Souvenirs entomologiques - Livre VI - Jean-Henri Fabre - ebook
Kategoria: Nauka i nowe technologie Język: francuski Rok wydania: 1900

Souvenirs entomologiques - Livre VI darmowy ebook

Jean-Henri Fabre

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

e-czytniku EPUB
tablecie EPUB
smartfonie EPUB
komputerze EPUB
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Opis ebooka Souvenirs entomologiques - Livre VI - Jean-Henri Fabre

Ce sixieme volume, comme les précédents, est une étude scientifique du plus haut intéret sur divers insectes, agrémentée de passages sur les idées et l'histoire de l'auteur, fort intéressants, en particulier celui sur sa jeunesse et son éducation campagnarde aupres d'un instituteur «fleurant bon le foin». La démarche de l'auteur y est, comme a chaque fois, explicitée avec une clarté remarquable. On suit parfaitement son cheminement intellectuel, ses questionnements, ses idées d'expérimentations avortées ou réussies. Et meme ses impasses. On remarquera particulierement ses chapitres lumineux sur les aptitudes urticantes de certaines chenilles. Et tout lecteur devrait compatir avec l'auteur s'infligeant, sans précaution ni retenue, des cataplasmes d'«essence» de chenille pour comprendre si toutes sont urticantes et pourquoi elles le sont.

Opinie o ebooku Souvenirs entomologiques - Livre VI - Jean-Henri Fabre

Fragment ebooka Souvenirs entomologiques - Livre VI - Jean-Henri Fabre

A Propos
Chapitre 1 - LE SISYPHE – L’INSTINCT DE LA PATERNITÉ
Chapitre 2 - LE COPRIS LUNAIRE – L’ONITIS BISON

A Propos Fabre:

Homme de sciences, humaniste, naturaliste et entomologiste éminent, Jean-Henri Fabre était un écrivain passionné par la nature et un poete, lauréat de l'Académie française et d'un nombre élevé de prix.

Copyright: This work is available for countries where copyright is Life+70 and in the USA.
Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

Chapitre 1 LE SISYPHE – L’INSTINCT DE LA PATERNITÉ

Les devoirs de la paternité ne sont guere imposés qu’aux animaux supérieurs. L’oiseau y excelle ; le vetu de poils s’en acquitte honorablement. Plus bas, indifférence générale du pere a l’égard de la famille. Bien peu d’insectes font exception a cette regle. Si tous sont d’une ardeur frénétique a procréer, presque tous aussi, la passion d’un instant satisfaite, rompent sur-le-champ les relations de ménage et se retirent insoucieux de la nitée, qui se tirera d’affaire comme elle pourra.

Cette froideur paternelle, odieuse dans les rangs élevés de l’animalité ou la faiblesse des jeunes demande assistance prolongée, a ici pour excuse la robusticité du nouveau-né, qui, sans aide, sait cueillir ses bouchées, pourvu qu’il se trouve en lieu propice. Lorsqu’il suffit a la Piéride, pour la prospérité de sa race, de déposer ses oufs sur les feuilles d’un chou, a quoi bon la sollicitude d’un pere ? L’instinct botanique de la mere n’a pas besoin d’aide. A l’époque de la ponte, l’autre serait un importun. Qu’il s’en aille coqueter ailleurs ; il troublerait la grave affaire.

La plupart des insectes pratiquent pareille éducation sommaire. Ils n’ont qu’a faire choix du réfectoire ou s’établira la famille, aussitôt éclose, ou bien de l’emplacement qui permettra aux jeunes de trouver d’eux-memes les vivres a leur convenance. Nul besoin du pere en ces divers cas. Apres la noce, le désouvré, désormais inutile, traîne donc quelques jours encore vie languissante et périt enfin sans avoir donné le moindre concours a l’installation des siens.

Les choses ne se passent pas toujours avec cette rudesse. Il est des tribus qui assurent une dot a leur famille, qui lui préparent d’avance le vivre et le couvert. L’hyménoptere, notamment, est maître dans l’industrie des celliers, des jarres, des outres ou s’amasse la pâtée de miel destinée aux jeunes ; il connaît a la perfection l’art des terriers ou s’empile la venaison, nourriture des vermisseaux.

Or a cette ouvre énorme, tout a la fois de construction et approvisionnement, a ce labeur ou se dépense la vie entiere, la mere seule travaille, excédée de besogne, exténuée. Le pere, grisé de soleil aux abords du chantier, regarde faire la vaillante, et se tient quitte de toute corvée lorsqu’il a quelque peu lutiné les voisines.

Que ne lui vient-il en aide ? Ce serait le cas ou jamais. Que ne prend-il exemple sur le ménage des hirondelles, apportant l’une et l’autre sa paille, sa motte de mortier a l’édifice, son moucheron a la couvée ? Il n’en fera rien, alléguant peut-etre pour excuse sa faiblesse relative. Mauvaise raison : découper une rondelle de feuille, ratisser du coton sur une plante veloutée, cueillir une parcelle de ciment aux lieux fangeux, ce n’est pas la travail au-dessus de ses forces. Il pourrait tres bien collaborer, au moins comme manouvre, bon a cueillir ce que la mere, mieux entendue, mettrait en place. Le véritable motif de son inaction, c’est l’ineptie.

Chose étrange : l’hyménoptere, le mieux doué des insectes industrieux, ne connaît pas le travail paternel. Lui, en qui les exigences des jeunes sembleraient devoir développer de hautes aptitudes, il reste aussi borné qu’un papillon, dont la famille coute si peu a établir. Le don de l’instinct échappe a nos prévisions les mieux fondées.

Il nous échappe si bien, qu’a notre extreme surprise se trouve, chez le manipulateur de fiente, la noble prérogative dont le mellifere est privé. Divers bousiers pratiquent les allégements du ménage et connaissent la puissance du travail a deux. Rappelons-nous le couple de Géotrupe préparant de concert le patrimoine de la larve ; remettons-nous en mémoire le pere qui prete a sa compagne le concours de sa robuste presse dans la fabrication des boudins comprimés. Mours familiales superbes, bien étonnantes au milieu de l’isolement général.

