Un drame au Labrador - Vinceslas Eugène Dick - ebook
Kategoria: Obyczajowe i romanse Język: francuski Rok wydania: 1897

Un drame au Labrador darmowy ebook

Vinceslas Eugène Dick

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

e-czytniku EPUB
tablecie EPUB
smartfonie EPUB
komputerze EPUB
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Opis ebooka Un drame au Labrador - Vinceslas Eugène Dick

Jean Lehoulier doit fuir, avec sa famille, pour le Canada, car il a tué, dans une rixe, l'un de ses amis, Pierre Noël. Un jour, arrive un nouveau voisin, qui n'est autre que la veuve Noël et ses trois enfants. Les familles s'entraident, le fils Lehoulier, Arthur, tombe amoureux de la fille de Mme Noël, Suzanne. Le cousin d'Arthur, Gaspard, homme rustre, et méchant, est jaloux d'Arthur : il cherche a se débarrasser de lui et convoite Suzanne. Un jour, les deux jeunes gens partent pour une chasse aux phoques. Pris dans la tempete, seul Gaspard en revient. Gaspard peut maintenant épouser Suzanne...

Opinie o ebooku Un drame au Labrador - Vinceslas Eugène Dick

Fragment ebooka Un drame au Labrador - Vinceslas Eugène Dick

A Propos
Chapitre 1 - LES FUGITIFS
Chapitre 2 - AVENTURE DE CHASSE
Chapitre 3 - UN REPAS DE GIGOT D'OURS

Disponible sur Feedbooks Dick:
Copyright: This work is available for countries where copyright is Life+70 and in the USA.
Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

Chapitre 1 LES FUGITIFS

Il y a un peu plus d'une cinquantaine d'années, — en face du Grand Mécatina, sur la côte du Labrador, — vivait une pauvre famille de pecheurs, composée du pere, de la mere, de deux enfants (un garçon et une fille), et du cousin de ces derniers.

Le chef de la famille s'appelait Labarou ; le fils, Arthur, et le cousin, Gaspard.

Quant aux deux femmes, l'une répondait au nom de mere Hélene et l'autre au sobriquet de : Mimie.

Tout ce petit monde vivait en parfaite intelligence, se contentait de peu et n'avait pas la moindre idée que l'on fut plus heureux ailleurs que sur cette lisiere de côte désolée qu'il habitait.

Pour peu que la peche allât bien, que la tempete ne vînt pas démolir la barque ou abîmer les filets et que le hareng, la morue et le maquereau fissent leur migration au temps voulu, on n'en demandait pas davantage.

L'automne et le printemps, une goélette de cabotage parcourait cette partie de la côte, approvisionnant les pecheurs échelonnés ça et la, achetait leur poisson et les quittait pour ne revenir qu'a la nouvelle saison navigable.

Quelquefois cette goélette avait a son bord un missionnaire, chargé des intérets spirituels de cette vaste étendue de pays.

Et cette visite bisannuelle, impatiemment attendue, constituait tout le commerce qu'avait avec le reste de l'humanité la petite, colonie de Kécarpoui.

Car c'était sur la rive droite de la riviere Kécarpoui, a son embouchure meme dans le fond de la baie du meme nom, que la famille Labarou avait assis son établissement.

Cela remontait a 1840.

Un soir de cette année-la, en juillet, une barque de peche lourdement chargée abordait sur cette plage.

Elle portait les Labarou et tout ce qu'ils possédaient : articles de ménage, provisions et agres.

Le pere, — un Français des îles Miquelon, — fuyait la justice de la colonie lancée a ses trousses pour le meurtre d'un camarade, commis dans une de ces rixes si fréquentes entre pecheurs et matelots, lorsqu'ils arrosent trop largement le plaisir qu'ils éprouvent de se retrouver sur le plancher des vaches.

Il s'était dit avec raison que le diable lui-meme n'oserait pas l'aller chercher au fond de ces fiords bizarrement découpés qui dentellent le littoral du Labrador.

Le fait est que les hasards de sa fuite précipitée avaient merveilleusement servi Labarou.

