Souvenirs entomologiques - Livre VII - Jean-Henri Fabre - ebook
Kategoria: Nauka i nowe technologie Język: francuski Rok wydania: 1900

Souvenirs entomologiques - Livre VII darmowy ebook

Jean-Henri Fabre

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

e-czytniku EPUB
tablecie EPUB
smartfonie EPUB
komputerze EPUB
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Opinie o ebooku Souvenirs entomologiques - Livre VII - Jean-Henri Fabre

Fragment ebooka Souvenirs entomologiques - Livre VII - Jean-Henri Fabre

A Propos
Chapitre 1 - LE SCARITE GÉANT
Chapitre 2 - LA SIMULATION DE LA MORT

A Propos Fabre:

Homme de sciences, humaniste, naturaliste et entomologiste éminent, Jean-Henri Fabre était un écrivain passionné par la nature et un poete, lauréat de l'Académie française et d'un nombre élevé de prix.

Copyright: This work is available for countries where copyright is Life+70 and in the USA.
Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

Chapitre 1 LE SCARITE GÉANT

Le métier de la guerre est peu favorable aux talents. Voyez le Carabe, fougueux batailleur parmi la gent insecte. Que sait-il faire ? En industrie, rien ou peu s’en faut. L’inepte massacreur est néanmoins superbe en son justaucorps, de richesse inouie. Il a l’éclat de la pyrite cuivreuse, de l’or, du bronze florentin. S’il s’habille de noir, il rehausse le sombre costume par un fulgurant ourlet d’améthyste. Sur les élytres, ajustées en cuirasse, il porte chaînettes de bosselures et de points enfoncés.

De belle prestance d’ailleurs, svelte, serré a la taille, le Carabe est la gloire de nos collections, mais pour le regard seul. C’est un frénétique égorgeur, rien de plus. Ne lui demandons pas davantage. La sagesse antique représentait Hercule, le dieu de la force, avec une tete d’idiot. Le mérite n’est pas grand, en effet, s’il se borne a la force brutale. Et c’est le cas du Carabe.

A le voir si richement paré, qui ne désirerait trouver en lui un beau sujet d’étude, digne de l’histoire, comme les humbles nous en prodiguent ? De ce féroce fouilleur d’entrailles n’attendons rien de pareil. Son art est de tuer.

Le voir en sa besogne de forban est sans difficulté. Je l’éleve dans une ample voliere avec couche de sable frais. Quelques tessons répandus a la surface servent d’abri sous roche ; une touffe de gazon implantée au centre fait bocage et réjouit l’établissement.

Trois especes composent la population : la triviale Jardiniereou Carabe doré, hôte habituel des jardins ; le Procuste coriace, sombre et puissant explorateur des fourrés herbeux au pied des murailles ; le rare Carabe pourpré, qui ceint de violet métallique l’ébene de ses élytres. Je les nourris avec des escargots dont j’enleve en partie la coquille.

Blottis d’abord pele-mele sous les tessons, les Carabes accourent au misérable, qui désespérément sort et rentre ses cornes. Ils sont trois a la fois, ils sont quatre, cinq, a lui dévorer en premier lieu le bourrelet du manteau, tigré d’atomes calcaires. C’est le morceau préféré. De leurs mandibules, solides tenailles, ils happent au milieu de l’écume ; ils tiraillent, ils arrachent un lambeau et se retirent a l’écart pour le déglutir a l’aise.

Cependant les pattes, ruisselantes de viscosité, engluent des grains de sable et se chaussent de lourdes guetres, fort embarrassantes, auxquelles l’insecte n’accorde attention. Tout alourdi, embourbé, il revient en trébuchant a la proie, préleve un autre morceau. Il songera plus tard a se lustrer les bottes. D’autres ne bougent, se gorgent sur place, tout l’avant du corps noyé dans l’écume. La ripaille dure des heures entieres. Les attablés ne quittent la piece que lorsque le ventre distendu souleve le toit des élytres et montre a découvert les nudités du croupion.

Plus amis des recoins ténébreux, les Procustes font bande a part. Ils entraînent l’escargot dans leur repaire, sous l’abri d’un tesson, et la, paisiblement, en commun, dépecent le mollusque. Ils affectionnent la limace, d’équarrissage plus aisé que le colimaçon, défendu par son test ; ils estiment morceau friand la Testacelle, qui porte tout au bout postérieur de l’échine une écaille calcaire, contournée en bonnet phrygien. La venaison est de chair plus ferme, moins affadie par la bave.

Se repaître en glouton d’un escargot que j’ai moi-meme privé de protection en lui brisant la coquille, n’a rien dont puisse se glorifier un belliqueux ; mais voici ou se révele l’audace du Carabe. A la Jardiniere, mise en appétit par un jeune de quelques jours, je présente le Hanneton des pins, dans sa pleine vigueur. C’est un colosse a côté du Carabe doré ; c’est un bouf en face du loup.

La bete de proie rôde autour du pacifique, choisit son moment. Elle s’élance, recule hésitante, revient a la charge. Voici le géant culbuté. Incontinent l’autre lui ronge, lui fouille le ventre. Si cela se passait dans un monde de titre plus élevé, ce serait un spectacle a donner la chair de poule que celui du Carabe plongeant a demi dans le gros Hanneton et lui extirpant les entrailles.

