexicain hésita longtemps. Laisser sans secours cet homme dont la mort était certaine, semblait impossible a don Miguel. Cette idée, qui plusieurs fois déja s’était présentée a sa pensée, il l’avait énergiquement repoussée, car elle lui semblait monstrueuse.

Enfin il résolut, coute que coute, de tenter l’impossible en faveur de cet homme inconnu, que, par cette solidarité qui regne au désert, il se serait, au fond du cour, accusé plus tard d’avoir tué s’il ne le sortait pas du péril dans lequel il se trouvait.

La position de l’inconnu était d’autant plus critique que, dans sa précipitation a se mettre a l’abri des attaques de ses ennemis, il avait laissé tomber son rifle qui était sur le sol au pied de l’arbre, et, par conséquent, n’avait pas d’armes pour se défendre et tâcher de se sauver de haute lutte.

Malgré la finesse de leur odorat, les peccaris n’avaient pas éventé l’approche de don Miguel, qui, par un hasard providentiel, avait pénétré dans le bois du côté opposé au vent.

Le Mexicain mit pied a terre en poussant un soupir, flatta un instant son cheval, qu’il débarrassa en un tour de main de ses harnais.

Le noble animal, habitué aux caresses de son maître, remuait la tete avec de petits mouvements de joie et fixait sur lui ses grands yeux intelligents.

Don Miguel ne put retenir un soupir ; une larme coula sur ses joues halées. Sur le point d’accomplir le terrible sacrifice qu’il s’imposait, il hésita.

C’était son compagnon fidele, presque un ami dont il allait se séparer ; mais la vie d’un homme était en jeu : le Mexicain refoula dans son cour les sentiments qui l’agitaient et sa résolution fut prise.

Il passa une longe au cou de son cheval, et, malgré sa résistance obstinée, il l’obligea a s’avancer jusqu’a l’entrée de la clairiere ou les peccaris étaient rassemblés.

Un frele rideau de lianes et de feuilles le dérobait seul a leur vue.

Arrivé la, don Miguel s’arreta ; il eut encore une seconde d’hésitation, une seule, puis saisissant un morceau d’amadou, qu’il alluma tout en flattant le pauvre animal, il le lui introduisit dans l’oreille.

L’effet en fut subit et terrible. Le cheval poussa un hennissement de douleur, et, rendu fou par la brulure, il bondit en avant et se précipita dans la clairiere en cherchant vainement a se débarrasser de cet amadou qui se consumait dans son oreille en lui occasionnant une souffrance horrible.

Don Miguel s’était vivement jeté de côté et suivait d’un regard anxieux le résultat de la terrible tentative qu’il venait de faire pour sauver l’inconnu.

A la vue du cheval qui apparut subitement au milieu d’eux, les peccaris se releverent brusquement, formerent un groupe compact et s’élancerent tete baissée a la poursuite du cheval, sans penser davantage a l’homme.

L’animal, aiguillonné encore par la terreur que lui causaient ses féroces ennemis, détalait avec la rapidité d’une fleche, brisant du poitrail tous les obstacles qu’il trouvait sur son passage, et suivi de pres par les peccaris.

L’homme était sauvé !

Mais a quel prix !

Don Miguel étouffa un dernier soupir de regret et s’élança dans la clairiere.

L’inconnu était déja descendu de l’arbre ou il avait trouvé un abri, mais l’émotion qu’il avait éprouvée était tellement forte qu’il restait assis a terre, presque sans connaissance.

– Alerte, alerte ! lui dit vivement don Miguel, hâtons-nous, nous n’avons pas un instant a perdre, les peccaris peuvent se raviser et revenir d’un moment a l’autre.

– C’est vrai, murmura l’inconnu d’une voix sourde en jetant autour de lui un regard épouvanté ; partons, partons de suite !

Il fit un effort sur lui-meme, saisit son rifle et se releva.

Par un pressentiment dont il ne put se rendre compte, don Miguel éprouva malgré lui, a l’aspect de cet homme que jusque-la il avait a peine regardé, un sentiment de défiance et de dégout invincible.

Par suite de la vie qu’il était obligé de mener sur ces frontieres fréquentées par des gens de toutes sortes, bien souvent l’hacendero s’était trouvé en rapport, avec des chasseurs et des trappeurs qui étaient loin de payer de mine, mais jamais, jusque-la, le hasard ne l’avait placé en présence d’un individu d’une aussi sinistre apparence.

