La Chanson de Roland - Joseph Bédier - ebook
Kategoria: Humanistyka Język: francuski Rok wydania: 1920

La Chanson de Roland darmowy ebook

Joseph Bédier

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

e-czytniku EPUB
tablecie EPUB
smartfonie EPUB
komputerze EPUB
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Opis ebooka La Chanson de Roland - Joseph Bédier

Version en français moderne de la célebre chanson de geste de la fin du XIe siecle. Ce poeme épique a été attribué a Turold.

Opinie o ebooku La Chanson de Roland - Joseph Bédier

Fragment ebooka La Chanson de Roland - Joseph Bédier

A Propos
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X
XI
XII
XIII
XIV
XV
XVI
XVII
XVIII
XIX
XX
XXI
XXII
XXIII
XXIV
XXV
XXVI
XXVII
XXVIII
XXIX

A Propos Bédier:

Historien médiéviste français. Professeur de littérature française du Moyen Âge, il publie de nombreux textes médiévaux en français moderne, tels que Tristan et Iseut (1900), La Chanson de Roland (1921), les Fabliaux (1893). Il est élu membre de l'Académie française en 1920.

Disponible sur Feedbooks Bédier:
Copyright: This work is available for countries where copyright is Life+70 and in the USA.
Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

I

 

LE roi Charles, notre empereur, le Grand, sept ans tous pleins est resté dans l'Espagne : jusqu'a la mer il a conquis la terre hautaine. Plus un château qui devant lui résiste, plus une muraille a forcer, plus une cité, hormis Saragosse, qui est sur une montagne. Le roi Marsile la tient, qui n'aime pas Dieu. C'est Mahomet qu'il sert, Apollin qu'il prie. Il ne peut pas s'en garder : le malheur l'atteindra.


II

 

LE roi Marsile est a Saragosse. Il s'en est allé dans un verger, sous l'ombre. Sur un perron de marbre bleu il se couche ; autour de lui, ils sont plus de vingt mille. Il appelle et ses ducs et ses comtes : « Entendez, seigneurs, quel fléau nous opprime. L'empereur Charles de douce France est venu dans ce pays pour nous confondre. Je n'ai point d'armée qui lui donne bataille ; ma gent n'est pas de force a rompre la sienne. Conseillez-moi, vous, mes hommes sages, et gardez-moi et de mort et de honte ! » Il n'est paien qui réponde un seul mot, sinon Blancandrin, du château de Val-Fonde.


III

 

ENTRE les paiens Blancandrin était sage : par sa vaillance, bon chevalier ; par sa prud'homie, bon conseiller de son seigneur. Il dit au roi : « Ne vous effrayez pas ! Mandez a Charles, a l'orgueilleux, au fier, des paroles de fidele service et de tres grande amitié. Vous lui donnerez des ours et des lions et des chiens, sept cents chameaux et mille autours sortis de mue, quatre cents mulets, d'or et d'argent chargés, cinquante chars dont il formera un charroi : il en pourra largement payer ses soudoyers. Mandez-lui qu'en cette terre assez longtemps il guerroya ; qu'en France, a Aix, il devrait bien s'en retourner ; que vous y suivrez a la fete de saint Michel ; que vous y recevrez la loi des chrétiens ; que vous deviendrez son vassal en tout honneur et tout bien. Veut-il des otages, or bien, envoyez-en, ou dix ou vingt, pour le mettre en confiance. Envoyons-y les fils de nos femmes : dut-il périr, j'y enverrai le mien. Bien mieux vaut qu'ils y perdent leurs tetes et que nous ne perdions pas, nous, franchise et seigneurie, et ne soyons pas conduits a mendier. »


IV

 

BLANCANDRIN dit. « Par cette mienne dextre, et par la barbe qui flotte au vent sur ma poitrine, sur l'heure vous verrez l'armée des Français se défaire. Les Francs s'en iront en France : c'est leur pays. Quand ils seront rentrés chacun dans son plus cher domaine, et Charles dans Aix, sa chapelle, il tiendra, a la Saint-Michel, une tres haute cour. La fete viendra, le terme passera : le roi n'entendra de nous sonner mot ni nouvelle. Il est orgueilleux et son cour est cruel : il fera trancher les tetes de nos otages. Bien mieux vaut qu'ils perdent leurs tetes, et que nous ne perdions pas, nous, claire Espagne la belle, et que nous n'endurions pas les maux et la détresse ! » Les paiens disent : « Peut-etre il dit vrai ! »


