Le Magasin d'antiquités - Tome I - Charles Dickens - ebook
Kategoria: Obyczajowe i romanse Język: francuski Rok wydania: 1840

Le Magasin d'antiquités - Tome I darmowy ebook

Charles Dickens

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

e-czytniku EPUB
tablecie EPUB
smartfonie EPUB
komputerze EPUB
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Opis ebooka Le Magasin d'antiquités - Tome I - Charles Dickens

Nelly et son grand-pere vivent dans une petite maison. Kit, un brave et honnete garçon, les sert avec une loyauté sans faille... Mais le vieil homme, bien qu'adorant l'enfant, cache de sombres secrets... Un horrible nain, Mr Quilp, va les chasser de leur maison et les poursuivre, persuadé que le vieil homme a emporté un magot. Pendant ce douloureux voyage au travers de l'Angleterre, ils rencontreront toute une galerie de personnages parfois sinistres mais aussi souvent pittoresques (les deux polichinelles, le dresseur de chien, la dame du musée de cire, etc). Au travers du destin tragique de Nelly, Dickens dénonce le caractere inhumain du monde industriel de cette Angleterre de la fin du XIXeme siecle.

Opinie o ebooku Le Magasin d'antiquités - Tome I - Charles Dickens

Fragment ebooka Le Magasin d'antiquités - Tome I - Charles Dickens

A Propos
L’auteur anglais au public Français
Address of the english author to the french public.
Chapitre 1
Chapitre 2

A Propos Dickens:

Charles John Huffam Dickens pen-name "Boz", was the foremost English novelist of the Victorian era, as well as a vigorous social campaigner. Considered one of the English language's greatest writers, he was acclaimed for his rich storytelling and memorable characters, and achieved massive worldwide popularity in his lifetime. Later critics, beginning with George Gissing and G. K. Chesterton, championed his mastery of prose, his endless invention of memorable characters and his powerful social sensibilities. Yet he has also received criticism from writers such as George Henry Lewes, Henry James, and Virginia Woolf, who list sentimentality, implausible occurrence and grotesque characters as faults in his oeuvre. The popularity of Dickens' novels and short stories has meant that none have ever gone out of print. Dickens wrote serialised novels, which was the usual format for fiction at the time, and each new part of his stories would be eagerly anticipated by the reading public. Source: Wikipedia

Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

L’auteur anglais au public Français

Il y a longtemps que je désirais voir publier en français une traduction complete et uniforme de mes ouvres.

Jusqu’ici, moins heureux en France qu’en Allemagne, je n’ai pu etre connu des lecteurs français qui ne sont pas familiarisés avec la langue anglaise que par des traductions isolées et partielles, publiées sans mon autorisation et sans mon contrôle, et dont je n’ai tiré aucun avantage personnel.

La présente publication m’a été proposée par MM. Hachette et Cie et par M. Ch. Lahure, dans des termes qui font honneur a leur caractere élevé, libéral et généreux. Elle a été exécutée avec le plus grand soin, et les nombreuses difficultés qu’elle présentait ont été vaincues avec une habileté, une intelligence et une persévérance peu communes. Elle a surtout été dirigée par un homme distingué, qui possede parfaitement les deux langues, et qui a réussi de la maniere la plus heureuse a reproduire en français, avec une fidélité parfaite, le texte original, tout en donnant a sa traduction une forme élégante et expressive.

Je suis fier d’etre ainsi présenté au grand peuple français, que j’aime et que j’honore sincerement ; a ce peuple dont le jugement et le suffrage doivent etre un but d’ambition pour tous ceux qui cultivent Les Lettres ; a ce peuple qui a tant fait pour elles, et a qui elles ont valu un nom si glorieux dans le monde.

Cette traduction de mes ouvres est la seule qui ait ma sanction. Je la recommande en toute humilité respectueuse, mais aussi en toute confiance, a mes lecteurs français.

Charles Dickens.


Address of the english author to the french public.

I have long been desirous that a complete French translation of the books I have written should be made, and should be published in an uniform series.

Hitherto, less fortunate in France than in Germany, I have only been known to French readers not thoroughly acquainted with the English language, through occasional, fragmentary and unauthorized translations over which I have had no control, and from which I have derived no advantage.

The present translation of my writings was proposed to me by Messrs. L. Hachette and Co. and Ch. Lahure in a manner equally spirited, liberal, and generous. It has been made with the greatest care, and its many difficulties have been combated with unusual skill, intelligence and perseverance.

It has been superintended, above ail, by an accomplished gentleman, perfectly acquainted with both languages, and able, with a rare felicity, to be perfectly faithful to the English text, while rendering it in elegant and expressive French.

I am proud to be so presented to the great French people, whom I sincerely love and honour, and to be known and approved by whom must be an aspiration of every labourer in the Arts, for which France has done so much, and in which she has made herself renowned through the world.

This is the only edition of my writings that has my sanction. I humbly and respectfully, but with full confidence, recommend it to my French readers.

Charles Dickens.

Tavistock-House, London, January 17th, 1857.


Chapitre 1

 

Quoique je sois vieux, la nuit est généralement le temps ou je me plais a me promener. Souvent, dans l’été, je quitte mon logis des l’aube du matin, et j’erre tout le long du jour par les champs et les ruelles écartées, ou meme je m’échappe durant plusieurs journées ou plusieurs semaines de suite ; mais, a moins que je ne sois a la campagne, je ne sors guere qu’apres le soleil couché, bien que, grâce au ciel, j’aime autant que toute autre créature vivante ses rayons et la douce gaieté dont ils animent la terre.

Cette habitude, je l’ai insensiblement contractée ; d’abord, parce qu’elle est favorable a mon infirmité[1], et ensuite parce qu’elle me fournit le meilleur moyen d’établir mes observations sur le caractere et les occupations des gens qui remplissent les rues. L’éblouissement de l’heure de midi, le va-et-vient confus qui regne alors, conviendraient mal a des investigations paresseuses comme les miennes : a la clarté d’un réverbere, ou par l’ouverture d’une boutique, je saisis un trait des figures qui passent devant moi, et cela sert mieux mon dessein que de les contempler en pleine lumiere : pour dire vrai, la nuit est plus favorable a cet égard que le jour, qui, trop fréquemment, détruit, sans souci ni cérémonie, un château bâti en l’air, au moment ou on va l’achever.

N’est-ce pas un miracle que les habitants des rues étroites puissent supporter ces allées et venues continuelles, ce mouvement qui n’a jamais de halte, cet incessant frottement de pieds sur les dures pierres du pavé qui finissent par en devenir polies et luisantes ! Songez a un pauvre malade, sur une place telle que Saint-Martin’s Court, écoutant le bruit des pas, et, au sein de sa peine et de sa souffrance, obligé, malgré lui, comme si c’était une tâche qu’il dut remplir, de distinguer le pas d’un enfant de celui d’un homme, le mendiant en savates de l’élégant, bien botté, le flâneur de l’affairé, la démarche pesante du pauvre paria qui erre a l’aventure, de l’allure rapide de l’homme qui court a la recherche du plaisir ; songez au bourdonnement, au tumulte dont les sens du malade sont constamment accablés ; songez a ce courant de vie sans aucun temps d’arret, et qui va, va, va, tombant a travers ses reves troublés, comme s’il était condamné a se voir couché mort, mais ayant conscience de son état, dans un cimetiere bruyant, sans pouvoir espérer de repos pour les siecles a venir !

