Les Mohicans de Babel - Gaston Leroux - ebook
Kategoria: Obyczajowe i romanse Język: francuski Rok wydania: 1928

Les Mohicans de Babel darmowy ebook

Gaston Leroux

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

e-czytniku EPUB
tablecie EPUB
smartfonie EPUB
komputerze EPUB
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Opis ebooka Les Mohicans de Babel - Gaston Leroux

Dans le Paris débridé des année folles, alors que le gouvernement est aux abois, on ne parle que d'un mystérieux malfaiteur, tout-puissant, «le Grand X». Un riche banquier et homme politique, Milion-Lauenbourg, est le pere d'une tres jolie fille, Sylvie, amoureuse d'un député adversaire de son pere, Claude Corbieres. Celui-ci dirige la ligue anti parlementaire. Milion-Lauenbourg dirige ses affaires grâce a l'aide inestimable de M. Barnabé, aux allures de petit bureaucrate radin, mais qui en fait connaît tout de la banque. Il a recours aux services de Dumont, chef de la Sureté, prototype du policier avide de pouvoir. D'autres comparses gravitent autour de ces personnages, hommes politiques, truands, parents... L'intrigue est foisonnante, délirante, les nuits de Paris sont pleines de stupre et de sang. L'auteur se livre a une féroce satire de la société de son temps et dénonce la médiocrité des élites, la dégénérescence de la noblesse et la corruption des politiciens.

Opinie o ebooku Les Mohicans de Babel - Gaston Leroux

Fragment ebooka Les Mohicans de Babel - Gaston Leroux

A Propos
Chapitre 1 - UN VAINQUEUR
Chapitre 2 - CONCILIABULE

A Propos Leroux:

Gaston Louis Alfred Leroux (6 May 1868, Paris, France – 15 April 1927) was a French journalist and author of detective fiction. In the English-speaking world, he is best known for writing the novel The Phantom of the Opera (Le Fantôme de l'Opéra, 1910), which has been made into several film and stage productions of the same name, such as the 1925 film starring Lon Chaney; and Andrew Lloyd Webber's 1986 musical. It was also the basis of the 1990 novel Phantom by Susan Kay. Leroux went to school in Normandy and studied law in Paris, graduating in 1889. He inherited millions of francs and lived wildly until he nearly reached bankruptcy. Then in 1890, he began working as a court reporter and theater critic for L'Écho de Paris. His most important journalism came when he began working as an international correspondent for the Paris newspaper Le Matin. In 1905 he was present at and covered the Russian Revolution. Another case he was present at involved the investigation and deep coverage of an opera house in Paris, later to become a ballet house. The basement consisted of a cell that held prisoners in the Paris Commune, which were the rulers of Paris through much of the Franco-Prussian war. He suddenly left journalism in 1907, and began writing fiction. In 1909, he and Arthur Bernede formed their own film company, Société des Cinéromans to simultaneously publish novels and turn them into films. He first wrote a mystery novel entitled Le mystere de la chambre jaune (1908; The Mystery of the Yellow Room), starring the amateur detective Joseph Rouletabille. Leroux's contribution to French detective fiction is considered a parallel to Sir Arthur Conan Doyle's in the United Kingdom and Edgar Allan Poe's in America. Leroux died in Nice on April 15, 1927, of a urinary tract infection.

Copyright: This work is available for countries where copyright is Life+70.
Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

Chapitre 1 UN VAINQUEUR

Quand Milon-Lauenbourg donna cette fete dans son nouvel hôtel du bois de Boulogne, il était a l’apogée de sa puissance. Nommé ministre du Trésor depuis huit jours par un gouvernement aux abois, il semblait qu’il n’y eut plus d’espoir qu’en lui.

On avait tout essayé pour sortir d’une situation au bout de laquelle on apercevait le gouffre.

Les emprunts ne rendant plus rien, on avait du y renoncer : la derniere inflation avait été un désastre.

L’impôt sur le capital avec le produit duquel on devait remplir la caisse d’amortissement n’avait servi, en dépit des précautions prises, qu’a boucher quelques trous du budget car l’événement avait prouvé l’inanité de la conception d’une caisse nationale indépendante qui fut pleine pendant que celle de l’État était vide.