A cet exemple, unique jusqu’ici, des recherches continuées dans cette voie me permettent aujourd’hui d’en adjoindre trois autres, d’intéret non moindre ; et tous les trois nous sont encore fournis par la corporation des bousiers. Je vais les exposer, mais en abrégeant, car bien des points répéteraient l’histoire du Scarabée sacré, du Copris espagnol et des autres.

Le premier nous vient du Sisyphe (Sisyphus Schofferi Lin.), le plus petit et le plus zélé de nos rouleurs de pilules. Nul ne l’égale en vive prestesse, gauches culbutes et soudaines dégringolades sur des voies impossibles ou son entetement le ramene toujours. En souvenir de cette gymnastique effrénée, Latreille a donné a l’insecte le nom de Sisyphe, célébrité des antiques enfers. Le malheureux terriblement peine, ahane pour hisser au sommet d’une montagne un rocher énorme qui chaque fois lui échappe au moment d’atteindre la cime et revient au bas de la pente. Recommence, pauvre Sisyphe, recommence encore, recommence toujours : ton supplice ne se terminera que lorsque le bloc sera la-haut, solidement assis.

Ce mythe me plaît. C’est un peu l’histoire de beaucoup d’entre nous, non odieux scélérats, dignes d’éternels tourments, mais gens de bien, laborieux, utiles au prochain. Un seul crime leur est a expier : la pauvreté. Un demi-siecle et plus, pour mon compte, j’ai laissé des lambeaux saignants aux angles de l’âpre montée ; j’ai sué toutes mes moelles, tari mes veines, dépensé sans compter mes réserves d’énergie pour hisser la-haut, en lieu sur, mon écrasant fardeau, le pain de chaque jour ; et la miche a peine équilibrée, la voila qui glisse, se précipite, s’abîme. Recommence, pauvre Sisyphe, recommence jusqu’a ce que le bloc, retombant une derniere fois, te fracasse la tete et te délivre enfin.

Le Sisyphe des naturalistes ignore ces amertumes. Allegre, insoucieux des rampes escarpées, il trimbale son bloc, tantôt pain a lui, tantôt pain de ses fils. Il est tres rare ici ; je ne serais jamais parvenu a me procurer le nombre de sujets convenable a mes desseins, sans un auxiliaire qu’il est opportun de présenter au lecteur, car il interviendra plus d’une fois dans ces récits.

C’est mon fils, petit Paul, garçonnet de sept ans. Assidu compagnon de mes chasses, il connaît comme pas un de son âge les secrets de la Cigale, du Criquet, du Grillon et surtout du Bousier, sa grande joie. A vingt pas de distance, son clair regard distingue des amas fortuits, le vrai monceau des terriers ; son oreille fine entend la subtile stridulation de la Sauterelle qui pour moi est silence. Il me prete sa vue, il me prete son ouie ; en échange, je lui livre l’idée, qu’il accueille attentif, en levant vers moi ses grands yeux bleus interrogateurs.

Oh ! l’adorable chose que la premiere floraison intellectuelle ; le bel âge que celui ou la candide curiosité s’éveille, s’informant de tout ! Donc petit Paul a sa voliere ou le Scarabée lui confectionne des poires ; son jardinet, grand comme un mouchoir, ou germent des haricots, déterrés souvent pour voir si la radicule s’allonge ; sa plantation forestiere ou se dressent quatre chenes hauts d’un pan, munis encore sur le côté du gland nourricier a double mamelle. Cela fait diversion a l’aride grammaire, qui n’en marche pas plus mal.

Que de belles et bonnes choses l’histoire naturelle pourrait loger dans les tetes enfantines, si la science daignait se faire aimable avec les petits ; si nos casernes universitaires s’avisaient d’adjoindre a l’étude morte des livres l’étude vivante des champs ; si le lacet des programmes, chers aux bureaucrates, n’étranglait toute initiative de bonne volonté ! Petit Paul, mon ami, étudions autant que possible a la campagne, parmi les romarins et les arbousiers. Nous y gagnerons vigueur du corps et vigueur de l’esprit ; nous y trouverons le beau et le vrai mieux que dans les bouquins.

Aujourd’hui le tableau noir chôme ; c’est fete. On s’est levé matin en vue de l’expédition projetée, si matin qu’il te faut partir a jeun. Sois tranquille : l’appétit venu, on fera halte a l’ombre, et tu trouveras dans mon sac le viatique habituel, pomme et morceau de pain. Le mois de mai s’approche ; le Sisyphe doit avoir paru. Il s’agit maintenant d’explorer, aux pieds de la montagne, les maigres pelouses ou les troupeaux ont passé ; nous aurons a casser entre les doigts, une a une, les brioches du mouton cuites par le soleil et conservant encore un noyau de mie sous leur croute. Nous y trouverons le Sisyphe, blotti et attendant la aubaine plus fraîche que fournira le pacage du soir.

Endoctriné sur ce secret que m’avaient révélé les trouvailles fortuites d’antan, petit Paul passe aussitôt maître dans l’art d’énucléer le crottin. Il y met tant de zele, tant de flair des bons morceaux, qu’en un petit nombre de séances je suis approvisionné au-dela de mes ambitions. Me voici possesseur de six couples de Sisyphes, richesse inouie, sur laquelle j’étais bien loin de compter.

Leur éducation n’exige pas la voliere. La cloche en toile métallique suffit, avec lit de sable et vivres de leur gout. Ils sont si petits, a peine un noyau de cerise ! Curieux de forme malgré tout. Corps trapu, atténuant son arriere en ogive ; pattes tres longues, imitant, étalées, celles de l’araignée : les postérieures démesurées et courbes, excellentes pour enlacer, enserrer la pilule.

La pariade se fait vers le commencement de mai, a la surface du sol, parmi les reliefs du gâteau dont on vient de festoyer. Bientôt vient le moment d’établir la famille. D’un zele égal, les deux conjoints prennent part a la fois au pétrissage, au charroi, a l’enfournement du pain des fils. Avec le couperet des pattes antérieures, un lopin de grosseur convenable est taillé dans le bloc mis a leur disposition. Pere et mere, de concert, manipulent le morceau, le tapent a petits coups, le compriment, le façonnent en une bille du volume d’un gros pois.