Rien de plus étrange d'aspect, de plus sauvage a l'oil que l'estuaire de cette baie de Kécarpoui, a l'endroit ou la riviere vient y meler ses eaux ; rien de plus caché a tous les regards que cette plage sablonneuse ou la barque des fugitifs de Miquelon venait enfin de heurter de son étrave une terre indépendante de la justice française !

Les lames du large, longues et presque nivelées par une course de plusieurs milles en eau relativement calme, viennent mourir avec une régularité monotone sur un rivage de sable fin, dessiné en un vaste hémicycle qui enserre cette grosse patte du Saint-Laurent allongée sur le torse du Canada.

Mais, au-dela de cette lisiere de sable, d'un gris-jaunâtre tres doux a l'oil, quel chaos !… quel entassement monstrueux de collines pierreuses, de blocs erratiques a équilibre douteux, de falaises a pic encaissant l'étroite et profonde riviere qui a fini par creuser son lit, — Dieu sait au prix de quelle suite de siecles ! — au milieu de cette cristallisation tourmentée !…

Ça et la, des mousses, des lichens, de petits sapins meme, épais et trapus, s'élancent des fentes qui lézardent ou séparent les diverses assises de ce couloir de Titans, au fond duquel la Kécarpoui chemine, tapageuse et profonde, vers la mer.

Le thalweg de cette vallée est indiqué par la ligne sinueuse des coniferes en bordure sur ses cretes, jusqu'a un pâté de montagnes tres élevées qui masque l'horizon du nord.

A droite et a gauche, le sol, moins tourmenté, offre ci et la des bouquets de sapins ou d'épinettes, qui semblent des îlots surélevés au sein d'une mer de bruyeres, d'ou émergent de nombreux rochers couverts de mousse et de squelettes d'arbres foudroyés, ou le feu du ciel a laissé sa patine noirâtre…

En somme, s'il plaît a l'imagination, le paya semble aride et tout a fait impropre a l'agriculture.

Pourtant, Labarou embrassa d'un oil satisfait ce paysage d'une horreur saisissante…

Bon homme au fond, mais d'humeur taciturne, — surtout depuis cette fatale rixe ou il avait tué un camarade, — le pecheur miquelonnais ne tarda pas a s'éprendre de cette nature bouleversée, si bien en harmonie avec sa propre conscience.

La situation exceptionnelle aussi de cette jolie baie, en pleine région de peche, le décida…

Il résolut de s'y fixer.

L'installation ne fut ni longue, ni difficile.

Des sapins et des épinettes, de médiocre futaie sur toute cette partie du littoral, furent abattus, grossierement équarris et superposés pour former les quatre pans du futur logis. Toutes ces pieces de bois, liées a queue d'aronde aux quatre angles, formerent un carré tres solide, que l'on surmonta d'un toit en accent circonflexe, recouvert de planches confectionnées a la diable…

Et la maison était construite.

On s'en rapporta aux jours de chômage a venir pour améliorer petit a petit cette installation faite a la hâte et y ajouter les hangars et autres annexes indispensables.

L'essentiel, pour le moment, c'était de s'organiser pour la peche.

Les agres furent inspectés et réparés ; la barque radoubée et goudronnée de l'étrave a l'étambot ; les voiles remises en état…

Bref, quinze jours apres leur abordage, les Labarou se retrouvaient chez eux et reprenaient leur train de vie ordinaire.

Cela devait durer douze années entieres, pendant lesquelles un incident digne d'etre rapporté vint rompre la monotonie de cette existence patriarcale.


Chapitre 2 AVENTURE DE CHASSE

En juillet 1850, — c'est-a-dire dans la dixieme année de leur séjour a Kécarpoui, — les jeunes cousins Labarou firent une assez longue expédition en mer.

Âgés tous deux alors d'un peu plus de vingt ans, tres développés physiquement et hardis marins, ils ne craignaient guere de s'aventurer en plein golfe, dans la barque a demi pontée qu'ils s'étaient construite eux-memes, sous la direction du vieux Labarou.

