La Guerre des vampires - Gustave Le Rouge - ebook
Kategoria: Fantastyka i sci-fi Język: francuski Rok wydania: 1909

La Guerre des vampires darmowy ebook

Gustave Le Rouge

(0)
0,00 zł
Do koszyka

Ebooka przeczytasz na:

e-czytniku EPUB
tablecie EPUB
smartfonie EPUB
komputerze EPUB
Czytaj w chmurze®
w aplikacjach Legimi.
Dlaczego warto?

Pobierz fragment dostosowany na:

Opis ebooka La Guerre des vampires - Gustave Le Rouge

Voici la suite du «Prisonnier de la planete Mars». Ralph Pitcher et Miss Alberte ont acquis la certitude que leur ami Robert Darvel se trouve sur la planete Mars. Aidés du capitaine Wad, de l'astronome Bolenski et de Georges Darvel (le frere cadet de Robert), ils installent en Tunisie un laboratoire pour suivre les messages venant de Mars et essayer de trouver le moyen de ramener leur ami sur Terre. Or un soir, lors d'un violent et curieux orage, une boule de feu s'abat sur le laboratoire...

Opinie o ebooku La Guerre des vampires - Gustave Le Rouge

Fragment ebooka La Guerre des vampires - Gustave Le Rouge

A Propos
Partie 1 - LES INVISIBLES
Chapitre 1 - ZAROUK

A Propos Le Rouge:

Gustave Le Rouge, le grand oublié? Ami des mandragores, des alchimistes, des utopistes et des gitans, intime de Paul Verlaine, fermier, journaliste expert dans les faits divers, auteur dramatique, scénariste de films, animateur de cirque, candidat malheureux a la députation de Nevers, membre d'une conspiration manquée contre le roi des Belges, époux d'une écuyere de cirque, puis d'une voyante défigurée, pionnier de la science-fiction, auteur de livres sur le langage des fleurs et des reve, Gustave Le Rouge est un homme et un écrivain aux multiples facettes, qui mérite d'etre redécouvert. Il débute sa carriere d'écrivain populaire sur les traces de Jules Verne et de Paul d'Ivoi avec «La Conspiration des Milliardaires«, «La Princesse des Airs» et «Le sous-marin Jules Verne». Puis ses écrits se tournent nettement vers la science-fiction ou le fantastique avec son cycle martien - «Le prisonnier de la planete Mars» et «La guerre des vampires» - et «Le Mystérieux Docteur Cornélius», son chef-d'ouvre.

Copyright: This work is available for countries where copyright is Life+70 and in the USA.
Note: This book is brought to you by Feedbooks
http://www.feedbooks.com
Strictly for personal use, do not use this file for commercial purposes.

Partie 1
LES INVISIBLES


Chapitre 1 ZAROUK

 

– Vous ne sauriez croire, monsieur Georges Darvel, dit le naturaliste Ralph Pitcher, combien votre arrivée fera plaisir a mes amis, le capitaine Wad et l'ingénieur Bolenski ! Ils vous attendent avec la plus vive impatience. Si vous saviez combien nous avons eu de peine a vous découvrir.

– J'en suis encore a me demander comment vous y etes parvenus.

– C'est une lettre de vous, déja ancienne, trouvée dans les papiers de votre frere, apres la catastrophe de Chelambrun, qui nous a mis sur la voie.

– C'est la derniere que je lui avais écrite, murmura tristement le jeune homme : depuis, je suis sans nouvelles…

– Ne vous désolez pas ainsi ; rien n'est encore définitif ; tout ce que peuvent la science humaine et la puissance de l'or sera mis en oeuvre pour le sauver, s'il en est encore temps, je vous le jure !

« Mais revenons a notre lettre, reprit Ralph Pitcher, en essayant de dissimuler la profonde émotion dont il était agité ; elle était datée de Paris, mais ne portait pas d'adresse, vous y parliez de vos études, renseignements assez vagues, vous en conviendrez ; mais miss Alberte voulait absolument vous connaître, et vous savez que notre jeune milliardaire est d'une obstination tout anglo-saxonne.

« Ses agents ont exploré tous les colleges et tous les lycées, multiplié les annonces dans les journaux…

– Sans un hasard véritablement providentiel, tout cela eut été inutile.