Ainsi que cela se passe dans les ateliers du Scarabée, la configuration exactement ronde est obtenue sans l’intervention mécanique du roulis. Avant de changer de place, avant meme d’etre ébranlé sur son point d’appui, le lopin est modelé en sphere. Encore un géometre versé dans la forme la mieux appropriée a la longue durée des conserves alimentaires.

La boule est bientôt prete. Il faut maintenant lui faire acquérir, par un véhément roulage, la croute qui protégera la mie d’une évaporation trop prompte. La mere, reconnaissable a sa taille un peu plus forte, s’attelle a la place d’honneur, en avant. Les longues pattes postérieures sur le sol, les antérieures sur la bille, elle tire a elle en reculant. Le pere pousse a l’arriere dans une position inverse, la tete en bas. C’est exactement la méthode du Scarabée, travaillant a deux, mais dans un autre but. L’attelage du Sisyphe véhicule la dot d’une larve ; celui du grand pilulaire fait charroi pour un gueuleton que consommeront sous terre les deux associés de rencontre.

Voila le couple parti, sans but déterminé, a travers les accidents quelconques du terrain, impossibles a éviter dans cette marche a reculons. Du reste, ces obstacles seraient-ils aperçus que le Sisyphe ne chercherait pas a les contourner, témoin son opiniâtreté a vouloir gravir le treillage de la cloche.

Entreprise rude, impraticable. S’agriffant des pattes postérieures aux mailles de la toile métallique, la mere tire a elle, entraîne le faix ; puis elle enlace le globe, le tient suspendu. Le pere, manquant d’appui, se cramponne a la pilule, s’y incruste pour ainsi dire, ajoute son poids a celui de la masse et laisse faire. L’effort est trop grand pour durer. La bille et l’incrusté, bloc unique, tombent. D’en haut, la mere regarde un instant, surprise, et tout aussitôt se laisse choir pour reprendre la pilule et recommencer l’essai de l’impossible escalade. Apres chutes et rechutes, l’ascension est abandonnée.

Le charroi en plaine ne se fait pas non plus sans encombre. A tout instant, sur le monticule d’un gravier, la charge verse, et l’attelage culbute, gigote, le ventre en l’air. Ce n’est rien, moins que rien. On se releve, on se remet en posture, toujours allegre. Ces dégringolades qui projettent si souvent le Sisyphe sur l’échine ne donnent pas souci ; on dirait meme qu’elles sont recherchées. Ne faut-il pas murir la pilule, lui donner consistance ? Et dans ces conditions heurts, chocs, chutes, cahots, entrent dans le programme. Ce fol trimbalement dure des heures et des heures.

Enfin la mere, jugeant la chose bonifiée a point, s’écarte un peu a la recherche d’un emplacement favorable. Le pere garde, accroupi sur le trésor. Si l’absence de sa compagne se prolonge, il se distrait de ses ennuis en faisant rapidement tourner sa pilule entre ses jambes postérieures, dressées en l’air. Il jongle en quelque sorte avec la chere bille ; il en éprouve la perfection sous les branches courbes de son compas. A le voir se trémousser dans cette joyeuse pose, qui mettrait en doute sa vive satisfaction du pere de famille assuré de l’avenir des siens ? C’est moi, semble-t-il dire, c’est moi qui l’ai pétri, ce pain mollet si rond ; c’est moi qui l’ai boulangé pour mes fils. Et il exhausse, en vue de tous, ce magnifique certificat de laborieux.

Cependant la mere a fait choix de l’emplacement. Une dépression est creusée, simple amorce du terrier en projet. La pilule est amenée a proximité. Le pere, gardien vigilant, ne s’en dessaisit pas, tandis que la mere fouille des pattes et du chaperon. Bientôt la fossette est suffisante pour recevoir la bille, chose sacrée dont le contact immédiat s’impose : l’insecte doit la sentir osciller en arriere, sur son dos, a l’abri des parasites, pour se décider a creuser plus avant. Il redoute ce qui pourrait arriver au petit pain abandonné sur le seuil du terrier jusqu’a l’achevement de la demeure. Aphodies et moucherons ne manquent pas, qui s’en empareraient. Surveiller et se méfier est prudent.

La pilule est donc introduite, a demi incluse dans l’ébauche de cuvette. La mere, en dessous, enlace et tire ; le pere, en dessus, modere les secousses et prévient les éboulements. Tout va bien. La fouille est reprise, et la descente se continue, toujours avec la meme prudence, l’un des Sisyphes entraînant la piece, l’autre réglant la chute et déblayant ce qui pourrait gener la manouvre. Encore quelques efforts, et la pilule disparaît sous terre avec les deux mineurs. Ce qui suit ne peut etre, un certain temps encore, que la répétition de ce que nous venons de voir. Attendons une demi-journée environ.

Si notre surveillance ne s’est pas lassée, nous verrons le pere reparaître seul a la surface et se blottir dans le sable non loin du terrier. Retenue la-bas par des soins ou son compagnon ne lui serait d’aucun secours, la mere retarde habituellement sa sortie jusqu’au lendemain. Enfin elle se montre. Le pere sort de la cachette ou il somnolait, et la rejoint. Le couple, de nouveau réuni, va au monceau de vivres, s’y restaure, puis y taille un second lopin, auquel tous les deux collaborent encore, tant pour le modelage que pour le charroi et la mise en silo.

Cette fidélité conjugale m’agrée. Est-elle bien la regle ? Je n’oserais l’affirmer. Il doit y avoir la des volages qui, dans la melée sous un large gâteau, oublient la premiere boulangere dont ils ont été les mitrons, et se vouent au service d’une autre, rencontrée par hasard ; il doit y avoir des ménages temporaires, divorçant apres une simple pilule. N’importe : le peu que j’ai vu me donne haute estime des mours familiales du Sisyphe.

Résumons ces mours avant d’en venir au contenu du terrier. Tout autant que la mere, le pere travaille a l’extraction et au modelage de la piece qui sera la dot d’une larve ; il prend part au charroi, avec un rôle secondaire il est vrai ; il veille sur le pain lorsque la mere s’absente a la recherche du point ou se creusera le caveau ; il prete assistance aux travaux de fouille ; il voiture au dehors les déblais de la crypte, enfin, pour couronner ces qualités, il est, dans une large mesure, fidele a son épousée.