Le commerce, l’industrie ne se sauvaient d’un impôt mortel qu’en fraudant le fisc grâce aux pires complaisances parlementaires.

Les ruines s’accumulaient sur lesquelles, du jour au lendemain, s’édifiaient de prodigieuses fortunes. Une horde d’agioteurs était maîtresse du pays. Le cout de la vie prenait des proportions effrayantes.

Jamais on ne s’était autant amusé. Une fievre de jouissance âpre, quasi démente, comme on en voit a la veille des catastrophes, galvanisait Paris et la province.

Le luxe avait envahi depuis longtemps les campagnes. Une ferme, du reste, valait une fortune. Il n’était point de marchand de bestiaux qui n’eut son auto et son collier de perles.

D’autre part, jamais il n’y avait eu autant de vols et de crimes. On ne voyageait plus qu’armé jusqu’aux dents, comme aux pires époques de notre histoire, quand les diligences étaient guettées sur les grands chemins.

On redoutait de rester isolé dans un train et l’on tremblait de se trouver, dans un compartiment, en face d’un inconnu.

En pleine ville, au grand jour, les boutiques étaient dévalisées avec une audace inouie.

Qu’étaient les bandes de la Révolution et du Directoire, maîtresses des campagnes, en regard de celles qui mettaient au pillage la capitale et les grandes cités ?

Certaines associations de malfaiteurs avaient établi si bien leur empire qu’on arrivait a s’en garer qu’en transigeant avec elles, en payant tribut. Elles avaient des accointances les unes avec les autres, se donnaient des chefs communs. L’un d’eux était célebre depuis deux ans.

On lui accordait tous les pouvoirs. Il commandait, disait-on, a une bande internationale qui avait des ramifications jusque dans les Indes et la Chine ou elle se fournissait de stupéfiants.

Les publicistes qui, jadis, avaient inventé les « Apaches » appelaient cette association les Mohicans de Babel et son chef : le Grand X que l’on avait fini par appeler M. Legrand ! Nul ne pouvait se vanter de l’avoir jamais vu. C’était une histoire digne du cinéma.

On effrayait les petits enfants avec M. Legrand comme jadis avec Croquemitaine.

Ah ! ce M. Legrand ! A chaque nouvelle affaire qui éclatait dans les faits divers, c’était un cri général : Encore un coup de M. Legrand !

Dans ces heures de frénésie tragique ou il fallait a chacun de l’argent coute que coute et a chacune aussi, ce M. Legrand était tout trouvé. Il endossait tous les méfaits. S’il n’avait pas existé, on l’eut certainement inventé.

Existait-il ? En vérité, on ne savait rien, en dehors des attentats connus.

Mais l’on pense bien que si nous écrivons cette histoire, véridique dans ses grandes lignes et a laquelle nous n’avons apporté, comme toujours, que les modifications nécessaires a éviter tout scandale, c’est que ce M. Legrand n’était pas simplement un mythe. Sa personnalité était si extraordinaire et si inattendue, si loin de tout ce qu’on pouvait imaginer, et elle est restée si insoupçonnée de ceux memes qui ont été melés a cette extraordinaire aventure, qu’il nous a paru utile, pour l’histoire des mours de ce temps, de la faire peu a peu surgir de l’ombre ou elle se croyait pour toujours ensevelie.

Les divorces scandaleux, les suicides, les drames de famille les plus extravagants, les passions les plus viles apparaissaient soudain sous les masques crevés de l’hypocrisie officielle, fournissant une matiere inépuisable aux journaux. Toute littérature pliait bagage devant le fait divers triomphant.

Les nuits de Paris étaient pleines de stupre et de sang. Les ombres du Bois se refermaient sur des gestes d’une volupté atroce ou immonde et devenue si commune qu’il n’y avait plus qu’un nouveau débarqué du Far-West, de la Pampa ou des steppes pour s’en réjouir.

Une consolation dans ce désastre, c’est qu’on pouvait, aux plus mauvaises heures, traverser Paris sans entendre parler français.

Pendant ce temps, que faisait la police ?