Cette fois la, — soit hasard de la brise, soit curiosité d'adolescents, — ils avaient poussé une pointe jusque pres de la côte ouest de Terre-Neuve, malgré les recommandations paternelles ; et, joyeux comme des galopins qui ont fait l'école buissonniere, ils revenaient a pleines voiles vers la baie de Kécarpoui, lorsqu'on remontant le littoral, qu'ils serraient d'assez pres, un spectacle fort attrayant pour des yeux de chasseurs leur fit aussitôt oublier qu'ils étaient pressés…

Deux caribous, — arretés au bord de la mer, ou ils étaient venus boire sans doute, — se tenaient côte a côte, les pieds dans l'eau et la mine inquiete, regardant cette embarcation voilée qui se mouvait sans bruit, a quelque distance du rivage.

La tentation était vraiment trop forte !…

Un coup de barre, et la barque se dirigea vers le rivage, qu'elle laboura de son étrave et ou elle s'immobilisa.

Les deux jeunes gens, le fusil a la main, étaient déja partis en chasse.

Mais les gentilles betes, — revenues de leur premier mouvement de surprise et ramenées d'instinct au sentiment de la prudence, — pirouetterent sur leurs pieds et disparurent sous bois, gagnant la côte voisine.

Les chasseurs s'élancerent sur leurs traces et eurent bientôt fait d'escalader la côte boisée qui leur masquait l'horizon du nord.

Arrivés sur la crete, ils s'arreterent un moment pour reprendre haleine et s'orienter.

Devant eux s'étendait une large savane, tapissée de bruyeres longues et maigres, émergeant d'une herbe jaunie, haute et clairsemée. Ça et la, des rochers de formes diverses accidentaient cet espace découvert, que Jupiter tonnant avait du défricher lui-meme S'il fallait en juger par les souches a demi calcinées qui dressaient partout leurs squelettes noircis.

Au-dela de cette savane, au pied de la chaîne de montagnes qui fermait l'horizon du nord, Se voyait une lisiere de foret épargnée par l'incendie.

C'est vers ce bois que se dirigeaient les caribous, quand nos chasseurs les revirent du haut de la côte.

La délibération ne fut pas longue.

Nos jeunes Nemrods résolurent de continuer la poursuite.

Mais ce fut bien inutilement qu'ils s'essoufflerent a courir au milieu de cette savane pleine de trous et de bosses, car les caribous prirent un galop allongé, qui les porta en quelques minutes au pied des contreforts boisés de la chaîne de montagnes, ou ils disparurent…

Haletants et penauds, les deux cousins s'arreterent enfin sur une éminence rocheuse, d'ou ils pouvaient embrasser toute la savane, et meme l'immense golfe, dont la nappe bleuâtre, échancrée par les dentelures de la côte, s'étendait devant leurs yeux jusqu'au littoral ouest de Terre-Neuve.

Quel panorama !

A droite, le bras oriental de la baie de Kécarpoui s'avançait dans la mer, a demi replié, comme s'il eut voulu retenir les flots qui la baignaient. L'ouverture de la baie, elle-meme, était visible jusqu'a son milieu, mais, a part ce petit triangle d'azur miroitant au sein des masses sombres qui l'enserraient, ce n'étaient, jusqu'a perte de vue, que le chaos mouvementé de la côte labradorienne s'abaissant avec gradation vers le golfe, dont la surface scintillante se confondait avec l'horizon, dans les lointains du couchant.

Tout homme, en présence d'un pareil spectacle, est poëte d'instinct ; et les jeunes Labarou, sans connaître un traître mot des regles de la poésie, ne purent s'empecher de faire entendre des exclamations admiratives :

— La belle vue qu'on a d'ici ! s'écria Arthur.

— Hum ! grommela Gaspard : c'est rudement chiffonné !

— Vois donc… notre fameuse baie Kécarpoui, ce qu'elle est devenue ; a peine grande comme le foc de la barque !

— Nous en sommes loin !… répliqua Gaspard, que cette réflexion de son cousin arracha aussitôt a sa contemplation. Au fait, ajouta-t-il, il est temps de regagner la mer. Filons.

— C'est vrai… Ces diables de caribous vont nous faire perdre une marée, et nous ne serons pas chez nous avant ce soir.

— A la côte, et courons !