Je soumets l’éventreur a curée plus difficultueuse. La proie est, cette fois, l’Orycte nasicorne, le robuste Rhinocéros, géant invincible, dirait-on, sous le couvert de son armure. Mais le vénateur connaît le point faible du bardé de corne, la peau fine défendue par les élytres. A force d’assauts, repris par l’agresseur aussitôt que repoussés par l’assailli, le Carabe parvient a soulever un peu la cuirasse et a glisser la tete par-dessous. Du moment que les pinces ont fait entaille dans la peau vulnérable, le Rhinocéros est perdu. Il ne restera bientôt du colosse qu’une lamentable carcasse vide.

Qui désirerait lutte plus atroce, doit la demander au Calosome sycophante, le plus beau de nos insectes carnassiers, le plus majestueux de costume et de taille. Ce prince des Carabes est le bourreau des chenilles. Les plus robustes de croupe ne lui en imposent pas.

Sa prise de corps avec l’énorme chenille du Grand-Paon est a voir une fois ; mais en une séance de pareilles horreurs, on est rebuté. Contorsions de la bete éventrée, qui, d’un brusque coup de reins, souleve le bandit, le laisse retomber, dessus, dessous, sans parvenir a lui faire lâcher prise ; tripailles vertes répandues a terre, pantelantes ; trépignements de l’égorgeur ivre de carnage, s’abreuvant aux sources d’une horrible plaie, voila les traits sommaires du combat. Si l’entomologie n’avait d’autres scenes a nous montrer, sans le moindre regret je renoncerais a l’insecte.

Au repu offrez le lendemain la Sauterelle verte, le Dectique a front blanc, l’un et l’autre adversaires sérieux, armés de puissantes ganaches. Sur ces pansus, la tuerie va recommencer, aussi ardente que la veille. Elle recommencera plus tard sur le Hanneton des pins, sur l’Orycte nasicorne, avec l’atroce tactique usitée des Carabes. Mieux que ces derniers, le Calosome est au fait du point faible des cuirassés, sous le couvert des élytres. Et cela durera tant qu’on lui fournira des victimes, car ce buveur de sang n’est jamais assouvi.

D’âcres exhalaisons, produits d’un tempérament brulé, accompagnent cette frénésie de carnage. Les Carabes élaborent des humeurs caustiques ; le Procuste lance a qui le saisit un jet vinaigré ; le Calosome empuantit les doigts d’un relent de droguerie ; certains, tels les Brachines, connaissent les explosifs, et, d’une arquebusade, brulent la moustache a l’agresseur.

Distillateurs de corrosifs, canonniers au picrate, bombardiers a la dynamite, eux tous, les violents, si bien doués pour la bataille, que savent-ils faire en dehors de la tuerie ? Rien. Nul art, nulle industrie, pas meme chez la larve, qui pratique le métier de l’adulte et médite ses mauvais coups en vagabondant sous les pierres. C’est cependant a un de ces ineptes guerroyeurs que je vais aujourd’hui m’adresser de préférence, entraîné par certaine question a résoudre. Voici la chose. Vous venez de surprendre tel ou tel autre insecte, immobile sur un rameau, dans les béatitudes du soleil. Votre main se leve, ouverte, prete a s’abattre et a le saisir. A peine avez-vous fait le geste qu’il se laisse choir. C’est un cuirassé d’élytres, lent a dégager les ailes de leur étui de corne, ou bien un incomplet, dépourvu de membranes alaires. Incapable de prompte fuite, l’insecte surpris se laisse tomber. Vous le cherchez, souvent peine inutile, parmi les herbages. Si vous le trouvez, il est étendu sur le dos, les pattes repliées, ne bougeant plus.

Il fait le mort, dit-on ; il ruse pour se tirer d’affaire. L’homme certainement lui est inconnu ; en son petit monde, nous ne comptons pour rien. Que lui importent nos chasses d’enfant ou de savant ? Il n’a cure du collectionneur et de sa longue épingle ; mais il connaît le danger en général ; il appréhende son naturel ennemi, l’oiseau insectivore, qui le gobe d’un coup de bec. Pour dérouter l’assaillant, il gît sur le dos, contracte les pattes et simule la mort. En cet état, l’oiseau, ou tout autre persécuteur, le dédaignera, et la vie sera sauve.

A ce qu’on assure, ainsi raisonnerait l’insecte brusquement surpris. Cette ruse est depuis longtemps célebre. Autrefois deux compagnons, a bout de ressources, vendirent la peau de l’ours avant d’avoir mis l’animal a terre. La rencontre tourne mal ; il faut fuir a la hâte. L’un d’eux bronche, tombe, retient le souffle et fait le mort. L’ours arrive, tourne et retourne l’homme, l’explore de la patte et des naseaux, le flaire au visage. « Il sent déja mauvais, » dit-il, et sans plus s’en retourne. Cet ours était un naif.

L’oiseau ne serait pas dupe de ce grossier stratageme. En ce bienheureux temps ou la découverte d’un nid est un événement majeur, a nul autre pareil, je n’ai jamais vu mes moineaux, mes verdiers, refuser un criquet parce qu’il ne remuait plus, une mouche parce qu’elle était morte. Toute becquée qui ne se démene pas est tres bien acceptée, pourvu qu’elle soit fraîche et de bon gout.

S’il compte, en effet, sur les apparences de la mort, l’insecte me semble donc mal inspiré. Mieux avisé que l’ours de la fable, l’oiseau, de sa prunelle perspicace, a l’instant reconnaîtra la supercherie et passera outre. Si d’ailleurs l’objet était réellement un défunt, frais encore, le coup de bec n’en serait pas moins donné.