« J'avais passé mes derniers examens, je cherchais un emploi d'ingénieur a l'étranger et, grâce a mon diplôme de l'École Centrale…

– L'emploi est tout trouvé ! Mais il faut que je vous mette au courant. Vous ne connaissez encore que les récits des journaux sur l'extraordinaire aventure de votre frere.

– J'ai lu la traduction des messages interastraux. Je sais aussi que miss Alberte s'est retirée dans une solitude profonde.

– Quand il fut malheureusement constaté que les signaux lumineux étaient définitivement interrompus, miss Alberte nous fit appeler, moi, le capitaine Wad et l'ingénieur Bolenski : Mes amis, nous dit-elle, je suis désespérée, mais non découragée. Puisque Robert Darvel a trouvé le moyen d'atteindre la planete Mars, il faut que nous le trouvions aussi, et nous le trouverons, dussé-je y sacrifier ma fortune…

– J'ai compté sur vous pour m'aider.

« Et elle a ajouté, reprit modestement le naturaliste, qu'elle ne trouverait pas dans le monde entier trois savants d'un esprit plus original, d'une faculté créatrice plus…

Ralph Pitcher rougissait comme un collégien et s'embrouillait dans ces phrases élogieuses qu'il était obligé de s'adresser a lui-meme.

– Enfin, conclut-il, vous comprenez que nous avons accepté avec enthousiasme. C'était une chance unique.

« Miss Alberte nous a ouvert un crédit illimité ; elle nous a recommandé de ne jamais regarder a la dépense, chaque fois qu'il s'agira d'une chose intéressante ; il y a peu de savants aussi favorisés et, désormais, vous etes des nôtres ! C'est une chose dite.

Georges Darvel, rouge de plaisir, balbutia un remerciement auquel Pitcher coupa court par un énergique shake hand.

– Il suffit, murmura-t-il.

« En vous associant a nos travaux, nous acquittons une dette sacrée envers le souvenir de notre ami, du glorieux savant que nous retrouverons un jour, j'en suis certain.

Tous deux demeurerent comme accablés sous le poids de leur pensée et continuerent a marcher en silence sous les ombrages géants des chenes-lieges, des caroubiers et des pins d'Alep, qui composent en majeure partie la grande foret de Kroumine.

Ils suivaient en ce moment une des routes forestieres qui sillonnent la région sauvage située entre Ain Draham et la Chehahia.

Pour faire admirer a son nouvel ami cette pittoresque contrée, Pitcher avait proposé de faire le chemin a pied ; un mulet de bât, chargé des bagages et tenu par un Negre, suivait a une vingtaine de pas.

Ce coin verdoyant de l'aride Tunisie renferme peut-etre un des plus beaux paysages du monde.

La route forestiere, avec ses larges pierres de gres rouge recouvertes d'une mousse veloutée, serpentait a travers une contrée coupée de vallons et de collines qui, a chaque détour, offrait la surprise d'une perspective nouvelle.

Tantôt, c'était un oued bordé de cactus et de hauts lauriers-roses dont il fallait franchir, a gué, le lit semé de grosses pierres luisantes. Tantôt des landes – véritable maquis de myrtes sauvages, d'arbousiers et de bruyeres hautes comme un homme – exhalaient, sous l'ardeur dévorante du soleil, une buée d'entetants parfums.

Ailleurs, une ruine romaine accrochait sa voute croulante au flanc d'une colline et de vieux oliviers, contemporains d'Apulée et de saint Augustin, agrippaient leurs racines entre les blocs et secouaient leur grele feuillage, comme une chevelure, au-dessus du fronton d'un temple. Plus loin, un énorme figuier, au tronc penché par les vents, formait a lui seul tout un bosquet fourmillant d'oiseaux, de caméléons et de lézards ; et parfois, tout au sommet du vieil arbre dont les branches mollement inclinées formaient de commodes sentiers, apparaissaient les cornes et la barbiche d'un chevreau occupé a manger des figues.

Puis, la foret reparaissait, avec de profondes percées dont la fuite se perdait dans une brume azurée, des ravins délicieusement escarpés, qui semblaient des abîmes de feuillages.

Les pins et les chenes zéens au feuillage d'un gris léger avaient des silhouettes légeres et vaporeuses, au milieu desquelles éclatait brusquement la note plus brutale d'un hetre rouge ou d'un peuplier d'Italie aux feuilles de soie blanche éternellement frissonnantes.

