Le Jardinier de la Pompadour - Eugène Demolder - ebook
Kategoria: Obyczajowe i romanse Język: francuski Rok wydania: 1904

Le Jardinier de la Pompadour darmowy ebook

Eugène Demolder

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

e-czytniku EPUB
tablecie EPUB
smartfonie EPUB
komputerze EPUB
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Opis ebooka Le Jardinier de la Pompadour - Eugène Demolder

Jasmin, jeune jardinier du temps de Louis XV, tombe amoureux de la marquise d'Eytioles, qui deviendra la marquise de Pompadour. La jeune fille qui l'aime et qui deviendra sa femme est employée chez la marquise. Celle-ci l'attache a son service pour la réalisation des jardins de son futur château de Bellevue. Un roman plein de poésie, débordant de la beauté des fleurs

Opinie o ebooku Le Jardinier de la Pompadour - Eugène Demolder

Fragment ebooka Le Jardinier de la Pompadour - Eugène Demolder

A Propos

I

A Propos Demolder:

Eugene Demolder est un écrivain belge d'expression française né a Molenbeek-Saint-Jean le 16 décembre 1862 et mort a Essonnes le 8 octobre 1919. Il était a la fois romancier, conteur et critique d’art. Apres des études de droit, il s'est inscrit au Barreau de Bruxelles. En 1895, il a épousé Claire Rops, fille de Félicien Rops. Il est nommé juge de paix en 1897. Il meurt a Essonnes, dans l'ancienne demeure de son beau-pere.

Copyright: This work is available for countries where copyright is Life+70 and in the USA.
Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

A EDMOND HARAUCOURT


I

Avec l’alouette la maison de Jasmin Buguet s’éveilla dans le matin de septembre.

Elle ouvrit ses volets, lâcha les pigeons, pendit trois cages a ses murs escaladés par les vignes.

A travers la brume les petits carreaux des fenetres rirent sous le toit en tuiles rousses ; la lucarne qui donnait sur le village s’enflamma au reflet de l’aurore.

Cette humble demeure s’érigeait a Boissise-la-Bertrand, un village juché au bord de la Seine, a une lieue en aval de Melun, au long de la rive droite. Elle se présentait la premiere, quand on arrivait par le chemin de Saint-Port ; elle regardait le cours d’eau, tres large vers cet endroit, et haute d’un seul étage s’adossait a la pente du coteau sur lequel s’étendait le jardin.

Le plus beau des jardins ! Les Buguet étaient fleuristes de pere en fils. Leurs plates-bandes rivalisaient d’éclat avec celles du petit château voisin, badigeonné de jaune et qui appartenait aux marquis d’Orangis. Jasmin avait la coquetterie de sa flore. Des le printemps il exposait sous la treille, appuyés a la façade du logis, des petits « théâtres de fleurs » : assemblages de plantes qui s’élevaient sur des gradins les unes derriere les autres, en sorte que l’oil et la main se pouvaient porter partout sans obstacle. Il y mettait des oreilles d’ours, des renoncules d’or, des anémones ; elles alternaient avec les tulipes jaspées qui éclairaient de leur flamme cette parade printaniere. Un marronnier d’Inde abritait l’étal qu’eut dévoré le soleil. En été Jasmin disposait sur les gradins les oillets rouges, les glaieuls et la campanule-carillon. L’automne y faisait épanouir les géraniums, les tricolors, les chrysanthemes.

Or ce jour de septembre le jardinier se leva avec le soleil. La veille, avant de retourner au château, Martine Bécot, la chambriere de Mme d’Étioles, lui avait dit en ouvrant des yeux cajoleurs :

– Je suis en peine, Jasmin ! Il me faut demain des fleurs roses pour orner le phaëton de ma maîtresse. Je ne sais ou les trouver !

Buguet s’était planté un oillet au coin de la bouche et avait répondu, fanfaron :

– Je te donnerai toutes les fleurs de mon jardin, si tu viens prendre celle-ci avec tes dents !

Martine avait obéi. C’est pourquoi des l’aurore Jasmin coupait les fleurs de six grands lauriers roses qui dans leurs caisses peintes en vert clair s’alignaient devant sa maison.

Ah ! C’est bien pour l’amour de Martine qu’il abattit d’un coup ces rameaux qui balançaient au vent leurs calices parfumés ! Il les sacrifia tous : la maisonnette fit grise mine, sa parure enlevée, et ce fut avec mélancolie que Jasmin couvrit la grande corbeille ou il avait couché les jolis nériums, apres avoir eu soin d’envelopper chaque branche de mousse humide.