La police, manquant de moyens, en proie elle-meme a l’anarchie, se déclarait impuissante. La aussi, le gouvernement venait de faire appel a un homme qui avait fait ses preuves comme sous-chef de la Sureté générale, que l’on avait paralysé longtemps parce qu’on redoutait sa rare intelligence et son initiative, mais qui ne s’embarrassait point de scrupules. On venait de le mettre a la tete de la Sureté générale en meme temps qu’au secrétariat de l’intérieur avec mission de réorganiser entierement les services.

Roger Dumont avait fait partie du meme remaniement ministériel qui avait mis Milon-Lauenbourg au Trésor, apres entente avec la droite communiste, les socialistes et les socialistes radicaux qu’il ne faut point confondre avec les radicaux socialistes que leur dernier échec électoral au bénéfice des socialistes avait déja fait entrer dans l’Histoire.

Quant aux partis du centre et de droite, de plus en plus amorphes, ils n’avaient su profiter de rien. D’ou un nouveau cartel plus a gauche.

Au fond, la meme politique continuait, avec les memes hommes, sous une étiquette différente. Il y avait quelques adaptations de plus, pour le passage au pouvoir des révolutionnaires et une glissade accélérée vers l’inconnu.

Le fond de la nation resté sain se désintéressait de plus en plus de cette politique de partis qui se traitait dans les coins, dans les parlottes, dans les clubs, dans les congres et dans les banques et qui arrivait toute faite devant un Parlement dont on avait, a l’avance, dénombré les suffrages a une voix pres.

Cependant, la jeunesse ne demandait qu’a remuer, faire quelque chose, mais elle ne savait pas exactement quelle chose et les chefs qui jusqu’alors avaient tenté de la grouper concevaient des buts tellement différents qu’ils annihilaient par cela meme leurs efforts.

Seul, un jeune député, indépendant, détaché de toute coterie, s’était retourné vers eux, mais pour faire entendre des paroles tellement nouvelles qu’il avait eu, du premier coup, les chefs contre lui qui le traitaient d’anarchiste. Il paraissait redoutable, moins parce qu’il voulait construire que parce qu’il voulait détruire.

Il mettait dans le meme sac communistes, fascistes, et tous les parlementaires, meme ceux qui, revenus de l’extreme-gauche, prétendaient maintenant a une politique « nationale ».

Il était antidictatorial et décentraliseur. Il s’appelait Claude Corbieres, avait déja porté des coups terribles et genait tout le monde.

Néanmoins ses conférences en province avaient eu un succes considérable, surtout chez ceux qui ne se melaient point de politique. En général, il n’apparaissait que comme un nouvel élément de désordre.

Au fond, le pays n’attendait plus qu’un miracle qui viendrait peut-etre de l’exces de ses maux. On cherchait de la consolation dans le souvenir des assignats le jour ou ils n’avaient plus rien valu, on avait cessé de se leurrer de chimeres et la vie avait repris son cours normal. Certains trouvaient que la faillite était lente a venir. On repartirait du bon pied. Mais ceux qui avaient des rhumatismes goutaient peu cette perspective. Malheur aux vieillards ! Il fallait rester jeune ou le paraître.

Milon-Lauenbourg avait quarante-cinq ans. C’était l’athlete qu’il fallait a cette bataille, dans la fange. Aucun miasme ne le genait.

Il avait tout respiré depuis les gaz de la grande guerre. Quelle santé physique et morale, c’est-a-dire d’un feu puissant rejetant tout élément susceptible de gener la machine en marche !

Fils d’un petit banquier de province, Milon avait appris le systeme D comme chauffeur attaché a un état-major, en 1914. Il avait eu l’occasion alors d’approcher quelques parlementaires dispensateurs de certaines licences. Il s’était montré intermédiaire sur, discret, intelligent.

En 1918, il avait complété son instruction politique dans l’affaire de la liquidation des stocks américains.

Les régions dévastées avaient été ensuite pour lui la terre promise. Il disposa vite d’une mise de fonds respectable. Mais son meilleur atout dans la partie qu’il allait jouer était la connaissance profonde qu’il avait acquise du personnel des affaires, dans tous les domaines, politiques et autres, et la maniere de s’en servir.