Des doutes me viennent, plus pressants, si je considere a quelles graves confidences conduirait l’astuce de l’insecte. Il fait le mort, dit le langage populaire, peu soucieux de peser la valeur de ses termes ; il fait le mort, répete le langage savant, heureux de trouver la certaines éclaircies de raison chez la bete. Qu’y a-t-il de vrai dans ce dire unanime, trop peu réfléchi d’un côté, et de l’autre trop enclin aux lubies théoriques ?

Les arguments de la logique ici ne suffiraient pas. Il est indispensable de faire parler l’expérience, qui seule peut fournir valide réponse. Mais, parmi les insectes, a qui s’adresser tout d’abord ?

Un souvenir me vient, remontant a une quarantaine d’années. Tout heureux de mon récent triomphe universitaire, je faisais halte a Cette, a mon retour de Toulouse ou je venais de passer mon examen de licence es sciences naturelles. L’occasion était belle de voir encore une fois la flore des bords de la mer, qui, peu d’années avant, faisait mes délices autour du merveilleux golfe d’Ajaccio. C’eut été sottise que de ne pas en profiter. Un grade ne confere pas le droit de ne plus étudier. Si l’on a vraiment un peu de feu sacré dans les veines, on reste écolier toute sa vie, non des livres, pauvre ressource, mais de la grande, de l’inépuisable école des choses.

Un jour donc, en juillet, dans le frais silence de l’aube, j’herborisais sur la plage de Cette. Pour la premiere fois, je récoltais le Liseron soldanelle, qui traîne, sur la limite des embruns, ses cordons a feuilles d’un vert lustré et ses grandes clochettes roses. Retiré dans sa coquille blanche, aplatie, fortement carénée, un curieux colimaçon, l’Hélix explanata, sommeillait, par groupes, sur les gramens.

Les sables secs et mouvants montraient ça et la de longues séries d’empreintes, rappelant, en petit et sous une autre forme, les traces des oisillons sur la neige, cause de doux émois en mes jeunes années. Que signifient ces empreintes ?

Je les suis, chasseur a la piste d’un nouveau genre. Chaque fois, a leur point terminal, j’exhume, en fouillant a peu de profondeur, un superbe carabique, dont le nom seul m’était a peu pres connu. C’est le Scarite géant (Scarites gigas, Fab).

Je le fais marcher sur le sable. Il reproduit exactement les traces qui m’ont donné l’éveil. C’est bien lui qui, en quete de gibier, la nuit, a, de ses doigts, marqué la piste. Avant le jour, il est rentré dans son repaire, et nul maintenant ne se montre a découvert.

Un autre trait de mours s’impose a mon attention. Tracassé un moment, puis mis a terre sur le dos, de longtemps il ne remue. Nul encore parmi les autres insectes, objets d’ailleurs d’un superficiel examen sous ce rapport, ne m’avait montré pareille persistance dans l’immobilité. Ce détail se grave si bien dans ma mémoire que, quarante ans apres, désireux d’expérimenter les insectes experts dans l’art de simuler la mort, je songe immédiatement au Scarite.

Un ami m’en fait parvenir une douzaine de Cette, de la plage meme ou jadis j’avais passé délicieuse matinée en compagnie de cet habile mime des morts. Ils m’arrivent en parfait état, pele-mele avec des Pimélies (Pimelia bipunctata, Fab.), leurs compatriotes des sables maritimes. De celles-ci, troupeau lamentable, beaucoup sont éventrées, vidées a fond ; d’autres n’ont plus que des moignons de pattes ; quelques-unes, rares, sont sans blessures.

Il fallait s’y attendre avec ces carabiques, giboyeurs effrénés. De tragiques événements se sont passés dans la boîte pendant le trajet de Cette a Sérignan. Les Scarites ont fait bombance, a ventre que veux-tu, des paisibles Pimélies.

Leurs traces que je suivais autrefois sur les lieux memes étaient le témoignage de leurs rondes nocturnes, apparemment a la recherche de la proie, la Pimélie pansue, dont toute la défense consiste en une forte armure d’élytres soudées. Mais que peut telle cuirasse contre les atroces tenailles du forban !

C’est, en effet, un rude chasseur, que ce Nemrod du littoral. Tout noir et brillant, ainsi qu’un bijou de jais, il a le corps coupé en deux par un fort étranglement de la taille. Son arme d’attaque consiste en deux pinces d’extraordinaire vigueur. Nul de nos insectes ne l’égale en puissance de mandibules. Il faut en excepter le Cerf-volant, bien mieux outillé, ou pour mieux dire décoré, car les pinces en ramure de cerf de l’hôte des chenes sont des atours de la parure masculine, et non une panoplie de bataille.

Le brutal carabique, éventreur de Pimélies, connaît sa force. Si je le harcele un peu sur la table, il se met aussitôt en posture de défense. Bien cambré sur ses courtes pattes, celles d’avant surtout, dentelées en râteaux de fouille ; il se disloque en deux pieces, pour ainsi dire, a la faveur de l’étranglement qui le scinde apres le corselet ; il releve fierement la moitié antérieure du corps, son large thorax taillé en cour, sa tete massive, ouvrant en plein les menaçantes tenailles. Il en impose alors. Il fait davantage : il a l’audace de courir sus au doigt qui vient de le toucher. Voila certes un sujet d’intimidation non facile. J’y regarde a deux fois avant de le manier.

Je loge mes étrangers partie sous cloche en toile métallique, partie dans des bocaux, tous avec couche de sable. Sans tarder, chacun se creuse un terrier. L’insecte infléchit fortement sa tete, et de la pointe des mandibules, rassemblées en un pic, rudement pioche, laboure, excave. Les pattes d’avant, dilatées et armées de crocs, cueillent les déblais poudreux en une brassée qui se refoule au dehors a reculons. Ainsi s’éleve une taupinée sur le seuil du clapier. La demeure rapidement s’approfondit et par une douce pente atteint le fond du bocal.