Cependant il ne laissa rien voir de ce qu’il éprouvait, et engagea cet homme a le suivre.

Celui-ci ne se fit pas répéter l’invitation : il avait hâte de s’éloigner de ce lieu ou il avait été si pres de trouver la mort.

Grâce a la connaissance que le Mexicain avait du pays, le bois fut bientôt traversé, et les deux hommes, au bout d’une heure de marche a peine, arriverent sur le bord du del Norte, juste en face du village.

Leur course avait été si rapide, leur préoccupation si grande, qu’ils n’avaient pas échangé une parole tant ils redoutaient a chaque instant de voir apparaître les peccaris.

Heureusement il n’en fut rien, et ils atteignirent le gué sans etre inquiétés de nouveau.

Don Miguel s’était chargé des harnais de son cheval, il les jeta sur le sol et regarda autour de lui dans l’espoir de découvrir quelqu’un qui put l’aider a traverser la riviere.

Son attente ne fut pas trompée : juste au moment ou ils arrivaient au gué, un arriero se préparait a passer de l’autre côté du fleuve avec sa recca de mules ; il s’offrit, avec cette générosité innée chez les Mexicains, de les conduire tous deux au Paso.

Les deux hommes accepterent avec empressement, monterent chacun sur une mule, et une demi-heure plus tard, ils se trouverent en sureté dans le village.

Apres avoir donné quelques réaux a l’arriero pour payer le service qu’il lui avait rendu, don Miguel reprit les harnais de son cheval et fit un pas pour s’éloigner.

L’inconnu l’arreta :

– Nous nous séparons ici, caballero, dit-il d’une voix rude, avec un accent anglais fortement prononcé ; mais avant de nous quitter, laissez-moi vous exprimer ma profonde reconnaissance pour la façon noble et généreuse dont vous m’avez sauvé la vie au péril de la vôtre.

– Monsieur, répondit simplement le Mexicain, je n’ai fait que mon devoir en vous sauvant : au désert, tous les hommes sont freres et se doivent protection ; ne me remerciez donc pas, je vous prie, pour une action bien simple : tout autre a ma place eut agi comme je l’ai fait.

– Peut-etre, reprit l’inconnu ; pourtant soyez assez bon, je vous prie, pour me dire votre nom, afin que je sache a qui je dois la vie.

– Cela est inutile, fit don Miguel en souriant ; seulement, comme je vous crois étranger a ce pays, laissez-moi vous donner un conseil.

– Lequel, monsieur ?

– Celui de ne plus, dorénavant, vous attaquez aux peccaris ; ce sont des ennemis terribles que l’on ne peut vaincre que lorsque l’on se trouve en nombre, un homme seul commet, en les attaquant, une folie impardonnable dont il est toujours victime.

– Soyez convaincu, monsieur, que la leçon que j’ai reçue aujourd’hui me profitera et que jamais, je ne me fourrerai dans un guepier semblable ; j’ai été trop pres de payer cher mon imprudence. Mais je vous en prie, monsieur, ne nous séparons pas sans que je sache le nom de mon sauveur.

– Puisque vous l’exigez, monsieur, apprenez le donc : je suis don Miguel Zarate.

L’inconnu lui jeta un regard étrange, en réprimant un mouvement de surprise.

– Ah ! fit-il d’un ton singulier, merci don Miguel Zarate ; sans vous connaître personnellement, je savais déja votre nom.

– C’est possible, répondit l’hacendero, car je suis fort connu dans ce pays, ou ma famille est établie depuis de longues années.

– Moi, monsieur, je suis celui que les indiens nomment Quitchasta-jouté, le mangeur d’hommes ; et les chasseurs, mes confreres, le Cedre-Rouge.

Et apres avoir porté la main a son bonnet, par forme de salut, cet homme jeta son rifle sur l’épaule, tourna sur lui-meme et s’éloigna a grands pas.

Don Miguel le suivit un instant des yeux, puis il se dirigea tout pensif vers la maison qu’il habitait au Paso.

L’hacendero ne se doutait pas qu’il avait sacrifié son cheval favori pour sauver la vie a son ennemi le plus implacable.


Chapitre 5 La blessure.

Au lever du soleil, don Miguel Zarate, monté sur un excellent cheval, quitta le Paso et se dirigea vers l’hacienda, qu’il habitait avec sa famille.