Mais la capitale magie, c'étaient les vignes retournées depuis des siecles a l'état sauvage et lançant, du fond humide des ravins jusqu'au sommet des plus hauts arbres, un feu d'artifice de pampres et de ceps d'une prodigieuses richesse.

C'était une débauche de frondaisons luxuriantes, a faire croire que la terre entiere serait un jour envahie par cette impétueuse poussée de seve.

Les sarments jetaient a une hauteur souvent prodigieuse des ponts élégants, des hamacs festonnés, ou se balançaient par milliers les ramiers bleus et les tourterelles blanches et roses, tout a coup mis en fuite dans un froufrou de battements d'ailes et de piaillements par l'ombre brune d'un vautour, traçant de grands cercles dans l'air bleu.

Dans les endroits marécageux, des troupeaux de petits sangliers fuyaient entre les hautes lances des roseaux et le cri de la hyene, qui ressemble a un rire ironique et qui s'éloigne a mesure que l'on se rapproche, retentissait a de longs intervalles.

Mais, il faudrait dire la grâce de cette nature vierge, la robustesse élastique et fiere de ces arbres jamais émondés, les clairieres de fleurs et de hautes herbes et cet obsédant parfum de myrte et de laurier-rose, qui est comme l'haleine embaumée de la foret magique.

– Regardez ces vignes ! s'écria Ralph Pitcher avec admiration. Ces ceps ont peut-etre quinze ou dix-huit cents ans ; a l'automne, ils se chargent encore de grappes excellentes ; on retrouverait sans doute, en les pressurant, les crus perdus dont s'enivraient les Romains de la décadence, les vins qu'on servait a Trimalcion mélangés a la neige dans des crateres d'or…

Georges Darvel ne répondit pas tout d'abord ; ses préoccupations étaient loin de ces réminiscences classiques ou se délectait l'érudit Ralph Pitcher.

– Comment donc, demanda tout a coup le jeune homme, vous trouvez-vous en Tunisie ? J'aurais eu plutôt l'idée de vous chercher dans les Indes ou en Angleterre.

– C'est précisément pour dépister les curieux et aussi a cause de la beauté du climat et du site que miss Alberte a choisi ce pays ignoré, rarement visité par les touristes.

« Ici, nous sommes surs que personne ne viendra, sous de futiles prétextes, nous déranger dans nos travaux : nous sommes a l'abri des reporters, des photographes, des gens du monde, de tous ceux que j'appelle énergiquement des « voleurs de temps ».

« C'est la paix profonde d'un laboratoire d'alchimiste, dans quelque abbaye du Moyen Age, mais une abbaye pourvue de l'outillage scientifique le plus complet, le plus puissant dont jamais savant ait disposé.

« Autrefois, au cours d'une croisiere de son yacht, le Conqueror, miss Alberte avait eu l'occasion de visiter la Kroumirie et elle en avait conservé un merveilleux souvenir.

« Il y a quelques mois, par l'intermédiaire de son correspondant de Malte, elle acheta, en pleine foret, la villa des Lentisques, un merveilleux palais arabe, une folie, qu'un banquier sicilien, incarcéré depuis comme recéleur de la Maffia, avait eu la fantaisie de faire construire dans ce désert.

« D'ailleurs, vous allez pouvoir en juger par vous-meme.

« Nous sommes presque arrivés. Regardez un peu sur votre gauche ; cette grande masse blanche, c'est la villa des Lentisques…

– Je verrai miss Alberte ! s'écria Georges Darvel. Je pourrai lui dire toute ma gratitude pour ses héroiques efforts en faveur de mon frere !

– Vous la verrez sans doute, mais pas aujourd'hui, ni demain ; vous ne m'avez meme pas laissé le temps de vous dire qu'elle ne rentrera que dans le courant de la semaine.

« Elle nous a quittés depuis une quinzaine, les intérets de son exploitation miniere réclamaient impérieusement sa présence a Londres.

– Tant pis, murmura le jeune homme, un peu décontenancé.

– A ce propos, vous savez que le champ d'or découvert par votre frere n'a cessé de fournir le rendement le plus prodigieux.