Ainsi, quand la foule passe et repasse sans cesse sur les ponts, du moins sur ceux qui sont libres de tout droit de péage, dans les belles soirées, les uns s’arretent a regarder nonchalamment couler l’eau avec l’idée vague qu’elle coulera tout a l’heure entre de verts rivages qui s’élargiront de plus en plus, jusqu’a ce qu’ils se confondent avec la mer ; les autres se soulagent du poids de leurs lourds fardeaux et pensent, en regardant par-dessus le parapet, que vivre, c’est fumer et gouter un plein farniente, et que le comble du bonheur consiste a dormir au soleil sur un morceau de voile goudronnée, au fond d’une barque étroite et immobile, d’autres, enfin, et c’est une classe toute différente, déposent la des fardeaux bien autrement lourds, se rappelant avoir entendu dire, ou avoir quelque part lu dans le passé, que se noyer n’est pas une mort cruelle, mais, de tous les moyens de suicide, le plus facile et le meilleur.

Le matin aussi, soit au printemps, soit dans l’été, il faut voir Covent-Garden-Market, lorsque le doux parfum des fleurs embaume l’air, effaçant jusqu’aux vapeurs malsaines des désordres de la nuit précédente, et rendant a moitié folle de joie la grive au sombre plumage, dont la cage avait été suspendue, durant toute la nuit, a une fenetre du grenier. Pauvre oiseau ! le seul etre du voisinage, peut-etre, qui s’intéresse par sa nature au sort des autres petits captifs étalés la déja, le long du chemin ; les uns évitant les mains brulantes des amateurs avinés qui les marchandent ; les autres s’étouffant en se serrant, en se blottissant contre leurs compagnons d’esclavage, attendant que quelque chaland plus sobre et plus humain réclame pour eux quelques gouttes d’eau fraîche qui puissent étancher leur soif et rafraîchir leur plumage[2] ! Cependant quelque vieux clerc, qui passe par la pour aller a son bureau, se demande, en jetant les yeux sur les tourterelles, qu’est-ce donc qui lui fait rever bois, prairies et campagnes.

Mais je n’ai pas ici pour objet de m’étendre au long sur mes promenades. L’histoire que je vais raconter tire son origine d’une de ces pérégrinations, dont j’ai été amené a parler d’abord en guise de préface.

Une nuit, je m’étais mis a rôder dans la Cité. Je marchais lentement, selon ma coutume, méditant sur une foule de sujets. Soudain, je fus arreté par une question dont je ne saisis pas bien la portée, quoiqu’elle semblât cependant m’etre adressée : la voix qui l’avait prononcée était pleine d’une douceur charmante qui me frappa le plus agréablement du monde. Je m’empressai de me retourner et aperçus, a la hauteur de mon coude, une jolie petite fille qui me priait de lui indiquer une certaine rue située a une distance considérable, et par conséquent dans une tout autre partie de la ville.

« D’ici la, lui dis-je, mon enfant, il y a une bien grande distance.

– Je le sais, monsieur, répliqua-t-elle timidement ; je le sais a mes dépens, car c’est de la que je suis venue jusqu’ici.

– Seule ? m’écriai-je avec quelque surprise.

– Oh ! oui, peu m’importe. Mais ce qui maintenant me fait un peu peur, c’est que je me suis égarée.

– Et d’ou vient que vous vous adressez a moi ? Supposé que je voulusse vous tromper…

– Je suis sure que vous n’en feriez rien, dit la petite créature ; car vous etes un vieux gentleman, et vous marchez si lentement ! »

Je ne saurais dire quelle impression je reçus de cette réplique et de l’énergie qui la caractérisa. Une larme brilla dans les yeux vifs de la jeune fille ; et, tandis qu’elle me regardait en face, un tremblement se lisait sur sa figure délicate.

« Venez, lui dis-je ; je vais vous conduire ou vous allez. »

Elle mit sa main dans la mienne avec autant de confiance que si elle m’avait connu depuis le berceau, et nous voila partis de compagnie. La petite créature réglait son pas sur le mien, et elle semblait, en vérité, moins recevoir de moi une protection que me soutenir et me guider. Je remarquai que de temps en temps elle me lançait un regard a la dérobée, comme pour se bien assurer que je ne la trompais point ; je crus m’apercevoir aussi que chacun de ces regards rapides et perçants augmentait sa confiance envers moi.

Pour ma part, ma curiosité, mon intéret n’étaient pas moindres a l’égard de cette enfant : je dis enfant, car certainement c’en était une, quoique je pensasse, d’apres ce que j’en pouvais voir, que c’était sa constitution chétive et délicate qui lui donnait un caractere particulier d’extreme jeunesse. Bien que ses vetements fussent tres-simples, ils étaient d’une propreté parfaite et ne trahissaient ni la pauvreté ni la négligence.

« Qui donc, lui demandai-je, vous a envoyée si loin toute seule ?

– Quelqu’un qui est tres-bon pour moi, monsieur.

– Et qu’etes-vous allée faire ?

– Je ne dois pas le dire. »

Dans le ton et les termes de cette réplique, il y avait un je ne sais quoi qui me fit regarder la petite créature avec une involontaire expression de surprise. Quel pouvait etre le message pour lequel elle était ainsi d’avance préparée a répondre de la sorte ? Ses yeux pénétrants semblaient lire a travers mes pensées. En rencontrant mon regard, elle ajouta qu’il n’y avait aucun mal dans ce qu’elle était allée faire, mais que c’était un grand secret, un secret qu’elle-meme ne connaissait pas.

Ces paroles avaient été prononcées sans la moindre apparence d’artifice ou de tromperie, mais au contraire avec cet air de franchise non suspecte, indice certain de la vérité. L’enfant continuait de marcher comme précédemment ; plus nous avancions, plus elle devenait familiere avec moi ; elle causait gaiement chemin faisant, mais ne parlait pas de sa maison autrement que pour remarquer que nous prenions une direction qui lui était inconnue et me demander si c’était la le plus court.

Tandis que nous allions ainsi, je roulais dans mon esprit cent explications différentes de l’énigme et les rejetais l’une apres l’autre. J’eusse rougi de me prévaloir de l’ingénuité ou de la reconnaissance de cette enfant, au profit de ma curiosité. J’aime ces petits etres, et ce n’est pas chose a dédaigner quand ceux-la aussi nous aiment, qui viennent de sortir tout frais des mains de Dieu. Comme sa confiance m’avait plu tout d’abord, je résolus d’en rester digne et de justifier le mouvement qui l’avait portée a s’abandonner a moi.

Cependant il n’y avait pas de raison pour que je m’abstinsse de voir la personne qui avait pu, avec une telle imprudence, l’envoyer si loin, de nuit, toute seule. Or, comme il était a présumer que l’enfant, des qu’elle apercevrait son logis, me souhaiterait le bonsoir et contrarierait ainsi mon dessein, j’eus soin d’éviter les rues les plus fréquentées et de prendre les plus détournées. Ainsi elle ne sut pas ou nous étions avant que nous fussions dans sa rue meme. Ma nouvelle connaissance frappa joyeusement des mains, s’élança a quelques pas devant moi, s’arreta a une porte, ou elle se tint sur la marche jusqu’a mon arrivée, et, des que je l’eus rejointe, elle fit retentir la sonnette.