A six heures une charrette s’arreta devant la porte ; c’était Rémy Gosset, le parrain a Martine. Il venait prendre les fleurs : « Ça ne le genait guere, car il allait a Corbeil porter son beurre, son fromage et ses oufs. »

Jasmin veilla a ce que le précieux envoi ne fut pas déposé sur les caisses a fromages : il l’installa lui-meme au-dessus des paniers d’oufs et fit promettre au bonhomme de se rendre d’abord au château d’Étioles.

– J’y serai sur le coup de neuf heures, affirma Gosset.

Il fit serment de remettre la corbeille a Martine elle-meme, afin que personne ne laissât traîner au soleil la délicate marchandise.

D’un coup de fouet il enleva son bidet : la bâche verte de la charrette tourna dans la ruelle et disparut.

Jasmin resta sur la route et suivit des yeux le courant de la Seine : des bateaux de Bourgogne descendaient vers Paris des tonnes cerclées de neuf et avançaient lentement dans le brouillard du matin.

Comme le jardinier les regardait, une fenetre de la maison s’ouvrit et une vieille femme en bonnet de nuit apparut :

– Jasmin ! Jasmin ! Arrive donc ! cria-t-elle.

– Voila ! voila ! mere !

Quand il rentra, la vieille était descendue. Elle apostropha gaiement son fils :

– Eh bien, mon gars ! T’as la puce a l’oreille ? C’est-y pour voir couler la Seine que tu t’es levé si tôt ? A ton aise, apres tout ! Les cuisse-madame et les mouille-bouche sont cueillies. Les calvilles peuvent attendre. Déjeune !

Elle poussa sur la table une miche, du lard et un cruchon. Jasmin sortit un couteau de sa poche, se servit, mangea, but a meme la cruche.

– L’aurore creuse l’estomac, dit-il.

La mere allumait une flambée de sarments sous le trépied, au milieu de la grande cheminée. Le fagot fuma : la vieille n’en fut point genée ; elle se versa du lait dans une écuelle en terre, qu’elle mit sur les flammes ; puis elle tailla quelques tranches de pain bis : quand l’ébullition commença, elle les jeta dans le lait, sala, poivra et laissa mijoter.

Ces préparatifs firent tousser Jasmin.

– Je vais prendre l’air, dit-il.

– C’est la fumée qui te chasse, fieu ! Va sentir d’ou le vent vient ! Tu me le diras !

Jasmin sortit. A ce moment le ciel devint plus transparent. Sur l’eau flottaient des brumes : avides de lumiere autant qu’amoureuses de l’onde, elles tiraient vers le ciel et trempaient leurs gazes dans le fleuve endormi.

Soudain la brise réveilla tout a fait la Seine ; dans un frémissement, sous le soleil pâle en sa rondeur d’hostie, l’eau se pailleta d’argent. Ébloui, Jasmin regarda les spirales opalines que le vent poussait contre les buissons.

Il adorait la rosée ; il aimait a surprendre ses diamants pres d’une cétoine verte, au cour des « cuisses de Nymphe ». Ce matin elle le fit songer aux mois déja passés. Vraiment cette année le printemps avait opéré le miracle des roses. La Fete-Dieu en était restée inoubliable : les rues avaient été jonchées de pétales, les reposoirs enguirlandés de branches fleuries et la petite église avait ressemblé a un temple de l’Amour.

Aujourd’hui on payait cette débauche. Jasmin jeta un regard a ses rosiers épuisés par un trop fougueux renouveau : l’été était mort et ils ne portaient pas de fleurs « remontantes ». A l’idée de cette privation Buguet regretta presque le cadeau fait a Martine ; bien qu’il aimât fort la soubrette, il la maudit un brin et sentit que peut-etre au fond de son âme il préférait a sa blonde joliesse la chair multicolore des bouquets.

Doucement, avec un soupir, il gravit a droite de la maison un petit escalier de pierres qui conduisait a une terrasse ou s’alignaient les fuschias, les basilics odorants, les orangers de savetier. Au long de plates-bandes bordées de thym, les oillets d’Inde répandaient leur âpre parfum. Au fond de la terrasse, le premier rayon aviva les roses trémieres comme s’il les eut peintes avec un pinceau d’or.