V

 

LE roi Marsile a tenu son conseil. Il appela Clarin de Balaguer, Estamarin et son pair Eudropin, et Priamon et Guarlan le Barbu, et Machiner et son oncle Maheu, et Joüner et Malbien d'outre-mer, et Blancandrin, pour parler en son nom. Des plus félons, il en a pris dix a part : « Vers Charlemagne, seigneurs barons, vous irez. Il est devant la cité de Cordres, qu'il assiege. Vous porterez en vos mains des branches d'olivier, ce qui signifie paix et humilité. Si par votre adresse vous pouvez trouver pour moi un accord, je vous donnerai de l'or et de l'argent en masse, des terres et des fiefs, tant que vous en voudrez. » Les paiens disent : « C'est nous combler ! »


VI

 

LE roi Marsile a tenu son conseil. Il dit a ses hommes : « Seigneurs, vous irez. Vous porterez des branches d'olivier en vos mains, et vous direz au roi Charlemagne que pour son Dieu il me fasse merci ; qu'il ne verra point ce premier mois passer que je ne l'aie rejoint avec mille de mes fideles ; que je recevrai la loi chrétienne et deviendrai son homme en tout amour et toute foi. Veut-il des otages, en vérité, il en aura. » Blancandrin dit : « Par-la vous obtiendrez un bon accord. »


VII

 

MARSILE fit amener dix mules blanches, que lui avait envoyées le roi de Suatille. Leurs freins sont d'or ; les selles, serties d'argent. Les messagers montent ; en leurs mains ils portent des branches d'olivier. Ils s'en vinrent vers Charles, qui tient France en sa baillie. Charles ne peut s'en garder : ils le tromperont.


VIII

 

L'EMPEREUR s'est fait joyeux ; il est en belle humeur : Cordres, il l'a prise. Il en a broyé les murailles, et de ses pierrieres abattu les tours. Grand est le butin qu'ont fait ses chevaliers, or, argent, précieuses armures. Dans la cité plus un paien n'est resté : tous furent occis ou faits chrétiens. L'empereur est dans un grand verger : pres de lui, Roland et Olivier, le duc Samson et Anseis le fier, Geoffroi d'Anjou, gonfalonier du roi, et la furent encore et Gerin et Gerier, et avec eux tant d'autres de douce France, ils sont quinze milliers. Sur de blancs tapis de soie sont assis les chevaliers ; pour se divertir, les plus sages et les vieux jouent aux tables et aux échecs, et les légers bacheliers s'escriment de l'épée. Sous un pin, pres d'un églantier, un trône est dressé, tout d'or pur : la est assis le roi qui tient douce France. Sa barbe est blanche et tout fleuri son Chef ; son corps est beau, son maintien fier : a qui le cherche, pas n'est besoin qu'on le désigne. Et les messagers mirent pied a terre et le saluerent en tout amour et tout bien.


IX

 

BLANCANDRIN parle, lui le premier. Il dit au roi : « Salut au nom de Dieu, le Glorieux, que nous devons adorer ! Entendez ce que vous mande le roi Marsile, le preux. Il s'est bien enquis de la loi qui sauve ; aussi vous veut-il donner de ses richesses a foison, ours et lions, et vautres menés en laisse, sept cents chameaux et mille autours sortis de mue, quatre cents mulets, d'or et d'argent troussés, cinquante chars dont vous ferez un charroi, comblés de tant de besants d'or fin que vous en pourrez largement payer vos soudoyers. En ce pays vous avez fait un assez long séjour. En France, a Aix, il vous sied de retourner. La vous suivra, il vous l'assure, mon seigneur. » L'empereur tend ses mains vers Dieu, baisse la tete et se prend a songer.