C’est alors qu’il avait mis sur pied sa maison de renseignements : l’Universelle Référence, l’U. R. devenue en deux ans un rouage indispensable dans le monde du commerce et de l’industrie.

Il n’était point de petite entreprise qui ne fut dans la nécessité d’etre cliente de l’U. R. dans la crainte qu’elle ne donnât de fâcheuses indications sur l’état de ses affaires, point de grande qui n’eut besoin d’etre renseignée sur les possibilités de paiement des petites et qui ne se servît de l’U. R. comme de sa meilleure affiche de publicité.

Par le jeu fatal d’un pareil systeme, les clients se trouvaient etre les meilleurs agents de renseignements les uns sur les autres et les bureaux de l’Universelle le centre du plus formidable espionnage du transit mondial que l’on put rever.

L’affaire en elle-meme donnait des profits énormes, mais Lauenbourg ne se contentait point d’etre le truchement d’une si merveilleuse clientele. Instruit avant tout autre des grandes transactions du continent, des besoins de certaines régions, des disponibilités et de la production de certaines autres, il sut jouer presque a coup sur de l’accaparement, et sur la plus vaste échelle grâce a l’adjonction d’une banque qui ne fut, d’abord, en somme, que la caisse de l’U. R., mais qui devint bientôt sa raison d’etre la plus importante.

Le conseil d’administration de l’U. R. B. (Universelle Référence Banque) réunit autour de son tapis vert les personnalités les plus considérables de la haute finance et de la grande industrie. Les avocats-conseils se recrutaient a la vice-présidence de la Chambre ou parmi les membres en disponibilité du personnel gouvernemental.

De ce jour, Milon-Lauenbourg fut roi. Il était déja sénateur. Il avait rendu d’immenses services, lors des dernieres échéances, aux partis extremes détenant le pouvoir. C’est l’U. R. B. qui avait « financé » tout le systeme d’impôt sur le capital et pris l’initiative de faire au Trésor, sur cet impôt qui serait lent a rentrer, les avances qui sauvaient momentanément l’État de la faillite, mais a quel taux et sous quelles conditions !

Milon-Lauenbourg devenait le fermier général de la France.

Apres avoir édifié sa toute-puissance sur le désordre, il se croyait assez de génie pour reconstituer la société sur les bases solides dont il avait besoin pour jouir en paix de sa fortune. Devenu ministre, véritable chef de gouvernement, soutenu par tous ceux qui avaient suivi son destin, il se sentait maintenant la poigne d’un despote conservateur, pret a tout briser pour le regne de sa loi.

D’abord, il voulait rétablir la sécurité. L’état d’anarchie du pays auquel nous avons déja fait allusion lui était odieux. Les feuilles a sa dévotion, ses amis a la tribune se faisaient l’écho de sa colere entre la désorganisation sociale et l’impéritie de la police. Il en voulait aux voleurs de grand chemin. Il semblait qu’en détroussant le passant ils lui prissent quelque chose. Si on a bien compris cette figure, on ne s’étonnera point qu’il fut pris d’une rage presque enfantine en lisant les exploits de ces « Mohicans », qui, eux aussi, mettaient le pays au pillage, sans sa permission. Il était résolu a les détruire et ce ne serait pas long.

Il croyait a une organisation sortie de l’encrier des reporters. « M. Legrand » lui faisait hausser les épaules.

Peut-etre y avait-il au fond de ce mépris pour ce fantôme de croquemitaine un peu de jalousie. Depuis quelques jours, le personnage accaparait trop l’attention publique ! « Il vous fait peur ; il devrait vous faire rire ! » disait-il aux femmes qui ne revaient plus que du chef des bandes noires.

« Nous voudrions bien le connaître ! » répondaient-elles.

« S’il n’y a que cela pour vous faire plaisir, je l’inviterai a ma pendaison de crémaillere ! »

Elles ne furent donc pas étonnées quand, sur le programme des réjouissances artistiques qui devaient se dérouler loirs de la soirée d’inauguration de l’hôtel du bois de Boulogne, elles lurent in fine : « Monsieur Legrand a promis de venir avec son état-major ! »

Lauenbourg avait chargé son ami et parent par alliance, Godefroi, comte de Martin l’Aiguille, de monter a cette occasion une farce assez audacieuse, mais il resta coi lorsque Roger Dumont, le nouveau directeur qu’il venait de faire nommer a la Sureté générale, le prenant dans un coin, a l’heure ou arrivaient les premiers invités, lui dit : « Vous savez que monsieur Legrand, le vrai, va venir ! »

– Vous vous moquez de moi, Dumont ?