Jasmin sortit un arrosoir, en plongea le ventre dans un tonneau enfoncé au coin d’un parterre. Il distribua l’eau a des flox préparés pour la Saint-Auguste, tombant ce jour-la.

– Mere, cria-t-il en promenant sur les plantes les jets fins d’un juste arrosage, les flox blancs sont a vendre ! Trois sols !

– C’est pas donné, mon garçon !

Jasmin devait aller chez l’oncle Gillot pour savoir quand on commençait les vendanges.

– Bonne idée, mon fieu ! dit la Buguet. Embrasse bien mon frere pour moi. Hé ! Porte-lui notre dernier melon.

Buguet rentra, mit sa culotte noire a boucles d’argent, une chemise de toile bise avec un col rabattu, un gilet de pékin a pochettes et son habit brun en droguet : puis, ayant noué ses cheveux par derriere en catogan, il posa sur son front le tricorne des dimanches.

Il partit, emportant sur l’épaule, au bout d’un bâton, le gros fruit jaune que la mere avait mis dans un panier fermé « pour attraper les curieux ».

Et il suivit le bord de la Seine, heureux de la belle journée.

Passant a Saint-Assises, Jasmin aperçut dans le parc d’une gentilhommiere le vieux jardinier qui ratissait l’allée.

– Bonjour, monsieur Leturcq !

– Ah ! Jasmin ! Entre donc !

– Vous etes bien civil, monsieur Leturcq !

Buguet ôta son chapeau et déposa le panier pres de la grille.

– Viens que je te montre une plante nouvelle, continua M. Leturcq. Elle arrive d’Italie et fleurit ici pour la premiere fois.

Jasmin eut un battement de cour en pénétrant dans la petite serre. Un dévot n’est pas plus ému sous le porche d’une église. Cet amoureux des fleurs eut cherché l’eau bénite au fond des arrosoirs et se fut signé. Il tint son feutre sous le bras respectueusement.

– Vois, dit M. Leturcq avec un geste rond et une mine satisfaite.

Jasmin s’arreta devant deux tubéreuses. Blanches sur leurs longues tiges vertes et rougissant, comme honteuses de la volupté qui s’émanait de leurs corolles, capiteuses elles s’offraient au milieu d’un groupe de bromélias bigarrés qui semblaient épris des nouvelles venues.

– Caresse ! C’est doux, dit M. Leturcq.

Jasmin obéit ; sa main trembla.

– Et celle-ci ? continua le vieux jardinier.

C’était la Gordon des Anglais (ainsi appelait-on alors le gardénia !), tout aristocratique et élégante.

– Sont-elles belles ! murmura Buguet. Vous devez etre fier de les montrer, monsieur Leturcq.

– Dame ! On a son amour-propre ! Malheureusement les connaisseurs sont rares.

Jasmin reprit sa route, émerveillé. Ces tubéreuses ! Sa cervelle en était troublée. Il lui semblait qu’il venait d’assister au déshabillé d’une princesse au jour de ses noces, dans un de ces contes qu’il lisait aux veillées. Et il était l’époux ! Il avait touché la chair blanche : sa main en restait parfumée !

Il reconnut aussi que l’odeur des tubéreuses était pareille a celle du flacon que Martine lui avait donné un jour en disant :

– Tiens, c’est de Mme d’Étioles !

Et il songea a Mme d’Étioles. Il se la figura pareille a la fille d’un lord qu’il avait vue au parc de Vaux-Pralin quand il s’y trouvait en corvée. Cette anglaise était pâle comme la gordon et, ainsi que cette fleur, vetue de mousseline blanche.

Jasmin côtoyait le fleuve. Une poule d’eau s’envolant des roseaux le tira de sa songerie. Il prit dans sa pochette la grosse montre d’argent qu’il tenait de son pere. Le petit forgeron du cadran frappa huit coups sur son enclume. Jasmin, rassuré, continua lentement sa route.

Mais une femme vint l’accoster : Nicole Sansonet, la pecheuse d’anguilles – une gaillarde qui n’eut point peur des chevau-légers en son temps et qui, frisant la quarantaine, regardait encore les garçons avec une flamme au fond de l’oil. Sa cornette couvrait une figure rougeaude, son tablier a bavette dissimulait mal de grasses rondeurs. Elle portait sur le dos une hotte pleine de poissons ; une gourde battait ses fesses.

– Belle journée, Jasmin, dit-elle. Il faut en profiter. Elles vont se faire rares, mon gas !