Arreté dans le sens de la profondeur, le Scarite travaille alors contre la paroi de verre et continue son ouvrage dans le sens horizontal jusqu’a lui donner pres de trois décimetres de développement en totalité.

Cette disposition de la galerie, presque en entier sous le couvert immédiat du verre, m’est tres utile pour suivre l’insecte dans l’intimité du chez soi. Si je veux assister a ses manouvres souterraines, il me suffit de soulever le manchon opaque dont j’ai soin d’envelopper le bocal, afin d’éviter a la bete l’importunité de la lumiere.

Lorsque le logis est jugé de longueur suffisante, le Scarite revient a l’entrée, qu’il travaille avec plus de soin que le reste. Il en fait un entonnoir, un gouffre a déclivité mouvante. C’est en grand, et de façon plus rustique, le cratere du Fourmi-Lion. Cette embouchure se continue par un plan incliné, entretenu libre de tout éboulis. Au bas de la pente est le vestibule de la galerie horizontale. La, d’habitude, se tient le vénateur, immobile, les tenailles a demi ouvertes. Il attend.

Quelque chose bruit la-haut. C’est un gibier que je viens d’introduire, une Cigale, somptueux morceau. Le somnolent trappeur aussitôt se réveille ; il agite les palpes, qui frémissent de convoitise. Avec prudence, pas a pas, il remonte son plan incliné. Un coup d’oil est jeté au dehors. La Cigale est vue.

Le Scarite s’élance de son puits, accourt, la saisit et l’entraîne a reculons. La lutte est breve avec le traquenard de l’entrée, qui bâille en entonnoir pour recevoir une proie meme volumineuse et qui se rétrécit en un précipice croulant ou toute résistance est paralysée. La pente est fatale : qui en franchit le seuil ne peut plus éviter l’égorgeoir.

Tete premiere, la Cigale plonge dans le gouffre, ou par saccades l’entraîne le ravisseur. Elle est introduite dans le tunnel surbaissé. La, faute d’espace, cesse tout trémoussement des ailes. Elle arrive dans la salle d’équarrissage, a l’extrémité du couloir. Quelque temps, alors, le Scarite la travaille de ses pinces pour l’immobiliser a fond, crainte d’une fuite ; puis il remonte a l’embouchure du charnier.

Ce n’est pas tout que de posséder venaison copieuse ; il s’agit maintenant de la consommer en paix. La porte est donc fermée aux importuns, c’est-a-dire que l’insecte comble l’entrée du souterrain avec sa taupinée de déblais. Ces précautions prises, il redescend et s’attable. Il ne rouvrira sa cachette et ne refera le gouffre de l’entrée que plus tard, lorsque la Cigale sera digérée et que reviendra la faim. Laissons le goinfre a sa curée.

La courte matinée passée avec lui, en son lieu d’origine, ne m’a pas permis de l’observer en chasse, sur les sables de la plage ; mais les faits recueillis en captivité suffisent a nous renseigner. Ils nous montrent, dans le Scarite, un audacieux que n’intimident ni la taille ni la vigueur de l’adversaire.

Nous venons de le voir remonter de dessous terre, courir sus aux passants, les saisir a distance et les entraîner violemment dans son coupe-gorge. La Cétoine dorée, le Hanneton vulgaire, sont pour lui médiocre butin. Il ose s’attaquer a la Cigale, il ose porter ses crocs sur le corpulent Hanneton des pins. C’est un téméraire, pret a tous les mauvais coups.

Dans les conditions naturelles, il ne doit pas déployer moins d’audace. Au contraire, les lieux familiers, les mouvements libres, l’espace sans limites, l’atmosphere salée chere a ses habitudes, exaltent le belliqueux.

Il s’est creusé dans le sable une retraite a large embouchure croulante. Ce n’est pas, a l’exemple du Fourmi-Lion, pour attendre, au fond de son entonnoir, le passage d’une proie qui trébuche sur la pente mobile et roule dans le gouffre. Le Scarite méprise ces petits moyens de braconnier, ces pieges d’oiseleur ; il lui faut la chasse a courre.

Ses longues pistes sur le sable nous parlent de rondes nocturnes a la recherche de la grosse venaison, la Pimélie souvent, le Scarabée semi-ponctué parfois. La trouvaille n’est pas consommée sur place. Pour en jouir a l’aise, il faut l’obscure tranquillité du manoir souterrain. La capture, saisie par une patte au moyen des tenailles, est donc violemment entraînée.

Si des précautions n’étaient prises, l’introduction dans le terrier serait impraticable avec une énorme proie qui désespérément résiste. Mais l’entrée du souterrain est un ample cratere, a parois croulantes. Si gros qu’il soit, l’appréhendé, tiraillé d’en bas, pénetre et culbute dans le gouffre. Des éboulis aussitôt l’ensevelissent, le paralysent. Le coup est fait. Le forban va fermer sa porte et vider le ventre a sa piece.


Chapitre 2 LA SIMULATION DE LA MORT

C’est le farouche Scarite, l’audacieux éventreur, que nous interrogerons le premier sur la mort simulée. Provoquer son état d’inertie est affaire des plus simples : je le manie un instant, je le roule entre les doigts ; mieux encore, je le laisse tomber sur la table, a deux ou trois reprises, d’une faible élévation. La commotion du choc reçue et renouvelée s’il y a lieu, je mets l’insecte sur le dos.