– Il va venir et j’espere bien le pincer !

– Il y a donc un vrai « M. Legrand » ?

– Oui, monsieur le ministre !


Chapitre 2 CONCILIABULE

Roger Dumont, dont la personnalité devait occuper une place si prépondérante dans la période de difficultés qui mettaient alors le régime tout entier a de si cruelles épreuves, était peu connu encore du grand public. Mais dans la modeste place qu’il avait occupée jusqu’alors, il avait su se faire apprécier du monde parlementaire par des services rendus, avertissant fort habilement ceux qu’il avait mission de frapper, sans trahir précisément ses chefs.

Volontairement effacé, jugeant et jaugeant les hommes au pouvoir, il guettait son heure. Depuis cinq ans, ayant deviné Milon-Lauenbourg, que certains évitaient encore comme trop compromettant, il s’était donné au grand maître de l’U. R. B. autant qu’un homme comme lui pouvait se donner a quelqu’un, c’est-a-dire qu’il l’avait choisi comme le plus apte a l’aider dans ses propres projets.

Lauenbourg, de son côté, avait su apprécier dans cet etre falot qui semblait ne point tenir de place, une valeur de premier ordre.

Dumont s’était fait son lieutenant politique sans explication, sans entente d’aucune sorte.

Quand il découvrit cela, a la suite d’une affaire fort embrouillée qui eut pu faire scandale, Lauenbourg avait fait venir Roger Dumont. L’entrevue avait été courte. « Combien ? » avait demandé le banquier. Et l’autre avait répondu : « Dix millions de fonds secrets, la police a vos pieds, moi a sa tete et ce pays vous appartient. »

– Vous etes bien ambitieux, monsieur Dumont ?

– Pour vous servir, monsieur Lauenbourg… Et le policier s’était retiré.

« J’eusse préféré, se dit Lauenbourg, qu’il me demandât cent mille francs tout de suite. Il faudra compter avec cet homme, ne pas hésiter a lui faire sa part ou le briser ! »

Comme avec Lauenbourg il se montra obstinément fidele et plus qu’utile, le banquier craignit de s’en faire un ennemi féroce s’il ne lui faisait point partager sa triomphante fortune, quand il entra dans le ministere. Lorsque l’affaire fut faite, Dumont remercia bien humblement.

Plus il grandissait, plus il se faisait petit. Physiquement il parut encore diminué. Il était maigre, la poitrine rentrée, le cheveu rare et pâle, les yeux gris, sans flamme, la voix chétive. Il avait quarante ans. De dos, il paraissait un vieillard.

Dans les bureaux, il était au courant de tout. Son apparition silencieuse épouvantait ses subordonnés.

Il avait été élevé au séminaire, avait été pion dans une boîte a bachots. Puis il avait échoué dans un commissariat. C’est de la qu’il était parti. On ne lui connaissait point de passion autre que celle de la police, mais celle-ci le possédait tout entier. Il en vivait. Il était pret a en mourir. Il n’affichait aucun mépris pour les hommes, comme on le voyait faire a Lauenbourg. Le bien et le mal ne semblaient l’intéresser qu’autant que la partie engagée entre les deux éléments devenait plus obscure. Alors, il observait les pieces, passionnément, et soufflait un bon conseil a l’oreille du joueur aupres duquel les circonstances l’avaient placé. Si bien que les joueurs croyaient jouer leur partie, mais qu’ils gagnaient la sienne.

Milon-Lauenbourg, laissant la belle Mme Milon-Lauenbourg recevoir ses invités avec le cousin Godefroi dont il était du reste fort jaloux, avait entraîné Roger Dumont dans une petite piece ou ils ne risquaient point d’etre dérangés.