X

 

L'EMPEREUR garde la tete baissée. Sa parole jamais ne fut hâtive : telle est sa coutume, il ne parle qu'a son loisir. Quand enfin il se redressa, son visage était plein de fierté. Il dit aux messagers : « Vous avez tres bien parlé. Mais le roi Marsile est mon grand ennemi. De ces paroles que vous venez de dire, comment pourrai-je avoir garantie ? – Par des otages », dit le Sarrasin, « dont vous aurez ou dix, ou quinze, ou vingt. Dut-il périr, j'y mettrai un mien fils, et vous en recevrez, je crois, de mieux nés encore. Quand vous serez en votre palais souverain, a la haute fete de saint Michel du Péril, la vous suivra, il vous l'assure, mon seigneur. La, en vos bains, que Dieu fit pour vous, il veut devenir chrétien. » Charles répond. « Il peut encore parvenir au salut. »


XI

 

LA veprée était belle et le soleil clair. Charles fait établer les dix mulets. Dans le grand verger il fait dresser une tente. C'est la qu'il héberge les dix messagers ; douze sergents prennent grand soin de leur service. Ils y restent cette nuit tant que vint le jour clair. De grand matin l'empereur s'est levé ; il a écouté messe, et matines. Il s'en est allé sous un pin ; il i mande ses barons pour tenir son conseil : en toutes ses voies il veut pour guides ceux de France.


XII

 

L 'EMPEREUR s'en va sous un pin ; pour tenir son conseil il mande ses barons : le duc Ogier et l'archeveque Turpin, Richard le Vieux et son neveu Henri, et le preux comte de Gascogne Acelin, Thibaud de Reims et son cousin Milon. Vinrent aussi et Gerier et Gerin ; et avec eux le comte Roland et Olivier, le preux et le noble ; des Francs de France ils sont plus d'un millier ; Ganelon y vint, qui fit la trahison. Alors commence le conseil d'ou devait naître une grande infortune.


XIII

 

« SEIGNEURS barons », dit l'empereur Charles, « le roi Marsile m'a envoyé ses messagers. De ses richesses il veut me donner a foison, ours et lions, et vautres dressés pour qu'on les mene en laisse, sept cents chameaux et mille autours bons a mettre en mue, quatre cents mulets chargés d'or d'Arabie, et en outre plus de cinquante chars. Mais il me mande que je m'en aille en France : il me suivra a Aix, en mon palais, et recevra notre loi, qu'il avoue la plus sainte ; il sera chrétien, c'est de moi qu'il tiendra ses terres. Mais je ne sais quel est le fond de son cour. » Les Français disent : « Méfions-nous ! »


XIV

 

L'EMPEREUR a dit sa pensée. Le comte Roland, qui ne s'y accorde point, tout droit se dresse et vient y contredire. Il dit au roi : « Malheur si vous en croyez Marsile ! Voila sept ans tous pleins que nous vînmes en Espagne. Je vous ai conquis et Noples et Commibles ; j'ai pris Valterne et la terre de Pine et Balaguer et Tudele et Sezille. Alors le roi Marsile fit une grande trahison : de ses paiens il en envoya quinze, et chacun portait une branche d'olivier, et ils vous disaient toutes ces memes paroles. Vous prîtes le conseil de vos Français. Ils vous conseillerent assez follement : vous fîtes partir vers le paien deux de vos comtes, l'un était Basan et l'autre Basile ; dans la montagne, sous Haltilie, il prit leur tetes. Faites la guerre comme vous l'avez commencée ! Menez a Saragosse le ban de votre armée ; mettez-y le siege, dut-il durer toute votre vie, et vengez ceux que le félon fit tuer. »


XV

 

L'EMPEREUR tient la tete baissée. Il lisse sa barbe, arrange sa moustache, ne fait a son neveu, bonne ou mauvaise, nulle réponse. Les Français se taisent, hormis Ganelon. Il se dresse droit sur ses pieds, vient devant Charles. Tres fierement il commence. Il dit au roi : « Malheur, si vous en croyez le truand, moi ou tout autre, qui ne parlerait pas pour votre bien ! Quand le roi Marsile vous mande que, mains jointes, il deviendra votre homme, et qu'il tiendra toute l'Espagne comme un don de votre grâce, et qu'il recevra la loi que nous gardons, celui-la qui vous conseille que nous rejetions un tel accord, peu lui chaut, sire, de quelle mort nous mourrons. Un conseil d'orgueil ne doit pas prévaloir. Laissons les fous, tenons-nous aux sages ! »


XVI

 