« C'est le Pactole lui-meme qui se déverse dans les caisses de miss Alberte ! Les dépenses de notre laboratoire ne sont qu'une goutte d'eau puisée a ce torrent de richesse débordante.

Un cri étouffé interrompit brusquement Ralph Pitcher, en meme temps qu'une troupe d'oiseaux, effarés, quittaient les branches pour s'envoler tumultueusement.

– C'est Zarouk, mon Noir, qui a eu peur, murmura le naturaliste, je vais voir. Il faut dire qu'il s'effraie souvent de peu de chose.

Droit au milieu du sentier, Zarouk demeurait immobile, comme pétrifié par la peur ; son visage avait passé du noir profond au gris livide, ses traits révulsés, son torse cabré reflétaient une épouvante immense.

Georges remarqua alors que le Noir était aveugle, ses prunelles protubérantes étaient voilées d'une taie blanche ; mais cette infirmité ne donnait rien de hideux ni de répulsif a son visage ; son front était haut et bombé, son visage régulier, son nez mince et droit, enfin ses levres n'offraient pas cette épaisseur qui imprime a la physionomie une expression bestiale.

Cependant, Ralph s'était approché.

– Qu'y a-t-il donc, mon pauvre Zarouk ? demanda-t-il affectueusement. Je ne te croyais pas si poltron ! Y aurait-il une panthere dans le voisinage ?

Zarouk secoua la tete en signe de négation, trop ému encore pour répondre ; sous le burnous de laine blanche dont il était enveloppé, ses membres étaient agités d'un tremblement et il serrait d'une main convulsive la bride du mulet qui, chose étrange, semblait partager la frayeur du Noir ; il regimbait et était agité d'un violent frisson.

– Voila qui est extraordinaire, dit Georges a l'oreille de son ami.

« Et cette envolée subite des oiseaux, il y a un instant ?

– Je ne sais que penser, répondit le naturaliste en regardant tout autour de lui avec inquiétude. Zarouk a évidemment deviné un péril ; mais lequel ?

« A part quelques scorpions tapis sous les terres, quelques chats sauvages, la foret d'Ain-Draham ne renferme pas d'animaux nuisibles.

– Mais les hyenes ?…

– Ce sont les betes les plus lâches et les plus peureuses ; elles ne s'attaquent jamais a l'homme. Zarouk n'est pas capable de s'effrayer pour si peu de chose.

– Vous avez tout a l'heure parlé de pantheres ?

– Elles sont extremement rares en Tunisie, meme dans le Sud ; il se passe quelquefois cinq ou six ans sans qu'on en capture une seule.

« D'ailleurs, Zarouk, qui est né dans le Soudan, d'ou les caravanes Chambaa l'ont apporté tout enfant a Gabes, n'aurait pas plus peur des pantheres que des hyenes. Il faut qu'il y ait autre chose.

– Nous allons le savoir ; Zarouk commence a se remettre.

– Eh bien, reprit Pitcher en se tournant vers le Noir, parleras-tu maintenant ? Tu sais bien qu'a nos côtés tu n'as rien a craindre.

« Vraiment, je te croyais plus brave.

– Maître, repartit le Noir d'une voix étranglée, Zarouk est brave, mais tu ne peux pas savoir… C'est terrible ! Zarouk n'a pas peur des betes de la terre et des oiseaux du ciel ; mais il a peur des mauvais esprits !

– Que veux-tu dire ?

– Maître, je te le jure, au nom du Dieu vivant et miséricordieux, par la barbe vénérable de Mahomet, prophete des prophetes, tout a l'heure, j'ai été effleuré par l'aile d'un des djinns, ou peut-etre d'Iblis lui-meme !…

« Tout mon sang a reflué vers mon cour… Je n'ai eu que le temps de prononcer trois fois le nom sacré d'Allah qui met en fuite les djinns, les goules et les afrites… Une seconde, une face effroyable s'est dessinée, comme en traits de feu, au milieu des ténebres éternelles qui m'enveloppent, et s'est enfuie rapidement, emportée sur ses ailes… Oui, maître, je te l'atteste, une seconde, j'ai vu !

– Comment as-tu pu voir ? interrompit Ralph d'un ton plein d'incrédulité. Nous qui voyons, nous n'avons rien aperçu. Tu as été l'objet de quelque hallucination, comme ceux qui sont ivres de dawamesk ou d'opium.