Le Scarabée nous montre quelques-uns de ces traits. Il pratique assez volontiers la manipulation de la pilule a deux, il connaît le charroi par double attelage en sens inverse. Mais, répétons-le, cette mutualité de services a pour mobile l’égoisme : les deux collaborateurs travaillent et véhiculent la piece a leur seule intention. C’est pour eux tourte de festin et rien autre. En son ouvrage concernant la famille, la mere Scarabée n’a pas d’auxiliaire. Seule elle conglobe sa sphere, l’extrait du tas, la roule a reculons, dans la posture renversée qu’adopte le mâle du couple Sisyphe ; seule elle creuse le terrier, seule elle emmagasine. Oublieux de la pondeuse et de la nitée, l’autre sexe ne concourt en rien a l’exténuante besogne. Quelle différence avec le pilulaire nain !

L’heure est venue de visiter le terrier. C’est, a une médiocre profondeur, une niche étroite, juste suffisante aux évolutions de la mere autour de son ouvrage. Par son exiguité, le logis nous apprend que le pere ne peut y prolonger son séjour. L’atelier pret, il doit se retirer pour laisser a la modeleuse liberté de mouvements. Nous l’avons vu, en effet, remonter a la surface bien avant la mere.

Le contenu de la crypte consiste en une seule piece, chef-d’ouvre de plastique. C’est une mignonne réduction de la poire du Scarabée, réduction qui, par sa petitesse, fait mieux valoir le poli des surfaces et la gracieuseté des courbures. Son grand diametre oscille entre douze et dix-huit millimetres. L’art des Bousiers a la son produit le plus élégant.

Mais cette perfection est de breve durée. Bientôt la gentille poire se couvre d’excroissances noueuses, noires, contournées, qui la déparent de leurs verrues. Une partie de la surface, intacte du reste, disparaît voilée par un amas informe. L’origine de ces disgracieuses nodosités m’a tout d’abord dérouté. Je soupçonnais quelque végétation cryptogamique, quelque sphériacée, par exemple, reconnaissable a son encroutement noir et mamelonné. La larve m’a tiré d’erreur.

C’est, comme de regle, un ver courbé en crochet, porteur sur le dos d’une ample poche ou gibbosité, signe d’un prompt fienteur. Comme celui du Scarabée, il excelle, en effet, a boucher les pertuis accidentels de sa coque avec un jet instantané de ciment stercoral, toujours en réserve dans la besace. Il pratique, en outre, un art de vermicellerie inconnu des pilulaires, sauf du Scarabée a large cou, qui d’ailleurs en fait rarement usage.

Les larves des divers bousiers utilisent les résidus digestifs a crépir de stuc leur loge, qui, par son ampleur, se prete a ce mode de débarras, sans qu’il soit nécessaire d’ouvrir des fenetres momentanées par ou s’expulsera l’ordure. Soit pour cause de large insuffisant, soit pour d’autres motifs qui m’échappent, la larve du Sisyphe, la part faite a l’enduit réglementaire de l’intérieur, évacue au dehors l’excédent de ses produits.

Suivons de pres une poire lorsque la recluse est déja grandelette. Un moment ou l’autre, il nous arrivera de voir un point quelconque de la surface s’humecter, se ramollir, s’amincir ; puis, a travers l’écran sans consistance, un jet d’un vert sombre s’élevera, s’affaissant sur lui-meme, se tire-bouchonnant. Une verrue de plus est formée. Elle deviendra noire par la dessiccation.

Que s’est-il donc passé ? Dans la paroi de sa coque, la larve a ouvert une breche temporaire ; et, par le soupirail ou reste encore un mince voile, elle a expulsé l’exces de ciment dont elle ne pouvait faire emploi chez elle. Elle a fienté a travers la muraille. La lucarne volontairement pratiquée ne trouble en rien la sécurité du ver, car elle est aussitôt bouchée, et de façon hermétique, avec la base du jet, que comprime un coup de truelle. Avec un bouchon si prestement mis en place, les vivres se conserveront frais malgré de fréquentes trouées a la panse de la poire. Nul risque de l’afflux de l’air sec.

Le Sisyphe paraît aussi au courant du péril auquel s’exposerait plus tard, en temps de canicule, sa poire si petite et si peu profondément enterrée. Il est tres précoce. Il travaille en avril et mai, alors que l’atmosphere est clémente. Des la premiere quinzaine de juillet, avant que soient venus les terribles jours caniculaires, sa famille rompt les coques et se met en recherche du monceau qui lui fournira le vivre et le couvert pendant la brulante saison. Viendront apres les courtes liesses de l’automne, la retraite sous terre pour la torpeur de l’hiver, le réveil printanier, et enfin, pour clore le cycle, la fete des pilules roulées.

Une observation encore sur le compte du Sisyphe. Mes six couples sous cloche métallique m’ont fourni cinquante-sept pilules peuplées. Ce recensement fait foi de neuf naissances en moyenne par ménage, nombre que le Scarabée sacré est loin d’atteindre. A quelle cause rapporter la florissante nitée ? Je n’en vois qu’une : le pere travaillant a l’égal de la mere. Des charges de famille qui excéderaient les forces d’un seul ne sont pas trop lourdes, supportées a deux.


Chapitre 2 LE COPRIS LUNAIRE – L’ONITIS BISON

Inférieur de taille au Copris espagnol et moins exigeant que lui en douceur de climat, le Copris lunaire (Copris lunaris Lin.) va nous confirmer le dire du Sisyphe sur le rôle du concours du pere dans la prospérité de la famille. Nos pays n’ont pas son égal en bizarrerie des atours masculins. Corne sur le front ainsi que l’autre ; au milieu du corselet, promontoire a double crénelure ; aux épaules, pointe de hallebarde et profonde entaille en croissant. Le climat de la Provence et la parcimonie des vivres dans les garrigues du thym ne lui conviennent pas. Il lui faut des régions moins arides, a pâturages ou les galettes bovines lui fournissent copieuse provende.