Ils cheminent côte a côte. Tout a coup la commere regarde son compagnon en face :

– A propos, toi, t’es pas encore marié ? T’es dans l’âge pourtant ! On l’avait annoncé, ton mariage ! On croyait que ce serait aux prunes ! Et puis, pan ! V’la Martine a Étioles ! Alors, c’est-y pour les vendanges ou la Noël ?

Jasmin rit et Nicole continue :

– C’est qu’elle est avenante, la mâtine ! A ta place, je n’aimerais guere la voir entourée de ces freluquets d’Étioles ! La vertu d’une femme ça glisse comme l’anguille, et quand c’est parti, c’est parti ! Ouvre l’oil, Jasmin, c’est Nicole qui te le dit.

Buguet était arrivé. Il remercia la pecheuse pour ses conseils et se dirigea vers la tannerie de l’oncle Gillot.

Elle s’érigeait devant la Seine. Culottée par le tannin, le sang, les chiures de frelons, elle distribuait ses trois séchoirs et le logis du maître le long d’une cour brune et puante. Au milieu, une charrette pleine de peaux de boufs était arretée.

Jasmin entra. Ses parents lui firent bon accueil. La tante Gillot prit le melon, le flaira sous la queue. Le jardinier s’informa de l’état des vignes.

– Eh ! si septembre est chaud (chose probable, vu que le beau temps a pris avec la lune !) on pourra vendanger tôt !

– Bonne affaire, répliqua Jasmin. En attendant je vais passer la journée ici et voir s’il n’y a rien a tailler dans l’enclos.

– J’ai mieux pour toi, mon neveu, dit la mere Gillot. Eustache Chatouillard, notre voisin, a promis de venir me prendre dans sa carriole pour aller a Sénart, ou le Roi chasse en foret. Mais il faut que j’aide mon homme a mettre les peaux dessaigner dans la riviere. Va a Sénart a ma place !

Jasmin hésita.

– C’est des choses qu’on voit une fois dans sa vie, insista Gillot.

Eustache arriva sur ces entrefaites. Il poussa des exclamations en apprenant que la mere Gillot était empechée. Mais il enleva Jasmin.

– Je suis certain que le Roi vient, affirma-t-il. Je le tiens de grenadiers a cheval qui raccommodaient la route.

Comme Jasmin s’étonnait que des soldats vinssent réparer les chemins pour un seul passage de carrosses :

– Ah ! Ah ! reprit Chatouillard, c’est qu’il y a des dames dans les carrosses, et les cahots, ça ne fripe pas seulement les atours ! Il y a autre chose en dessous qu’il faut soigner !… Ça te fait rire, jardinier ! Tu ne t’assieds pas sur tes laitues quand tu les portes au marché de Corbeil ?

– Eh ! J’ai trop souci de ma marchandise !

– Chacun a souci de la sienne, mon gars ! Hue, Bourry !

Le cheval trottait ferme, excité par les éclats de voix d’Eustache et les coups de fouet. Les jeunes gens atteignirent Nandy, dont la petite église sonna dix heures. Ils traversaient les champs déja fauchés ou les perdrix couraient dans le chaume. Les meules posaient leurs cônes d’or a côté des bosquets d’un vert sombre ; une brise légere fit glisser le frisson pâle des feuilles retournées.

Le village de Lieusaint, ou ils arriverent bientôt, était encombré. Un air de fete soufflait. Les groupes de paysans allaient, venaient, avec des fermieres en coqueluchon noir ou en chapeau de paille ; une queteuse de grand chemin, ses souliers a la ceinture, regardait, l’air ahuri. Un âne chargé d’ustensiles revenait du marché de Corbeil, accompagné de laitieres portant le pot de cuivre sur la tete et de gamins qui avaient été vendre des noisettes au litron.

Les grenadiers a cheval caracolaient, sous leur bonnet rouge garni de peau d’ourson.

Ils avaient les sabres au clair ; de longs fusils et des épieux battaient leurs cuisses.

Au fond de la longue et large route qui, bordée au bourg de fermes et de maisons blanches, pénétrait ensuite dans la foret, au loin, pres du carrefour de Villeroi, a l’extrémité de l’allée que barraient les grenadiers, une foule multicolore papillonnait, jetait et melait des taches blanches, pourpres, jaunes. De clairs personnages sortaient des coulisses de l’horizon. Ils apparaissaient, disparaissaient. Au-dessus de ce mouvant spectacle rayé par un soleil de clairiere, les vols de corbeaux se débandaient par crainte des hourvaris et du forhu.

