Si c'est un homme de Primo Levi (Analyse approfondie) - Camille Fraipont - ebook

Si c'est un homme de Primo Levi (Analyse approfondie) ebook

Camille Fraipont

0,0
32,00 zł

Opis

Raconter pour témoigner de l'horreur vécue dans le Lager nazi de Monowitz-Buna, voilà la mission que s'est donnée Primo Levi au sortir de la guerre. Devenu depuis lors un chef-d'œuvre de la littérature concentrationnaire, Si c'est un homme passe pourtant, lors de sa première publication, inaperçu. Quelques mois après la Libération, il est encore trop tôt pour dévoiler toute la monstruosité des camps de concentration. Mais Primo Levi n'abandonne pas et souhaite parler de son expérience pour que plus jamais cela ne se reproduise. Après une brève introduction, Camille Fraipont nous conte la vie de Primo Levi, l'un des rescapés des camps de concentration. Ce faisant, c'est tout le contexte historique de l'époque qui nous est dévoilé ainsi que les dates clés de la Shoah. Vient ensuite un résumé complet du roman, puis une analyse des personnages principaux classés dans deux groupes : les adjuvants, qui tentent d'aider Primo Levi à survivre dans le camp, et les opposants, qui font du quotidien une lutte perpétuelle. L'auteure s'attache ensuite à analyser les grandes thématiques de l'œuvre : le travail d'anéantissement de la personnalité humaine et les différentes formes qu'il prend. Viennent, pour terminer, une étude du style de l'auteur et de la structure du roman, puis, enfin, une analyse de sa réception. 

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB

Liczba stron: 50




PRIMO LEVI

Né en 1919 à Turin (Italie).

Mort en 1987 dans la même ville.

Quelques-unes de ses œuvres :

Se questo è un uomo

(

Si c’est un homme

, publié en 1947)

La tregua

(

La Trêve

, publiée en 1963)

I sommersi e i salvati

(

Les Naufragés et les Rescapés

, publié en 1986)

Primo Levi naît à Turin en 1919. Élève brillant, il passe sa scolarité dans le lycée classique d’Azeglio, et entre ensuite à l’université de Turin. En 1941, il sort diplômé en chimie avec la plus haute mention. Cependant, comme il est noté sur son diplôme qu’il est « de race juive », Primo Levi ne trouve pas d’emploi à la hauteur de sa formation, et est contraint de se satisfaire d’un poste dans une mine d’amiante. En 1942, son travail de recherche dans la carrière étant terminé, il part tenter sa chance à Milan où il intègre une firme suisse de médicaments.

Un an plus tard, alors que la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) fait rage, Primo Levi doit se cacher avec sa mère et sa sœur dans la Vallée d’Aoste afin de ne pas être pris par les Allemands. Avec quelques camarades, il décide de prendre le chemin des Alpes et de rejoindre le mouvement politique Giustizia e Libertà (« Justice et Liberté ») qui s’oppose au fascisme. Mais il est attrapé par la milice fasciste et est aussitôt transféré dans le camp de prisonniers de guerre de Fossoli, où il reste deux mois. En février 1944, il est transféré à Monowitz où il ne sera libéré qu’à la fin de la guerre, en janvier 1945.

Il consacre ensuite son temps à l’écriture de romans. La plupart de ses écrits relèvent du corpus testimonial et se rapportent plus ou moins directement au système concentrationnaire et génocidaire. En racontant ce qu’il a vécu, Primo Levi souhaite avant tout rendre compte de la cruelle vérité des camps de concentration et d’extermination. C’est également un moyen de ne pas oublier ce qu’il s’est passé afin que l’histoire ne se répète pas.

Mais, dans le monde littéraire, le témoignage n’est pas considéré comme faisant partie de la littérature au sens premier du terme. Levi décide donc de publier un recueil de récits de science-fiction, Storie naturali (Histoires naturelles, 1966), sous le nom de plume de Damiano Malabaila afin de se distancier de son œuvre testimoniale et de se voir accorder le statut d’écrivain.

Il décède quelques années plus tard après avoir chuté dans l’escalier de son immeuble. Selon le médecin légiste, il s’agirait d’un suicide.

SI C’EST UN HOMME

Genre :

Récit-témoignage.

1

re

édition :

Se questo è un uomo

, Torino, Francesco De Silva, 1947, 200 p.

Édition de référence :

Si c’est un homme

, traduit de l’italien par Martine Schruoffeneger, Paris, Pocket, 2005, 314 p.

Personnages principaux :

Alberto, ami de Primo Levi au Lager.

Lorenzo, ouvrier au Lager. Il permet à Levi de ne pas oublier qu’il est un homme.

Jean dit le Pikolo, jeune homme français à qui Levi donne une leçon d’italien qui se révèle être salutaire pour le détenu.

Thématiques principales :

la Shoah, l’identité juive, le nazisme, la déshumanisation et la barbarie.

La guerre finie, Primo Levi commence à écrire pour témoigner de l’horreur qu’il a vécue dans le Lager (« camp » en allemand) nazi de Monowitz-Buna, situé non loin d’Auschwitz. En 1947, il publie Se questo è un uomo, traduit pour la première fois en français en 1987. Cet ouvrage est l’un des premiers à fournir un témoignage sur la vie à Auschwitz. S’il marque par la suite profondément la littérature d’après-guerre, le roman passe tout d’abord inaperçu, perdu dans l’abondante littérature relative aux camps de concentration et aux persécutions raciales ayant eu lieu durant la guerre. Mais l’auteur ne lâche rien et, en 1958, Se questo è un uomo fait l’objet d’une seconde publication, après une réécriture complète de l’œuvre.

C’est que Primo Levi a à cœur de partager son expérience afin que l’on n’oublie jamais ce qu’il s’est passé pendant ces longues années de guerre. Le témoignage qu’il offre dans le roman est une longue méditation sur le travail d’anéantissement de la personnalité humaine réalisé par les nazis, lequel constitue l’objectif premier des camps d’extermination. Ainsi que l’auteur l’écrit dans la préface de 1947, « [p]uisse l’histoire des camps d’extermination retentir pour tous comme un sinistre signal d’alarme » (p. 8).

LA VIE DE PRIMO LEVI

Portrait de Primo Levi.

UN GOÛT CERTAIN POUR LA SCIENCE

Primo Levi grandit en Piémont dans une famille juive cultivée. Son grand-père est ingénieur, ainsi que son père, Cesare Levi. Bien que 41 ans les séparent, Primo Levi entretient avec lui une relation forte et n’hésite pas à se confier à lui. C’est d’ailleurs à son père qu’il doit sa passion pour les sciences. Il peut également compter sur sa petite sœur avec laquelle il partage un lien indéfectible, basé sur la compréhension et l’attachement réciproque. Leur entente est telle que les deux enfants mettent au point un langage codé, compréhensible uniquement d’eux.

Son père possédant une riche bibliothèque, Primo s’intéresse très tôt aux livres. Les aventures fantastiques de Jules Verne (1828-1905), avec leur fond scientifique, passionnent le jeune garçon, ainsi que les livres de l’astronome français Camille Flammarion (1842-1925).

Porté par sa passion pour les sciences, c’est tout naturellement qu’il choisit de mener des études de chimie en 1937. Sa première année universitaire se passe sans encombre tant sur le plan de la réussite que sur celui de l’intégration : Levi entretient de bons rapports avec ses camarades, juifs et non juifs. Mais, un an plus tard, la campagne antijuive se développe en Italie et les lois raciales fascistes sont promulguées après la visite d’Hitler (1889-1945) à Mussolini (1883-1945).