Alors Naimes s'avança ; il n'y avait en la cour nul meilleur vassal. Il dit au roi : « Vous l'avez bien entendue, la réponse que vous fit Ganelon ; elle a du sens, il n'y a qu'a la suivre. Le roi Marsile est vaincu dans sa guerre : tous ses châteaux, vous les lui avez ravis ; de vos pierrieres vous avez brisé ses murailles ; vous avez brulé ses cités, vaincu ses hommes. Aujourd'hui qu'il vous mande que vous le receviez a merci, lui en faire pis, ce serait péché. Puisqu'il veut vous donner en garantie des otages, cette grande guerre ne doit pas aller plus avant. » Les Français disent : « Le duc a bien parlé ! »


XVII

 

« SEIGNEURS barons, qui y enverrons-nous, a Saragosse, vers le roi Marsile ? » Le duc Naimes répond : « J'irai, par votre congé : livrez m'en sur l'heure le gant et le bâton. » Le roi dit. « Vous etes homme de grand conseil ; par cette mienne barbe, vous n'irez pas de sitôt si loin de moi. Retournez vous asseoir, car nul ne vous a requis ! »


XVIII

 

« SEIGNEURS barons, qui pourrons-nous envoyer au Sarrasin qui tient Saragosse ? » Roland répond : « J'y puis aller tres bien. – Vous n'irez certes pas », dit le comte Olivier. « Votre cour est âpre et orgueilleux, vous en viendriez aux prises, j'en ai peur. Si le roi veut, j'y puis aller tres bien. » Le roi répond : « Tous deux, taisez-vous ! Ni vous ni lui n'y porterez les pieds. Par cette barbe que vous voyez toute blanche, malheur a qui me nommerait l'un des douze pairs ! » Les Français se taisent, restent tout interdits.


XIX

 

TURPIN de Reims s'est levé, sort du rang, et dit au roi : « Laissez en repos vos Francs ! En ce pays sept ans vous etes resté : ils y ont beaucoup enduré de peines, beaucoup d'ahan. Mais donnez-moi, sire, le bâton et le gant, et j'irai vers le Sarrasin d'Espagne : je vais voir un peu comme il est fait. » L'empereur répond, irrité : « Allez vous rasseoir sur ce tapis blanc ! N'en parlez plus, si je ne vous l'ordonne ! »


XX

 

« FRANCS chevaliers », dit l'empereur Charles, « élisez-moi un baron de ma terre, qui puisse porter a Marsile mon message. » Roland dit : « Ce sera Ganelon, mon parâtre. » Les Français disent : « Certes il est homme a le faire ; lui écarté, vous n'en verrez pas un plus sage. » Et le comte Ganelon en fut pénétré d'angoisse. De son col il rejette ses grandes peaux de martre ; il reste en son bliaut de soie. Il a les yeux vairs, le visage tres fier ; son corps est noble, sa poitrine large : il est si beau que tous ses pairs le contemplent. Il dit a Roland : « Fou ! pourquoi ta frénésie ? Je suis ton parâtre, chacun le sait, et pourtant voici que tu m'as désigné pour aller vers Marsile. Si Dieu donne que je revienne de la-bas, je te ferai tel dommage qui durera aussi longtemps que tu vivras ! » Roland répond : « Ce sont propos d'orgueil et de folie. On le sait bien, je n'ai cure d'une menace ; mais pour un message il faut un homme de sens ; si le roi veut, je suis pret : je le ferai a votre place. »


XXI

 

GANELON répond. « Tu n'iras pas a ma place ! Tu n'est pas mon vassal, je ne suis pas ton seigneur. Charles commande que je fasse son service : j'irai a Saragosse, vers Marsile ; mais avant que j'apaise ce grand courroux ou tu me vois, j'aurai joué quelque jeu de ma façon. » Quand Roland l'entend, il se prend a rire.


XXII

 

QUAND Ganelon voit que Roland s'en rit, il en a si grand deuil qu'il pense éclater de courroux ; peu s'en faut qu'il ne perde le sens. Et il dit au comte : « Je ne vous aime pas, vous qui avez fait tourner sur moi cet injuste choix. Droit empereur, me voici devant vous : je veux accomplir votre commandement.