Ne pouvant compter sur les rares sujets que l’on rencontre ici de loin en loin, j’ai peuplé ma voliere avec des étrangers envoyés de Tournon par ma fille Aglaé. Le mois d’avril venu, elle se livra, sur ma demande, a d’infatigables recherches. Rarement tant de bouses de vache ont été soulevées du bout de l’ombrelle ; rarement, avec telle affection, doigts délicats ont rompu les tourtes des pacages. Au nom de la science, merci a la vaillante !

Le succes répondit au zele déployé. J’étais possesseur de six couples, immédiatement installés dans la voliere ou l’année précédente avait travaillé le Copris espagnol. Je sers le mets national, l’opulente fouace fournie par la vache de ma voisine. Aucun signe de nostalgie parmi les dépaysés, qui bravement se mettent a l’ouvrage sous le mystérieux couvert du gâteau.

Au milieu de juin, premiere fouille. Je suis ravi de ce que met a nu, petit a petit, ma lame de couteau, abattant la terre par tranches verticales. Dans le sable, chaque couple s’est creusé une salle superbe, comme jamais le Scarabée sacré ni le Copris espagnol ne m’en ont montré d’aussi spacieuse et d’aussi hardie en portée de voute. Le grand axe mesure un décimetre et demi et au-dela ; mais le plafond, tres surbaissé, n’a guere que cinq a six centimetres de fleche.

Le contenu répond a l’exagération du logis. C’est une piece digne des noces de Gamache, une tourte de l’ampleur de la main, d’épaisseur médiocre et de contour variable. J’en trouve d’ovalaires, de courbées en rein, d’étoilées en courtes digitations, d’allongées en langue de chat. Caprices de mitron que ces menus détails. L’essentiel, l’immuable, c’est ceci : dans les six boulangeries de ma voliere, les deux sexes sont toujours présents a côté du monceau de pâte qui, malaxée suivant les regles, maintenant fermente et murit.

Que prouve cette longue durée de la vie en ménage ? Elle prouve que le pere a pris part a l’excavation de la crypte, a l’emmagasinement des victuailles cueillies sur le seuil de la porte brassée par brassée, au pétrissage de tous les lopins en un bloc unique, mieux apte a se bonifier. Un encombrant désouvré, un inutile, ne resterait pas la ; il remonterait a la surface. Le pere est donc un collaborateur assidu. Son concours semble meme devoir se prolonger encore. Nous verrons.

Bonnes betes, ma curiosité vient de troubler votre ménage ; mais vous en étiez aux débuts, vous appendiez, comme on dit, la crémaillere. Peut-etre est-il dans vos moyens de refaire ce que je viens de saccager. Essayons. L’établissement est remis en état avec des vivres frais. C’est a vous maintenant d’excaver de nouveaux terriers, d’y descendre de quoi remplacer le gâteau que je vous ai dérobé, et de subdiviser apres le bloc, amélioré par le repos, en rations convenables aux besoins des larves. Le ferez-vous ? Je l’espere.

Ma foi dans la persévérance des ménages éprouvés n’a pas été déçue. Un mois plus tard, au milieu de juillet, je me permets une seconde visite. Les celliers sont renouvelés, aussi spacieux qu’au début. En outre, ils sont a l’heure actuelle capitonnés d’un molleton de bouse sur le plancher et une partie des parois latérales. Les deux sexes sont encore présents ; ils ne se quitteront qu’a la fin de l’éducation. Le pere, moins bien doué en tendresse familiale, ou peut-etre plus craintif, cherche a se dérober par le couloir de service a mesure que la lumiere pénetre dans la demeure effractionnée ; la mere ne bouge pas, accroupie sur ses cheres pilules, pruneaux ovoides semblables a ceux du Copris espagnol, mais un peu moindres.

Connaissant la modeste collection de ce dernier, je suis tout surpris de ce que j’ai maintenant sous les yeux. Dans la meme loge, je compte jusqu’a sept et huit ovoides, rangés l’un contre l’autre et dressant en haut leur bout mamelonné, a chambre d’éclosion. Malgré son ampleur, la salle est encombrée ; a peine le large reste pour le service des deux surveillants. On dirait le nid d’un oiseau garni de ses oufs, sans place vide.

La comparaison s’impose. Que sont, en effet, les pilules du Copris ? Ce sont des oufs d’un autre genre, ou l’amas nutritif de l’albumen et du vitellus est remplacé par une boîte de conserves alimentaires. Ici le Bousier rivalise avec l’oiseau, le dépasse meme. Au lieu de puiser en lui, par le seul travail occulte de l’organisation, de quoi fournir au développement avancé du jeune, il fait acte d’industrie et alimente par artifice le vermisseau qui, sans autre secours, atteindra la forme adulte. Il ne connaît pas les longues fatigues de l’incubation ; le soleil couve pour lui. Il n’a pas les continuels soucis de la becquée, qu’il prépare a l’avance et distribue en une seule fois. Il ne quitte jamais le nid. Sa surveillance est de tous les instants. Pere et mere, vigilants gardiens, n’abandonnent la demeure que lorsque la famille est apte a sortir.

L’utilité du pere est manifeste tant qu’il faut creuser un logis et amasser du bien ; elle est moins évidente lorsque la mere taille sa miche en rations, façonne ses ovoides, les polit, les surveille. Est-ce que le galant participerait, lui aussi, a ce délicat travail, qui semble réservé aux tendresses féminines ?

Sait-il, du tranchoir de la patte, détailler la fouace, en détacher le volume requis pour la subsistance d’une larve et arrondir la piece en une sphere, ce qui abrégerait d’autant l’ouvrage, repris et perfectionné par la mere ? Connaît-il l’art de calfeutrer les fissures, de réparer les breches, de souder les crevasses, de ratisser les pilules et d’en extirper les végétations compromettantes ? A-t-il pour la nitée les soins que prodigue la mere isolée dans les terriers du Copris espagnol ? Ici les deux sexes sont ensemble. S’occupent-ils l’un et l’autre de l’éducation de la famille ?

J’ai essayé d’obtenir la réponse en logeant un couple de Copris lunaire dans un bocal voilé d’un étui de carton, qui me permettait a volonté et rapidement le jour ou les ténebres. Surpris a l’improviste, le mâle était juché sur les pilules presque aussi souvent que la femelle ; mais, tandis que la mere bien des fois persistait dans ses méticuleuses occupations de nourricerie, polissage avec le plat de la patte et auscultation des pilules, lui, plus poltron et moins absorbé, se laissait choir, aussitôt le jour fait, et courait se blottir dans un recoin de l’amas. Nul moyen de le voir a l’ouvrage, tant il est prompt, a fuir la lumiere importune.