Cela suffit : le gisant plus ne remue, comme trépassé. Il a les pattes repliées contre le ventre, les antennes étalées en croix, les tenailles ouvertes. Une montre a côté me donne la minute précise du début et de la fin de l’épreuve. Il ne s’agit plus que d’attendre, et surtout de s’armer de patience, car l’immobilité de l’insecte est de durée fastidieuse pour l’observateur aux aguets de l’événement.

La pose inerte est tres variable de persistance dans la meme journée, les memes conditions atmosphériques et avec le meme sujet, sans que je puisse démeler les causes qui l’abregent ou la prolongent. Sonder les influences extérieures, si nombreuses et parfois si faibles, intervenant ici ; scruter surtout les intimes impressions de la bete, ce sont la secrets impénétrables. Bornons-nous a l’enregistrement des résultats.

L’immobilité se maintient assez souvent une cinquantaine de minutes ; dans certains cas meme, elle dépasse une heure. La durée la plus fréquence est en moyenne de vingt minutes. Si rien ne troubles l’insecte, si je le couvre d’une cloche de verre, a l’abri des mouches, importunes visiteuses dans la chaude saison ou j’opere, l’inertie est parfaite : nul frémissement ni des tarses, ni des palpes, ni des antennes. C’est bien, dans toute son inertie, le simulacre de la mort.

Enfin l’apparent trépassé ressuscite. Les tarses tremblotent, ceux d’avant les premiers ; les palpes et les antennes lentement oscillent, c’est le prélude du réveil. Les pattes maintenant gesticulent. L’animal se coude un peu sur sa ceinture étranglée ; il s’arc-boute sur la tete et le dos, il se retourne. Le voila qui trottine et décampe, pret a redevenir mort apparent si je renouvelle ma tactique d’un choc.

Recommençons a l’instant. Le frais ressuscité est pour la seconde fois immobile, couché sur le dos. Il prolonge sa posture de mort plus longtemps qu’il ne l’avait fait au début. A son réveil, je reprends l’épreuve une troisieme, une quatrieme, une cinquieme fois, sans intervalles de repos. La durée de l’immobilité va croissant. Citons les chiffres. Les cinq épreuves consécutives, de la premiere a la derniere, ont duré respectivement 17 minutes, puis 20, 25, 33 et 50 minutes. Du quart d’heure, la pose de la mort atteint presque l’heure entiere.

Sans etre constants, semblables faits reviennent a nombreuses reprises dans mes expérimentations, avec des durées variables, bien entendu. Ils nous disent qu’en général le Scarite prolonge davantage sa pose inerte a mesure que l’épreuve se répete. Est-ce affaire d’accoutumance, est-ce une aggravation de ruse dans l’espoir de lasser enfin un ennemi trop tenace ? Conclure serait prématuré : l’interrogatoire de l’insecte n’est pas encore suffisant.

Attendons. N’allons pas d’ailleurs nous figurer qu’il soit possible de continuer ainsi jusqu’a épuisement de notre patience. Tôt ou tard, ahuri par mes tracasseries, le Scarite se refuse a faire le mort. A peine mis sur le dos apres un choc, il se retourne et fuit, comme s’il jugeait désormais inutile un stratageme de si peu de succes.

A s’en tenir la, les apparences seraient bien que l’insecte, roué mystificateur, cherche, comme moyen de défense, a duper qui l’attaque. Il contrefait le mort ; il recommence, plus tenace en sa supercherie a mesure que l’agression se répete ; il renonce a sa ruse quand il la juge vaine. Mais ce n’est encore qu’interrogatoire sans malice. A notre tour de faire intervenir un questionnaire adroit et de duper le dupeur s’il y a réellement tromperie.

L’insecte expérimenté gît sur la table. Il sent sous lui corps dur, de fouille impraticable. Faute d’espoir dans un refuge souterrain, travail facile a ses vigoureux et prestes outils, le Scarite se tient coi dans sa pose mortuaire, une heure s’il le faut. S’il reposait sur le sable, l’arene mobile qui lui est si familiere, ne reprendrait-il pas son activité plus rapidement, ne trahirait-il pas au moins par quelques trémoussements son désir de se dérober dans le sous-sol ?

Je m’y attendais. Me voila détrompé. Que je le dépose sur le bois, le verre, le sable, le terreau, l’insecte ne modifie en rien sa tactique. Sur une surface d’excavation aisée, il prolonge son immobilité aussi longtemps que sur une surface inattaquable.

Cette indifférence sur la nature de l’appui entrebâille la porte au doute ; ce qui suit l’ouvre toute grande. Le patient est sur la table, devant moi, qui l’observe de pres. De ses yeux luisants, obombrés des antennes, il me voit, lui aussi ; il me regarde, il m’observe, si cette façon de parler est ici permise. Que peut bien etre l’impression visuelle de l’insecte en face de cette énormité, l’homme ? Comment le nain toise-t-il le monstrueux monument de notre corps ? Vu du fond de l’infiniment petit, l’immense n’est peut-etre rien.

N’allons pas si loin : admettons que l’insecte me regarde, me reconnaît pour son persécuteur. Tant que je serai la, le méfiant ne bougera pas. S’il s’y décide, ce sera apres avoir lassé ma patience. Éloignons-nous donc. Alors, toute ruse étant devenue inutile, il s’empressera de se remettre sur pattes et de déguerpir.

Je vais dix pas plus loin, a l’autre bout de la salle. Je me dissimule, ne remue, crainte de troubler le silence. L’insecte se relevera-t-il ? Mais non, mes précautions sont vaines. Isolé, abandonné a lui-meme, parfaitement tranquille, l’insecte reste immobile aussi longtemps que dans mon étroit voisinage.