Une partie de cette porte était vitrée, sans contrevent qui la protégeât : ce que je ne pus remarquer d’abord, car, a l’intérieur, tout était ombre et silence : d’ailleurs, je n’attendais pas avec moins d’anxiété que l’enfant une réponse a notre appel. Elle avait sonné deux ou trois fois déja, quand nous entendîmes du dedans le bruit d’une personne qui se meut, et enfin une faible lumiere apparut a travers le vitrage. Comme cette lumiere approchait tres-lentement, celui qui la portait ayant a se frayer un chemin parmi une grande quantité d’objets épars et confus, cette circonstance me permit de voir a la fois, quelle était la nature de la personne qui s’avançait et du lieu dans lequel elle cheminait.

C’était un petit vieillard aux longs cheveux gris. Tandis qu’il élevait la lumiere au-dessus de sa tete et regardait en avant a mesure qu’il approchait, je pus distinguer parfaitement ses traits et sa physionomie. Malgré les ravages produits par l’âge, il me sembla reconnaître dans ses formes greles et maigres quelque chose de la forme svelte et souple que j’avais remarquée chez l’enfant. Il y avait certainement de l’analogie dans leurs yeux bleus brillants ; mais le vieillard était tellement ridé par l’âge et les chagrins, que la s’arretait toute ressemblance.

La salle qu’il traversait a pas lents était un de ces réceptacles d’objets curieux et antiques qui semblent se cacher dans les coins les plus bizarres de notre ville, et, par jalousie et méfiance, dérober leurs trésors moisis aux regards du public. Il y avait la des assortiments de cottes de mailles, toutes droites et figurant des fantômes de chevaliers armés ; il y avait des bas-reliefs fantastiques empruntés aux cloîtres des moines d’autrefois ; il y avait diverses sortes d’armes rouillées ; il y avait des figures contournées en porcelaine, en bois et en fer ; il y avait des ouvrages d’ivoire ; il y avait des tapisseries et des meubles étranges, dont le dessin paraissait du a la fievre des reves. La physionomie égarée du petit vieillard était merveilleusement en harmonie avec la localité. Cet homme devait etre allé a tâtons parmi les vieilles églises, les tombes et les maisons abandonnées, pour en recueillir les dépouilles de ses propres mains. Dans toute sa collection, il n’y avait rien qui ne fut en parfaite analogie avec lui, rien qui fut plus que lui vieux et délabré.

Tout en tournant la clef dans la serrure, il me contemplait avec une surprise qui fut loin de diminuer lorsque son regard se porta de moi sur ma compagne de route. La porte s’ouvrit, et l’enfant, s’adressant a son grand-pere, lui raconta la petite histoire de notre rencontre.

« Dieu te bénisse ! s’écria le vieillard en passant la main sur la tete de l’enfant ; comment se fait-il que tu aies pu t’égarer en chemin ? O Nell, si je t’avais perdue !

– Grand-pere, répondit avec fermeté la petite fille, j’eusse retrouvé mon chemin pour revenir vers vous, n’ayez pas peur. »

Le vieillard l’embrassa ; puis il se tourna de mon côté et m’invita a entrer, ce que je fis. La porte fut fermée de nouveau a double tour. Mon hôte, me précédant avec son flambeau, me conduisit, a travers la salle que j’avais déja contemplée du dehors, dans une petite piece située derriere : la se trouvait une autre porte ouvrant sur une sorte de cabinet ou je vis un lit en miniature qui eut bien convenu a une fée, tant il était exigu et gentiment arrangé. L’enfant prit une lumiere et se retira dans la petite chambre, me laissant avec le vieillard.

« Vous devez etre fatigué, monsieur, me dit-il en approchant pour moi une chaise du feu. Comment pourrais-je vous remercier ? »

Je répondis :

« En ayant une autre fois plus de soin de votre petite-fille, mon bon ami.

– Plus de soin !… répéta le vieillard d’une voix aigre ; plus de soin de Nelly !… Qui jamais a aimé une enfant comme j’aime ma Nell ? »

Il prononça ces paroles avec une surprise si manifeste, que je me trouvai fort embarrassé pour répondre, d’autant plus que, s’il y avait dans ses manieres quelque chose de heurté et d’égaré, ses traits offraient les indices d’une pensée profonde et triste, d’ou je conclus que, contrairement a ma premiere impression, ce n’était ni un radoteur ni un imbécile.

« Je ne crois pas, lui dis-je, que vous ayez assez souci de votre enfant.

– Moi ! je n’en ai pas souci !… s’écria le vieillard en m’interrompant. Ah ! que vous me jugez mal !… Ma petite Nelly ! ma petite Nelly ! »

Nul homme, quelques paroles qu’il employât, ne pourrait montrer plus de tendresse que n’en montra dans ce peu de mots le marchand de curiosités. J’attendis qu’il parlât de nouveau ; mais il appuya le menton sur sa main, et, secouant deux ou trois fois la tete, il tint ses yeux fixés sur le foyer.

Tandis que nous gardions ainsi le silence, la porte du cabinet s’ouvrit, et l’enfant reparut. Ses fins cheveux bruns tombaient épars sur son cou, et son visage était animé par l’empressement qu’elle avait mis a venir nous rejoindre. Sans perdre un instant, elle s’occupa des préparatifs du souper. Pendant qu’elle se livrait a ce soin, je remarquai que le vieillard profitait de l’occasion pour m’examiner plus a fond qu’il ne l’avait fait d’abord. Je vis avec surprise que l’enfant paraissait chargée de toute la besogne, et que, a l’exception de nous trois, il ne semblait y avoir âme qui vive dans la maison. Je saisis un moment ou elle était sortie de la chambre pour glisser un mot a ce sujet ; a quoi le vieillard répliqua qu’il y avait peu de grandes personnes aussi dignes de confiance, aussi soigneuses que Nelly.

« Il m’est toujours pénible, dis-je, choqué de ce que je prenais chez lui pour de l’égoisme, il m’est toujours pénible d’etre témoin de cette espece d’initiation a la vie réelle chez de jeunes etres a peine hors de la limite étroite de l’enfance, c’est tarir en eux la confiance et la naiveté, deux des principales qualités que le ciel leur ait départies ; c’est leur demander de partager nos chagrins avant l’heure ou ils sont capables de s’associer a nos plaisirs.

– N’ayez pas peur de détruire chez elle ces qualités précieuses ; non, répondit le vieillard me regardant fixement, les sources en sont trop profondes. D’ailleurs, les enfants du pauvre connaissent peu le plaisir. Il faut acheter et payer jusqu’aux moindres jouissances de l’enfance.

– Mais… excusez la liberté de mon langage… vous n’etes sans doute pas si pauvre ?

– Nelly n’est pas ma fille ; c’est sa mere qui était ma fille, et sa mere était pauvre. Je ne mets rien de côté ; rien, pas un sou, bien que je vive comme vous voyez. Mais (il posa sa main sur mon bras et s’inclina pour ajouter a demi-voix) elle sera riche un de ces jours ; elle deviendra une grande dame. Ne pensez pas mal de moi parce que j’use de son service. Elle est heureuse de me donner ses soins, vous avez pu en juger ; son cour se briserait a l’idée que je pusse demander a toute autre personne ce que ses petites mains ont le courage d’entreprendre. Moi ! n’avoir pas souci de mon enfant !… cria-t-il tout a coup d’un accent plaintif. Dieu sait que cette enfant est l’unique pensée de ma vie, et cependant il ne me favorise pas ! Oh ! non, il ne me favorise pas ! »

En ce moment, celle qui faisait le sujet de notre conversation rentra, et le vieillard, m’invitant a me mettre a table, rompit l’entretien et retomba dans le silence.