Cette hacienda était située a quelques milles du presidio de San Elezario, dans une position délicieuse ; on la nommait l’hacienda de la Noria (la ferme du Puits).

La propriété habitée par don Miguel Zarate s’élevait au centre du vaste delta formé par le del Norte et le rio San-Pedro, ou riviere du Diable.

C’était une de ces fortes et massives constructions comme seuls les Espagnols savaient en bâtir lorsqu’ils étaient maîtres absolus du Mexique.

L’hacienda formait un grand parallélogramme soutenu, de distance en distance, par d’énormes contreforts de pierre de taille, de meme que toutes les habitations des frontieres, qui sont plutôt des forteresses que des maisons, elle n’était percée sur la campagne que de rares et étroites fenetres ressemblant a des meurtrieres, et garnies de solides barreaux de fer.

Cette demeure était entourée d’un épais mur d’enceinte, garni a son sommet d’especes de créneaux nommés almenas, qui indiquaient la noblesse du propriétaire.

En dedans de ce mur, mais séparés des appartements principaux, se trouvaient les communs, composés des écuries, des remises, des granges et du logement des peones.

A l’extrémité de la cour s’élevait, dans l’angle de l’hacienda, au-dessus de son toit en terrasse, le haut clocher carré de la chapelle.

Cette chapelle était desservie par un moine nommé Fray Ambrosio.

Une campagne magnifique formait a cette ferme une splendide ceinture.

Au fond d’une vallée, longue de plus de cinquante milles, se trouvaient des bois de cactus de forme conique, surchargés de fleurs et de fruits, et dont le tronc avait jusqu’a cinq et six pieds de diametre.

Don Miguel employait un nombre considérable de peones, a cause de la culture de la canne a sucre qu’il faisait sur une grande échelle.

Chacun sait que la canne se plante en la couchant horizontalement dans des sillons d’un demi-pied de profondeur. De chaque noud sort une tige qui atteint une hauteur de trois metres environ, et que l’on coupe au bout d’un an pour en extraire le sucre.

Rien de pittoresque comme l’aspect que présente un champ de cannes.

Il faisait une de ces superbes matinées américaines pendant lesquelles la nature semble en fete.

Le centzontle (le rossignol américain) jetait souvent les notes harmonieuses de son chant ; les cardinaux a la gorge rose, les oiseaux bleus, les perroquets, gazouillaient et babillaient gaiement sous la feuillée ; au loin dans la plaine galopaient par troupes de légers antilopes, de craintifs asshatas, et parfois, a l’extreme limite de l’horizon, passaient en galopant, des manadas effarés de chevaux sauvages, qui soulevaient des flots d’une poussiere impalpable sous le choc de leurs sabots rapides.

Quelques alligators, nonchalamment étendus dans la vase du fleuve, séchaient leurs écailles au soleil, et, au plus haut des airs, de grands aigles de la Sierra Madre planaient majestueusement au-dessus de la vallée.

Don Miguel s’avançait rapidement au sobre-paso, allure favorite des ginetes mexicains, et qui consiste a faire lever les jambes de devant du cheval, tandis que celles de derriere rasent presque le sol, espece d’amble particulier, qui est tres doux et tres rapide.

L’hacendero ne mit guere que quatre heures a franchir la distance qui le séparait de son habitation, ou il arriva vers neuf heures du matin.

Il fut reçu sur le seuil de sa demeure par sa fille, qui, prévenue de son arrivée, s’était hâtée de venir au-devant de lui.

Don Miguel était absent de chez lui depuis une quinzaine de jours ; ce fut donc avec le plus grand plaisir qu’il reçut les caresses de sa fille.

Lorsqu’il l’eut embrassée a plusieurs reprises, tout en continuant a la tenir étroitement serrée dans ses bras, il la considéra attentivement pendant quelques secondes.

– Qu’as-tu donc, mi querida Clara ? lui demanda-t-il avec intéret, tu sembles toute triste ; serais-tu donc fâchée de me voir ? ajouta-t-il en souriant.

– Oh ! vous ne le croyez pas, mon pere, répondit-elle vivement, vous savez combien votre présence me rend heureuse au contraire.

– Merci, mon enfant ; mais d’ou vient alors la tristesse que je vois répandue sur tes traits ?

La jeune fille baissa les yeux sans répondre.