Et Gaspard, prenant les devants, s'engagea aussitôt sur la pente du monticule qui leur avait servi d'observation, dévalant comme un cerf qui aurait eu toute une meute sur les jarrets.

Arthur ne fut pas lent a le suivre ; et tous deux, prenant la savane en diagonale pour « piquer au plus court », firent ainsi un bon demi-mille, ne s'arretant qu'au pied d'une colline peu élevée, qui leur barrait la route.

La, ils firent halte un moment pour souffler, puis reprirent aussitôt leur marche en avant.

Arrivés sur le dos de cette intumescence, absolument dépourvue de végétation, ils s'orienterent un instant et allaient redescendre le versant opposé, lorsqu'un coup de fusil, tiré de fort pres, les cloua net sur place.

Avant meme d'avoir eu l'opportunité d'échanger une parole, ils entendirent un hurlement de douleur et virent, a une couple d'arpents en face d'eux, un ours blessé qui traversait la savane, par bonds inégaux, et qui finit par se laisser choir au pied d'une souche, ou il demeura immobile.

D'ou partait ce coup de fusil ?…

Qui avait tiré ?…

Les Labarou eurent a peine le temps de se poser ces questions, qu'elles étaient résolues.

Un enfant d'une douzaine d'années environ, — un petit sauvage, a en juger par son costume et son teint basané, — surgit des broussailles, parut examiner les traces sanglantes laissées par l'animal blessé, puis retournant aussitôt sur ses pas, il se prit a crier :

— Vite, pere, y a du sang tout plein !

Un homme grand, sec, la figure osseuse et brune, parut aussitôt, tenant en main un fusil qui fumait encore.

Il échangea quelques paroles avec son fils et s'approcha avec précaution jusqu'a quelques pieds de l'endroit ou, gisait l'ours.

Ayant aperçu ce dernier, il s'arreta et fit mine de recharger son arme. Mais, voyant la bete immobile sur le flanc, il remit en place la baguette, a demi tirée, du fusil qu'il tenait de la main gauche et s'avança, tout courbé, vers l'animal, en apparence mort.

A deux pas de sa victime, le sauvage s'arreta de nouveau et se mit en frais de fourrer le canon de son arme sous le cadavre, pour le retourner, sans doute, et voir la blessure par ou la vie c'était échappée.

Mais il arriva alors quelque chose de bien inattendu et de bien terrible…

D'un coup de patte, l'ours fit voler le fusil au loin ; puis bondissant sur le sauvage abasourdi, il l'écrasa sous sa masse pesante, lui labourant en meme temps la poitrine, de ses longues griffes.

Pendant quelques secondes, l'homme et la bete s'agiterent…

Puis l'homme demeura immobile…

Il était mort !

La scene avait déroulé ses péripéties si vite, que ni l'enfant, muet et terrifié, ni les deux cousins, frappés de stupeur, n'avaient eu le temps d'intervenir.

Ce fut le petit sauvage qui secoua le premier l'espece de paralysie qui immobilisait les trois spectateurs…

Tirant un couteau d'une gaine de cuir, suspendue a sa ceinture, il se rua sur l'ours avec frénésie et se prit a lui cribler les flancs de blessures profondes.

Puis, avec une force musculaire au-dessus de son âge, il retourna la bete. — bien morte, cette fois, — dégageant ainsi le corps de son pere, sur la poitrine duquel il se jeta, y enfouissant sa figure.

C'était navrant et terrible.


Chapitre 3 UN REPAS DE GIGOT D'OURS

Gaspard, qui arrivait, précédé d'Arthur, ne put s'empecher de dire, malgré son flegme :

— Triste !

Quant a Arthur, il prit doucement l'enfant dans ses bras, tout comme l'aurait fait une mere, et l'arracher a son étreinte pour le transporter plus loin.

Il lui disait, tout en le câlinant :

— Ne pleure pas, petit… Nous aurons bien soin de toi… Il y a encore de la place pour un chez le papa Labarou… Tu vas venir avec nous… Tu seras de la famille…

L'enfant, adossé a une souche, ne répondait pas.

Seulement, il souleva un instant ses paupieres et fixa ses prunelles, tres noires et tres lumineuses, sur Arthur, comme pour s'assurer s'il avait affaire a un ami ou a un ennemi.