S’il a refusé de me montrer ses talents, sa présence sur le pinacle des ovoides a elle seule les trahit. Il n’était pas pour rien dans cette posture incommode, peu propice aux somnolences d’un désouvré. Il surveillait donc comme sa compagne, il retouchait les points avariés, il écoutait a travers les parois des coques les progres des nourrissons. Le peu que j’ai vu m’affirme que le pere rivalise presque avec la mere dans les soins du ménage jusqu’a la finale émancipation de la famille.

A ce dévouement paternel, la race gagne en nombre. Dans le manoir du Copris espagnol, ou la mere seule séjourne, se trouvent quatre nourrissons tout au plus, souvent deux ou trois, parfois un seul. Dans celui du Copris lunaire, ou les deux sexes cohabitent et se viennent en aide, on en compte jusqu’a huit, le double de la plus forte population de l’autre. Le pere laborieux a la magnifique témoignage de son influence sur le sort de la maisonnée.

Outre le travail a deux, cette prospérité exige une condition sans laquelle le zele du couple ne saurait suffire. Avant tout, pour se donner famille nombreuse, il faut avoir de quoi la nourrir. Rappelons le mode d’approvisionnement des Copris en général. Ils ne vont pas, a l’exemple des pilulaires, cueillir ça et la un butin qui se conglobe en sphere et se roule ensuite au terrier ; ils s’établissent directement sous le monceau rencontré, et s’y taillent, sans quitter le seuil de la demeure, des brassées emmagasinées une par une jusqu’a suffisante récolte.

Le Copris espagnol exploite, du moins dans son voisinage, le produit du mouton. C’est de qualité supérieure, mais peu copieux, meme lorsque le fournisseur est dans les meilleures dispositions intestinales. Aussi le tout est-il enfourné dans l’antre de l’insecte, qui désormais ne sort plus, retenu sous terre par les soins du ménage, n’y eut-il a surveiller qu’un seul nourrisson. Le chiche morceau ne peut habituellement fournir de la matiere que pour deux ou trois larves. La famille est donc réduite, faute de vivres disponibles.

Le Copris lunaire travaille dans d’autres conditions. Son pays lui permet la tourte bovine, grenier d’abondance ou l’insecte trouve, sans l’épuiser, de quoi subvenir aux besoins de lignée florissante. A cette prospérité concourt l’ampleur du logis, dont la voute, exceptionnelle de hardiesse, peut abriter un nombre de pilules incompatible avec le terrier moins spacieux du Copris espagnol.

Faute de large a la maison et de huche bien garnie, ce dernier se modere dans le nombre des fils, parfois réduit a un seul. Serait-ce pauvreté des ovaires ? Non. Dans une étude antérieure, j’ai montré qu’avec de la place libre et du pain sur la planche, la mere peut doubler, et au-dela, l’habituelle nitée. J’ai dit comment aux trois ou quatre ovoides je substituais une miche pétrie de ma spatule. Par cet artifice, qui donnait du large dans l’étroite enceinte du bocal et fournissait nouvelle matiere a modelage, j’ai obtenu de la pondeuse une famille totale de sept. Résultat superbe, mais bien inférieur a celui que me vaut l’expérimentation suivante, mieux conduite.

Cette fois, je soustrais les pilules a mesure, moins une, afin de ne pas trop décourager la mere par mes rapts. Ne trouvant sous la patte rien des produits antérieurs, elle se lasserait peut-etre d’un travail sans résultat. Lorsque la miche, son ouvrage, a reçu emploi, je la remplace par une autre de ma façon. Je continue de la sorte, enlevant l’ovoide qui vient de se parachever, et renouvelant, jusqu’a refus de l’insecte, le bloc alimentaire épuisé.

Cinq a six semaines, avec une patience inaltérable, l’éprouvée recommence et persiste a peupler sa loge toujours vide. Enfin arrivent les jours caniculaires, rude période qui suspend la vie par son exces de chaleur et d’aridité. Mes miches sont dédaignées, si scrupuleuse qu’en soit la confection. La mere, que la torpeur gagne, se refuse au travail. Elle s’ensevelit dans le sable, a la base de la derniere pilule, et attend la, immobile, l’ondée libératrice de septembre. La persévérante m’a légué treize ovoides, tous modelés a perfection, tous munis d’un ouf ; treize, nombre inoui dans les fastes du Copris ; treize, dix de plus que la ponte normale.

La preuve est faite : si le Bousier cornu restreint sa famille dans des limites étroites, ce n’est nullement par misere ovarienne, mais par crainte de famine.

N’est-ce pas ainsi que les choses se passent en notre pays, menacé de la dépopulation, a ce que dit la statistique ? L’employé, l’artisan, le fonctionnaire, l’ouvrier, le teneur de boutique a modeste négoce sont chez nous multitude, chaque jour s’accroissant ; et tous, ayant a peine de quoi vivre, se gardent, autant que faire se peut, d’appeler autour de la table si mal garnie un surcroît de convives. Lorsque la miche fait défaut, le Copris n’a pas tort d’en venir presque au célibat. De quel droit jetterions-nous la pierre a ses imitateurs ? De part et d’autre, c’est prudence. Mieux vaut l’isolement qu’un entourage de bouches affamées. Qui se sent l’épaule assez forte pour lutter contre sa misere personnelle, recule effrayé devant la misere d’un foyer populeux.

Au bon vieux temps, le remueur de glebe, le paysan, assise fondamentale de la nation, trouvait accroissement de richesse dans une famille nombreuse. Tous travaillaient et apportaient leur morceau de pain au frugal repas. Tandis que l’aîné guidait l’attelage de labour, le plus jeune, étrennant sa premiere culotte, conduisait a la mare la couvée de canetons.

Ces mours patriarcales se font rares. Ainsi le veut le progres. Certes oui, c’est un sort digne d’envie que de gigoter sur une double roue avec des gestes d’araignée au désespoir ; mais le progres a son revers de médaille : il amene le luxe, il crée des besoins dispendieux.