Nous avions a peine commencé le repas, quand un coup fut frappé a la porte extérieure. Nelly, laissant échapper un joyeux éclat de rire qui me fit plaisir a entendre, car il était enfantin et plein d’expansion, s’écria :

« Nul doute, c’est ce vieux cher Kit qui revient enfin !

– Petite folle ! dit le grand-pere en caressant les cheveux de sa Nelly ; toujours elle se moque du pauvre Kit. »

Un nouvel éclat de rire plus bruyant que le premier retentit encore, et, par sympathie, je ne pus me défendre d’y associer un sourire. Le petit vieillard prit une chandelle et alla ouvrir la porte. Lorsqu’il revint, Kit était derriere lui.

Kit était bien le garçon le plus grotesque qu’on puisse imaginer : lourd, gauche, avec une bouche démesurément grande, les joues fort rouges, un nez retroussé, et certainement l’expression la plus comique que j’eusse jamais vue. Il s’arreta court sur le seuil, a l’aspect d’un étranger, imprima un mouvement parfait de rotation a son vieux chapeau, qui n’offrait aucun vestige de bord, et s’appuyant tantôt sur une jambe, tantôt sur l’autre, position qu’il changeait sans cesse, il resta a l’entrée, fixant sur l’intérieur de la chambre le regard le plus extraordinaire. Des ce moment, je conçus pour ce garçon un sentiment de reconnaissance, car je compris qu’il était la comédie dans la vie de la jeune fille.

« Il y avait une bonne trotte, n’est-ce pas, Kit ? dit le petit vieillard.

– Par ma foi, la course n’était pas mauvaise, maître, répliqua Kit.

– Avez-vous eu de la peine a trouver la maison ?

– Par ma foi, maître, ce n’était pas excessivement aisé.

– Et naturellement, vous revenez avec de l’appétit ?

– Par ma foi, maître, je le crois. »

Le jeune garçon avait une maniere a part de se tenir de côté en parlant, et de jeter a chaque mot la tete obliquement par-dessus son épaule, comme s’il ne pouvait avoir de voix sans recourir a ce moyen. Je crois qu’il eut été divertissant pour tout le monde ; mais il y avait quelque chose d’irrésistible dans le plaisir si vif que son étrangeté d’allure causait a Nelly, et dans la pensée consolante qu’elle pouvait trouver un sujet de gaieté en un lieu qui semblait si peu fait pour lui en inspirer. Ce qu’il y a de meilleur, c’est que Kit lui-meme était flatté de l’impression qu’il produisait ; apres avoir fait quelques efforts pour conserver sa gravité, il partit aussi d’un grand éclat de rire et resta dans ce violent acces d’hilarité, la bouche ouverte et les yeux presque fermés.

Le vieillard était retombé dans sa précédente reverie et semblait étranger a ce qui se passait. Mais lorsque Nelly eut cessé de rire, je remarquai que des larmes obscurcissaient les yeux de la jeune fille, et je les attribuai a la chaleur de l’accueil qu’elle faisait a son bizarre favori, peut-etre aussi aux petites émotions de cette soirée. Quant a Kit lui-meme, dont le rire était de ceux qui laissent douter si l’on rit ou si l’on pleure, il s’empara d’une épaisse sandwich[3] et d’un pot de biere, alla se mettre dans un coin et se disposa a faire largement honneur a ces provisions.

« Ah ! me dit le vieillard se tournant vers moi et me regardant comme si je venais de lui parler, vous vous trompez bien en prétendant que je n’ai pas soin d’elle !

– Il ne faut pas, mon ami, lui répondis-je, attacher trop d’importance a une remarque fondée sur les premieres apparences.

– Non, non, répliqua le vieillard d’un ton pensif ; Nell, viens ici. »

La jeune fille s’empressa de se lever, et elle enlaça de ses bras le cou de son grand-pere.

« Est-ce que je ne t’aime pas, Nelly ? demanda-t-il. Dis, est-ce que je ne t’aime pas, Nelly, oui ou non ? »

L’enfant répondit seulement par des caresses et appuya sa tete sur la poitrine du vieillard.

« Pourquoi sanglotes-tu ? dit-il en la pressant contre lui et tournant son regard vers moi. Est-ce parce que tu sais que je t’aime et que tu m’en veux de paraître en douter ? C’est bon, c’est bon ; alors disons donc que je t’aime tendrement !

– Oui, oui, c’est la vérité, s’écria-t-elle avec force. Et Kit aussi le sait bien. »

Kit, qui, en absorbant son pain et son bouf, plongeait a chaque bouchée, avec le sang-froid d’un jongleur, son couteau dans sa bouche, s’arreta tout court au milieu de ses opérations gastronomiques, en entendant cet appel a son témoignage, et hurla : « Personne ne serait assez fou pour dire qu’il ne vous aime pas. » Apres quoi, il se rendit incapable de continuer la conversation en ingurgitant une énorme sandwich d’un seul coup.

« Elle est pauvre actuellement, dit le vieillard en donnant une petite tape amicale sur la joue de l’enfant ; mais, je le répete, le temps approche ou elle deviendra riche. Ce temps aura été long a venir, mais enfin il viendra. Il est bien venu pour tant d’autres qui ne font rien que se livrer a la dépense et aux exces. Oh ! quand viendra-t-il pour moi ?

– Je me trouve heureuse comme je suis, grand-pere, dit l’enfant.

– Hum ! hum ! Tu ne sais pas maintenant… et comment pourrais-tu savoir ?… »

Et il murmura de nouveau a demi-voix :

« Ce temps viendra, je suis certain qu’il viendra. Il n’en paraîtra que meilleur pour s’etre fait attendre. »

Et alors il soupira et retomba dans son état de reverie ; il avait attiré l’enfant entre ses genoux, et paraissait insensible a tout le reste autour de lui. Cependant il s’en fallait de quelques minutes seulement que minuit sonnât. Je me levai pour partir : ce mouvement rappela le vieillard a la réalité.

« Un moment, monsieur, dit-il. Eh bien ! Kit, bientôt minuit, mon garçon, et vous etes encore ici ! Retournez chez vous, retournez chez vous, et demain matin soyez exact, car il y a de l’ouvrage a faire. Bonne nuit ! Souhaite-lui le bonsoir, Nelly, et qu’il s’en aille.

– Bonsoir, Kit, dit l’enfant, les yeux brillants de gaieté et d’amitié.

– Bonsoir, miss Nell, répondit le jeune garçon.

– Et remerciez ce gentleman, reprit le vieillard ; sans ses bons soins, j’aurais pu perdre cette nuit ma petite-fille.

– Non, non, maître, s’écria Kit, pas possible, pas possible.

– Comment ?

– Je l’aurais retrouvée, maître, je l’aurais retrouvée. Je parie que je l’aurais retrouvée et aussi vite que qui que ce soit, pourvu qu’elle fut encore sur la terre. Ha ! ha ! ha ! »

Ouvrant de nouveau sa large bouche en meme temps qu’il fermait les yeux et poussait un éclat de rire d’une voix de stentor, Kit gagna la porte a reculons en continuant de crier. Une fois hors de la chambre, il ne fut pas long a décamper.