Don Miguel jeta un regard inquisiteur autour de lui.

– Ou est don Pablo, dit-il, comment n’est-il pas venu a ma rencontre, serait-il absent de l’hacienda ?

– Non, mon pere, il est ici.

– Eh bien, alors, d’ou provient qu’il ne se trouve pas aupres de toi ?

– C’est que… dit la jeune fille en hésitant.

– C’est que ?

– Il est malade.

– Malade ! mon fils ! s’écria don Miguel.

– Je me trompe, reprit dona Clara.

– Explique-toi, au nom du Ciel !

– C’est que, mon pere, Pablo est blessé.

– Blessé ! exclama l’hacendero, et, repoussant brusquement sa fille, il se précipita vers la maison, monta rapidement les quelques marches du perron, traversa plusieurs salles sans s’arreter, et arriva dans la chambre de son fils.

Le jeune homme était étendu pâle et défait sur son lit.

En apercevant son pere, il sourit en lui tendant la main.

Don Miguel aimait beaucoup son fils, qui était son seul héritier.

Il s’avança vers lui.

– Quelle est cette blessure dont on m’a parlé ? lui demanda-t-il avec agitation.

– Moins que rien, mon pere, répondit le jeune homme en échangeant un regard d’intelligence avec sa sour qui entrait a ce moment, Clara est une folle qui, dans sa tendresse, vous a alarmé a tort.

– Mais enfin tu es blessé ? reprit le pere.

– Oui, mais je vous répete que ce n’est rien.

– Enfin explique-toi ; ou et comment as-tu reçu cette blessure ?

Le jeune homme rougit et garda le silence.

– Je veux le savoir, dit avec insistance don Miguel.

– Mon Dieu, mon pere, répondit don Pablo d’un ton de mauvaise humeur, je ne comprends pas pourquoi vous vous inquiétez ainsi pour une cause aussi futile ; je ne suis pas un enfant pour lequel on doive trembler a la moindre égratignure, bien des fois je me suis blessé sans que vous vous en soyez si fort préoccupé.

– C’est possible ; mais la façon dont tu me réponds, le soin que tu sembles vouloir mettre a me laisser ignorer la cause de cette blessure, en tout me dit que, cette fois, tu veux me cacher quelque chose de grave.

– Vous vous trompez, mon pere, et vous allez en convenir vous-meme.

– Je ne demande pas mieux ; parle, Clara, mon enfant, va donner l’ordre de tout préparer pour le déjeuner. Je meurs littéralement de faim.

La jeune fille sortit.

– A nous deux maintenant, reprit don Miguel. Et d’abord ou es-tu blessé ?

– Oh ! mon Dieu, j’ai l’épaule égratignée légerement ; si je suis couché, il y a dans mon fait plus de paresse que d’autre chose.

– Hum ! qui t’a ainsi égratigné l’épaule ?

– Une balle.

– Comment ? une balle ! Tu t’es donc battu, malheureux ! s’écria don Miguel en tressaillant.

Le jeune homme sourit, pressa la main de son pere, et se penchant vers lui :

– Voici ce qui s’est passé, lui dit-il :

– J’écoute, répondit don Miguel en faisant sur lui-meme un effort pour se calmer.

– Deux jours apres votre départ, mon pere, continua don Pablo, je surveillais, ainsi que vous me l’aviez recommandé, les travaux de la sucrerie et la coupe des cannes, lorsqu’un chasseur que vous avez souvent vu rôder aux environs de l’habitation, un certain Andres Garote, m’accosta au moment ou, apres avoir donné quelques ordres au majordome, j’allais rentrer. Apres m’avoir salué obséquieusement, suivant son habitude, le drôle sourit cauteleusement, et, baissant la voix afin de ne pas etre entendu de ceux qui m’entouraient : « N’est-ce pas, don Pablo, me dit-il, que vous donneriez de bon cour une demi-once a celui qui vous apprendrait une nouvelle importante ? – C’est selon, lui dis-je, car connaissant l’homme de longue date, je savais qu’il n’y avait pas trop a s’y fier. – Bah ! votre grâce est si riche, reprit-il insidieusement, qu’une misérable somme comme celle-la, est moins que rien dans sa poche, au lieu que dans la mienne elle me ferait grand bien. »

