La Tapisserie de Notre-Dame - Charles Péguy - ebook
Kategoria: Poezja i dramat Język: francuski Rok wydania: 1913

La Tapisserie de Notre-Dame darmowy ebook

Charles Péguy

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

e-czytniku EPUB
tablecie EPUB
smartfonie EPUB
komputerze EPUB
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Opinie o ebooku La Tapisserie de Notre-Dame - Charles Péguy

Fragment ebooka La Tapisserie de Notre-Dame - Charles Péguy

A Propos
Présentation de Paris a Notre-Dame
Paris vaisseau de charge
Paris double galere
Paris vaisseau de guerre

A Propos Péguy:

Charles Péguy, né le 7 janvier 1873 a Orléans (Loiret), mort le 5 septembre 1914 a Villeroy (Seine-et-Marne) était un écrivain, poete et essayiste français. Militant socialiste et dreyfusard, il revient au catholicisme en 1908 ; il fait paraître les Cahiers de la Quinzaine de 1900 a sa mort. Son ouvre comprend des recueils poétiques en vers libres (Le Porche du Mystere de la deuxieme vertu, 1912) et en vers réguliers (La Tapisserie de Notre-Dame, 1913) d'inspiration mystique, des essais ou il exprime ses préoccupations sociales et son rejet de la modernité (L'Argent, 1913), mais aussi des pieces de théâtre, notamment sur Jeanne d'Arc, un personnage historique auquel il reste toute sa vie profondément attaché. Source: Wikipedia

Copyright: This work is available for countries where copyright is Life+70 and in the USA.
Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

Présentation de Paris a Notre-Dame

Étoile de la mer, voici la lourde nef
Ou nous ramons tout nuds sous vos commandements ;
Voici notre détresse et nos désarmements ;
Voici le quai du Louvre, et l’écluse, et le bief.
 
Voici notre appareil et voici notre chef.
C’est un gars de chez nous qui siffle par moments.
Il n’a pas son pareil pour les gouvernements.
Il a la tete dure et le geste un peu bref.
 
Reine qui vous levez sur tous les océans,
Vous penserez a nous quand nous serons au large.
Aujourd’hui c’est le jour d’embarquer notre charge.
Voici l’énorme grue et les longs meuglements.
 
S’il fallait le charger de nos pauvre vertus,
Ce vaisseau s’en irait vers votre auguste seuil
Plus creux que la noisette apres que l’écureuil
L’a laissée retomber de ses ongles pointus.
 
Nuls ballots n’entreraient par les panneaux béants,
Et nous arriverions dans la mer de Sargasse
Traînant cette inutile et grotesque carcasse
Et les Anglais diraient : ils n’ont rien mis dedans.
 
Mais nous saurons l’emplir et nous vous le jurons
Il sera le plus beau dans cet illustre port
La cargaison ira jusque sur le plat-bord
Et quand il sera plein nous le couronnerons.
 
Nous n’y chargerons pas notre pauvre mais,
Mais de l’or et du blé que nous emporterons.
Et il tiendra la mer : car nous le chargerons
Du poids de nos péchés payés par votre Fils.


Paris vaisseau de charge

Double vaisseau de charge aux deux rives de Seine,
Vaisseau de pourpre et d’or, de myrrhe et de cinname,
Vaisseau de blé, de seigle, et de justesse d’âme,
D’humilité, d’orgueil, et de simple verveine ;

Nos peres t'ont comblé d’une si longue peine,
Depuis mille et mille ans que tu viens a la lame,
Que nulle cargaison n’est si lourde a la rame,
Et que nul bâtiment n’a la panse aussi pleine

Mais nous apporterons un regret si sévere,
Et si nourri d'honneur, et si creusé de flamme,
Que le chef le prendra pour un sac de priere,

Et le fera hisser jusque sous l’oriflamme,
Navire appareillé sous Septime Sévere,
Double vaisseau de charge aux pieds de Notre Dame.


Paris double galere

Depuis le Point-du-Jour jusqu’aux cedres bibliques
Double galere assise au long du grand bazar,
Et du grand ministere, et du morne alcazar,
Parmi les deuils privés et les vertus publiques ;

Sous les quatre-vingts rois et les trois Républiques,
Et sous Napoléon, Alexandre et César,
Nos peres ont tenté le centuple hasard,
Fidelement courbés sur tes rames obliques.

Et nous prenant leur place au meme banc de chene,
Nous ramerons des reins, de la nuque, de l’âme,
Pliés, cassés, meurtris, saignants sous notre chaîne ;

Et nous tiendrons le coup, rivés sur notre rame,
Forçats fils de forçats aux deux rives de Seine,
Galériens couchés aux pieds de Notre Dame.


Paris vaisseau de guerre

Double vaisseau de ligne au long des colonnades,
Autrefois bâtiment au centuple sabord,
Aujourd'hui lourde usine, énorme coffre-fort
Fermé sur le secret des sourdes canonnades.

Nos peres t'ont dansé de chaudes sérénades,
Ils t'ont fleuri du sang de la plus belle mort,
Quand au gaillard d'avant vers l'un et l'autre bord
Bondissait le troupeau des graves caronades.

Mais nous apporterons a tes destins géants
Un cour si sérieux et si brulé de flamme,
Un cour si curieux de tous les océans,

Soldats fils de soldats sous la meme oriflamme,
Qu'on nous mettra valets de tes canons béants,
Monstres verts accroupis aux pieds de Notre Dame.