XXIII

 

J'IRAI a Saragosse ! Il le faut, je le sais bien. Qui va la-bas n'en peut revenir. Sur toutes choses, rappelez-vous que j'ai pour femme votre sour. J'ai d'elle un fils, le plus beau qui soit. C'est Baudoin », dit-il, « qui sera un preux. C'est a lui que je legue mes terres et mes fiefs. Prenez-le bien sous votre garde, je ne le reverrai de mes yeux. » Charles répond : « Vous avez le cour trop tendre. Puisque je le commande, il vous faut aller. »


XXIV

 

LE roi dit : « Ganelon, approchez et recevez le bâton et le gant. Vous l'avez bien entendu : les Francs vous ont choisi. – Sire », dit Ganelon, « c'est Roland qui a tout fait ! Je ne l'aimerai de ma vie, ni Olivier, parce qu'il est son compagnon. Les douze pairs, parce qu'ils l'aiment tant, je les défie, sire, ici, sous votre regard ! » Lé roi dit : « Vous avez trop de courroux. Vous irez certes, puisque je le commande. – J'y puis aller, mais sans nulle sauvegarde, tout comme Basile et son frere Basant. »


XXV

 

L'EMPEREUR lui tend son gant, celui de sa main droite. Mais le comte Ganelon eut voulu n'etre pas la. Quand il pensa le prendre, le gant tomba par terre. Les Français disent : « Dieu ! quel signe est-ce la ? De ce message nous viendra une grande perte. – Seigneurs », dit Ganelon, « vous en entendrez des nouvelles ! »


XXVI

 

« SIRE », dit Ganelon, « donnez-moi votre congé. Puisqu'il me faut aller, je n'ai que faire de plus m'attarder. » Et le roi dit : « Allez, par le congé de Jésus et par le mien ! » De sa dextre il l'a absous et signé du signe de la croix. Puis il lui délivra le bâton et le bref.


XXVII

 

LE comte Ganelon s'en va a son campement. Il se pare des équipements les meilleurs qu'il peut trouver. A ses pieds il a fixé des éperons d'or, il ceint a ses flancs Murgleis, son épée. Sur Tachebrun, son destrier, il monte ; son oncle, Guinemer, lui a tenu l'étrier. La vous eussiez vu tant de chevaliers pleurer, qui tous lui disent : « C'est grand'pitié de votre prouesse ! En la cour du roi vous futes un long temps, et l'on vous y tenait pour un noble vassal. Qui vous marqua pour aller la-bas, Charles lui-meme ne pourra le protéger ni le sauver. Non, le comte Roland n'eut pas du songer a vous : vous etes issu d'un trop grand lignage. » Puis ils lui disent : « Sire, emmenez-nous ! » Ganelon répond : « Ne plaise au Seigneur Dieu ! Mieux vaut que je meure seul et que vivent tant de bons chevaliers. En douce France, seigneurs, vous rentrerez. De ma part saluez ma femme, et Pinabel, mon ami et mon pair, et Baudoin, mon fils… Donnez-lui votre aide et tenez-le pour votre seigneur. » Il entre en sa route et s'achemine.


XXVIII

 

GANELON chevauche sous de hauts oliviers. Il a rejoint les messagers sarrasins. Or voici que Blancandrin s'attarde a ses côtés : tous deux conversent par grande ruse. Blancandrin dit : « C'est un homme merveilleux que Charles ! Il a conquis la Pouille et toute la Calabre ; il a passé la mer salée et gagné a saint Pierre le tribut de l'Angleterre : que vient-il encore chercher ici, dans notre pays ? » Ganelon répond : « Tel est son bon plaisir. Jamais homme ne le vaudra. »


XXIX

 

BLANCANDRIN dit : « Les Francs sont gens tres nobles. Mais ils font grand mal a leur seigneur, ces ducs et ces comtes qui le conseillent comme ils font : ils l'épuisent et le perdent, lui et d'autres avec lui. » Ganelon répond : « Ce n'est vrai, que je sache, de personne, sinon de Roland, lequel, un jour, en pâtira. L'autre matin, l'empereur était assis a l'ombre. Survint son neveu, la brogne endossée, qui des abords de Carcasoine ramenait du butin. A la main il tenait une pomme vermeille : « Prenez, beau sire, dit-il a son oncle : de tous les rois je vous donne en présent les couronnes. » Son orgueil est bien fait pour le perdre, car chaque jour il s'offre en proie a la mort. Vienne qui le tue ; nous aurions paix pléniere ! »