Puis il courba de nouveau le front, gardant un silence farouche.

Sans se décourager, le jeune Labarou lui releva doucement la tete, la forçant ainsi a le regarder.

Puis, d'une voix engageante :

— Tu me comprends, dis ?

L'enfant fit un signe affirmatif.

— Tu n'as pas peur de nous, n'est-ce pas ?

Mouvement de tete négatif.

— Alors. pourquoi ne parles tu pas ?

Le petit sauvage mit un doigt dans sa bouche, fit mine de le mâchonner, puis dit enfin :

— Manger !

— Tu as faim, petit ? s'écria Arthur.

— Moi aussi ! dit Gaspard, jusque la spectateur muet.

— Ah ! ah ! je m'explique, … fit en riant le plus jeune des Labarou. Ce garçon-la ne veut pas faire mentir le proverbe : « Ventre affamé n'a point d'oreilles ! » Eh bien, puisque c'est comme ça, mangeons un morceau… Seulement, pour manger un morceau, il faut l'avoir sous la main.

— L'ours ! fit laconiquement Gaspard.

— Tu deviens fou !… On ne mange pas de ce gibier-la ! se récria Arthur.

— Demande a ce moricaud, ton nouvel ami.

L'enfant, sans attendre la question, répondit aussitôt :

— Bon, bon, l'ours.

Puis il se prit a mâcher a vide, de façon si drôle, que les deux cousins eurent une folle envie de rire.

Ce que voyant, le petit sauvage sourit a son tour et se leva.

Alors, s'armant de son couteau-poignard, avec lequel il s'était si bien escrimé tout a l'heure, il s'approcha de l'ours et se mit en frais de lui fendre le ventre.

Gaspard ouvrait la bouche pour l'arreter, dans la crainte qu'il n'abîmât la peau, mais il se rassura aussitôt en voyant avec quelle dextérité le garçonnet opérait.

Il se contenta de lui venir en aide, afin que la besogne fut plus vite expédiée.

Arthur, lui, profita d'un moment ou l'enfant, tout occupé a son travail, lui tournait le dos, pour enlever prestement le corps du pere et le dissimuler, quelques pas plus loin, derriere une touffe de bruyere.

Le brave garçon avait agi spontanément, sans calcul ni réflexion, mu par un sentiment de pudeur filiale, en présence de cet enfant qu'un drame terrible venait de rendre orphelin.

Mais le petit peau-rouge, sans détourner la tete, avait pourtant vu… ou deviné, car il murmura a l'oreille du jeune Labarou, quand celui-ci l'eut rejoint :

— Bien fait, ça… Toi, bon ami.

Et il se reprit a écorcher l'assassin de son pere, sans manifester plus d'émotion.

Au bout d'un quart-d'heure, maître Martin, dépouillé de sa peau, n'était plus reconnaissable. Il ressemblait aussi bien a un honnete veau, appreté dans l'étal d'un boucher, qu'a une bete féroce, réputée immangeable.

Cette métamorphose avantageuse réveilla les estomacs assoupis et fit taire toutes les répugnances.

On se mit résolument a l'ouvre pour organiser un repas sérieux.

Mais, ici, une difficulté imprévue se présenta : Comment faire du feu !

Personne n'avait d'allumette ni de pierre a fusil.

D'ailleurs, en supposant meme qu'on put se procurer du feu, de quelle façon l'utiliser pour cuire le morceau de venaison destiné au festin ?…

Ce fut encore le petit sauvage qui tira nos amis d'embarras.

Il se mit a fouiller partout, dans les environs, jusqu'a ce qu'il eut trouvé un éclat de bois de cedre, dans le centre duquel il pratiqua un trou, avec la pointe de son couteau. Partant de ce trou, il creusa une petite rainure, qui s'en éloignait de quelques pouces et qu'il bourra de mousse, bien seche, saupoudrée de charbon de bois écrasé, emprunté a une souche du voisinage.

Ayant alors confectionné une légere baguette de cedre, effilée a l'un de ses bouts, il en introduisit la pointe dans le trou qu'il venait de faire et se mit a la tourner aussi rapidement que possible entre les paumes de ses mains…

Quelques étincelles jaillirent bientôt, qui enflammerent la mousse et le charbon…

On avait du feu !