Dans mon village, la moindre fille de fabrique, gagnant ses vingt sous par jour, se met, le dimanche, des vessies bouffantes aux épaules et des aigrettes a la coiffure comme les grandes dames ; elle a ombrelle a poignée d’ivoire, chignon rembourré, souliers vernis ornés de rosaces a jour ainsi que des dentelles. Ah ! gardeuses de dindons, je n’ose, avec ma veste de toile, vous regarder passer devant ma porte, sur la grande route, qui est votre promenade de Longchamps. Vous m’humiliez de votre pimpante toilette.

De leur côté, les jeunes gens sont assidus au café, autrement luxueux que l’antique cabaret, ils y trouvent vermouth, bitter, absinthe, amer Picon, enfin la collection entiere des drogues abrutissantes. De tels gouts rendent la terre trop basse, la motte trop dure. Les recettes n’étant pas proportionnelles aux dépenses, on quitte les champs pour la ville, mieux favorable, s’imagine-t-on, au pécule. Hélas ! ici pas plus que la-bas l’épargne n’est possible. L’atelier, que guettent en foule les occasions de dépense, enrichit moins encore que la charrue. Mais il est trop tard : le pli est pris, et l’on reste miséreux citadin, redoutant la famille.

Magnifique de climat, de fertilité, de position géographique, le pays cependant est envahi par une avalanche de cosmopolites, aigrefins, exploiteurs de tout acabit. Autrefois il tenta le Sidonien, coureur des mers ; le Grec pacifique, nous apportant l’alphabet, la vigne, l’olivier ; le Romain, rude dominateur qui nous a légué des brutalités bien difficiles a extirper. Sur cette riche proie se sont rués le Cimbre, le Teuton, le Vandale, le Goth, le Hun, le Burgonde, le Sueve, l’Alain, le Franck, le Sarrasin, hordes venues des quatre vents du ciel. Et ce mélange hétéroclite se fondit absorbé par la nation gauloise.

Aujourd’hui l’étranger lentement s’infiltre parmi nous. Une seconde invasion de barbares nous menace, pacifique il est vrai, troublante toutefois. Notre langage, fait de clarté et d’harmonie, deviendra-t-il jargon nébuleux, a raucités exotiques ? Notre caractere généreux sera-t-il déshonoré par de rapaces mercantis ? Le pays des peres cessera-t-il d’etre une patrie pour devenir un caravansérail ? C’est a craindre, si le vieux sang gaulois n’est plus de force a submerger encore une fois cette invasion.

Espérons qu’il en sera ainsi. Écoutons ce que nous enseigne le Bousier cornu. Famille nombreuse exige des vivres. Mais le progres amene de nouveaux besoins, couteux a satisfaire ; et nos revenus sont loin de suivre la meme progression. N’ayant pas assez pour six, ni cinq, ni quatre, on vit a trois, a deux, ou meme on reste seul. Avec de tels principes, une nation, de progres en progres, s’achemine au suicide.

Revenons donc en arriere, élaguons nos besoins artificiels, fruits malsains d’une civilisation surchauffée ; remettons en honneur la rustique sobriété de nos peres ; restons aux champs, ou nous trouverons, dans la glebe, nourrice suffisante si nos désirs sont modérés. Alors, et seulement alors, refleurira la famille ; alors, affranchi de la ville et de ses tentations, le paysan nous sauvera.

Le troisieme bousier qui m’a révélé le don de l’instinct paternel est encore un étranger. Il me vient des environs de Montpellier. C’est l’Onitis Bison ou, suivant d’autres, le Bubas Bison. Entre les deux noms génériques je ne choisirai pas, les subtilités de la nomenclature m’étant indifférentes. Je garderai le terme spécifique de Bison, qui sonne bien comme le voulait Linné.

Je fis autrefois sa connaissance dans la banlieue d’Ajaccio, parmi les safrans et les cyclamens, gracieuse floraison printaniere sous le couvert des myrtes. Viens ici, que je t’admire vivant encore une fois, bel insecte qui me rappelles mes enthousiasmes des jeunes années, sur les bords du magnifique golfe, si riche en coquillages. J’étais loin de soupçonner alors que j’aurais un jour a te glorifier. Depuis, je ne t’avais plus revu : sois le bienvenu dans ma voliere et apprends-nous quelque chose.

Tu es râblot, court de jambes, ramassé en un rectangle massif, signe de vigueur. Tu portes sur la tete deux breves cornicules pareilles au croissant d’un bouvillon ; tu prolonges ton corselet en une proue émoussée qu’accompagnent, l’une a droite, l’autre a gauche, deux élégantes fossettes. Ton aspect d’ensemble, tes atours masculins, te rapprochent de la série coprinaire. Les entomologistes, en effet, te classent immédiatement apres les Copris, bien loin des Géotrupes. Ton métier est-il d’accord avec la place que te donne la systématique ? Que sais-tu faire ?

Autant qu’un autre, j’admire le classificateur qui, étudiant sur le mort la bouche, la patte, l’antenne, arrive parfois a des rapprochements heureux et sait, par exemple, assembler en un meme groupe le Scarabée et le Sisyphe, si différents d’aspect, si ressemblants de mours. Mais cette méthode, qui néglige les hautes manifestations de la vie pour scruter de minutieux détails cadavériques, trop souvent nous égare sur le réel talent de l’insecte, caractere de bien autre valeur qu’un article de plus ou de moins aux antennes. Le Bison, apres bien d’autres, nous crie casse-cou. Voisin des Copris par sa structure, il est bien plus voisin des Géotrupes par son industrie. Comme ces derniers, il comprime des saucissons dans un moule cylindrique ; comme ces derniers, il est doué de l’instinct paternel.

Vers le milieu de juin, je visite mon unique couple. Sous un copieux amas fourni par le mouton, bâille, librement ouverte dans toute son étendue, une galerie verticale du calibre du doigt et plongeant a un pan de profondeur. Le fond de ce puits se ramifie en cinq branches divergentes, occupées chacune par un boudin semblable a celui des Géotrupes, mais moins long, moins volumineux. La victuaille, a surface noueuse, grossierement arrondie, est excavée d’une chambre d’éclosion au bout inférieur. C’est une petite loge ronde, enduite d’un suintement demi-fluide. L’ouf est ovalaire, blanc et relativement gros, ainsi qu’il est de regle parmi les Bousiers.