Peut-etre m’a-t-il aperçu, le clairvoyant, dans mon coin, a l’autre bout de la piece ; peut-etre un subtil odorat lui a-t-il révélé ma présence. Alors faisons mieux. Je couvre le Scarite d’une cloche qui le garantisse des mouches tracassieres, et je quitte la salle, je descends dans le jardin. Plus rien autour de lui de nature a l’inquiéter. Portes et fenetres sont closes. Aucun bruit du dehors, aucune cause d’émoi a l’intérieur. Que va-t-il advenir au milieu de cette profonde paix ?

Rien de plus, rien de moins qu’a l’ordinaire. Apres des vingt, des quarante minutes d’attente au dehors, je remonte et reviens a mon insecte. Je le retrouve tel que je l’avais laissé, étendu immobile sur le dos.

Cette épreuve, maintes fois reprise avec des sujets différents, projette vive lumiere sur la question. Elle affirme, de façon expresse, que l’altitude mortuaire n’est pas une supercherie de l’insecte en danger. Ici rien n’intimide l’animal. Autour de lui tout est silence, isolement, repos. S’il persiste dans son immobilité, ce ne saurait etre maintenant pour duper un ennemi. A n’en pas douter, autre chose est en jeu.

D’ailleurs en quoi des artifices spéciaux de défense lui seraient-ils nécessaires ? Je comprendrais un faible, un pacifique pauvrement défendu, ayant recours, dans le péril, a des ruses ; lui, belliqueux forban, si bien cuirassé, je ne le comprends pas. Aucun insecte de ses plages n’est de force a lui résister. Les plus vigoureux, le Scarabée et la Pimélie, races débonnaires, loin de le molester, garnissent de proie son terrier.

Serait-il menacé par l’oiseau ? C’est tres douteux. En sa qualité de Carabique, il est saturé d’âcretés qui doivent faire de son corps becquée peu engageante. Du reste, il est blotti de jour au fond d’un terrier ou nul ne le voit, ne le soupçonne ; il n’en sort que la nuit, alors que l’oiseau n’inspecte plus le rivage. Donc pas de bec a redouter.

Et ce bourreau des Pimélies, a l’occasion meme des Scarabées, ce brutal que rien ne menace, serait poltron au point de faire le mort a la moindre alerte ! Je me permets d’en douter de plus en plus.

Ainsi me le conseille le Scarite lisse (Scarites lavigatus, Fab.), hôte des memes plages. Le premier est un géant ; le deuxieme, en comparaison, est un nain. Meme forme d’ailleurs, meme costume de jais, meme armure, memes mours de brigandage. Eh bien, le Scarite lisse, malgré sa faiblesse, son exiguité, ignore presque l’artifice de la mort simulée. Tracassé un moment, puis mis sur le dos, aussitôt il se releve et fuit. A peine j’obtiens quelques secondes d’immobilité : une seule fois, dompté par mon insistance, le nain reste inerte un quart d’heure.

Que nous sommes loin du géant, immobile aussitôt culbuté sur le dos et ne se relevant parfois qu’apres une heure d’inaction ! C’est l’inverse de ce qui devrait se passer si réellement la mort apparente était une ruse de défense. Au géant, rassuré par sa force, de dédaigner cette posture de poltron ; au nain timide d’y vite recourir. Et c’est précisément le contraire. Qu’y a-t-il donc la-dessous ?

Essayons l’influence du péril. Quel ennemi mettre en présente du gros Scarite, immobile sur le dos ? Je ne lui en connais pas. Suscitons alors un semblant d’agresseur. Les mouches me mettent sur la voie.

J’ai dit leur importunité dans le courant de mes recherches, a l’époque des chaleurs. Si je ne fais intervenir une cloche ou si je n’y veille avec assiduité, il est rare que l’acariâtre diptere ne se pose sur mon sujet et ne l’explore de la trompe. Laissons faire cette fois.

A peine la mouche a-t-elle effleuré de la patte ce semblant de cadavre, que les tarses du Scarite frémissent, comme secoués par une légere commotion galvanique. Si le visiteur ne fait que passer, les choses ne vont pas plus loin ; mais s’il persiste, au voisinage surtout de la bouche, humide de salive et de sucs alimentaires dégorgés, le tracassé promptement gigote, se retourne, s’enfuit.

Peut-etre n’a-t-il pas jugé opportun de prolonger sa supercherie devant un adversaire aussi méprisable. Il reprend l’activité parce qu’il a reconnu la nullité du péril. Adressons-nous alors a un autre importun, redoutable de vigueur et de taille. J’ai précisément sous la main le grand Capricorne, puissant de griffes et de mandibules. Le haut encorné est un pacifique, je le sais bien ; mais le Scarite ne le connaît pas ; sur les sables de la plage, il ne s’est jamais trouvé en présence de tel colosse, capable d’en imposer a de moins timides que lui. La crainte de l’inconnu ne fera qu’aggraver la situation.

Guidé par le bout de ma paille, le Capricorne met la patte sur l’insecte gisant. Les tarses du Scarite aussitôt frémissent. Si le contact se prolonge, se multiplie, tourne a l’agression, le mort se remet sur jambes et détale. Bien autre que ne m’aient déja appris les titillations du diptere. Dans l’imminence d’un péril, d’autant plus a craindre qu’il est inconnu, la fourberie du simulacre de la mort disparaît, remplacée par la fuite.