Apres son départ, et tandis que l’enfant était occupée a desservir, le vieillard dit :

« Monsieur, je n’ai pas paru suffisamment reconnaissant de ce que vous avez fait pour moi ce soir, mais je vous en remercie humblement et de tout cour ; Nelly en fait autant, et ses remercîments valent mieux que les miens. Je serais au regret si, en partant, vous emportiez l’idée que je ne suis pas assez pénétré de votre bonté ou que je n’ai pas souci de mon enfant… car certainement, cela n’est pas !

– Je n’en puis douter, dis-je, apres ce que j’ai vu. Mais permettez-moi de vous adresser une question.

– Volontiers, monsieur ; qu’est-ce ?

– Cette charmante enfant, avec tant de beauté et d’intelligence, n’a-t-elle que vous au monde pour prendre soin d’elle ? pas d’autre compagnie ? d’autre guide ?

– Non, non, dit-il, me regardant en face avec anxiété ; non, et elle n’a pas besoin d’en avoir d’autre.

– Ne craignez-vous pas de vous méprendre sur les nécessités de son éducation et de son âge ? Je suis certain de vos excellentes intentions ; mais vous-meme, etes-vous bien certain de pouvoir remplir une mission comme celle-la ? Je suis un vieillard ainsi que vous ; vieillard, je m’intéresse a ce qui est jeune et plein d’avenir. Avouez-le, dans tout ce que j’ai vu cette nuit de vous et de cette petite créature, n’y a-t-il pas quelque chose qui peut meler de l’inquiétude a cet intéret ? »

Mon hôte garda d’abord le silence, puis il répondit :

« Je n’ai pas le droit de m’offenser de vos paroles. Il est bien vrai qu’a certains égards nous sommes, moi l’enfant, et Nelly la grande personne, ainsi que vous avez pu le remarquer déja. Mais que je sois éveillé ou endormi, la nuit comme le jour, malade ou en bonne santé, cette enfant est l’unique objet de ma sollicitude ; et si vous saviez de quelle sollicitude, vous me regarderiez d’un oil bien différent. Ah ! c’est une vie pénible pour un vieillard, une vie pénible, bien pénible ; mais j’ai devant moi un but élevé, et je ne le perds jamais de vue ! »

En le voyant dans ce paroxysme d’exaltation fébrile, je me mis en devoir de reprendre un pardessus que j’avais déposé en entrant dans la chambre, résolu a ne rien dire de plus. Je vis avec étonnement la petite fille qui se tenait patiemment debout, avec un manteau sur le bras, et a la main un chapeau et une canne.

« Ceci n’est pas a moi, ma chere, lui dis-je.

– Non, répondit-elle tranquillement, c’est a mon grand-pere.

– Mais il ne sort pas a minuit…

– Pardon, il va sortir, dit-elle en souriant.

– Mais vous ? Qu’est-ce que vous devenez pendant ce temps-la, chere petite ?

– Moi ? Je reste ici naturellement. C’est comme cela tous les soirs. »

Je regardai le vieillard avec surprise : mais il était ou feignait d’etre occupé du soin de s’arranger pour sortir. Mon regard se reporta de lui sur cette douce et frele enfant. Toute seule ! dans ce lieu sombre ; seule, toute une longue et triste nuit !

Elle ne parut pas s’apercevoir de ma stupéfaction ; mais elle aida gaiement le vieillard a mettre son manteau : lorsqu’il fut pret, elle prit un flambeau pour nous éclairer. Voyant que nous ne la suivions pas assez vite, elle se retourna le sourire aux levres et nous attendit. La cause de mon hésitation n’avait pas échappé au vieillard ; l’expression de sa physionomie le prouvait ; mais il se borna a m’inviter, en inclinant la tete, a passer devant lui, et il garda le silence. Il ne me restait qu’a obéir.

Lorsque nous eumes franchi la porte, l’enfant posa son flambeau a terre, me souhaita le bonsoir et leva vers moi son visage pour m’embrasser. Puis elle s’élança vers le vieillard, qui la serra dans ses bras et appela sur elle les bénédictions de Dieu.

« Dors bien, Nell, dit-il doucement, et que les anges gardiens veillent sur toi dans ton lit ! N’oublie pas tes prieres, ma mignonne.

– Non, certes, s’écria-t-elle avec ardeur ; je suis si heureuse de prier !

– Oui, je le sais, cela te fait du bien et cela doit etre. Mille bénédictions ! Demain matin, de bonne heure, je serai ici.

– Vous n’aurez pas besoin de sonner deux fois. La sonnette m’éveille, meme au beau milieu d’un reve. »

Ce fut ainsi qu’ils se séparerent. L’enfant ouvrit la porte, maintenant protégée par un volet que Kit y avait appliqué, en sortant, et avec un dernier adieu dont la douceur et la tendresse sont bien souvent revenues a ma mémoire, elle la tint entr’ouverte jusqu’a ce que nous fussions passés. Le vieillard s’arreta un moment pour entendre la porte se refermer et les verrous se tirer a l’intérieur, ensuite, rassuré a cet égard, il se mit a marcher a pas lents. Au coin de la rue, il s’arreta. Me regardant avec un certain embarras, il me dit que nous n’allions pas du tout par le meme chemin et qu’il était obligé de me quitter. J’avais envie de répondre : mais, avec une vivacité que son extérieur ne m’eut pas permis de supposer, il s’éloigna précipitamment. Je remarquai qu’a plusieurs reprises il tourna la tete comme pour s’assurer si je ne l’épiais pas ou si je ne le suivais pas a quelque distance. A la faveur de l’obscurité de la nuit, il disparut bientôt a mes yeux.

J’étais demeuré immobile a la place meme ou il m’avait quitté, sans pouvoir m’en aller et pourtant sans savoir pourquoi je perdais mon temps a rester la. Je regardai tout pensif dans la rue d’ou nous venions de sortir, et bientôt je m’acheminai de ce côté. Je passai et repassai devant la maison ; je m’arretais ; j’écoutais a la porte : tout était sombre et silencieux comme la tombe.

Cependant je rôdais autour de cette maison sans réussir a m’en arracher, pensant a tous les dangers qui pouvaient menacer l’enfant : incendie, vol, meurtre meme, et me figurant qu’il allait arriver quelque malheur si je me retirais. Le bruit d’une porte ou d’une croisée qu’on fermait dans la rue me ramenait de nouveau devant le logis du marchand de curiosités. Je traversais le ruisseau pour regarder la maison et m’assurer que ce n’était pas de la que venait le bruit : mais non, la maison était restée noire, froide, sans vie.

Il passait peu de monde ; la rue était triste et morne ; il n’y avait presque que moi. Quelques traînards, sortis des théâtres, marchaient a la hâte, et, de temps en temps, je me jetais de côté pour éviter un ivrogne tapageur qui regagnait sa demeure en chancelant ; mais c’étaient des incidents rares et qui meme cesserent bientôt tout a fait. Une heure sonna a toutes les horloges. Je me remis a arpenter le terrain, me promettant sans cesse que ce serait la derniere fois, et chaque fois me manquant de parole, sous quelque nouveau prétexte, comme je l’avais fait déja si souvent.