Les deux garçons descendirent de carriole. Et tout a coup Jasmin se sentit intimidé. Il allait voir le Roi ! Cette idée bouleversa son cour. Dans les châteaux ou il taillait les charmilles, il avait souvent entendu parler de Louis XV. Il savait la puissance du souverain : il lui parut que la foret la recelait entiere, que les cors allaient annoncer la présence d’une chose formidable.

Eustache avait pris dans la voiture du pain et du fromage ; il entraîna Jasmin vers les taillis.

Ils se faufilerent sous les ramées. Des gardes de la maison du roi empechaient d’approcher du carrefour, « ou l’on sert une halte a Sa Majesté », dirent-ils.

Heureusement Eustache rencontra un valet de chiens de sa connaissance ; grâce a lui ils purent approcher.

– Regardez ! dit le domestique.

Au bord de la route c’était d’abord les chevaux de la suite royale. Parmi eux, un tout blanc :

– Le cheval du roi, murmura le valet.

Un autre, isabelle doré, avec la raie de mulet et les crins noirs.

– Celui de la duchesse de Châteauroux, continua le piqueur.

Cependant cette cavalerie a étriers vides empechait les amis de voir : ils grimperent dans un orme et choisirent en ses fourches un commode observatoire.

 

Aux pieds des chenes et des bouleaux ou sont accrochés les cors et les couteaux de chasse, c’est un fracas d’uniformes, une allée et venue de chevau-légers, de meutes tenues en laisse, un effarement de marmitons qui portent sur de grands plats des hures, des lievres rôtis et des fruits. Les hetres abritent le repos de mules a panaches et oreilleres de cuivre. Et partout ou s’étendent de l’herbe et un peu d’ombre, des seigneurs, des officiers, des dames se régalent, assis ou couchés autour de nappes jetées sur le sol.

Jasmin est ébloui. Cette cour qui s’ébat parmi les mousses, l’attrait de ces visages, l’étourderie de ces amazones qui ménagent des retroussis de jupes d’ou sortent de jolis pieds chaussés de maroquin violet, ces gentilshommes qui arborent des cordons bleus sur la poitrine et appuient la main sur leur cour, ces abandons aimables, tout le charme de cette aristocratie, que le jardinier a déja entrevue dans les châteaux de Melun, le ravissent.

– Que c’est beau ! murmure-t-il.

Eustache lui souffle :

– Le Roi !

– Ou ?

– La !

Louis XV est assis au milieu d’un grand tapis. Sur un habit de velours pourpre a larges galons il porte des dentelles, et sur sa perruque poudrée un chapeau bordé de plume blanche. Des laquais s’empressent : ils présentent a Sa Majesté un pâté ; elle refuse et bâille.

Jasmin remarque que le Roi a le visage rose et rond. Louis XV fait des gestes lents, porte paresseusement a sa bouche une cuisse de poulet et la jette au petit épagneul qui se roule a côté de son assiette. Puis il bâille encore et se penche vers la dame installée pres de lui.

– La duchesse de Châteauroux, explique Eustache, qui a travaillé a Paris et connaît certaines mours de la cour.

– Ce n’est pas la Reine ?

– C’est la maîtresse du Roi.

La duchesse a la figure pâle sous le tricorne de chasse et paraît souffrante dans sa robe jaune. Elle sursaute aux paroles du Roi et Jasmin, a qui rien n’échappe, voit son visage se contracter, ses joues devenir livides.

– On dirait qu’elle va mourir, murmure le jardinier.

Une chose l’inquiete davantage : le Roi ! Malgré l’air d’ennui que se donne le souverain, un prestige l’entoure aux yeux du jouvenceau. Car on a dit a Jasmin qu’il faut savoir mourir pour lui, que c’est le chef qui dirige les batailles et remporte les victoires. Le fleuriste ne peut s’imaginer Louis XV qu’a travers cette illustration. Pourtant il souhaiterait son maître plus impérieux, d’une allure virile et gaie. Il regrette que le Roi de France ait ce pli d’amertume qui se creuse par instant aux commissures de ses levres et ce regard qui se pose avec mépris. Il se rappelle une gravure ou Louis XV a le front libre, l’oil franc, le teint fleuri, l’air a la fois doux et conquérant, et ou il fait penser en meme temps au pigeon ramier et a l’aigle. Jasmin s’assure que c’est ainsi que le Roi doit etre et dans le personnage distrait et fatigué il revoit le prince magnanime de la gravure.