L’épreuve suivante a sa petite valeur. Je choque d’un corps dur le pied de la table ou se trouve l’insecte étendu sur le dos. La secousse est tres légere, insuffisante pour ébranler la table de façon sensible. Tout se borne aux intimes vibrations d’un corps élastique choqué. Il n’en faut pas davantage pour troubler l’immobilité de l’insecte. A chaque percussion, les tarses s’infléchissent, tremblotent un instant.

Pour en finir, citons l’effet de la lumiere. Jusqu’ici le patient a été expérimenté dans la pénombre de mon cabinet, hors de l’insolation directe. Sur la fenetre, le soleil donne en plein. Que fera l’insecte immobile si je le transporte d’ici la, de ma table sur la fenetre, en vive clarté ? C’est a l’instant reconnu. Aussitôt, sous les rayons directs du soleil, le Scarite se retourne et déguerpit.

C’en est assez. Patient persécuté, tu viens de trahir a demi ton secret. Quand la mouche te taquine, te tarit la levre visqueuse, te traite en cadavre dont elle voudrait bien puiser les sucs ; quand apparaît a ton regard terrifié le monstrueux Capricorne, qui te pose la patte sur le ventre comme pour prendre possession d’une proie ; quand la table frémit, c’est-a-dire quand pour toi le sol tremble, miné peut-etre par quelque envahisseur du terrier ; quand une vive lumiere t’inonde, favorable aux desseins de tes ennemis et dangereuse a ta sécurité d’insecte ami des ténebres, c’est alors, en vérité, qu’il conviendrait de ne remuer, si réellement, lorsqu’un péril te menace, ta ressource est de faire le mort.

En ces moments critiques, tu tressailles, au contraire ; tu t’agites, tu reprends la station normale, tu décampes. Ta fourberie est éventée, ou, pour mieux dire, il n’y a pas de ruse. Ton inertie n’est pas simulée, elle est réelle. C’est un état de torpeur momentanée ou te plonge ta délicate nervosité. Un rien t’y fait tomber, un rien t’en retire, et surtout un bain de lumiere, souverain stimulant de l’action.

Sous le rapport de la longue immobilité a la suite d’un émoi, je trouve un émule du Scarite géant dans un gros Bupreste noir, a corselet enfariné, ami du prunellier, de l’abricotier, de l’aubépine. C’est le Capnodis tenebrionis, Lin. En certains cas, je le vois, les pattes étroitement repliées, les antennes rabattues, prolonger au dela d’une heure sa pose inerte sur le dos. En d’autres, l’insecte s’entete a fuir, influencé apparemment par des conditions atmosphériques dont je n’ai pas le secret. Une ou deux minutes d’immobilité, c’est alors tout ce que j’obtiens.

Redisons-le : chez mes divers sujets, l’attitude morte est tres variable de durée, régie qu’elle est par une foule de circonstances insoupçonnées. Profitons des occasions bonnes, assez fréquentes. Je soumets le Bupreste ténébrion aux diverses épreuves subies par le Scarite géant. Les résultats sont les memes. Qui connaît les premiers connaît les seconds. Inutile de s’y arreter.

Je mentionnerai seulement la promptitude avec laquelle le Bupreste, immobile a l’ombre, reprend l’activité lorsque je le transporte de ma table au plein soleil de la fenetre. En quelques secondes de ce bain chaud et lumineux, l’insecte entr’ouvre les élytres, dont il fait levier, et se retourne, prompt a prendre l’essor si ma main ne le happe a l’instant. C’est un passionné de lumiere, un fervent de l’insolation, dont il se grise, sur l’écorce de ses prunelliers, dans les apres-midi les plus chaudes.

Cet amour des températures tropicales me suscitera question que voici : qu’adviendrait-il si je refroidissais l’animal dans sa pose immobile ? J’entrevois une prolongation de l’inertie. Le refroidissement, bien entendu, ne doit pas etre considérable, car alors arriverait la léthargie ou tombent, engourdis par le froid, les insectes aptes a passer l’hiver.

Il faut, au contraire, que le Bupreste conserve du mieux la plénitude de vie. L’abaissement de température sera doux, tres modéré, et tel que l’insecte, en de pareilles conditions de climat, conserve ses moyens d’action dans la vie courante. Je dispose d’un frigorifique convenable. C’est l’eau de mon puits, dont la température, en été, est d’une douzaine de degrés au-dessous de celle de l’air ambiant.

Le Bupreste, dont je viens de provoquer a l’instant l’inertie par quelques chocs, est installé sur le dos au fond d’un petit bocal que je bouche de façon hermétique et que j’immerge dans un baquet plein de cette eau fraîche. Pour maintenir le bain dans sa fraîcheur initiale, je le renouvelle peu a peu, en prenant bien garde de ne pas ébranler le bocal ou gît le patient dans sa posture de mort.

Le résultat me dédommage de mes soins. Au bout de cinq heures sous l’eau, l’insecte ne bouge encore. Je dis cinq heures, cinq longues heures, et je pourrais certainement dire davantage si ma patience lassée n’avait mis fin a l’épreuve. Mais cela suffit pour écarter toute idée de supercherie de la part de la bete. L’insecte, c’est hors de doute, ne fait pas ici le mort. Il est réellement somnolent, immobilisé par un trouble intime que mes tracasseries ont provoqué au début et que la fraîcheur ambiante prolonge au dela des habituelles limites.

Par semblable séjour dans l’eau fraîche du puits, j’essaye sur le Scarite géant l’effet d’une légere diminution de température. Le résultat ne répond pas aux espérances que me donnait le Bupreste. Je ne parviens pas a dépasser cinquante minutes d’inertie. Sans l’artifice du refroidissement, bien des fois j’avais obtenu immobilité aussi longue.