Plus je pensais aux discours, au regard, au maintien du vieillard, moins je parvenais a me rendre compte de ce que j’avais vu et entendu. Un pressentiment qui me dominait me disait que le but de cette absence nocturne ne pouvait etre bon. Je n’avais eu connaissance du fait que par la naiveté indiscrete de l’enfant ; et bien que le vieillard fut la, bien qu’il eut été témoin de ma surprise non équivoque, il avait gardé un étrange mystere sur ce sujet sans me donner un seul mot d’explication. Ces réflexions ramenerent plus vivement que jamais a ma mémoire sa physionomie égarée, ses manieres distraites, ses regards inquiets et troublés. Sa tendresse pour sa petite-fille n’était pas incompatible avec les vices les plus odieux ; et dans cette tendresse meme n’y avait-il pas une contradiction étrange ? Sinon, comment cet homme eut-il pu se résoudre a abandonner ainsi son enfant ? Cependant, malgré mes dispositions a prendre de lui une mauvaise opinion, je ne doutais pas un moment de la réalité de son affection ; et meme je ne pouvais pas en admettre le doute, quand je me rappelais ce qui s’était passé entre nous et le son de voix avec lequel il avait appelé sa Nelly.

« Je reste ici naturellement… m’avait dit l’enfant, en réponse a ma question C’est comme cela tous les soirs. » Quel motif pouvait faire sortir le vieillard de chez lui, la nuit et toutes les nuits ? J’évoquai le souvenir de ce que j’avais autrefois entendu raconter de certains crimes sombres et secrets qui se commettent dans les grandes villes et échappent a la justice pendant de longues années. Cependant, parmi ces sinistres histoires, il n’en était pas une que je pusse expliquer par le présent mystere ; plus j’y songeais, moins je réussissais a percer ces ténebres.

La tete remplie de ces idées et de bien d’autres encore, sur le meme sujet, je continuai d’arpenter la rue durant deux grandes heures. Enfin une pluie violente se mit a tomber : accablé de fatigue, bien que ma curiosité fut toujours aussi éveillée qu’auparavant, je montai dans la premiere voiture de place qui vint a passer et me fis conduire chez moi. Un bon feu pétillait dans l’âtre ; ma lampe brillait : ma pendule me salua comme a l’ordinaire de son joyeux carillon. Mon logis m’offrait le calme, la chaleur, le bien-etre, contraste heureux avec l’atmosphere sombre et triste d’ou je sortais.

Je m’assis dans ma bergere, et, me renversant sur ses larges coussins, je me représentai l’enfant dans son lit : seule, sans gardien, sans protection, excepté celle des anges, et cependant dormant d’un sommeil paisible. Je ne pouvais détacher ma pensée de cette créature si jeune, tout esprit, toute délicate, une vraie petite fée, passant de longues et sinistres nuits dans un lieu si peu fait pour elle.

Nous avons tellement l’habitude de nous laisser émouvoir par les objets extérieurs et d’en recevoir des sensations que la réflexion devrait suffire a nous donner, mais qui nous échappent souvent sans ces aides visibles et palpables, que peut-etre n’aurais-je pas été envahi tout entier comme je l’étais par cet unique sujet de mes pensées sans les monceaux de choses fantastiques que j’avais vues pele-mele dans le magasin du marchand de curiosités. Présentes a mon esprit, unies a l’enfant, l’entourant, pour ainsi dire, ne formant qu’un avec elle, elles me faisaient toucher au doigt sa position. Sans aucun effort d’imagination, je revoyais d’autant mieux son image, entourée comme elle l’était, de tous ces objets étrangers a sa nature, qu’ils étaient moins en harmonie avec les gouts de son sexe et de son âge. Si ces secours m’avaient manqué, si j’avais du me représenter Nelly dans un appartement ordinaire ou il n’y eut rien de bizarre, rien d’inaccoutumé, il est bien présumable que sa solitude étrange m’eut moins vivement impressionné. Dans ce cadre, elle formait pour moi une sorte d’allégorie, et avec tout ce qui l’entourait, elle excitait si puissamment mon intéret que, malgré tous mes efforts, je ne pouvais la chasser de ma mémoire et de mes pensées.

« Ce serait, me dis-je apres avoir fait avec vivacité quelques tours dans ma chambre, ce serait pour l’imagination un travail curieux que de suivre Nelly dans sa vie future, de la voir continuant sa route solitaire au milieu d’une foule de compagnons grotesques ; seule, pure, fraîche et jeune. Il serait curieux de…»

Ici je m’arretai ; car le theme m’eut mené loin, et déja je voyais s’ouvrir devant moi une région dans laquelle je me sentais médiocrement disposé a pénétrer. Je reconnus que ce n’étaient que des revasseries, et je pris le parti d’aller me coucher pour trouver dans mon lit le repos et l’oubli.

Mais, toute la nuit, soit éveillé, soit endormi, les memes idées revinrent a mon esprit, les memes images resterent en possession de mon cerveau. Toujours, toujours j’avais en face de moi la boutique aux sombres parois ; les armures et les cottes de mailles toutes vides avec leur tournure de spectres silencieux ; les figures de bois et de pierre, sournoises et grimaçantes ; la poussiere, la rouille, le ver vivant dans le chene qu’il ronge ; et, seule au milieu de ces antiquités, de ces ruines, de cette laideur du passé, la belle enfant dans son doux sommeil, souriant au sein de ses reves légers et radieux.


Chapitre 2

 

Durant pres d’une semaine, je combattis le désir qui me poussait a revoir le lieu que j’avais quitté sous les impressions dont j’ai esquissé le tableau. Enfin je m’y décidai, et résolu a me présenter cette fois en plein jour, je m’acheminai, des le commencement d’une apres-midi, vers la demeure du vieillard.

Je dépassai la maison et fis plusieurs tours dans la rue avec cette espece d’hésitation bien naturelle chez un homme qui sait que sa visite n’est pas attendue et qui n’est pas bien sur qu’elle soit agréable. Cependant, comme la porte de la boutique était fermée, et comme rien n’indiquait que je dusse etre reconnu des gens qui s’y trouvaient, si je me bornais purement et simplement a passer et repasser devant la porte, je ne tardai pas a surmonter mon irrésolution et je me trouvai chez le marchand de curiosités.

Le vieillard se tenait dans l’arriere-boutique, en compagnie d’une autre personne. Tous deux semblaient avoir échangé des paroles vives ; leur voix, qui était montée a un diapason tres-élevé, cessa de retentir aussitôt qu’ils m’aperçurent. Le vieillard s’empressa de venir a moi, et, d’un accent plein d’émotion, me dit qu’il était charmé de me voir. Il ajouta :

« Vous tombez ici dans un moment de crise. »

Et, montrant l’homme que j’avais trouvé avec lui :

« Ce drôle m’assassinera un de ces jours. S’il l’eut osé, il l’aurait fait déja depuis longtemps.

– Bah ! dit l’autre ; c’est vous plutôt qui, si vous le pouviez, livreriez ma tete par un faux serment ; nous savons bien cela. »

Avant de parler ainsi, le jeune homme s’était tourné vers moi et m’avait regardé fixement en fronçant les sourcils.

« Ma foi, dit le vieillard, je ne m’en défends pas. Si les serments, les prieres ou les paroles pouvaient me débarrasser de vous, je le ferais, et votre mort serait pour moi un grand soulagement.

– Je le sais, c’est ce que je vous disais moi-meme tout a l’heure, n’est-il pas vrai ? Mais, ni serments, ni prieres, ni paroles ne suffisent pour me tuer. En conséquence, je vis et je veux vivre.