« Tiens, bois une gorgée de bouka[1] pour te remettre et oublie cette sotte frayeur.

Le Noir prit avec une joie évidente la gourde que lui tendait Ralph Pitcher et but a longs traits ; puis, apres, un moment de silence :

– Je suis sur que je n'ai pas revé, dit-il lentement ; toi et ton ami le Français, vous avez vu les oiseaux s'envoler, le mulet demeurer moite et frissonnant comme a l'approche du lion, car eux aussi ont eu peur.

« N'est-il pas possible que par la volonté toute-puissante d'Allah, le mauvais esprit soit devenu pour quelques instants visible a mes prunelles mortes, afin de m'avertir de quelque danger ?

– Je persiste a croire, moi que tu as eu une hallucination ; dans ta peur, tu as donné, sans t'en apercevoir, une brusque secousse a la bride, ce qui a effrayé le mulet lui-meme, et il suffit qu'au meme moment un vautour ait passé…

Zarouk secoua la tete sans répondre, faisant ainsi entendre que l'explication rationaliste de Ralph Pitcher n'était pas de son gout et qu'il s'entetait dans sa croyance au djinn.

L'on se remit en marche ; seulement, le Noir s'était rapproché de ses deux compagnons, comme s'il eut craint un retour offensif de la terrible apparition.

Ralph Pitcher était, lui, completement rassuré.

– Zarouk, expliqua-t-il a Georges dont la curiosité était singulierement excitée, est le plus précieux et le plus fidele des serviteurs. Sa cécité ne l'empeche pas de nous rendre de grands services. Comme beaucoup de ses pareils, il est donc d'une exquise sensibilité de l'ouie, de l'odorat et du tact.

« Dans notre laboratoire, il connaît exactement la place de chaque objet et sait le trouver rapidement sans jamais commettre d'erreur ou de maladresse. Il arrive meme a connaître certains états du monde extérieur dont les autres hommes ne doivent d'ordinaire la notion qu'a leurs yeux. Je n'ai pas encore pu m'expliquer a l'aide de quelle fugitive notation de sensations, de quelles subtiles associations d'idées il y parvient.

« Ainsi, il dira parfaitement qu'un nuage vient de passer sur le soleil et, s'il y a plusieurs nuages, il arrivera a les compter ; nous l'avons emmené a la chasse, nous lui avons mis un fusil en main et il nous a émerveillés par son adresse. En entrant quelque part, il reconnaît sans la moindre hésitation les personnes avec lesquelles il s'est rencontré seulement une fois.

– Tout cela est merveilleux, fit Georges, mais ce n'est pas absolument inexplicable ; on cite dans le meme ordre de faits un grand nombre d'exemples.

– Vous aurez le loisir de l'étudier par vous-meme. Zarouk est certainement beaucoup plus prodigieux que vous ne pensez.

« Il y a des moments ou je suis tenté de croire que, derriere la taie qui les recouvre, ses prunelles sont sensibles aux rayons obscurs du spectre, invisible pour nous, aux rayons X et peut-etre a d'autres radiances plus faibles et plus ténues.

« Pourquoi, apres tout, une telle chose ne serait elle pas possible ?

Georges réfléchit un instant, puissamment intéressé par cette aventureuse hypothese.

– Pourquoi alors, demanda-t-il a son tour, n'avez-vous pas eu l'idée de le faire opérer de la cataracte ?

– Le capitaine Wad y avait pensé le premier, Zarouk s'y est toujours refusé avec opiniâtreté.

Les deux amis cheminerent quelque temps en silence ; derriere eux, Zarouk avait entamé une de ces mélopées interminables et tristes, qui sont les chansons de route des chameliers du grand désert ; malgré lui, Georges était impressionné par cet air monotone, ou les memes notes revenaient indéfiniment et qui semblait imiter la plainte déchirante du vent dans les plaines mortes du Sahara.

– Savez-vous, dit-il en riant a Pitcher, que ce que vous venez de me dire n'est pas rassurant ; si vraiment Zarouk – comme ces chauves-souris qui, les yeux crevés, volent en ligne droite et savent se garer des obstacles – possede une puissance de tactilité si étonnante, il doit y avoir quelque chose de vrai dans l'apparition, invisible pour nous, qui l'a effrayé.