Restait a confectionner le fourneau ou se rôtirait la piece de résistance du festin en perspective.

Gaspard s'en chargea.

Il mit de champ deux pierres plates, pour former les parois latérales, puis les couvrit d'une troisieme, plus mince et plus large, destinée dans son esprit a servir de… lechefrite.

Alors, fort satisfait de son fourneau, il alluma aussitôt au-dessous un bon feu de branchages.

Pendant que ce chef-d'ouvre d'architecture… culinaire s'édifiait, il va sans dire que le petit sauvage ne demeurait pas inactif.

Il avait détaché de l'ours un cuissot des plus respectables et, apres l'avoir enveloppé d'herbes, paraissait attendre que l'appareil de Gaspard fut pret a fonctionner.

De son côté, celui-ci trouvait le nouveau marmiton bien lent a apporter au fourneau la « piece de résistance » du futur dîner.

De sorte que tous deux se regarderent d'un air assez drôle, qui voulait dire clairement : « Eh bien, qu'est-ce que tu attends ? »

De toute évidence, nos deux taciturnes ne se comprenaient pas du tout.

Heureusement, Arthur, — qui n'avait pas, lui, la langue dans sa poche, — intervint :

— Alors, gamin, demanda-t-il a l'enfant, que fais-tu la ?… Te manque-t-il quelque chose ?

— Cailloux ! répondit le marmiton improvisé, en déposant son jambon par terre et, désignant le feu :

— Des cailloux dans le feu ! se récria Arthur. Pourquoi faire ? Les cailloux de ce pays-ci seraient-ils du charbon de… pierre, par hasard ?

Mais Gaspard, lui, avait fini par comprendre.

— J'y suis ! dit-il… Des cailloux rougis au feu, un trou dans la terre… Nous dînerons avec du jambon d'ours cuit a l'étouffée.

— Tiens ! c'est vrai… j'ai entendu parler de cette cuisine de voyage… Laissons notre petit ami préparer la chose a sa guise, et agissons. Moi, je vais chercher des cailloux. Toi, creuse un trou comme tu pourras.

En un clin-d'oil, Arthur eut rempli son chapeau de ces pierres arrondies, a nuances variées, qui abondent dans ces parages.

Il les disposa adroitement entre les tisons du foyer et se chargea d'entretenir le feu.

Gaspard, de son côté, creusait une fosse dans le sable, se servant, en guise de pioche, d'un bout de branche pointue et, a défaut de beche, de ses mains, pour rejeter la terre au dehors.

Bref, nos trois affamés y mettant chacun du sien, un lit de cailloux brulants fut étendu au fond de cette fosse, puis recouvert d'une couche d'herbes sur lesquelles le cuissot fut déposé. Par-dessus, on ajouta une nouvelle couche d'herbes ; puis on remplit la fosse de terre autour d'un bâton maintenu verticalement au centre, de façon qu'en le retirant avec précaution, il restât une sorte de cheminée communiquant avec l'extérieur.

Ces deux opérations terminées, les deux cousins crurent, cette fois, qu'il n'y avait plus qu'a laisser faire et prirent une posture aisée pour fumer une bonne « pipe » de tabac — histoire de tromper la faim canine qui les travaillait.

Mais le petit sauvage, lui, songeait bien au repos, vraiment !

Il furetait du regard autour de lui, ayant l'air de chercher quelque chose.

Tout a coup, il partit comme un trait et disparut dans les broussailles.

— Qu'est-ce qui le prend ? se demanda Arthur, qui le suivait des yeux avec étonnement.

Ce petit bonhomme l'intéressait décidément. Il lui trouvait de ces allures, a la fois farouches et gentilles, qu'ont les jeunes chats qui commencent a s'apprivoiser.

Cependant le petit bonhomme revint bientôt, toujours courant. Il tenait a la main une large écorce, qu'il venait de détacher d'un bouleau et qu'il façonnait a l'aide de son poignard, — sans s'arreter, du reste.