– Je ne sais pas si votre « M. Legrand » doit venir, lui dit-il avec humeur, mais je sais une chose : c’est que Claude Corbieres est déja la ! Il a un fameux toupet de se montrer dans mes salons apres avoir combattu ma politique comme il l’a fait a la Chambre ces temps derniers.

– Le croyez-vous donc redoutable ? laissa tomber Roger Dumont sans prendre la liberté de s’asseoir comme l’y invitait Lauenbourg.

– On prétend qu’il a des dossiers.

– Non, il n’a rien !

– Vous en etes sur ?

– Absolument ! Il est certain cependant qu’on lui en a promis…

Les deux hommes se regarderent.

– Remarquez que je ne crains rien ! vous entendez, Dumont… Il faut que vous soyez bien persuadé de ceci : c’est que je ne crains rien au monde !… mais il y a ma politique et ceux qui l’ont suivie… et ces messieurs sont quelquefois bien imprudents…

– Exact ! fit Dumont.

– En tout cas, s’il m’obligeait a les sacrifier, je ne lui pardonnerais jamais ! Mais je n’hésiterais pas. Tant pis pour les autres ! Faites-leur répéter cela de ma part. Ils deviendront peut-etre plus circonspects !

– Cela me paraît nécessaire ! souffla Dumont. Ceux dont vous parlez s’en sont toujours tirés depuis la guerre… Ils en ont vu tellement passer qu’ils se croient a l’abri de tout événement. Dangereux état d’esprit.

– Je vois que vous m’avez compris… Et maintenant racontez-moi votre petite histoire. Vous aussi vous donnez dans « les Mohicans de Babel » ?…

– Oui !

– Et M. Legrand va venir ce soir chez moi ?

– Il y est peut-etre déja !

– Si, par hasard, c’était Claude Corbieres… Vous en profiteriez pour l’arreter ?

– Vous le prenez bien a la légere, monsieur le ministre, mais ce n’est pas Claude Corbieres… Ce bon petit jeune homme bien propre, j’en ai fait le tour… Pas besoin de l’arreter ! Il se fera tuer comme un poulet.

Milon-Lauenbourg pâlit un peu et regarda en dessous Roger Dumont, qui ne broncha pas.

– Revenons a vos « Mohicans » puisque vous me dites que c’est sérieux, reprit le financier.

Roger Dumont, cette fois, s’assit :

– C’est tres sérieux, dit-il… La chose ne devrait point vous surprendre… A une époque ou toute entreprise ne peut réussir que par le consortium… nous devions avoir celui des assassins. C’est une chose faite. C’est le progres, la comme ailleurs…

« Ces meneurs ont leur journal, parfaitement. Je vous dirai un jour comment il s’appelle. Mais il a fort honnete figure et ne semble destiné qu’a renseigner fort platement ceux qui s’intéressent a la plus coutumiere industrie. Seuls, les chefs, d’un bout a l’autre de l’Europe et meme au-dela, en ont la clef. Cette clef, nous la cherchons encore. Je la trouverai.

« En attendant, écoutez ceci : il y a trois ans, six mois et quatre jours, un homme d’une taille un peu au-dessus de la moyenne, dans toute la force de l’âge, aux mains fines d’aristocrate, cheveux bruns, visage ovale, un teint olivâtre assez foncé, une barbe tres soignée (peut-etre un postiche et la couleur olive du visage fabriquée), portant des lunettes a garniture d’écaille et a verres jaunes, enveloppé d’un épais manteau a carreaux écossais, se présenta vers les six heures du soir aux bureaux de l’agence Kromer, a Varsovie.

– Parfaitement. Agence Kromer, 3, place Sigismond, bien connue… excellente maison, produits chimiques… Suis en rapport avec elle… interrompit Milon-Lauenbourg en regardant Roger Dumont.

– Cet homme, vous ne le connaissez pas, monsieur le ministre ?

– Ma foi, non ! vous me racontez des choses… comment voudriez-vous…

– Il s’appelle Vladimir Volski. Il prétend descendre de Jean III, et il en descend peut-etre. Il est reçu dans les meilleures familles. C’est un fameux brigand. Pour le moment, la Pologne est son fief.

– Apres ?