– Et sa mere n’est plus !… s’écria le vieillard, joignant ses mains avec désespoir et levant ses yeux au ciel ; voila donc la justice de Dieu ! »

Le jeune homme était debout, frappant du pied contre une chaise et le regardant avec un ricanement de dédain. Il pouvait avoir environ vingt et un ans ; il était bien fait et avait certainement la taille élégante, mais l’expression de sa physionomie n’était pas de nature a lui gagner les cours : car elle offrait un. caractere de libertinage et d’insolence vraiment repoussant, en harmonie d’ailleurs avec ses manieres et son costume.

« Justice ou non, dit-il, je suis ici et j’y resterai jusqu’a ce que je juge convenable de m’en aller, a moins que vous n’appeliez main-forte pour me faire mettre dehors : mais vous n’en viendrez pas la, je le sais. Je vous répete que je veux voir ma sour.

Votre sour !… dit le vieillard avec amertume.

– Sans doute. Vous ne pouvez détruire les liens de parenté. Si cela était en votre pouvoir, il y a longtemps que vous l’eussiez fait. Je veux voir ma sour, que vous tenez claquemurée ici, empoisonnant son cour avec vos recettes mystérieuses et faisant parade de votre affection pour elle, afin de la tuer de travail, et de grappiller quelques schellings de plus que vous ajoutez chaque semaine a votre riche magot. Je veux la voir, et je la verrai.

– Voila, s’écria le vieillard en se tournant vers moi, voila un beau moraliste pour parler d’empoisonner les cours ! Voila un esprit généreux pour se moquer des schellings grappillés ! Un misérable, monsieur, qui a perdu tous ses droits, non-seulement sur ceux qui ont le malheur d’etre liés a lui par le sang, mais encore sur la société, qui ne le connaît que par ses méfaits. Un menteur, en outre ! ajouta-t-il en baissant la voix et se rapprochant de moi ; car il sait combien Nelly m’est chere, et il veut me blesser dans mon honneur et mon affection parce qu’il voit ici un étranger. »

Le jeune homme releva ce dernier mot.

« Les étrangers ne sont rien pour moi, grand-pere, et je me flatte de n’etre rien pour eux. Le meilleur parti qu’ils aient a prendre, c’est de s’occuper de leurs affaires et de me laisser le soin des miennes. Il y a la dehors un de mes amis qui m’attend ; et comme, selon toute apparence, j’aurai a rester ici quelque temps, je vais, avec votre permission, le faire entrer. »

En parlant ainsi, il fit un pas vers la porte, et, regardant dans la rue, il adressa de la main plusieurs signes a une personne qu’on ne voyait pas ; celle-ci, a en juger par les marques d’impatience qui accompagnaient les appels, ne paraissait pas tres-disposée a se déterminer a venir. Enfin arriva, de l’autre côté de la rue, sous le prétexte assez gauche de passer la par hasard, un individu, remarquable par son élégance malpropre ; apres avoir fait de nombreuses difficultés et force mouvements de tete comme pour se défendre de l’invitation, il se décida a traverser la rue et entra dans la boutique.

« La ! dit le jeune homme le poussant devant ; voici Dick Swiveller. Asseyez-vous, Swiveller.

– Mais je ne sais pas si cela fait plaisir au vieux, dit M. Swiveller a demi-voix.

– Asseyez-vous, » répéta son compagnon.

M. Swiveller obéit, et regardant autour de lui avec un sourira câlin, il fit observer que la semaine passée avait été bonne pour les canards, et que celle-ci était bonne pour la poussiere : il ajouta que, tandis qu’il attendait aupres de la lanterne, au coin de la rue, il avait vu un cochon avec de la paille au groin sortir d’un débit de tabac ; d’ou il avait auguré qu’on ne tarderait pas a avoir une autre semaine favorable aux canards, et que la pluie ne se ferait pas attendre ; il trouva ensuite occasion de s’excuser de la négligence qu’on pouvait remarquer dans sa toilette : « C’est que, voyez-vous, la nuit derniere, dit-il, j’ai attrapé un fameux coup de soleil. » Expression par laquelle il instruisait la compagnie le plus délicatement possible qu’il s’était enivré completement.

« Mais qu’importe ! dit M. Swiveller avec un soupir ; qu’importe, pourvu que le feu de l’âme s’enflamme a la torche de la joyeuse fraternité des convives, pourvu qu’il ne tombe pas une plume de l’aile de l’amitié ! Qu’importe, pourvu que l’esprit s’épanche dans des flots de vin rosé, et que le moment présent soit pour le moins le plus heureux de notre existence !

– Vous n’avez pas besoin de faire ici le président de banquet, lui dit son ami en aparté.

– Fred ! s’écria M. Swiveller en se frappant légerement le nez du bout du doigt ; un mot suffit au sage. Fred, on peut etre bon et heureux sans etre riche. Pas une syllabe de plus ! Je connais mon rôle : trop parler nuit. Seulement, Fred, un petit mot a l’oreille : le vieux est-il bien disposé ?

– Qu’est-ce que cela vous fait ? répliqua son ami.

– Tout cela est bel et bon, dit M. Swiveller ; mais prudence est mere de sureté. »

En meme temps il cligna de l’oil, comme s’il avait a garder quelque secret d’importance ; et, croisant ses bras en se renversant sur le dossier de sa chaise, il se mit a contempler le plafond avec une imperturbable gravité.

D’apres tout ce qui venait de se passer, on pouvait raisonnablement soupçonner que M. Swiveller n’était point encore parfaitement remis du fameux coup de soleil auquel il avait fait allusion ; mais, quand ses paroles seules n’auraient pas suffi pour éveiller ce soupçon, ses cheveux, roides comme du fil d’archal, ses yeux hébétés, et la couleur livide de son visage ne témoignaient que trop des désordres de la nuit passée. Comme il l’avait fait remarquer lui-meme, son costume n’était pas parfaitement soigné, ou plutôt il était d’un débraillé qui laissait supposer qu’il s’était couché tout habillé. Ce costume consistait en un habit brun, garni par devant d’une grande quantité de boutons de cuivre, mais n’en ayant qu’un seul par derriere ; d’une cravate a carreaux, de couleur voyante ; d’un gilet écossais ; d’un pantalon blanc sale, et d’un chapeau déformé, que M. Swiveller portait sens devant derriere pour cacher un trou dans le bord. Le devant de son habit était orné d’une poche extérieure d’ou sortait le coin le plus propre d’un grand vilain mouchoir. Les poignets tout noircis de sa chemise étaient tirés le plus possible et prétentieusement relevés par-dessus le bord de ses manches ; il n’avait pas de gants et tenait une canne jaune ayant pour pomme une main en os qui semblait porter une bague au petit doigt et saisir a poignée une boule noire. C’était avec tous ces avantages personnels, auxquels il convient d’ajouter une forte odeur de fumée de tabac et un extérieur crasseux, que M. Swiveller s’était renversé sur son siege, les yeux fixés au plafond ; de temps a autre, mettant sa voix au ton, il régalait la compagnie de quelques mesures d’un air mélancolique, puis soudain, au milieu meme d’une note, il retombait dans son premier silence.

Le vieillard s’était assis ; les mains croisées, il regardait tour a tour son petit-fils et son étrange compagnon, comme s’il n’avait plus aucune autorité et qu’il en fut réduit a leur laisser faire ce qu’ils voudraient. Le jeune homme se tenait penché contre une table, a peu de distance de son ami, indifférent en apparence a ce qui se passait ; et quant a moi, sentant combien il était délicat d’intervenir, bien que le vieillard eut semblé me demander assistance par ses paroles comme par ses regards, je feignis, de mon mieux, de paraître occupé a examiner quelques-uns des objets exposés pour la vente, sans avoir l’air de faire la moindre attention a la société.