Bref, le rustique ouvrage du Bison est a peu pres la reproduction de celui du Géotrupe. Je suis déçu : je m’attendais a mieux. L’élégance de l’insecte semblait faire foi d’un art plus avancé, expert dans le modelage des poires, gourdes, billes, ovoides. Encore une fois, gardons-nous de juger des betes, pas plus que des gens, sur les apparences. La structure n’instruit pas du savoir-faire.

Je surprends le couple dans le carrefour ou s’ouvrent les cinq culs-de-sac a boudin. L’acces de la lumiere l’a immobilisé. Avant le trouble de mes fouilles, que faisaient-ils en ce point, les deux fideles associés ? Ils surveillaient les cinq logis, ils tassaient la derniere colonne de vivres, ils la complétaient en longueur par de nouveaux apports de matiere, descendue de la-haut et puisée dans le monceau qui fait couverture au puits. Ils se préparaient peut-etre a en creuser une sixieme chambre, si ce n’est davantage, et a la meubler comme les autres.

Du moins je reconnais que les ascensions doivent etre fréquentes du fond du puits au riche entrepôt de la surface, d’ou se descendent, entre les pattes de l’un, les trousses de matiere méthodiquement comprimées par l’autre au-dessus de l’ouf.

Le puits, en effet, est libre dans toute sa longueur. En outre, pour prévenir les éboulements que ne manquerait pas d’amener la fréquence des voyages, la paroi est revetue de stuc d’un bout a l’autre. Cet enduit est fait de la meme matiere que les boudins et dépasse un millimetre d’épaisseur. Il est continu et assez régulier, sans avoir un fini trop dispendieux en soins. Il maintient en place la terre environnante, et si bien qu’on peut enlever, sans les déformer, de larges fragments du canal.

Les hameaux alpestres crépissent la face méridionale des habitations avec de la bouse de vache qui, desséchée au soleil d’été, deviendra le combustible d’hiver. Le Bison connaît cette méthode pastorale, mais il la pratique dans un autre but : il tapisse de bouse sa demeure pour l’empecher de crouler.

Le pere pourrait bien etre chargé de ce travail dans les intervalles de repos que lui laisse la mere, occupée a la délicate confection de son boudin, assise par assise. Le Géotrupe, nouveau trait de ressemblance industrielle, nous a déja montré pareil revetement de consolidation, moins régulier, il est vrai, et moins complet.

Dépossédé par ma curiosité, le couple Bison s’est remis a l’ouvrage et m’a fourni, au milieu de juillet, trois autres boudins. Total : huit. Cette fois, je trouve mes deux captifs morts, l’un a la surface, l’autre dans le sol. Serait-ce un accident ? Ou plutôt le Bison ferait-il exception a la longévité des Scarabées, des Copris et autres, qui voient leur descendance et convolent meme en secondes noces le printemps d’apres ?

J’incline pour le retour a la loi générale des insectes, pour la vie courte a qui est refusé de voir la famille, car dans la voliere, rien, que je sache, n’est survenu de fâcheux. Si mon soupçon est juste, pourquoi le Bison, voisin cependant du Copris a verte vieillesse, périt-il promptement comme la vulgaire majorité, une fois la famille établie ? Encore une énigme sans réponse.

Aux longues descriptions de mâchoires et de palpes, fastidieuse lecture, est préférable ici le rapide croquis. Je pense donc en dire assez sur le compte de la larve si je mentionne sa courbure en crochet, sa besace dorsale, sa prestesse a fienter et son aptitude a tamponner les breches du logis, caracteres et talents de regle générale parmi les Bousiers. En aout, lorsque le boudin consommé dans sa partie centrale est devenu une sorte d’étui délabré, elle fait retraite vers le bout inférieur, et la s’isole du reste de la cavité par une enceinte sphérique dont la besace a mortier fournit les matériaux.

L’ouvrage, gracieuse bille équivalant en volume a une grosse cerise, est un chef-d’ouvre d’architecture stercorale, comparable a celui que nous a montré autrefois l’Onthophage taureau. De légeres nodosités, disposées en séries concentriques et alternant ainsi que les tuiles d’une toiture, agrémentent l’objet d’un pôle a l’autre. Chacune d’elles doit correspondre a un coup de truelle mettant en place sa charge de mortier.

Dans l’ignorance de son origine, on prendrait la chose pour le noyau ciselé de quelque fruit exotique. Une sorte de grossier péricarpe complete l’illusion. C’est l’écorce du boudin qui cerne le bijou central, mais sans difficulté s’enleve ainsi que le brou se sépare de la noix. L’énucléation faite, on est tout surpris de trouver ce magnifique noyau sous la rustique enveloppe.

Telle est la chambre édifiée en vue de la métamorphose. La larve y passe l’hiver dans la torpeur. J’espérais obtenir l’insecte adulte des le printemps. A mon extreme surprise, l’état larvaire s’est maintenu jusqu’en fin juillet. Une année environ est donc nécessaire a l’apparition de la nymphe.

Cette lente maturité m’étonne. Serait-ce la regle dans la liberté des champs ? Je le pense, car dans la captivité de la voliere, rien, que je sache, n’est survenu de nature a provoquer pareil retard. J’enregistre donc le résultat de mes artifices sans appréhension d’erreur : inerte dans son élégant et solide coffret, la larve de l’Onitis Bison met douze mois a se murir en nymphe, lorsque celle des autres Bousiers se transforme en quelques semaines. Quant a dire, a soupçonner meme la cause de cette étrange longévité, c’est détail a laisser dans les limbes de l’inexplicable.

Ramollie par les ondées de septembre, la coque stercorale, jusque-la dure ainsi qu’un noyau, cede sous la poussée du reclus, et l’insecte adulte monte a la lumiere pour y vivre en liesse tant que le permet l’atmosphere tiede de l’arriere-saison. Aux premieres fraîcheurs, il prend ses quartiers d’hiver en terre, puis reparaît au printemps et recommence le cycle de la vie.