– Apres avoir vu Kromer notre homme…

– Votre homme, c’est M. Legrand ?

– Euh ! il y a des chances…

– Comment le savez-vous ?

– Ce secret n’est pas le mien…

– Enfin, vous savez bien quelque chose sur lui…

– Nous ne saurons vraiment quelque chose sur lui et ne pourrons le confondre que…

– Eh bien, allez !

– Que si nous l’arretons ce soir, monsieur le ministre.

Et, ce disant, Roger Dumont, de ses petits yeux pâles, ne quittait pas le visage un peu congestionné de Milon-Lauenbourg. Celui-ci se leva, donna un coup de poing sur la table :

– Et si vous faites cela, Dumont, je vous donne un ministere… Hein ? Roger Dumont, ministre de la police ! Qu’est-ce que vous en dites ?

– Je dis, monsieur le ministre, qu’il faudra bien que nous en arrivions la, car, dans la situation ou se trouve le pays, je ne puis rien sans cela !

Modestement, bien modestement, cette chose avait été prononcée et Roger Dumont, qui ne regardait plus, qui n’osait plus regarder Milon-Lauenbourg, s’était repris a caresser ses gants.

– Faites d’abord cela !… et nous verrons apres !

– Oh ! j’aimerais mieux que ce fut fait avant ! murmura Dumont, de plus en plus humble.

– Mais c’est impossible, puisque vous l’arretez ce soir !

Dumont regarda l’homme d’État du coin de l’oil avec une timidité extreme :

– Ce soir !… ce soir !… chez vous !… cela pourrait faire bien mauvais effet… et puis… Il y a beaucoup de raisons, Monsieur le ministre, pour qu’il ne soit pas arreté ce soir !…

– Alors ! vous me faites perdre mon temps, et vous me racontez des balivernes !

– Je regrette d’avoir fait perdre le temps de monsieur le ministre, exprima assez froidement Roger Dumont en se levant a son tour.

– Excusez-moi, Dumont… ne jouons pas au plus fin tous les deux… Vous voulez etre ministre, vous ne pensez qu’a ça ! moi…

– Vous, vous l’etes !

– Et je désire le rester, avoua l’autre, riant, mais je vais vous dire une chose, j’y crois a votre M. Legrand, je m’en suis longtemps défendu, meme avant que vous n’en parliez !… mais j’y crois !… J’ai des raisons d’y croire… Je l’ai trouvé plusieurs fois sur mon chemin… Et il m’a fait du tort ! Oui, il y a quelqu’un qui se dresse dans l’ombre contre moi et je donnerais cher pour savoir qui ! Je sens que c’est une guerre a mort entre lui et nous… Il faut que cela cesse ! Qu’est devenu M. Legrand en quittant la Pologne ?

– Mon Dieu, monsieur le ministre, notre homme en quittant Varsovie se rendit a Berlin, puis a Vienne, a Rome, a Barcelone, a Londres et revint a Paris. Dans chacune de ces villes, il avait vu les Volski de l’endroit, ce qui se fait de mieux, en ce moment, comme chefs de brigands, et il leur avait donné rendez-vous a six mois de la a Paris, a midi, place de l’Opéra.

« Ils passerent plus insoupçonnés dans le mouvement intense que s’ils s’étaient retrouvés a deux heures du matin dans la solitude de quelque quartier excentrique. Ils s’étaient reconnus a un signe banal, une pochette nouée au petit doigt de la main gauche.

« M. Legrand était la, dans le meme costume. Il les fit monter tous les six dans une auto découverte qui les emmena déjeuner aux environs. Une partie de campagne, dans une auberge. Ils y resterent six jours, la plupart du temps enfermés dans une piece ou, sur une grande table, s’étalait une immense carte de l’Europe. Sur une autre table, des Bottins, des guides, des dossiers, des papiers, des plumes et de l’encre.

« Ces bandits se partageaient le monde… Pendant ces six jours, ils tracerent le plan de la plus formidable organisation de rapt qui eut jamais existé. Quand ils se quitterent, ils avaient tout établi, tout prévu, le recel et l’écoulement des objets volés n’avaient pas été les moindres de leurs travaux et ils avaient juré fidélité a M. Legrand, sous peine de mort. Ils se séparerent, emportant leurs papiers, leurs dossiers, leurs Bottins, mais ils oublierent la carte. Je l’ai.