– Qui sait ? murmura le naturaliste, devenu songeur. Ne faut-il pas toujours en revenir a la parole de notre Shakespeare, qu'il y a dans le ciel et sur la terre plus de choses que notre faible imagination ne peut en concevoir ?

« Peut-etre Zarouk est-il un des précurseurs d'une évolution de l'oeil humain qui, dans des centaines de siecles et bien avant peut-etre, percevra des radiances qui n'existaient pas aux premiers âges du monde.

« Déja, certains sujets, en état d'hypnotisme, voient ce qui se passe au loin ou de l'autre côté d'un grand mur et pourtant, au moment ou s'exerce cette faculté suraiguë de vision, leurs yeux sont fermés.

« Le jour ou la science arrivera a échafauder la-dessus une these solide…

Ralph Pitcher n'acheva pas sa pensée ; il y eut un nouveau silence.

– Qu'est-ce que les djinns ? demanda Georges brusquement. Je vous avoue que je suis la-dessus d'une ignorance profonde. L'étude des sciences m'a fait considérablement négliger la mythologie mahométane.

– Je pourrais vous en dire autant ; mais Zarouk va nous renseigner.

« Il a sur ces questions une inépuisable faconde. Comme tous les gens du désert, il a l'imagination farcie de ces contes merveilleux qu'on se répete autour des feux du campement, dans toutes les caravanes.

« Zarouk !

– Maître, dit le Noir en s'avançant avec un empressement qui n'avait rien de servile, j'ai entendu la question de ton ami. Mais est-il prudent de parler de ces etres terribles, alors qu'ils rôdent peut-etre encore autour de nous ?

– Sois sans crainte, ne m'as-tu pas dit toi-meme que la puissance de leurs ailes peut les porter en quelques heures a des centaines de lieues ?

Cette réflexion parut faire beaucoup de plaisir au Noir.

– Sans doute, répondit-il, en poussant un soupir de soulagement ; cela est vrai et je n'ai pas menti ; puis, ne suis-je pas sous la protection du Dieu invincible et miséricordieux ?

Et il continua d'une voix nasillarde et chantante :

– Les djinns sont les esprits invisibles qui habitent l'espace qui s'étend entre le ciel et la terre, leur nombre est mille fois plus considérable que celui des hommes et des animaux.

« Il y en a de bons et de mauvais, mais ceux-ci l'emportent de beaucoup. Ils obéissent a Iblis, auquel Dieu a accordé une complete indépendance jusqu'au jour du jugement dernier.

« Le sage sultan Suleyman (Salomon) qui est révéré meme des juifs et des infideles avait reçu de Dieu une pierre verte d'un éclat éblouissant, qui lui donnait le pouvoir de commander a tous les mauvais esprits ; jusqu'a sa mort, ils lui montrerent une parfaite soumission et il les employa a la construction du temple de Jérusalem ; mais depuis sa mort ils se sont dispersés par le monde, ou ils commettent toutes sortes de crimes…

C'était la un sujet sur lequel Zarouk, comme tous les Arabes du désert, était intarissable.

Georges Darvel et son ami Pitcher se gardaient bien de l'interrompre et le laisser énumérer complaisamment les diverses variétés de djinns, d'afrites, de toghuls ou ogres, de goules et d'autres etres fantastiques, tous doués d'un pouvoir aussi redoutable que merveilleux.

Ils éprouvaient a l'entendre le meme plaisir que, tout enfants, ils avaient ressenti a la lecture des Mille et Une Nuits.

Vraiment, ils étaient loin des hautes hypotheses scientifiques qu'ils discutaient un instant auparavant ; ils ne pouvaient s'empecher de sourire de la gravité avec laquelle Zarouk leur débitait ces étonnantes fables auxquelles il ajoutait certainement la foi la plus entiere.

Le Noir, d'ailleurs, avec une facilité que possedent tous les Orientaux pour les langues, s'exprimait en dépit de ses barbarismes en un français tres clair ; comme presque tous les Arabes, il était né conteur.

Ralph et Georges Darvel étaient sous le charme de sa parole, lorsque, au détour d'un massif d'amandiers et de caroubiers, ils se trouverent tout a coup en face de la villa des Lentisques.