Une journée d'Ivan Denissovitch d'Alexandre Soljénitsyne - Encyclopaedia Universalis - ebook

Une journée d'Ivan Denissovitch d'Alexandre Soljénitsyne ebook

Encyclopaedia Universalis

0,0
13,82 zł

Opis

Bienvenue dans la collection Les Fiches de lecture d’Universalis

En 1962, un inconnu, Alexandre Soljénitsyne (1918-2008), envoie le manuscrit d’un récit écrit trois ans plus tôt à la revue soviétique réputée « libérale », Novy Mir (Monde nouveau).

Une fiche de lecture spécialement conçue pour le numérique, pour tout savoir sur Une journée d'Ivan Denissovitch d'Alexandre Soljénitsyne

Chaque fiche de lecture présente une œuvre clé de la littérature ou de la pensée. Cette présentation est couplée avec un article de synthèse sur l’auteur de l’œuvre.

A propos de l’Encyclopaedia Universalis :

Reconnue mondialement pour la qualité et la fiabilité incomparable de ses publications, Encyclopaedia Universalis met la connaissance à la portée de tous. Écrite par plus de 7 200 auteurs spécialistes et riche de près de 30 000 médias (vidéos, photos, cartes, dessins…), l’Encyclopaedia Universalis est la plus fiable collection de référence disponible en français. Elle aborde tous les domaines du savoir.

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB
MOBI

Liczba stron: 24




Universalis, une gamme complète de resssources numériques pour la recherche documentaire et l’enseignement.

ISBN : 9782852291546

© Encyclopædia Universalis France, 2019. Tous droits réservés.

Photo de couverture : © Monticello/Shutterstock

Retrouvez notre catalogue sur www.boutique.universalis.fr

Pour tout problème relatif aux ebooks Universalis, merci de nous contacter directement sur notre site internet :http://www.universalis.fr/assistance/espace-contact/contact

Bienvenue dans la collection Les Fiches de lecture d’Encyclopædia Universalis.

Ce volume présente des notices sur des œuvres clés de la littérature ou de la pensée autour d’un thème, ici Une journée d'Ivan Denissovitch, Alexandre Soljénitsyne (Les Fiches de lecture d'Universalis).

Afin de consulter dans les meilleures conditions cet ouvrage, nous vous conseillons d'utiliser, parmi les polices de caractères que propose votre tablette ou votre liseuse, une fonte adaptée aux ouvrages de référence. À défaut, vous risquez de voir certains caractères spéciaux remplacés par des carrés vides (□).

UNE JOURNÉE d’IVAN DENISSOVITCH, Alexandre Soljénitsyne (Fiche de lecture)

En 1962, un inconnu, Alexandre Soljénitsyne (1918-2008), envoie le manuscrit d’un récit écrit trois ans plus tôt à la revue soviétique réputée « libérale », Novy Mir (Monde nouveau). Son directeur, Alexandre Tvardovski, obtient l’imprimatur de Nikita Khrouchtchev lui-même, qui, s’il est loin d’être un libéral, entend utiliser le livre contre ses adversaires conservateurs. Les lecteurs russes s’arrachent Une journée d’Ivan Denissovitch.

En France, les communistes organisent aussitôt la traduction et le lancement du livre qui, préfacé par Pierre Daix, connaît un grand succès. L’opération, supervisée par Aragon et Elsa Triolet, vise à faire croire que l’U.R.S.S. a changé, que le stalinisme fut une déviation ou une erreur mais que le régime fondé par Lénine est foncièrement sain. En fait, les communistes ne vont pas pouvoir longtemps contrôler la réception du récit. Un fait est désormais acquis : il a existé un système concentrationnaire de masse au pays des soviets.

« C’est la vérité qui compte, écrit Soljénitsyne, il faut écrire pour que tout cela ne soit pas oublié, pour qu’un jour nos descendants l’apprennent. » Rescapé de huit « saisons en enfer », huit années au Goulag, l’écrivain sait quelles limites il lui est interdit de franchir : il a consenti à toutes les coupes que le pouvoir lui demandait. L’essentiel était que le livre paraisse et fasse son chemin. Il faudra attendre 1973 pour que le texte original soit connu et fasse l’objet d’une traduction plus fidèle que la première

• Le quotidien concentrationnaire

Une journée d’Ivan Denissovitch est un récit semi-autobiographique, linéaire et laconique dont le titre indique clairement le contenu. Il ne se passe rien d’extraordinaire dans les quelque dix-huit heures de cette journée d’Ivan Choukhov : réveil, soupe à la cantine, appels et contre-appels, travail dans le froid, retour à la baraque. « Des journées comme ça – conclut le narrateur – dans sa peine, il y en avait, d’un bout à l’autre, trois mille six cent cinquante-trois. »