C’était a prévoir. Le Bupreste, ami des brulantes insolations, est impressionné par le bain froid dans une autre mesure que ne l’est le Scarite, rôdeur de nuit et hôte du sous-sol. Quelques degrés de chaleur en moins surprennent le frileux et laissent indifférent l’habitué des fraîcheurs souterraines.

D’autres essais dans cette voie ne m’en apprennent pas davantage. Je vois l’état inerte persister tantôt plus, tantôt moins, suivant que l’insecte recherche ou fuit le soleil. Changeons de méthode.

Je fais évaporer dans un bocal quelques gouttes d’éther sulfurique et j’y introduis a la fois un Géotrupe stercoraire et un Bupreste ténébrion capturés le jour meme. En quelques instants, les deux sujets sont immobiles, hypnotisés par les vapeurs éthérées. Je me hâte de les retirer et de les mettre a l’air libre, sur le dos.

Leur pose est exactement celle qu’ils auraient prise sous l’influence d’un choc ou de toute autre cause d’émoi. Le Bupreste a les pattes régulierement repliées contre la poitrine et le ventre ; le Géotrupe a les siennes étalées, tendues en désordre, rigides et comme prises de catalepsie. Sont-ils morts ? sont-ils vivants ? On ne saurait le dire.

Ils ne sont pas morts. Au bout d’une paire de minutes, les tarses du Géotrupe tremblotent, les palpes frémissent ; les antennes mollement oscillent. Puis les pattes antérieures remuent, et un quart d’heure ne s’est pas écoulé que les autres pattes se démenent. Exactement de la meme façon se réveillerait l’activité de l’insecte immobilisé par la commotion d’un choc.

Quant au Bupreste, il est dans une inertie si profonde et si prolongée que tout d’abord je le crois réellement mort. Dans la nuit, il se remet, et je le retrouve le lendemain avec son activité ordinaire. L’épreuve de l’éther, que j’ai eu soin d’arreter aussitôt produit l’effet désiré, ne lui a pas été fatale ; mais elle a eu pour lui des conséquences bien autrement graves que pour le Géotrupe. Le plus sensible a l’émoi du choc, a l’abaissement de température, a été aussi le plus sensible a l’action de l’éther.

Ainsi s’expliquerait par de délicates différences dans l’impressionnabilité, l’énorme écart que je constate entre les deux insectes sous le rapport de l’inertie provoquée par un choc ou le maniement entre les doigts. Tandis que le Bupreste se tient immobile pres d’une heure, le Géotrupe violemment s’agite au bout d’une paire de minutes. Et encore je n’atteins que rarement cette limite.

En quoi le Géotrupe a-t-il, pour se défendre, moins besoin du stratageme de la mort simulée que le noir Bupreste, si bien protégé par sa configuration massive et son armure, dure au point de défier la pointe de l’épingle et meme de l’aiguille ? Nous serions harcelés de la meme question par une multitude d’insectes, gardant les uns l’immobilité et les autres non, sans qu’il nous soit possible d’entrevoir ce qui adviendra d’apres le genre du patient, sa configuration, sa maniere de vivre.

Le Bupreste ténébrion, par exemple, a l’inertie tenace. En sera-t-il de meme, a cause de la parité de structure, des autres membres du meme groupe ? Pas du tout. Le hasard des trouvailles me vaut le Bupreste éclatant (Buprestis rutilans, Fab.) et le Bupreste a neuf points (Ptosima novemmaculata, Fab.). Le premier est rebelle a toutes mes tentatives. La splendide bete s’agriffe a mes doigts, a mes pinces, et s’obstine a se relever aussitôt couchée sur le dos. Le second facilement s’immobilise ; mais combien breve sa pose de mort ! Quatre a cinq minutes au plus.

Un Mélasome que je rencontre fréquemment sous les pierrailles des collines voisines, l’Omocrates abbreviatus, Oliv., persiste dans l’immobilité au dela d’une heure. C’est un rival du Scarite. N’oublions pas d’ajouter que fort souvent le réveil se fait en peu de minutes.

Serait-ce a sa qualité de ténébrionide qu’il doit sa longue inertie ? Nullement, car voici du meme groupe la Pimélie biponctuée qui fait la culbute sur son dos arrondi et se remet sur pieds aussitôt renversée ; voici un Blaps (Blaps similis, Latr.), qui, impuissant a se retourner avec son échine plate, sa corpulence, ses élytres soudées, désespérément s’agite apres une minute ou deux d’inertie.

Les coléopteres a pattes courtes, trottant menu, devraient, semble-t-il, suppléer par la ruse, mieux que les autres, a leur incapacité d’une fuite rapide. Les faits ne répondent pas a cette prévision, si bien fondée en apparence. J’ai consulté les genres Chrysomele, Escarbot, Silphe, Cléone, Bolboceras, Cétoine, Hopplie, Coccinelle, etc. Presque toujours, quelques minutes, quelques secondes, suffisent au retour de l’activité. Divers meme se refusent obstinément a faire le mort.

Autant faut-il en dire des coléopteres bien doués pour la fuite pédestre. Il y en a qui gardent quelques instants l’immobilité ; il y en a, de plus nombreux encore, qui se démenent indomptables. En somme, nul guide qui puisse nous dire a l’avance : « Celui-ci prend aisément la pose des morts, ce deuxieme hésite, ce troisieme refuse. » Rien que de vagues probabilités tant que l’expérience n’a pas dit son mot. De cette melée confuse dégagerons-nous une conclusion ou l’esprit puisse trouver repos ? Je l’espere.