Les Choses de Georges Perec (Analyse de l'oeuvre) - Thibaut Antoine - ebook

Les Choses de Georges Perec (Analyse de l'oeuvre) ebook

Thibaut Antoine

0,0
22,25 zł

Opis

Décryptez Les Choses de Georges Perec avec l’analyse du PetitLitteraire.fr !Que faut-il retenir de Les Choses, cette photographie des années soixante ? Retrouvez tout ce que vous devez savoir sur cette œuvre dans une analyse complète et détaillée.Vous trouverez notamment dans cette fiche :• Un résumé complet• Une présentation des personnages principaux tels que Sylvie et Jérôme• Une analyse des spécificités de l’œuvre : un « préroman » entre analyse sociologique et nouveau roman, l'équivocité des choses, le rapport au désir à travers le temps de narrationUne analyse de référence pour comprendre rapidement le sens de l’œuvre.À propos de la collection LePetitLitteraire.fr :Plébiscité tant par les passionnés de littérature que par les lycéens, LePetitLittéraire.fr est considéré comme une référence en matière d’analyse d’œuvres classiques et contemporaines. Nos analyses, disponibles au format papier et numérique, ont été conçues pour guider les lecteurs à travers la littérature. Nos auteurs combinent théories, citations, anecdotes et commentaires pour vous faire découvrir et redécouvrir les plus grandes œuvres littéraires. LePetitLittéraire.fr est reconnu d’intérêt pédagogique par le ministère de l’Éducation. Plus d’informations sur lepetitlitteraire.fr

Ebooka przeczytasz w aplikacjach Legimi lub dowolnej aplikacji obsługującej format:

EPUB

Liczba stron: 29




GEORGES PEREC

ÉCRIVAIN FRANÇAIS

Né en 1936 à IvryDécédé en 1982 à BellevilleQuelques-unes de ses œuvres :La disparition (1969), romanW ou le souvenir d’enfance (1975), romanLa vie, mode d’emploi (1978), roman

Les parents de Georges Perec (né Peretz), Juifs d’origine polonaise, émigrent à Paris dans les années 1920. Perec n’a que quatre ans quand son père, mobilisé, meurt au combat, et sept ans à la mort de sa mère en déportation.

Il suit sa scolarité à Paris, où il effectue une première psychanalyse (il en suivra trois tout au long de sa vie). Après l’obtention du bac, il commence des études d’Histoire qu’il abandonne assez vite.

Entre 1957 et 1961, il écrit plusieurs romans, tous refusés par les éditeurs. Il lui faut attendre 1965 pour voir son premier roman publié, Les Choses, récompensé par le prix Renaudot.

Il rejoint l’Oulipo (Ouvroir de LIttérature POtentielle) en 1967, groupe de littéraires et de mathématiciens qui lui permettra de développer ses potentialités à travers l’écriture à contrainte. Cette pratique d’écriture, en imposant une règle à la rédaction d’un texte (par exemple le logo-rally, qui consiste à placer un certain nombre de mots dans un ordre défini, le palindrome, le lipogramme, le sonnet, etc.), vise paradoxalement à libérer l’imagination Perec se consacre alors exclusivement à ce type d’écriture. Son roman La disparition reste indépassable : un roman lipogramme, écrit sans la lettre « e ». Dans la contrainte, son écriture ne cessera de se diversifier.

C’est avec La vie, mode d’emploi (1978), prix Médicis, qu’il atteint la reconnaissance du grand public.

Georges Perec est un écrivain protéiforme. Tout au long de sa vie, il n’a cessé d’explorer avec toujours plus d’inventivité les quatre champs qui nourrissent son écriture : fictionnel, autobiographie, sociologique et ludique.

LES CHOSES

UNE PHOTOGRAPHIE DES ANNÉES SOIXANTE

Genre : romanÉdition de référence : Les Choses, Une histoire des années soixante, Paris, 10/18, 2002, 177 p.1reédition : 1965Thématiques : société de consommation, années soixante, nouveau roman, sociologie, vie quotidienne, désir, bonheur

Les Choses parait en 1965, chez l’éditeur René Julliard. Il reçoit le prix Renaudot l’année de sa parution.

Son esthétique se rapproche de celle du Nouveau Roman. Ses thèmes empruntent à la sociologie. C’est l’un des premiers livres en France à traiter de la société de consommation.

Perec y décrit le rapport qu’un couple entretient aux choses qui l’entourent, rapport en grande partie médiatisé par la publicité. Il scrute le quotidien de ce couple banal, qui représente l’archétype d’une certaine petite bourgeoisie parisienne des années soixante (la « classe moyenne » actuelle). La France des années soixante est marquée par les Trente Glorieuses et la guerre d’Algérie ; c’est la décennie de l’émergence de cette société marchande qui deviendra bientôt la « société de consommation », et qui aboutira à Mai 68.

À sa sortie, le livre ne passe pas inaperçu : certains critiques y voient un livre pauvre, sans intrigue, avec des personnages sans profondeur ; d’autres en revanche saluent chez Perec ses qualités d’observateur de la société. Mais à l’époque, on le considère davantage comme un sociologue que comme un écrivain.

Dans un entretien radiophonique avec Étienne Lalou (émission Le goût des livres du 7 décembre 1965), Perec dit de son roman qu’il est l’étude d’un milieu et non de personnages. Ce serait un roman d’avant l’existence qui décrit une « terre inconnue » sur laquelle s’érigeraient les personnages. Il le caractérise comme un « préroman. »