Pensées de Blaise Pascal - Encyclopaedia Universalis - ebook

Pensées de Blaise Pascal ebook

Encyclopaedia Universalis

0,0
13,10 zł

Opis

Bienvenue dans la collection Les Fiches de lecture d’Universalis

À la mort de Blaise Pascal (1623-1662), on recueillit un « amas de pensées détachées » (plus d’un millier) destinées à former ultérieurement un traité. Les Pensées de M. Pascal sur la religion et sur quelques autres sujets, qui ont été trouvées après sa mort parmy ses papiers, on les nomma alors ainsi, furent publiées pour la première fois par Port-Royal en 1670.

Une fiche de lecture spécialement conçue pour le numérique, pour tout savoir sur Pensées de Blaise Pascal

Chaque fiche de lecture présente une œuvre clé de la littérature ou de la pensée. Cette présentation est couplée avec un article de synthèse sur l’auteur de l’œuvre.

A propos de l’Encyclopaedia Universalis :

Reconnue mondialement pour la qualité et la fiabilité incomparable de ses publications, Encyclopaedia Universalis met la connaissance à la portée de tous. Écrite par plus de 7 200 auteurs spécialistes et riche de près de 30 000 médias (vidéos, photos, cartes, dessins…), l’Encyclopaedia Universalis est la plus fiable collection de référence disponible en français. Elle aborde tous les domaines du savoir.

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB
MOBI

Liczba stron: 45




Universalis, une gamme complète de resssources numériques pour la recherche documentaire et l’enseignement.

ISBN : 9782852292307

© Encyclopædia Universalis France, 2019. Tous droits réservés.

Photo de couverture : © D. Kucharski-K. Kucharska/Shutterstock

Retrouvez notre catalogue sur www.boutique.universalis.fr

Pour tout problème relatif aux ebooks Universalis, merci de nous contacter directement sur notre site internet :http://www.universalis.fr/assistance/espace-contact/contact

Bienvenue dans la collection Les Fiches de lecture d’Encyclopædia Universalis.

Ce volume présente des notices sur des œuvres clés de la littérature ou de la pensée autour d’un thème, ici Pensées, Blaise Pascal (Les Fiches de lecture d'Universalis).

Afin de consulter dans les meilleures conditions cet ouvrage, nous vous conseillons d'utiliser, parmi les polices de caractères que propose votre tablette ou votre liseuse, une fonte adaptée aux ouvrages de référence. À défaut, vous risquez de voir certains caractères spéciaux remplacés par des carrés vides (□).

PENSÉES, Blaise Pascal (Fiche de lecture)

À la mort de Blaise Pascal (1623-1662), on recueillit un « amas de pensées détachées » (plus d’un millier) destinées à former ultérieurement un traité. Les Pensées de M. Pascal sur la religion et sur quelques autres sujets, qui ont été trouvées après sa mort parmy ses papiers, on les nomma alors ainsi, furent publiées pour la première fois par Port-Royal en 1670. Cette première édition reprenait le classement de Pascal en vingt-sept liasses, toutes écrites entre 1656 et 1659, avec pour chacune un titre donné par l’auteur. Depuis lors, de nombreux érudits ont cherché à reconstituer l’ordre de ces fragments épars. Recueil posthume, fragments, apologie inachevée, défense de la doctrine catholique du jansénisme (dont Port-Royal était le berceau) et dépassement du jansénisme, tout concourt à faire des Pensées le texte le plus problématique de toute la littérature française. Les éditions actuelles courantes sont au nombre de cinq, au moins, et proposent autant de choix, de classements, donc de traditions critiques différentes. Pour passer de l’édition Brunschvig (1904), aux éditions Lafuma (1947 à 1962), Le Guern (1977), Chevalier (1954) ou Sellier (1991), il faut donc des tables de concordance. Mais les interprétations, elles, ne concordent que fort peu.

• L’ambivalence du texte

Il faut d’abord savoir que ces pièces détachées – de quelques mots à des discours longs et parfaitement élaborés comme « La Différence entre l’esprit de géométrie et l’esprit de finesse », « L’Imagination », « Le Divertissement » ou bien « La Disproportion de l’homme » – nous sont restées sur des papiers de taille diverse qui, selon les proches de Pascal, auraient dû être ensuite repris à l’intérieur d’un véritable traité intitulé Apologie de la religion chrétienne. Et l’on sait que cette idée de traité apparut à Pascal en 1656, après « le miracle de la Sainte-Épine », sa nièce ayant été guérie d’une tumeur après qu’on lui eut apposé une épine de la couronne du Christ.

Ainsi, ces papiers, découpés par Pascal lui-même, avaient été classés en liasses ; toutefois celles-ci furent ensuite retranscrites, après sa mort, par un de ses proches : on possède ainsi les liasses, ce qui donne lieu à une première tradition éditoriale, et un texte recopié, ce qui donne lieu à d’autres traditions interprétatives (Lafuma, Sellier).

Cette apologie aurait donc eu pour volonté de traiter d’abord de la misère de l’homme sans Dieu, puis de la grandeur de l’homme avec Dieu. Or l’inachèvement même ne permet pas de savoir si ce but et ce plan peuvent être considérés comme absolument indiscutables, ni même si le caractère fragmentaire du texte était souhaité par Pascal ou considéré par lui comme simplement transitoire ; quant au classement, il en est de même.

Ainsi, si l’on choisit de penser que la volonté d’aboutir à un traité apologétique est première, on cherchera à minorer les effets de l’inachèvement en supposant que Pascal ne cesse d’entraîner le lecteur dans une conversion et qu’il n’est pas lui-même sujet au doute ; si bien que les difficultés d’interprétation et les contradictions ne viendraient que de l’inachèvement. On suppose alors un « sens », et un seul, pour l’écriture comme pour la lecture, un sens janséniste, bien entendu, qui irait, selon Lafuma et Pol Ernst, vers une unification de la pensée. Pol Ernst va, quant à lui, jusqu’à reconstituer une chronologie de la composition des Pensées en fonction de la démonstration apologétique.

Si au contraire on pense que Pascal lui-même, dans la mesure où il s’exprime par des fragments parfois contradictoires, est en proie au doute, et qu’il cherche en vain, ou dans la fièvre, ou dans le raisonnement, un Dieu caché au point qu’il doit faire le pari de l’existence de Dieu pour trouver une résolution des contradictions de l’homme, on peut à bon droit placer au second plan la finalité absolue du traité apologétique. Dès lors, les Pensées se présentent, comme le pensent Voltaire, Condorcet, puis Lucien Goldmann, comme un discours fragmentaire, inquiet, angoissé, dans lequel l’homme est sans cesse situé entre les deux infinis, entre la grandeur et la misère. De là, il est possible de voir en Pascal un penseur radicalement pessimiste ou un antihumaniste chrétien (Henri Gouhier) : la nature absolument corrompue de l’homme depuis la Chute, une nature résolument tragique, renvoie l’humanité à l’inconstance, à l’ennui, à l’inquiétude, et au divertissement dans lequel elle s’abandonne pour se cacher sa propre misère.

• Approcher la condition humaine