Le silence ne fut point de longue durée : en effet, M. Swiveller qui avait pris la peine de nous donner, dans les chansons qu’il fredonnait, l’assurance mélodieuse que « son cour était dans les montagnes, et qu’il ne lui manquait que son coursier arabe pour commencer a accomplir de grands actes de bravoure et d’honneur chevaleresque, » détacha ses yeux du plafond et descendit a la vile prose.

« Fred, dit-il, s’arretant tout a coup, comme si une idée soudaine lui avait traversé le cerveau, et reprenant sa voix de fausset, le vieux est-il en bonne disposition ?

– Qu’est-ce que cela vous fait ? répliqua l’ami d’un ton bourru.

– Rien ; mais je vous le demande.

– Oui, naturellement. D’ailleurs, que m’importe qu’il le soit ou non ? »

Encouragé sans doute, par cette réponse, a se jeter dans une conversation plus générale, M. Swiveller s’attacha a captiver notre attention.

Il commença par faire remarquer que le soda-water, quoique chose bonne en soi, était de nature a refroidir l’estomac si on ne le relevait par du gingembre ou une légere infusion d’eau-de-vie ; que ce dernier liquide est en tout cas préférable, sauf une petite considération, celle de la dépense. Personne ne s’aventurant a combattre ces propositions, il continua en disant que la chevelure humaine était un corps tres-propre a concentrer la fumée de tabac, et que les jeunes étudiants de Westminster et d’Eton, apres avoir mangé quantité de pommes pour dissimuler l’acre parfum du cigare a leurs professeurs vigilants, étaient d’ordinaire trahis par cette propriété que possede leur tete d’une façon remarquable : d’ou il conclut, que si l’Académie des sciences voulait fixer son attention sur ce sujet, et essayer de trouver dans les ressources de nos connaissances acquises un moyen de prévenir ces révélations indiscretes, elle rendrait un immense service a l’humanité tout entiere. Ces idées ne furent pas plus combattues que les précédentes. Alors M. Swiveller nous apprit que le rhum de la Jamaique, quoiqu’il soit sans contredit un spiritueux agréable, plein de richesse et d’arôme, a l’inconvénient de revenir au gout durant tout le reste de la journée. Et comme personne ne s’avisait de contester l’un ou l’autre de ces points, M. Swiveller sentit sa confiance augmenter, et devint encore plus familier et plus expansif.

« C’est le diable, messieurs, dit-il, lorsque des parents en viennent a se brouiller Si l’aile de l’amitié ne doit jamais perdre une plume, l’aile de la parenté ne doit jamais non plus etre écourtée : au contraire, elle doit toujours se développer sous un ciel serein. Pourquoi verrait-on un petit-fils et un grand-pere s’attaquer avec une égale violence, quand tout devrait etre entre eux bénédiction et concorde ? Pourquoi ne pas unir vos mains et oublier le passé ?

– Contenez votre langue, dit Frédéric.

– Monsieur, répliqua M. Swiveller, n’interrompez pas l’orateur. Voyons, messieurs, de quoi s’agit-il présentement ? Voici un bon vieux grand-pere. Je dis cela le plus respectueusement du monde, et voici un jeune petit-fils. Le bon vieux grand-pere dit au jeune petit-fils dissipateur : « Je vous ai recueilli et élevé, Fred ; je vous ai mis a meme de marcher dans la vie ; vous vous etes un peu écarté du droit chemin, comme il n’arrive que trop souvent a la jeunesse ; ne vous attendez pas a retrouver jamais la meme chance, ou vous compteriez sans votre hôte. » A quoi le jeune petit-fils dissipé répond ainsi : « Vous avez autant de fortune qu’on peut en avoir ; vous avez fait pour moi des dépenses considérables ; vous entassez des piles d’écus pour ma petite sour, avec laquelle vous vivez secretement, comme a la dérobée, comme un vrai grigou, sans lui donner aucun plaisir. Pourquoi ne pas mettre de côté une bagatelle en faveur du petit-fils adulte ? » La-dessus, le brave grand-pere réplique, « que non-seulement il refuse d’ouvrir sa bourse avec ce gracieux empressement qui a toujours tant de charmes chez un gentleman de son âge, mais qu’il éclatera en reproches, lui dira des mots durs, lui fera des observations toutes les fois qu’ils se trouveront ensemble. Voila donc la question tout simplement. N’est-ce pas pitié qu’un pareil état de choses se prolonge ? et combien ne vaudrait-il pas mieux que le vieux gentleman donnât du métal en quantité raisonnable, pour rétablir la tranquillité et le bon accord ! »

Apres avoir prononcé ce discours en taisant décrire a son bras une foule d’ondulations élégantes, M. Swiveller plongea vivement dans sa bouche la tete de sa canne, comme pour s’enlever lui-meme le moyen de nuire a l’effet de sa harangue en ajoutant un mot de plus.

« Pourquoi me poursuivez-vous ? pourquoi me persécutez-vous ? au nom du ciel ! s’écria le vieillard se tournant vers son petit-fils. Pourquoi amenez-vous ici vos compagnons de débauche ? Combien de fois aurai-je a vous répéter que ma vie est toute de dévouement et d’abnégation, et que je suis pauvre ?

– Combien de fois aurai-je a vous répéter, dit l’autre en le regardant froidement, que je sais bien que ce n’est pas vrai ?

– C’est vous qui vous etes mis ou vous etes, dit le vieillard, restez-y ; mais laissez-nous, Nelly et moi, travailler sans relâche.

– Nell sera bientôt une femme. Élevée a vous croire aveuglément, elle oubliera son frere s’il n’a soin de se montrer quelquefois a elle.

– Prenez garde, dit le vieillard, dont les yeux étincelerent, qu’elle ne vous oublie quand vous souhaiteriez le plus de vivre dans sa mémoire. Prenez garde qu’un jour ne vienne ou vous marcherez pieds nus dans les rues, tandis qu’elle vous éclaboussera dans son brillant équipage !

– C’est-a-dire quand elle aura votre argent. Voila donc cet homme si pauvre !

– Et cependant, dit le vieillard laissant tomber sa voix et parlant en homme qui pense tout haut, combien nous sommes pauvres ! quelle vie que la nôtre ! Et quand on songe que c’est la cause d’une enfant, d’une enfant qui n’a jamais fait de tort ni de peine a personne, que nous soutenons… et que cependant nous ne réussissons a rien !… Espoir et patience ! c’est notre devise. Espoir et patience ! »

Ces paroles furent prononcées trop bas pour arriver aux oreilles des jeunes gens. M. Swiveller sembla penser que les mots inintelligibles marmottés par le vieillard étaient l’indice d’une lutte morale produite par la puissance de sa harangue ; car il toucha son ami du bout de sa canne en lui insinuant la conviction ou il était, qu’il avait jeté « le grappin » sur le vieux, et qu’il comptait bien obtenir un droit de courtage sur les bénéfices. Peu de temps apres, il s’aperçut de sa méprise ; il prit alors un air endormi et mécontent, et plus d’une fois il avait insisté sur ce qu’il était temps de partir promptement, lorsque la porte s’ouvrit et la petite fille parut en personne.