A part ses défauts, ce drôle nous a parfois rendu quelques petits services ; et puis, comme il le disait, une demi-once n’est qu’une misere ; je la lui donnai, il se hâta de la faire disparaîtra dans son habit, et se penchant a mon oreille : Merci, don Pablo, me dit-il, je ne vous volerai pas votre argent ; votre cheval est reposé, il peut fournir une longue course : rendez vous a la vallée du Bison, la vous apprendrez quelque chose qui vous intéressera. Ce fut en vain que je le pressai de s’expliquer plus clairement, il me fut impossible d’en rien tirer davantage. Seulement, avant de me quitter : Don Pablo, ajouta-t-il, vous avez de belles armes, munissez-vous-en, on ne sait pas ce qui peut arriver. Je ne sais pourquoi la confidence tronquée de ce drôle, ses réticences meme, éveillerent ma curiosité ; je résolus de me rendre a la vallée du Bison afin d’avoir le mot de cette énigme.

– Andres Garote est un coquin qui te tendait un piege, dans lequel tu es tombé, mon fils, interrompit don Miguel.

– Non, mon pere, vous vous trompez : Andres a été loyal envers moi, je n’ai que des remerciements a lui faire ; seulement, peut-etre, aurait-il du s’expliquer plus catégoriquement.

L’hacendero hocha la tete d’un air de doute.

– Continue, dit-il.

– J’entrai a l’habitation, je pris mes armes, puis, monté sur Negro, mon coureur noir, je me dirigeai vers la vallée du Bison. Vous savez, mon pere, que l’endroit que nous nommons ainsi, et qui nous appartient, est une immense foret de cedres et d’érables de pres de quarante milles de tour et traversée dans toute sa longueur par un large affluent du rio San-Pedro.

– Certes, je le sais, et je compte, l’année prochaine, y faire exécuter des abatis dans les hautes futaies.

– Vous n’aurez pas besoin de vous donner cette peine, fit le jeune homme en souriant, un autre a pris ce soin pour vous.

– Hein ? qu’est-ce que cela veut dire ? s’écria l’hacendero avec colere ; qui a osé ?

– Eh ! mon Dieu, un de ces misérables squatters hérétiques, ainsi qu’ils se nomment eux-memes ; le coquin a trouvé le lieu a sa convenance et s’y est tranquillement établi avec toute sa couvée de louveteaux, trois grands drôles a mine patibulaire, qui m’ont ri au nez quand je leur ai signifié que la foret m’appartenait, et qui m’ont répondu, en me couchant en joue, qu’ils étaient Nord-Américains, qu’ils se souciaient de moi comme d’un coyote, que la terre était au premier occupant, et que je leur ferais un sensible plaisir en déguerpissant au plus vite. Ma foi, que vous dirai-je de plus, mon pere ? je tiens de vous, j’ai le sang chaud, je hais cordialement cette race de pirates yankees qui, depuis quelques années, se sont abattus dans notre beau pays comme une nuée de moustiques. Je voyais notre foret mise au pillage, nos plus beaux arbres abattus ; je ne pus rester impassible devant l’insolence de ces drôles, et la querelle devint si vive qu’ils tirerent sur moi.

– Virgen santissima ! s’écria don Miguel avec colere ; ils payeront cher, je te le jure, l’affront qu’ils t’ont fait ; j’en tirerai une vengeance exemplaire.

– Pourquoi vous emporter ainsi, mon pere ? répondit le jeune homme visiblement contrarié de l’effet que son récit avait produit, le dégât que ces gens nous causent n’est en réalité que peu sensible pour nous ; j’ai eu tort de me laisser aller a la colere.

– Tu as eu raison, au contraire ; je ne veux pas que ces voleurs du Nord viennent exercer ici leurs rapines ; je saurai y mettre ordre.

– Je vous assure que, si vous consentez a me laisser faire, je suis certain d’arranger cette affaire a votre entiere satisfaction.

– Je te défends de tenter la moindre démarche, ceci me regarde a présent ; quoi qu’il arrive, je ne veux pas que tu t’en meles ; me le promets-tu ?

– Puisque vous l’exigez, je vous le promets, mon pere.

– C’est bien ; guéris-toi le plus tôt possible, et sois tranquille ; les Yankees me payeront cher le sang qu’ils t’ont tiré.

Sur ces paroles, don Miguel se retira ; son fils se laissa retomber sur son lit en étouffant un soupir et en poussant une sourde exclamation de colere.