En un tour de main, il eut fabriqué un de ces récipients que nos sucriers canadiens appellent cassots et qu'ils destinent a recueillir la seve de l'érable a sucre.

Un ruisseau coulait non loin de la. Le cassot y fut empli et rapporté a bras tendus.

Tout cela dans le temps de le dire.

C'est alors que les Labarou eurent l'explication de l'utilité du bâtonnet fiché dans la terre recouvrant le jambon.

De temps en temps, en effet, le petit sauvage avait le soin de retirer ce bâtonnet pour vider un peu d'eau dans le trou qu'il laissait.

Et, chaque fois, un jet de vapeur montait a l'orifice :

— Bravo, garçon !… s'écriait Arthur, tout a fait enchanté de son protégé.

Puis a Gaspard, toujours calme et froid :

— Quel luxe, cousin !… Une cuisine a vapeur dans les savanes du Labrador !

— Tout cela prend bien du temps… murmurait ce dernier, une main sur l'estomac.

Mais non !… Il se trompait, le cousin ; car, en moins d'une demi-heure, le gigot fut retiré du trou et servi sur une belle écorce de bouleau.

L'appétit aidant, sans doute, il fut trouvé mangeable par les Français, qui lui firent honneur.

Quand au « sauvagillon », il en avait la figure toute irradiée.

— Ah ! mes amis, conclut Arthur en se levant de table, si, pendant la derniere quinzaine, ce jambon, au lieu de courir la savane, se fut tranquillement reposé dans une bonne saumure, il serait superbe !

— Il ne lui manque, en effet, qu'une chose, appuya Gaspard : du sel.

— Nous salerons ceux qui restent, aussitôt arrivés : — car nous les emportons, tu sais !…

— Et la peau ?

— Moi porter la peau, dit l'enfant.

— Non pas ; c'est trop pesant pour toi, protesta Arthur. Je m'en charge. Vous deux, prenez chacun un gigot, et en route !… voici le soleil qui baisse.

Avant de partir, toutefois, les jeunes Français voulurent donner une sépulture sommaire au vieux sauvage, qui gisait la, pres d'eux.

Mais l'enfant les genait.

Comment l'éloigner ?

Ce fut lui-meme qui coupa court a l'hésitation de ses nouveaux amis, en allant droit au cadavre et en cherchant du regard un endroit ou il pourrait l'enfouir.

Des lors, les autres mirent de côté leurs scrupules.

Le corps fut transporté au pied d'un monticule de sable, qui se trouva d'aventure a un arpent de la, et que l'on égrena sur lui.

Deux bâtons croisés, figurant tant bien que mal le signe de la Rédemption, furent dressés sur ce tumulus, que l'on recouvrit par mesure de précaution, de cailloux pesants…

Puis, apres avoir adressé mentalement une courte priere au Tout-Puissant a l'intention du pauvre Abénaki, qui attendrait la le jugement dernier, les trois jeunes gens, tres impressionnés, se chargerent des dépouilles de l'ours et quitterent la savane, se dirigeant vers le fleuve.

Inutile d'ajouter que le petit sauvage s'était emparé de l'attirail de chasse de son défunt pere, et qu'il portait, lui aussi, outre sa part de venaison, le fusil sur l'épaule…

Sa démarche conquérante le disait assez !

Songez donc… Un fusil a lui !

Le reve je son adolescence réalisé !

Il y avait bien de quoi rendre un peu fat, meme un garçon de Quimper, au vieux pays.

En moins de deux heures, on atteignit la plage.

La barque, couchée sur le flanc, était a sec. Mais, comme la mer montait, il n'y avait pas lieu de maugréer contre cet élément.

Toutefois les voyageurs, impatients de rentrer chez eux, ne voulurent pas attendre.

Ils glisserent sous la quille de leur embarcation des rouleaux de bois flotté, tres abondant partout sur la greve, et réussirent en peu de temps a la remettre a flot.

Puis les voiles furent livrées a une brise de « nordet », qui soufflait ferme…

Et vogue la galere vers Kécarpoui !

Seulement la « galere », outre son équipage habituel des Français, avait, cette fois-ci, un passager bien inattendu ; un descendant direct des aborigenes du golfe Saint-Laurent.