– Mais, pourquoi les Bottins ? questionna Milon-Lauenbourg.

– Parce qu’ils avaient besoin de connaître les principales maisons, industrie, commerce, agences, dans lesquelles ils allaient faire entrer, comme employés, des gens a eux, qui allaient les renseigner sur les coups a tenter, mon Dieu ! excusez-moi la comparaison, monsieur le ministre, comme est renseignée a peu pres votre maison, dans le monde entier, pour le plus grand bien de nos transactions.

Milon-Lauenbourg était écarlate. On pouvait craindre un coup de sang, car il était de tempérament fort congestif, a la suite d’exces de travail et autres…

Roger Dumont se demanda tout bas, bien bas, s’il n’était pas allé un peu loin. « Ou il va crever sur l’heure, se dit-il, ou il va me tuer comme un chien ! »

Il y eut un long silence, pendant lequel Lauenbourg se calma. Il finit par dire :

– Je commence a comprendre bien des choses… et d’ou, dernierement, me sont venus certains renseignements faux qui ont failli causer bien des ruines… Les misérables ! gronda-t-il. Ils ont failli me porter un préjudice immense… je vais etre obligé de surveiller les agences que je croyais etre les plus sures… sans compter, ajouta-t-il soudain, que s’il était arrivé un désastre, on eut pu croire que j’étais… oui, que j’étais dans leur jeu… moi ! moi ! Milon-Lauenbourg…

De plus en plus humble, Roger Dumont prononça, dans un souffle :

– Monsieur le ministre est-il toujours de cet avis que s’il vient et que je parvienne a le reconnaître – j’ai quelques moyens pour cela – je doive l’arreter, chez lui ?

Le banquier se releva.

– Plus que jamais ! grinça-t-il…

Et, fulgurant, il se planta devant Roger Dumont :

– Vous entendez, Dumont ! je ne crains rien ! je ne crains rien au monde !

– Monsieur le ministre est bien puissant… et je lui ai toujours prouvé que je lui étais fort dévoué… mais je répéterai a monsieur le ministre que je ne pourrai utilement le servir qu’autant que je serai ministre moi-meme !

– C’est une idée fixe ! J’ai déja fait beaucoup pour vous, Dumont…

– Tant que je ne serai pas a la tete de toutes les polices et de la gendarmerie, je ne pourrai rien faire…

– Mais, monsieur Dumont… le Parlement ne marcherait pas… il ne voudrait pas se donner un maître… songez donc ! Vous seriez plus fort que moi.

– Je suis a vos ordres, monsieur le ministre, laissa tomber Roger Dumont en prenant congé.

– Pardon, Dumont ! mais vous ne m’avez pas dit les dispositions que vous aviez prises pour arreter M. Legrand s’il se présentait réellement chez moi.

– Aucune, monsieur le ministre… d’abord, comme je vous ai dit, je ne suis pas sur de le reconnaître…

– Mais vous avez bien du poster des agents autour de mon hôtel !

– C’est une faute que je me serais bien gardé de commettre… il en aurait été surement averti et il faut qu’il pénetre ici, en toute sécurité…

– Mais enfin, si vous voulez l’arreter ! Vous ne l’emporterez pas sous votre bras !

– Monsieur le ministre, moi aussi j’ai mes agents… auxquels vous serrez la main tous les jours et qui sont de toutes vos fetes ! Ce n’est pas parce qu’ils ont reçu la plus parfaite éducation qu’ils manquent de biceps.

– Vous pensez a tout…

– Il le faut, monsieur le ministre !

Sur quoi ils se séparerent.

– Il est b… fort ! se disait Roger Dumont, mais je serai plus fort que lui et je serai ministre malgré lui !

– Il me prend pour un imbécile ! pensait Lauenbourg… Lui ! ministre de la justice ! disposant de la gendarmerie… et puis quoi encore ? Il a voulu me faire peur avec son histoire de M. Legrand… Tout de meme, tout ce qu’il m’a dit n’est pas perdu… Il faudra que je parle demain a Barnabé…