 

Pendant que Buguet se livrait a ces réflexions, sur la route, du côté de Montgeron, apparut au soleil un attelage éclatant qui jeta des reflets aux ornieres et brilla comme un astre inattendu. Plusieurs seigneurs sursauterent, se firent une visiere de la main pour mieux voir.

L’apparition se dessina. Les courtisans distinguerent une femme en rose dans un phaëton d’azur attelé de deux chevaux blancs. Elle conduisait elle-meme. Derriere, un négrillon tenait ouvert un grand parasol.

A l’approche de la halte, la dame ralentit l’allure de ses chevaux, afin de recueillir les regards de la cour étonnée, ou frémit un murmure.

Ses larges paniers emplissaient la voiture de falbalas. Sa main gauche laissait flotter les renes ; la droite agitait un grand éventail.

Elle portait un chapeau a la bergere sur ses cheveux poudrés et avait trois mouches si subtilement posées qu’elles brillaient comme des étincelles sur le teint pâle que relevait un rien de fard. La robe échancrée a la gorge montrait la naissance des seins. Tout provoquait dans la belle cochere : la fierté sur son front, la luxure aux fossettes de ses joues et aux coins de ses levres. La transparence de ses dentelles carnait d’un diabolique éclat jusqu’a ses perles, tandis que ses yeux armés cherchaient une victime. Son bras avait l’élégance d’un col de cygne, et sa toilette semblait avoir été trempée dans le sang enflammé des roses de Bengale.

La dame traversa les groupes des chevau-légers, des grenadiers, des valets ; elle excitait la curiosité de tous ces hommes.

Elle passa devant le roi, s’inclina.

Jasmin voyait tout du haut de son arbre. A l’aspect de la dame, il éprouva un trouble étrange. L’émoi lui fit lâcher une seconde la branche qui le soutenait. Il entendit battre son cour dans sa poitrine. Ébloui comme si la reine des fleurs fut apparue, le jardinier cria :

– Mordi, la belle femme !

Mais une gerbe était la, dans la voiture, a côté de la dame. Jasmin proféra, la gorge serrée :

– Mes fleurs !

Il avait reconnu les nériums cueillis aux lueurs de l’aurore devant sa maisonnette et il dit, tremblant :

– Mme d’Étioles.

Alors, pris de vertige, il descendit de l’arbre et s’éloigna, suivi d’Eustache, qui s’étonnait de l’émotion de son ami.

– Mme d’Étioles, répéta encore Buguet.

Eustache prit un air malin :

– J’ai entendu parler d’elle ; on dit que c’est un morceau de roi.

Il insista, hochant la tete :

– Un morceau de roi !

Arrivé a proximité de Lieusaint, Eustache quitta Jasmin en lui promettant de venir le reprendre une heure plus tard.

– Merci, dit le jardinier, j’ai le temps de retourner a pied, ça me fera du bien.

– A ton aise !

Jasmin se dirige du côté de Lieusaint. Dans la route maintenant solitaire, il marche, abasourdi, s’arretant pour passer la main sur son front.

Alors c’est cette femme merveilleuse que Martine approche a toute heure !

Jasmin eut du deviner que sa promise était au service d’une beauté pareille. Depuis quelque temps, elle devenait plus piquante, plus jolie : le reflet de Mme d’Étioles, sans doute !

 

Jasmin pense a ces choses. Mais il entend quelques petits cris, un bruit de chevaux emballés. Il se retourne.

Le phaëton d’azur ! Mme d’Étioles !

Chassée par les officiers de la Châteauroux, elle s’est enfuie, défaille de dépit, lâche les renes ; déja le négrillon met sous le nez de sa maîtresse un flacon de cristal ; le grand parasol roule au milieu de la route.

Jasmin se précipite, arrete les chevaux. Il saute sur le marche-pied de la voiture et recueille la dame. Elle est évanouie.

Jasmin la souleve, et avec beaucoup de peine, a cause des grands paniers, la porte au pied d’un arbre.

Affolé il crie :

– Mon Dieu, aidez-moi !

Le négrillon s’agite comme un singe en délire.

– Elle est morte ! hurle Jasmin.

Il court vers une source qu’il a rencontrée sous bois et revient avec son chapeau qui ruisselle. Il y trempe le bout des doigts, et, comme il le ferait pour ses amaryllis pâmés, secoue quelques gouttes d’eau sur le visage blémissant ou la bouche fardée paraît une blessure.

La dame ouvre les yeux : Jasmin croit renaître lui-meme a la vie. Elle murmure :

– Ou suis-je ?… Que faites-vous la ?

Jasmin est a genoux. Le négrillon rajuste une dentelle. Mme d’Étioles, pâle, fronce le sourcil, sa bouche se crispe avec douleur. Elle dit, perdue au fond d’un reve :

– Je me souviens.

Ses petites mains empoignent l’herbe a côté d’elle :

– Et je me souviendrai.

Puis elle s’adresse au négrillon :

– Mon miroir !

Elle y jette un regard :

– Quel désarroi !

Elle tapote ses boucles, caresse ses sourcils et, se parlant a elle-meme, avec un sourire de mépris :

– Dieu, que j’ai été femme !

Jasmin n’a cessé de contempler les yeux de Mme d’Étioles : ils lui paraissent tantôt noirs, tantôt bleus. Sous des cheveux ou de vagues blondeurs cendrées luttent avec la poudre, le visage ovale de Mme d’Étioles montre une peau fine ou les mouches de velours se jouent comme des volucelles autour d’une rose blanche.

Mme d’Étioles dépose son miroir, tend une main au négrillon, l’autre a Jasmin :

– Relevez-moi !

Jasmin hésite. Il n’ose toucher aux doigts freles.

– Voyons ! dit nerveusement Mme d’Étioles.

Le jardinier prend la main tendue, ferme les yeux, tant le cour lui défaille.

Mme d’Étioles est debout.

– Qui etes-vous ? demande-t-elle a Jasmin.

Il murmure, la gorge serrée :

– Jasmin Buguet.

La grande dame dit au négrillon :

– Donne un écu a cet homme.

Buguet réprime un mouvement de révolte :

– Merci ! Oh ! non ! Madame !

Mme d’Étioles s’aperçoit de la bonne mine du jeune garçon :

– Vous regardez mes fleurs ? dit-elle d’un air aimable.

Jasmin baisse les paupieres :

– Elles viennent de mon jardin.

– De votre jardin ?

– Je suis jardinier, c’est Martine Bécot qui me les demanda hier.

– Martine ! Je ne savais point.

Mme d’Étioles sourit :

– Vous aurez ma pratique, Jasmin !

Elle remonta dans son phaëton et, ayant retrouvé toute sa grâce, prit les guides et partit.

Jasmin la suivit du regard. Elle disparut d’un coup, par un chemin de traverse.

 

Le jardinier s’en alla en songeant a nouveau.

 

La femme qu’il avait tenue dans ses bras, et dont il se sentit un instant aussi parfumé que s’il avait porté une brassée de fraxinelles, c’était Mme d’Étioles ! Ces mots chanterent a son oreille : Mme d’Étioles ! Un sentiment suave descendit dans ses veines, un sentiment triste un peu et profond, tel qu’il n’en avait encore ressenti. Il lui sembla que son âme se fondait. La plaine et le bois lui parurent mélancoliques comme la fin d’une fete.

Poussé par une force irrésistible, Jasmin retourna pres de l’arbre sous le tronc duquel Mme d’Étioles s’était reposée. Il s’assit. Un rien de parfum flottait encore. Le jardinier ferma les yeux : il revit la grande dame, avec ses oillades aux reflets de scabieuse et d’or, avec ses levres qui brillaient comme des cerises, son front hautain comme une étoile, ses doigts fuselés. Quand il releva les paupieres, il aperçut, dans l’herbe, la place ou Mme d’Étioles avait crispé sa main. Il se pencha et baisa le gazon ravagé. Puis il se releva brusquement, comme s’il se fut brulé les levres, et murmura :

– Je deviens fou.

Au loin la chasse partait du côté de Quincy, les chiens lançaient leurs abois, au son métallique desquels se melaient les appels des cors. Le vent qui s’était levé effaçait sur la route blanche la trace des carrosses et le pas des chevaux. Buguet marcha dans le bois désert, regarda le soleil disparaître et le ciel doucement violet. Pour regagner son village, il s’engagea dans la plaine qui descendait vers la Seine. Et bientôt, parmi les mille flammes automnales des colchiques, il traversa les grands prés et les champs au clair de lune.